Amiral Robert

Georges Robert (amiral)

Georges Achille Marie Joseph Robert (31 janvier 1875-2 mars 1965) est un militaire et administrateur français.

Il arrive à la Martinique à bord du croiseur la Jeanne d'Arc en septembre 1939. Suite à la débâcle de l'armée française en juin 1940, Pétain le nomme représentant légal de l'ordre Vichyssois aux Antilles. L'Amiral Robert est dès lors le Haut commissaire de la France aux Antilles.

Durant cette période très incertaine, il gère la situation des possessions françaises face aux intérêts britanniques et surtout américains. Avec ces derniers, il obtient une sorte d'arrangement à l'amiable qui cantonne les possessions françaises d'Amérique dans une certaine neutralité. Il entend préserver ainsi la souveraineté nationale sur les colonies. Il veillera plus particulièrement aux réserves d'or de la Banque de France entreposées provisoirement au fort Desaix.

Il est fortement décrié par les Antillais et les Guyanais, qui lui reprochent ses excès autoritaires, un certain accaparement des rares ressources disponibles (vivres notamment) et surtout un mépris affiché des populations de couleur. On lui reproche de ne pas avoir fait le choix du général de Gaulle et d'avoir entravé la dissidence par des moyens répressifs.

Il quitte contraint et forcé l'île en juillet 1943. La vacance du pouvoir est aussitôt remise entre les mains de Henri Hoppenot — alors ambassadeur de la France combattante à Washington — et du nouveau gouverneur de la Martinique, Ponton, venu d'Afrique équatoriale.

De Gaulle, dans ses Mémoires de guerre note :

« Depuis 1940, l'Amiral Robert, haut-commissaire, maintenait ces colonies [Antilles et Guyane françaises] sous l'obédience du Maréchal. Disposant des croiseurs Émile Bertin et Jeanne d'Arc, du porte-avions Béarn, des croiseurs auxiliaires : Barfleur, Quercy, Esterel... ainsi que d'une importante garnison, il appliquait un régime de rigueur et, moyennant la garantie de sa neutralité, obtenait des Américains le ravitaillement nécessaire. Mais, à mesure des évènements, la population et de nombreux éléments militaires marquaient leur désir de se joindre à ceux qui combattaient l'ennemi[1]. »
« Au début de 1943, tout annonçait qu'un grand mouvement entraînerait, bientôt dans le camp de la libération les territoires français d'Amérique et les forces qui s'y trouvaient[1]. »
« En juin, la Martinique accomplit les actes décisifs. Depuis des mois, l'Amiral Robert recevait de ses administrés d'innombrables pétitions l'adjurant de laisser ce territoire ardemment français faire son devoir envers la France. J'avais moi-même trouvé l'occasion de faire passer à Fort-de-France, en avril 1943, le médecin général Le Dantec pour offrir à l'Amiral Robert une issue satisfaisante. Mais mes démarches restaient sans réponses. Par contre, menaces et sanctions redoublaient sur place contre les résistants[2]. »

La période de l'administration de l'amiral Robert reste présente à la mémoire de nombreux Martiniquais, surtout les plus anciens. L'absence de commerce avec la métropole entraîna une pénurie quasi générale et une disette chronique. Les produits de première nécessité comme la farine, la viande salée, le savon, le tissu firent défaut et furent remplacés tant bien que mal par des productions locales. La mortalité infantile crût de façon dramatique. Les aînés n'ont pas oublié cette période qu'ils évoquent encore en disant "an tan Robé", c'est-à-dire "du temps de Robert".

Le 14 mars 1947, Robert est condamné à 10 ans de travaux forcés, mais la peine est remise à la demande de la Haute Cour de Justice qui l'a prononcée ; il est libéré six mois après. Il a été relevé en 1957[3].

Œuvre

  • La France aux Antilles de 1939 à 1943, Paris, Plon, 1950, 228 pages

Notes et références

  1. a  et b Charles de Gaulle, Mémoires de guerre, deuxième partie : « L'unité 1942-1944 », « Alger », Paris, Plon, 1956 (édition illustrée, 1962, p. 140) (ISBN 2-259-02135-2)
  2. Charles de Gaulle, Mémoires de guerre, deuxième partie : « L'unité 1942-1944 », « Alger », Paris, Plon, 1956 (édition illustrée, 1962, p. 141) (ISBN 2-259-02135-2)
  3. Bilan de l'épuration judiciaire, dans le Quid.

Liens externes

Parcours de dissidents, pages consacrées aux dissidents des Antilles et de Guyane

[1] Les Antilles pendant la Seconde Guerre mondiale

  • Portail de la Seconde Guerre mondiale Portail de la Seconde Guerre mondiale
Ce document provient de « Georges Robert (amiral) ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Amiral Robert de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Robert Calder — Portrait de Robert Calder par Lemuel Francis Abbott Naissance 13 juillet 1745 …   Wikipédia en Français

  • Robert Fatou — (8 mars 1895 à Paris en France 1981 à 86 ans à Saint Servan en France) était un officier supérieur de la Marine nationale. Sommaire 1 Biographie 2 Les commandements de Robert Fatou …   Wikipédia en Français

  • Robert L. Ghormley — Robert Ghormley Robert Lee Ghormley (15 octobre 1883 – 21 juin 1958) était un vice amiral de la Marine des États Unis pendant la Seconde Guerre mondiale. Né à Portland, Ghormley fut diplômé de l Académie navale d Annapolis en 1906. Entre …   Wikipédia en Français

  • Robert Fitzroy — Pour les articles homonymes, voir Fitzroy (homonymie). Robert FitzRoy Le vice amiral Robert FitzRoy (5 juillet …   Wikipédia en Français

  • Amiral Georges Robert — Georges Robert (amiral) Georges Achille Marie Joseph Robert (31 janvier 1875 2 mars 1965) est un militaire et administrateur français. Il arrive à la Martinique à bord du croiseur la Jeanne d Arc en septembre 1939. Suite à la débâcle de l armée… …   Wikipédia en Français

  • Robert Venables — L amiral anglais Robert Venables (1613–1687), a secondé William Penn (amiral) dans la conquête de la Jamaïque espagnole par les anglais en 1655, dans le cadre du Western Design d Oliver Cromwell. Fils de Robert Venables, d Antrobus, dans le… …   Wikipédia en Français

  • Robert FitzRoy — Pour les articles homonymes, voir Fitzroy (homonymie). Robert FitzRoy Le vice amiral Robert FitzRoy (5 juillet 1805 30 avril …   Wikipédia en Français

  • Robert blake (amiral) — Pour les articles homonymes, voir Robert Blake et Blake. Robert Blake Robert Blake (1599, B …   Wikipédia en Français

  • Robert Nikolaïevitch Viren — Robert Nikolaïevitch Viren, en russe : Роберт Николаевич Вирен, né le 25 décembre 1856 dans la provice de Novgorod[1], décédé le 1er mars 1917 à Kronstadt. Il était un amiral russe à partir du 22 mars 1915,… …   Wikipédia en Français

  • Robert de Bracquemont — Surnom Robinet Origine  France Allégeance …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”