Alternative liberale

Alternative libérale

Alternative libérale
logo d'Alternative libérale 
Présidente Sabine Herold
Fondation 1er mars 2006
Disparition {{{disparition}}}
Siège 94 boulevard Flandrin
75116 Paris
Secrétaire Général Louis-Marie Bachelot
Trésorier Christian Tarro Tomà
Vice-présidents Laurence Petit, Vincent Mauricard, Jean-Paul Oury, Alain Genestine, Matthieu Longobardi
Portes-paroles Sabine Hérold
{{{option-5}}} {{{valeur-5}}}
{{{option-6}}} {{{valeur-6}}}
Présidents du groupe
au Sénat {{{Sénat}}}
à l'Assemblée {{{Assemblée}}}
au Parlement européen {{{ParlementEuropéen}}}
Représentation du parti
Députés {{{Députés}}}
Sénateurs {{{Sénateurs}}}
Députés européens {{{Députéseuropéens}}}
Idéologie Libéralisme, Libertarianisme
Affiliation européenne {{{européenne}}}
Affiliation internationale {{{internationale}}}
Couleurs violet
Site Web alternative-liberale.fr
voir aussi

Constitution française
Politique de la France
Gouvernement français
Président français
Partis politiques français
Élections en France

Alternative libérale (AL) est un parti politique français créé le 1er mars 2006, d'inspiration libérale classique, c'est-à-dire favorable au libéralisme politique comme au libéralisme économique, et qui se revendique au-delà de la gauche et de la droite, conformément au diagramme de Nolan.

Sommaire

Origines et influences

Alternative libérale se réfère entre autres au Freie Demokratische Partei (FDP, le parti libéral-démocrate allemand) ou aux Progressive Democrats irlandais (« Démocrates progressistes »), et se démarque de l'ancien parti Démocratie libérale en ce que son libéralisme dépasserait la sphère économique dans laquelle DL se serait cantonné. Il aspire à devenir une force entre le parti socialiste et les conservateurs ; d'où le choix du violet comme couleur, mélange du rouge de la gauche et du bleu de la droite.

Le premier président du mouvement fut Édouard Fillias, et son principal porte-parole, Sabine Herold, son épouse. Ils se sont fait connaître en tant que fondateurs de l'association Liberté, j'écris ton nom (désormais Liberté chérie).

Les associations libérales françaises (Liberté chérie, l'Institut français pour la recherche sur les administrations publiques (iFRAP), Contribuables associés ou SOS Éducation) ont diversement accueilli la naissance d'Alternative libérale.

Pour certains conservateurs tels que Bernard Zimmern, ancien président de l'iFRAP, la fondation d'Alternative libérale ne peut qu'affaiblir le pôle libéral de l'Union pour un mouvement populaire (UMP)[1]. Les fondateurs d'Alternative libérale réfutent cette analyse, jugeant que l'UMP n'est pas un parti libéral, mais un parti conservateur et étatiste.

Au niveau européen, Alternative Libérale reçoit, lors de son 2e congrès national le 4 février 2007, la visite et le soutien de Annemie Neyts, présidente du Parti européen des libéraux, démocrates et réformateurs (ELDR), troisième parti politique européen comme groupement des partis libéraux au Parlement européen. Alternative Libérale reçoit aussi la visite de Markus Löning, vice président de l'ELDR et député berlinois du FDP pour un échange de vue sur la politique européenne.[2]

Changement de direction en 2007 : la question du positionnement

Le 3 octobre 2007, Édouard Fillias annonce qu'il ne se représentera pas pour un nouveau mandat à la présidence du parti, celle-ci devant être remise en jeu le 28 octobre. Le 28 octobre 2007, Aurélien Véron est élu nouveau président d'Alternative libérale. Cependant, suite à une démission de tout le bureau, celui-ci est remplacé par Sabine Herold qui est élue présidente le 5 mars 2008. Le débat portait sur la ligne politique « de soutien à la majorité de droite et du Président » et sa conformité à la mission d'Alternative libérale[3]. Le scrutin interne qui porte Sabine Hérold est jugé illégal par des membres du parti et Aurélien Véron, soutenu par une partie des militants crée un nouveau parti, le Parti libéral démocrate (PLD) tandis que le porte-parole de Liberté Chérie, l’Ifrap ou encore les Contribuables Associés se distancient de AL estimant que la nouvelle présidente n'a alors pas de légitimité[4].

