Amoraïque

Amoraïm

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Amora.

Amoraïm (judéo-araméen: אמוראים, singulier אמורא Amora; « ceux qui disent ») est un terme générique pour désigner les docteurs du Talmud, qui opèrent entre la clôture du Mishna (circa 200 EC) et la compilation des Talmuds (circa 400 EC pour le Talmud de Jérusalem, un siècle plus tard pour le Talmud de Babylone).

L'époque des Amoraïm voit s'affirmer, à côté du centre juif de la terre d'Israël, situé d'abord à Sepphoris, en Basse-Galilée, puis à Tibériade, le centre babylonien, dont le pôle principal est l'académie de Soura, et accessoirement celle de Poumbedita. Bien que largement indépendants, une correspondance soutenue transmettait en terre d'Israël les questions de Babylonie et les enseignements « de l'ouest » à ceux-ci.

Transmission de la Torah

Haza"l
Grande AssembléeZougot
TannaïmAmoraïm
Savoraïm


Gueonim


Rishonim


Aharonim


Sommaire

Aux origines de l'institution

Amora fut d'abord un titre donné aux Sages qui traduisaient l'enseignement du maître depuis l'hébreu mishnaïque des lettrés au judéo-araméen parlé par les masses, de même que lors des lectures publiques de la Torah le lundi et le jeudi, des érudits assuraient la traduction simultanée en judéo-araméen.
Il devint ensuite l'assistant du maître, celui qui commente et développe les opinions que le maître avait brièvement formulées. C'est en ce sens qu'il est adopté par l'ensemble des Sages, qui ne se considéraient comme guère plus que les transmetteurs des enseignements des Tannaïm (docteurs de la Mishna).

L'ère des Amoraïm

Les premiers Amoraïm de Babylonie furent Abba Arika, respectueusement surnommé Rav, dont certains enseignements sont encore consignés dans la Baraïta, et son contemporain, Chmouel qui fut aussi son contradicteur. Parmi les premiers et plus éminents Amoraïm de la terre d'Israël figurent Rabbi Yohanan et Rech Lakich.

On estime généralement que la période des Amoraïm s'étend sur sept ou huit générations (dépendant des points de repère choisis). Les derniers Amoraïm sont généralement considérés être Ravina I, Rav Achi et Ravina II, neveu de Ravina I, qui codifia le Talmud de Babylone vers 500 de l'ère commune.

Grands Amoraïm

Les Talmuds exposent les opinions de plusieurs centaines d'Amoraïm, certains n'étant connus que par une unique opinion, tandis que d'autres étaient souvent cités et pris en exemple. Ces derniers sont listés ci-dessous:

Première génération (circa. 230–250 CE)

  • Abba Arika (mort en 247, plus connu sous le nom de Rav): dernier Tanna et premier Amora, il bénéficia de l'enseignement de Juda Hanassi. Originaire de Babylone, il y retourna en 219, et fonda l'académie de Soura, dont il fut le premier directeur.
  • Chmouel (mort en 254): disciple de Juda Hanassi et d'autres, il dirigea l'école concurrente de Nehardea, dont il fit une académie (metivta).
  • Yeshoshoua ben Levi (début du IIIe siècle), directeur de l'académie de Lydda, fondée par Rabbi Eliezer.
  • Abba le Chirurgien

Seconde génération (circa. 250–290 CE)

  • Rav Houna (mort en 297), disciple de Rav et Chmouel, il succéda au premier à la tête de l'académie de Soura.
  • Rav Yehouda (mort en 299), disciple de Rav et Chmouel, il fonda l'académie de Poumbedita.
  • Adda bar Ahavah, (3-4ème siècles), disciple de Rav.
  • Juda II (début du IIIe siècle), disciple et petit-fils de Juda Hanassi, il succéda à son père Gamaliel III au poste de Nassi. Il est quelquefois appelé Rabbi Juda Nessi'ah et, occasionnellement Rebbi comme son grand-père.
  • Hillel, fils de Gamaliel III (début du IIIe siècle), disciple et petit-fils de Juda Hanassi, frère cadet de Juda Nessiah.
  • Resh Lakish (mort en fin de IIIe siècle), disciple de Rabbi Yannaï, il fut le collègue et contradicteur de Rabbi Yohanan.
  • Yohanan bar Nappaha (mort en 279 ou 289): disciple de Juda Hanassi et Rabbi Yannaï, il fut le directeur de la Yeshiva de Tibériade, et l'un des auteurs primaires du Talmud de Jérusalem.
  • Samuel ben Nahman
  • Shila de Kefar Tamarta
  • Isaac Nappaha

Troisième génération (circa 290–320 CE)

