Ambigat

Ambigatos

Dans la mythologie celtique gauloise, Ambigatos (latinisé en Ambigatus), est un roi mythique du peuple celte des Bituriges. Tite-Live date son existence vers 600 avant J.-C. mais aucune documentation archéologique n’accrédite son historicité. Le sens de son nom est « celui qui combat des deux côtés ».

Selon la légende, le roi Ambigatos (ou Ambigat) a deux neveux Bellovesos (ou Bellovèse) et Segovesos (ou Sigovèse) qu’il envoie à la conquête de nouveaux territoires. Bellovesos prend la direction du sud-est et, dans l’actuelle Italie fonde la cité de Mediolanum (Milan), dont le nom signifie le centre de la plaine. Segovesos, quant à lui, part vers le nord-est et la grande forêt hercynienne.

Il s’agit probablement d’un mythe fondateur, dont l’origine proviendrait d’un autre peuple celtique, les Insubres, qui occupaient les territoires de l’actuelle Lombardie.

« Pour ce qui est du passage des Gaulois en Italie, voici ce qu'on en raconte : à l'époque où Tarquin l'Ancien régnait à Rome, la Celtique, une des trois parties de la Gaule, obéissait aux Bituriges, qui lui donnaient un roi. Sous le gouvernement d'Ambigatus, que ses vertus, ses richesses et la prospérité de son peuple avaient rendu tout-puissant, la Gaule reçut un tel développement par la fertilité de son sol et le nombre de ses habitants, qu'il sembla impossible de contenir le débordement de sa population. Le roi, déjà vieux, voulant débarrasser son royaume de cette multitude qui l'écrasait, invita Bellovèse et Ségovèse, fils de sa sœur, jeunes hommes entreprenants, à aller chercher un autre séjour dans les contrées que les dieux leur indiqueraient par les augures : ils seraient libres d'emmener avec eux autant d'hommes qu'ils voudraient, afin que nulle nation ne pût repousser les nouveaux venus. Le sort assigna à Ségovèse les forêts Hercyniennes ; à Bellovèse, les dieux montrèrent un plus beau chemin, celui de l'Italie. Il appela à lui, du milieu de ses surabondantes populations, des Bituriges, des Arvernes, des Éduens, des Ambarres, des Carnutes, des Aulerques ; et, partant avec de nombreuses troupes de gens à pied et à cheval, il arriva chez les Tricastins. Là, devant lui, s'élevaient les Alpes [...]

Pour eux, ils franchirent les Alpes par des gorges inaccessibles, traversèrent le pays des Taurins, et, après avoir vaincu les Étrusques, près du fleuve Tessin, ils se fixèrent dans un canton qu'on nommait la terre des Insubres. Ce nom, qui rappelait aux Éduens les Insubres de leur pays, leur parut d'un heureux augure, et ils fondèrent là une ville qu'ils appelèrent Mediolanum. »

— Tite-Live, Histoire romaine - Livre V, 34.

Wikisource

Bibliographie

  • Paul-Marie Duval, Les Dieux de la Gaule, éditions Payot, Paris, février 1993, 169 p. (ISBN 2-228-88621-1).
    Réédition augmentée d'un ouvrage paru initialement en 1957 aux PUF. Paul-Marie Duval distingue la mythologie gauloise celtique du syncrétisme dû à la civilisation gallo-romaine.
     
  • Albert Grenier, Les Gaulois, Petite bibliothèque Payot, Paris, août 1994, 365 p. (ISBN 2-228-88838-9).
    Réédition augmentée d'un ouvrage paru initialement en 1970. Albert Grenier précise l’origine indo-européenne, décrit leur organisation sociale, leur culture et leur religion en faisant le lien avec les Celtes insulaires.
     
  • Christian-J. Guyonvarc'h, Magie, médecine et divination chez les Celtes, Bibliothèque scientifique Payot, Paris, 1997, (ISBN 2-228-89112-6).
  • Christian-J. Guyonvarc'h et Françoise Le Roux, Les Druides, Ouest-France Université, coll. « De mémoire d’homme : l’histoire », Rennes, 1986, (ISBN 2-85882-920-9).
  • Christian-J. Guyonvarc'h et Françoise Le Roux, La Civilisation celtique, Ouest-France Université, coll. « De mémoire d’homme : l’histoire », Rennes, 1990, (ISBN 2-7373-0297-8).
  • Christian-J. Guyonvarc'h et Françoise Le Roux, Les Fêtes celtiques, Ouest-France Université, coll. « De mémoire d’homme : l’histoire », Rennes, 1995, (ISBN 2-7373-1198-7).
  • Philippe Jouët, Aux sources de la mythologie celtique, Yoran embanner, Fouesnant, 2007, (ISBN 978-2-914855-37-0)
  • Venceslas Kruta, Les Celtes, Histoire et Dictionnaire, Éditions Robert Laffont, coll. « Bouquins » , Paris, 2000, (ISBN 2-7028-6261-6).

Consulter aussi la Bibliographie de la mythologie celtique et la Bibliographie sur les Celtes.

  • Portail du monde celtique Portail du monde celtique
Ce document provient de « Ambigatos ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Ambigat de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Seb Coupy — Sébastien Coupy, dit Seb Coupy, est un auteur / réalisateur français de films documentaires, né en 1971 à Genève[1]. Le plus souvent, ses films sont le fruit d une rencontre et se nourrissent principalement du réel. Jusqu à présent, il accorde… …   Wikipédia en Français

  • -587 — Cette page concerne l année 587 du calendrier julien proleptique. Années : 590 589 588   587  586 585 584 Décennies : 610 600 590   580  570 560 550 Siècles  …   Wikipédia en Français

  • Ambigatos — Dans la mythologie celtique gauloise, Ambigatos (latinisé en Ambigatus), est un roi mythique du peuple celte des Bituriges. Tite Live date son existence vers 600 avant J. C. mais aucune documentation archéologique n’accrédite son historicité. Le… …   Wikipédia en Français

  • La Tene — La Tène  Cet article concerne la période préhistorique. Pour la commune homonyme, voir La Tène (Neuchâtel). Âges préhistoriques …   Wikipédia en Français

  • La Tène — Pour la commune de Suisse, voir La Tène (Neuchâtel). Âges préhistoriques Holocène & …   Wikipédia en Français

  • Second âge du fer — La Tène  Cet article concerne la période préhistorique. Pour la commune homonyme, voir La Tène (Neuchâtel). Âges préhistoriques …   Wikipédia en Français

  • Tène — La Tène  Cet article concerne la période préhistorique. Pour la commune homonyme, voir La Tène (Neuchâtel). Âges préhistoriques …   Wikipédia en Français

  • DIONYSIUS Periegetes — temporibus Augusti, scripsit Geographiam versibus hexametris Graecis, quae hodie exstat: quod opus ἷςτορικὸν καλοῦσιν οἱ παλαιοὶ: ut ait Eust. Schol. Idem vixisse eum ait οὐχ ὑπὸ τῶ ὑπάτων, ἀλλ᾿ ἐπὶ τῶ ἀνάκτων, non sub Consulibus sed sub… …   Hofmann J. Lexicon universale

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”