Organisation

Alternative libérale revendique 1 500 adhérents en janvier 2007, dans toute la France ; 219 membres se sont exprimés lors de l'élection du conseil en novembre 2007.

Direction

  • Présidente :
  • Secrétaire général :
    • Louis-Marie Bachelot
  • Trésorier :
    • Christian Tarro-Tomà
  • Vice-présidents :
    • Laurence Petit (contact avec les Fédérations), Jean-Paul Oury (en relation avec les Médias), Vincent Mauricard (cellule élections), Mathieu Longobardi et Alain Genestine (Co-Directeurs de l'Université Libérale)
  • Autres responsables :
    • Jacques Legrand (veille politique), Gilles Franchini (la violette)

Comités

Le mouvement revendiquait au 1er mars 2006 21 fédérations régionales[5] et affiche 41 comités locaux en avril 2009[6].

Programme

Alternative Libérale est un mouvement libéral, c'est-à-dire favorable à une « société du libre choix », basée sur la liberté et la responsabilité individuelle, et la garantie par la loi de l’État de droit.

Ce parti souhaite un État qui garantisse la justice, la liberté et prenne en charge les fonctions régaliennes, telles que la défense nationale ou la sécurité. Mais il s'oppose à son intervention systématique dans la vie quotidienne des citoyens via de multiples lois et règlements, intervention qu'il considère comme exagérée en France et qu'il accuse de dé-responsabiliser les Français. Pour AL, chacun doit être libre de ses choix et les assumer.

Du point de vue économique, le programme d'Alternative Libérale s'inspire du libéralisme économique tel qu'il a été appliqué en Irlande[7] et se veut assez proche du FDP, le parti libéral-démocrate[8] allemand.

Du point de vue politique et social, Alternative Libérale défend les droits de l'homme, les libertés individuelles fondamentales et l’épanouissement individuel pour tous. Récemment Alternative Libérale a instauré le blackout de son site Internet en protestation contre la loi liberticide HADOPI rejetée le 24 septembre dernier par le parlement Européen à travers l’amendement 138, à 573 députés contre 54.

Ses mesures phares sont l’instauration d’une allocation universelle, la fin du monopole de la Sécurité sociale, la suppression de la carte scolaire et l’autonomie des universités, la simplification et réduction des impôts et la création d’un impôt à taux unique, la légalisation du cannabis, l’introduction des actions de groupe ((en) class actions) ou encore la légalisation du mariage homosexuel.

Ainsi, ils s'opposent tant au Parti socialiste en matière économique et sociale qu'au conservatisme en matière de mœurs. Alternative Libérale est généralement classée au centre-droit de l'échiquier politique[réf. nécessaire]. Néanmoins Alternative Libérale réfute la pertinence de l'axe gauche-droite et privilégie l'analyse selon le diagramme de Nolan. Le Ministère de l'Intérieur classe le mouvement dans les « divers droite »[9].

Stratégie électorale

Alternative Libérale a désigné Édouard Fillias comme candidat à l'élection présidentielle de 2007. Le 1er juillet 2006, AL annonçait que « les cinq cents signatures ne sembl[ai]ent pas être un problème à réunir »[10], puis le 28 décembre 2006 qu'« il n'était pas impossible que [le candidat] les obtienne »[11]. Alternative Libérale revendique le parrainage d'Alain Madelin[12]. Finalement Édouard Fillias, n'ayant pas collecté un nombre de signatures suffisantes, a retiré sa candidature à la présidentielle et apporté son soutien à François Bayrou en expliquant qu'il s'agissait du candidat le moins anti-libéral parmi le spectre disponible.