  • Rabba (mort en 320): disciple de Rav Huna et Rav Yehouda, il dirigea la Yeshiva de Poumbedita.
  • Rav Yossef (mort en 323), : disciple de Rav Huna et Rav Yehouda, il dirigea la Yeshiva de Poumbedita.
  • Rav Ze'ïra
  • Rav Hisda (mort en 309), disciple de Rav, Chmouel et Rav Huna, il dirigea l'académie de Soura.
  • Shimon ben Pazzi
  • Rav Chechet
  • Rav Nahman bar Yaaqov (mort en 320): disciple de Rav, Chmouel et Rabba bar Avouha, il ne dirigea pas sa propre yeshiva, mais participa régulièrement aux discussions des yeshivot de Soura et Mahoza.
  • Rabbi Abbahou (mort au début du IVe siècle): disciple de Rabbi Yohanan, il dirigea l'académie de Césarée.
  • Hamnuna - plusieurs Amoraïm portent ce nom. Le plus célèbre cite des enseignements au nom de Chmouel.
  • Juda III (mort au début du IVe siècle): disciple de Rabbi Yohanan, il succéda à son père Gamaliel IV à la charge de Nassi.
  • Rav Ammi
  • Rav Assi
  • Hanina ben Pappa
  • Rabba bar R'Huna
  • Rami bar Hama

Quatrième génération (circa 320–350 CE)

Cinquième génération (circa 350–371 CE)

  • Rav Nahman bar Yitzhak (mort en 356): disciple d'Abaye et Rava, il dirigea l'académie de Poumbedita.
  • Rav Papa (mort en 371 ou 375): , disciple d'Abaye et Rava, il dirigea l'académie de Naresh.
  • Rav Hama
  • Rav Huna beraï deRav Yehoshoua

Sixième génération (circa 371–427 CE)

  • Rav Achi (mort en 427): disciple d'Abaye, Rava et Rav Kahana, il dirigeala yeshiva de Mata Mehasia, que beaucoup identifient à Soura. Il initia la rédaction du Talmud de Babylone.
  • Ravina I (mort en 421), disciple d'Abaye et Rava, collègue de Rav Achi à la yeshiva de Mata Mehasia, il l'assisat dans la rédaction du Talmud de Babylone.

Septième génération (circa 425–460 CE)

Aucun Amora ne semble avoir été particulièrement notable dès le début de la compilation du Talmud de Babylone.

Huitième génération (circa 460–500 CE)

  • Ravina II (mort en 475 ou 500): disciple de son oncle Ravina I et de Rav Achi, il fut le doyen de la yeshiva de Soura, où il acheva la rédaction du Talmud de Babylone.

Liens externes

  • Portail de la culture juive et du judaïsme Portail de la culture juive et du judaïsme
Ce document provient de « Amora%C3%AFm ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Amoraïque de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Bible massorétique — Massorah Un feuillet du codex d Alep, comprenant de nombreuses notes massorétiques marginales. La Massore ou Massorah (hébreu : מסורה, chaîne ou tradition) est un pr …   Wikipédia en Français

  • I.H. Weiss — Isaac Hirsch Weiss  Ne doit pas être confondu avec Joseph Hirsch Weiss. Portrait d Isaac Hirsch Weiss, de la Jewish Encyclopedia. Eisik (Isaac) Hirsch Weiss (9 février, 1815– …   Wikipédia en Français

  • I. H. Weiss — Isaac Hirsch Weiss  Ne doit pas être confondu avec Joseph Hirsch Weiss. Portrait d Isaac Hirsch Weiss, de la Jewish Encyclopedia. Eisik (Isaac) Hirsch Weiss (9 février, 1815– …   Wikipédia en Français

  • Isaac Hirsch Weiss —  Ne doit pas être confondu avec Joseph Hirsch Weiss. Isaac Hirsch Weiss …   Wikipédia en Français

  • Judéo-araméen — Le judéo araméen (hébreu: ארמית aramit, « araméen ») désigne en linguistique l’ensemble des langues et dialectes araméens parlés par les Juifs. Comme pour beaucoup de langues juives, ces idiomes sont influencés en mesure variable par… …   Wikipédia en Français

  • Massora — Massorah Un feuillet du codex d Alep, comprenant de nombreuses notes massorétiques marginales. La Massore ou Massorah (hébreu : מסורה, chaîne ou tradition) est un pr …   Wikipédia en Français

  • Massorah — Un feuillet du codex d Alep, comprenant de nombreuses notes massorétiques marginales. La Massore ou Massorah (hébreu : מסורה, chaîne ou tradition) est un procédé technique, consistant en un système de note …   Wikipédia en Français

  • Massore — Massorah Un feuillet du codex d Alep, comprenant de nombreuses notes massorétiques marginales. La Massore ou Massorah (hébreu : מסורה, chaîne ou tradition) est un pr …   Wikipédia en Français

  • Messora — Massorah Un feuillet du codex d Alep, comprenant de nombreuses notes massorétiques marginales. La Massore ou Massorah (hébreu : מסורה, chaîne ou tradition) est un pr …   Wikipédia en Français

  • Texte massoretique — Massorah Un feuillet du codex d Alep, comprenant de nombreuses notes massorétiques marginales. La Massore ou Massorah (hébreu : מסורה, chaîne ou tradition) est un pr …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”