Ambassade de France au Japon
Pix.gif Ambassade de France au Japon
France
France
Japon
Japon
Lieu 4-1-44, Minami-Azabu, Minato-ku
Tōkyō 106 - 8514
Coordonnées 35° 38′ 51″ N 139° 43′ 31″ E / 35.647498, 139.72521935° 38′ 51″ Nord
       139° 43′ 31″ Est
/ 35.647498, 139.725219
  
Ambassadeur Philippe Faure
Nomination 23 novembre 2007
Site internet Consulter

Géolocalisation sur la carte : Japon

(Voir situation sur carte : Japon)
Ambassade de France au Japon

Voir aussi : Ambassade du Japon en France
Ambassadeurs français

L'ambassade de France au Japon est la représentation diplomatique de la République française au Japon. Elle est située à Tōkyō, la capitale du pays, et son ambassadeur est, depuis 2007, Philippe Faure.

Sommaire

L'ambassade

L'ambassade actuellement située dans le quartier de Minami-Azabu (麻布?), Minato-ku, près de la gare de Hiroo (広尾?), au sud du centre de Tōkyō, où se trouvent de nombreuses ambassades[1]. Elle accueille aussi le consulat général de France et la Résidence de France.

Histoire

Ancienne ambassade à Iidamachi

Alors que la première légation de France au Japon s'était installée à Yokohama, port dans lequel les Français étaient confinés, un traité signé en 1887 permit alors un transfert vers la capitale. Elle s'établit dans le quartier d'Iidamachi, aujourd'hui Iidabashi, à proximité du palais impérial et des principales ambassades. Déjà trop exiguë, la représentation fut de plus endommagée puis détruite par les tremblements de terre et leurs répliques qui secouèrent la capitale japonaise en 1922 et 1923[2],[3].

Ambassade à Azabu

Une propriété du quartier huppé de Minami-Azabu[4] comprenant un parc de 24 000 m2 et des bâtiments fut vendue en 1930 par le marquis Tokugawa au gouvernement japonais qui la loua à la France, laquelle en fit sa nouvelle délégation en terre nippone. Les constructions furent détruites lors des bombardements alliés de la fin de la Seconde Guerre mondiale. C'est lors des années 1950 que Desmarets et Belmont créèrent les bâtiments actuels en imposant un style moderne s’éloignant de l’architecture néoclassique qui était la norme à l’époque. Ce n'est qu'en 1972 que l'État français put acquérir le terrain.

Le 29 octobre 2007, la France signe, avec un consortium privé franco-japonais (comprenant les compagnies Mitsui & Co, Nomura Real Estate Development, Takenaka Corporation et Aéroports de Paris Ingénierie), un accord prévoyant la cession d’une partie de son terrain en échange de la construction et de l’usage, par le consortium, d’un nouveau bâtiment qui redeviendra possession de la France après 50 ans[5]. Le consortium en échange reconstruit la chancellerie française et assume les coûts d’entretien pendant quinze ans. Cet accord constitue le premier contrat de partenariat public-privé conclu à l’étranger pour la France[5].

Ambassadeurs de France au Japon

De A Ambassadeur
1858 1858 Baron Jean-Baptiste Louis Gros[6],[7]
1858 1859 Baron Charles Gustave Martin de Chassiron[8]
1859 1863 Gustave Duchesne de Bellecour[9]
1863 1868 Léon Roches[10]
1868 1873 Maxime Outrey[11]
1871 1872 Paul Louis de Turenne
1890 1892 Joseph Adam Sienkiewicz[12]
1894 1905 Jules Harmand[13]
1905 1909 Gaston Raindre
1909 1914 Auguste Gérard
1914 1918 Eugène Regnault
1918 1919 Roger Maugras[14]
1919 1921 Edmond Bapst
1921 1927 Paul Claudel
1927 1929 Robert de Billy
1929 1933 Alfred de Martel
1935 1936 Fernand Pila
1937 1941 Charles Arsène-Henry
1946 1950 Général Zinovi Pechkoff[15],[16]
1950 1953 Maurice Dejean[17]
1953 1956 Daniel Lévi
1956 1959 Armand Bérard
1959 1961 Jean Daridan
1961 1964 Étienne Dennery
1964 1966 François Missoffe
1966 1972 Louis de Guiringaud
1972 1975 François Lefebvre de Laboulaye
1975 1977 Jean-Pierre Brunet
1977 1979 Louis Dauge
1979 1982 Xavier Daufresne de la Chevalerie
1982 1985 André Ross
1985 1987 Gilbert Pérol
1987 1991 Bernard Dorin
1991 1993 Loïc Hennekinne
1993 1998 Jean-Bernard Ouvrieu
1998 2002 Maurice Gourdault-Montagne
2002 2006 Bernard Faubournet de Montferrand[15]
2006 2007 Gildas Le Lidec[18]
2007 auj. Philippe Faure[19]

Relations diplomatiques

La première légation de France à Yokohama en 1870.

