Aluku

Les Alukus — le terme se prononce aloukou — constituent un groupe ethnique du Suriname issu de descendants d’esclaves africains rebelles, les Bushinengues — littéralement, les noirs des forêts, aussi appelés noirs marrons —, qui se sont échappés des plantations hollandaises aux XVIIe et XVIIIe siècles — le Suriname actuel correspond à l'ancienne colonie de la Guyane hollandaise. Ils parlent une variante de la langue des Aluku, des Ndjuka et des Paramaka.

Avant eux s'étaient échappés d'autres esclaves : les premiers sont ceux qui formeront le groupe Saramaca, les seconds le groupe Djuka. Les Alukus sont aussi appelés Bonis, du nom de leur premier chef, Boni Bokilifu, un mulâtre lui-même esclave. S'enfonçant, peu à peu, dans la forêt amazonienne, ils finirent par s'installer à la fin du XVIIIe siècle le long des berges de la rivière Lawa affluent du Maroni, formant aujourd'hui la frontière entre la Guyane française et le Suriname.

Au fur et à mesure des brassages entre les différentes populations en fuite ils formèrent une nouvelle ethnie. Les combats menés pour leur liberté contre les troupes hollandaises, mais aussi contre les Djukas et les Saramacas, frères ennemis vivant plus au nord, créèrent un sentiment d'appartenance à un même peuple habitant indifféremment d'un côté ou de l'autre du fleuve, aujourd'hui frontière.

Leur langue traditionnelle est un créole à base anglaise (environ à 90 %). Il est similaire aux langues parlées par les Saramacas et les Djukas. Il y a autant de différence entre l'Aluku et le Djuka qu'entre le français de Marseille et celui de Brest.

Aujourd'hui, la fraction la plus importante et la plus anciennement occupée du territoire traditionnel des Alukus est située dans la région de Maripasoula, se composant des communes et villages de Maripasoula, Papaïchton, Kormontibo, Assissi, Loco, Tabiki, et Agoodé en Guyane Française, et Cottica, au Suriname. Une autre partie, très en aval se situe près de l'embouchure du fleuve avec les villages d'Apatou et de Maïman. Il existe aussi une très importante population Aluku à Saint-Laurent-du-Maroni, à Cayenne et à Kourou.

Traditionnellement, les Alukus s'autosuffisaient, en vivant de cueillette, de chasse, de pêche et de culture nomade situées loin de leur habitation. Cependant, dans leur ensemble, ils semblent avoir passé le point de non-retour vers la société de consommation, de l'économie marchande et de la modernité. De nombreux Bonis sont embauchés, comme conducteurs d'embarcations fluviales (piroguiers) par l'armée de terre, au sein du 9e RIMa. Selon Bernard Delpech, dans Les Cahiers d'Outre-mer, n°182 : ils subissent la « déstabilisation de la base matérielle traditionnelle, transformation des mentalités, altération des règles de vie collective », voir bondy.ird.fr.

Liens externes



Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Aluku de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Aluku — The Aluku are a Maroon ethnic group living in the forested interior of Suriname, and the eponymous term for their language, which has less than 1,000 speakers. They are mostly descended from former slaves, although their culture displays plenty… …   Wikipedia

  • aluku —  adj. et n.m. D un peuple de Guyane …   Le dictionnaire des mots absents des autres dictionnaires

  • Langue des Aluku, des Ndjuka et des Paramaka — La langue des Aluku, des Ndjuka et des Paramaka est constituée par trois parlers, très proches entre eux et pouvant être considérés comme des variantes d une même langue. Ce sont des créoles à base anglaise. Le terme généralement employé par les… …   Wikipédia en Français

  • Saramaka — Total population 55,000 Regions with significant populations Suriname and French Guiana Languages …   Wikipedia

  • Kwinti — Les Kwinti sont un groupe ethnique vivant dans la forêt intérieure du Suriname. Langue Leur créole portant le nom éponyme, est parlé par moins de mille personnes. Il est basé sur l anglais avec des influences françaises et autres. Il est proche… …   Wikipédia en Français

  • Ndjuka (langue) — Ndjuka Parlée au Suriname, Guyane Nombre de locuteurs environ 15 000 au Suriname Classification par famille   pidgins et créoles …   Wikipédia en Français

  • Paramaca — Cet article concerne la langue paramaca. Pour le peuple paramaca, voir Paramacas. Le paramaca ou paramaccan est une langue créole anglo portugaise parlée par les Paramacas au Suriname et en Guyane. Il fait partie de la langue des Aluku, des… …   Wikipédia en Français

  • Sranan — Parlée au Suriname, Guyane française Nombre de locuteurs 300 000 au Suriname, dont 120 000 comme première langue, quelques dizaines de milliers en Guyane française Classification par famille …   Wikipédia en Français

  • Musikbogen — Der Musikbogen (englisch musical bow) ist ein einfaches Saiteninstrument, bei dem eine oder mehrere Saiten zwischen den Enden eines biegsamen und gebogenen Saitenträgers gespannt sind. Die Saitenspannung wird durch die Biegekraft des meist dünnen …   Deutsch Wikipedia

  • Galibi — Kali na Pour les articles homonymes, voir Kalina. Kali nas …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”