Élections législatives de 2007

AL a présenté des candidats dans environ 50 circonscriptions aux législatives de 2007 ; Sabine Herold s'est présentée dans la 15e circonscription (16e arrondissement nord) de Paris face au sortant UMP Bernard Debré et a obtenu 1,36 % des voix. Dans la 12e circonscription de Paris, Édouard Fillias a été candidat et la circonscription a été remportée par Philippe Goujon (UMP)[13]. Il y a obtenu 0,52 % des voix.

Élections européennes de 2009

Les élections européennes de 2009 constituent le deuxième test électoral pour Alternative libérale. Le parti présente des listes dans 5 des 8 circonscriptions, ce qui donne accès à la campagne officielle nationale. Les listes "Votre Europe" d'Alternative Libérale font campagne sur trois thèmes : sortir de la crise en évitant le piège de la dette, protéger le pouvoir d'achat en luttant contre les monopoles publics et privés et préserver les libertés en adoptant une constitution courte. Alternative libérale reçoit le soutien de l'ELDR, Le Parti européen des libéraux, démocrates et réformateurs[réf. nécessaire]. Après une campagne démarrée par un congrès organisé à Bobino le 26 avril 2009, Alternative libérale obtient des scores allant de 0,02%[14] à 0,26%, la présidente d'AL obtenant 0,1% des voix en Île-de-France.

Notes et références

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

Wikinews-logo.svg

Wikinews propose des actualités concernant « France : Congrès fondateur d'Alternative Libérale ».


  • Portail de la politique Portail de la politique
  • Portail du libéralisme Portail du libéralisme
  • Portail de la France Portail de la France
Ce document provient de « Alternative lib%C3%A9rale ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Alternative liberale de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Alternative Libérale —   Présidente Sabine Herold …   Wikipédia en Français

  • Alternative libérale —  Ne doit pas être confondu avec Alternative libertaire. Alternative libérale Présentation …   Wikipédia en Français

  • Alternative libertaire —  Ne doit pas être confondu avec Alternative libérale. Alternative libertaire Présentation Secrétaire général Sans …   Wikipédia en Français

  • Alternative Linke — Gründungsdatum: 29. Mai 2010 Gründungsort …   Deutsch Wikipedia

  • Liberale Partei des Rheinlands — Dieser Artikel beschreibt die Freie Demokratische Partei der Bundesrepublik Deutschland; zur gleichnamigen Partei in der DDR siehe Freie Demokratische Partei (DDR). Freie Demokratische Partei …   Deutsch Wikipedia

  • Liberale Partei Kanadas — Liberal Party of Canada Parti libéral du Canada Basisdaten Gründungsjahr: 1867 Ausrichtung: Liberalismus Sozialliberalismus …   Deutsch Wikipedia

  • Liberale Jüdische Gemeinde — Eine Jüdische liberale Gemeinde ist eine alternative jüdische Gemeinde, die sich dem sogenannten progressiven Judentum verbunden fühlt und sich zumeist in der Tradition der bedeutenden liberalen Richtung des deutschen Judentums vor 1938 versteht …   Deutsch Wikipedia

  • Liberale jüdische Gemeinde — Eine Jüdische liberale Gemeinde ist eine alternative jüdische Gemeinde, die sich dem sogenannten progressiven Judentum verbunden fühlt und sich zumeist in der Tradition der bedeutenden liberalen Richtung des deutschen Judentums vor 1938 versteht …   Deutsch Wikipedia

  • Liberal Alternative — Infobox French Political Party party name = Alternative Libérale Liberal Alternative party party wikicolourid = Alternative Libérale leader = Sabine Herold foundation = March 1 2006 ideology = Classical liberalism président = european = europarl …   Wikipedia

  • Democratie liberale (parti politique) — Démocratie libérale (parti politique) Pour les articles homonymes, voir démocratie libérale (homonymie). Démocratie libérale …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”