Les premières relations diplomatiques entre les deux pays ont été établies en 1858 par la signature à Edo d’un traité de paix, d’amitié et de commerce par Jean-Baptiste Louis Gros, baron et chargé d’affaires[20],[21]. Un simple consulat fut ouvert à Edo en 1859 dans le temple de Saikai-ji et Gustave Duchesne de Bellecour fut le premier à occuper le poste. En 1862, 12 Français étaient installés à Yokohama, initiant ainsi le commerce de la soie avec le Japon. Cette même année, le Shogun envoyait sa première ambassade, conduite par Takenouchi Yasunori, qui dura près d'une année entière, entre la France, l'Angleterre, les Pays-Bas, la Prusse et la Russie. En 1866, la Grande-Bretagne, les États-Unis, les Pays-Bas et la France profitèrent d'un nouveau traité pour implanter leurs ambassades à Yokohama. La France bâtit une grande ambassade de style colonial sur la rue Naka-Dōri. L'appui de Napoléon III fut déterminant dans les relations entre les deux pays, particulièrement sur le plan militaire (modernisation de l'armée du Shogun, fourniture d'armes). En dépit de sa participation à la Guerre de Boshin et de son soutien au vaincu, la coopération militaire se poursuivit en même temps que les échanges commerciaux et les visites diplomatiques (le Président Thiers en 1873).

Consulats

Outre celui de Tōkyō, il existe un autre consulat général de France au Japon, situé à Ōsaka, dont la circonscription, dite d'Ōsaka et Kōbe, couvre toute la partie sud du pays. Il existe en outre sept consuls honoraires basés à :

Notes et références

  1. Allemagne, Australie, Autriche, Chine, Corée du Sud, Finlande, Grèce, Iran, Norvège, Russie, Suisse, et Taïwan
  2. Bref historique sur Le site de l’Ambassade et de la Résidence. Consulté le 18 décembre 2008
  3. L'ambassade de France à Tokyo, une lente gestation par Christine Vendredi-Auzanneau, 2002
  4. Erioll world.svg vue satellite du quartier d'Azabu.
  5. a et b La France s’offre une ambassade à Tokyo sans débourser un euro dans Le Monde du 31 octobre 2007.
  6. Ambassadeur envoyé au Japon par Napoléon III.
  7. Voir Liste des Ambassadeurs/ministres plénipotentiaires de France au Japon extraite de La présence française au Japon: du XVIe siècle à nos jours, de Jean-Marie Thiébaud.
  8. Envoyé pour nouer des relations diplomatiques avec le Japon et la Chine
  9. Premier Consul
  10. Quel homme était donc Léon Roches ? de Rolland Gisbert
  11. Marie-Arsène Litou fut chargé d'affaires a.i. entre la démission de Léon Roches et la nomination de Maxime Outrey, en 1868
  12. Ministre de la France
  13. Envoyé extraordinaire et ministre plénipotentiaire
  14. Chargé d'affaires a.i.
  15. a et b Pour les dates précises, de 1946 à 2002, voir Annuaire diplomatique et consulaire de la république française 2003, vol. C, Paris, Imprimerie nationale, 2003, 1950 p. [lire en ligne], p. 61-62 
  16. Chef de la mission française de liaison auprès du commandant supérieur allié en Extrême-Orient
  17. Chef de la mission française de liaison auprès du commandant supérieur allié en Extrême-Orient jusqu'au 5 mai 1952 puis Ambassadeur
  18. Décret du 23 novembre 2007 sur Journal officiel de la République française. Consulté le 17 novembre 2009
  19. Décret du 9 janvier 2006 sur Journal officiel de la République française. Consulté le 17 novembre 2009
  20. Charles Gustave Martin de Chassiron, Notes sur le Japon, la Chine et l'Inde : 1858-1859-1860 en ligne sur Wikisource
  21. 150e anniversaire des relations franco-japonaises.

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

Bibliographie


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Ambassade de France au Japon de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Ambassade De France Au Japon — L ambassade de France au Japon est actuellement située dans le quartier de Minami Azabu (麻布, Azabu?), Minato ku, près de la gare de Hiroo (広尾 …   Wikipédia en Français

  • Ambassade de france au japon — L ambassade de France au Japon est actuellement située dans le quartier de Minami Azabu (麻布, Azabu?), Minato ku, près de la gare de Hiroo (広尾 …   Wikipédia en Français

  • Ambassade de France — Représentations diplomatiques de la France Représentations françaises dans le monde La France est représentée dans le monde grâce à ses ambassades. Elle dispose du deuxième réseau d ambassades et de consulats au monde après les États Unis …   Wikipédia en Français

  • Emploi au Japon — L emploi au Japon est marqué par un faible taux de chômage et l augmentation ces dernières années de l emploi précaire. Sommaire 1 Contexte 1.1 Faible taux de chômage 1.2 Augmentation de l’emploi « non régulier » …   Wikipédia en Français

  • Ambassade française — Représentations diplomatiques de la France Représentations françaises dans le monde La France est représentée dans le monde grâce à ses ambassades. Elle dispose du deuxième réseau d ambassades et de consulats au monde après les États Unis …   Wikipédia en Français

  • Ambassade — L ambassade de l Indonésie à Canberra, en Australie. Une ambassade est une représentation diplomatique d un État auprès d un autre. Par extension, le terme est utilisé pour désigner le lieu où sont établis les locaux de cette activité. C est… …   Wikipédia en Français

  • Relations entre la France et le Japon — Relations entre la France et le Japon …   Wikipédia en Français

  • Relations entre la Chine et le Japon — Relations entre la Chine et le Japon …   Wikipédia en Français

  • Institut franco-japonais de Tokyo — L Institut de Tokyo, dans le bâtiment de Junzō Sakakura L’Institut franco japonais de Tokyo (日仏学院, Nichi Futsu gakuin …   Wikipédia en Français

  • Institut Franco-Japonais de Tokyo — L Institut de Tokyo, dans le bâtiment de Junzō Sakakura L’Institut franco japonais de Tokyo est un établissement public français placé sous tutelle du ministère des Affaires étrangères. Créé en 1952 dans un bâtiment dessiné par l’architecte jap …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”