Joseph Marie Dessaix
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dessaix.
Joseph Marie Dessaix
Joseph Marie Dessaix
Joseph Marie Dessaix

Naissance 24 septembre 1764
Thonon-les-Bains
Décès 26 octobre 1834
Marclaz
Origine Drapeau de France France
Grade général de division
Hommages Nom gravé sous l'Arc de triomphe de l'Étoile (1re colonne)
Statue commémorative du général Joseph Marie Dessaix, située dans le parc du belvédère à Thonon-les-Bains.

Joseph Marie Dessaix, général d’Empire, (né le 24 septembre 1764 à Thonon-les-Bains (Savoie puis ancien département du Mont-Blanc) et mort le 26 octobre 1834 à Marclaz).

Sommaire

Guerres de la Révolution française

Fils d'un médecin, il prit le grade de docteur en médecine à Turin, et vint exercer son art à Paris. Il adopta les principes de la Révolution française, entra, au mois de juillet 1789, dans la garde nationale parisienne, retourna à Thonon en 1791 pour y faire germer les idées françaises, revint à Paris en 1792, et concourut avec Doppet, dans le dessein commun de porter la liberté en Savoie, à la formation de la société de la propagande des Alpes, nommé presque aussitôt : Club des patriotes étrangers[1].

En 1792, il propose à la Convention la création de la légion des Allobroges. Nommé capitaine dans cette légion le 7 août, il commandait le noyau de sa compagnie dans la journée du 10 août 1792[2].

Il fut fait chef de bataillon le 13. Suivant le décret, l'organisation définitive de la légion devait avoir lieu à Grenoble ; Dessaix et Doppet conduisirent donc leur troupe dans cette ville. Au mois de septembre, la légion entrait à Chambéry avec le général de Montesquiou ; et au mois de novembre, Dessaix succédait à Doppet dans le commandement de cette troupe.

En juin 1793, il marcha contre les Marseillais avec l'armée des Pyrénées orientales, fut nommé colonel le 17 août, entra le 20 à Marseille et se rendit ensuite au siège de Toulon.

Sa conduite au siège de cette place parut digne de récompense aux représentants du peuple, qui voulurent le nommer général de brigade ; mais il refusa un avancement qu'il croyait ne pas avoir mérité. En l'an II, il servit à l'armée des Pyrénées, et se distingua, le 13 floréal, en repoussant avec sa légion, forte de 1 500 hommes, les attaques de 8 000 Espagnols, auxquels il fit éprouver une grande perte. Le 17, il contribua à la prise de Saint-Laurent-de-la-Monga. Il s'empara de Campredon le 19 prairial.

Après s'êlre trouvé aux différents combats qui signalèrent la fin de cette campagne, il passa à l'armée d'Italie au commencement de l'an III. Au mois de nivôse, il enleva les redoutes de Saint-Jean, en Piémont, et reçut un coup de baïonnette à la tête. Ses soldats voulaient fusiller les prisonniers qu'ils venaient de faire, mais il les sauva au péril de ses jours. Le 11 thermidor, il fut blessé à la retraite de Salò.

Le lendemain, il pénétra dans cette ville, s'empara de deux pièces de canon, de deux drapeaux et de 200 Autrichiens, poursuivit l'ennemi et délivra le général Guieu et 300 Français. Il se rendit maître de Rocca-d'Anfo le 19, et de Storo le 23. Le 1er fructidor il reçut une blessure en s'emparant d'une redoute armée de deux canons ; il courut de grands dangers le 19, dans une reconnaissance sur l'Adige. Le 22, il prit San-Michaeli ; le 1er jour complémentaire, le général Vaubois lui ordonna de tenir jusqu'à la dernière extrémité au plateau de Rivoli. Il fit ses dispositions en conséquence ; mais, cerné par des forces supérieures, couvert de blessures, il tomba au pouvoir des Autrichiens, qui le conduisirent en Hongrie.

Après une captivité de sept mois, il revint en Italie à la suite d'un échange, et fut élu, en germinal an VI, par le département du-Mont-Blanc, député au Conseil des Cinq-Cents, où il ne se fit remarquer que par des opinions républicaines des plus avancées.

Consulat et Empire

Malgré son opposition au mouvement de Brumaire, le premier Consul lui conserva le commandement de son corps, devenu 27e demi-brigade légère et l'envoya en Hollande. Il commanda successivement Nimègue, Bergen-op-Zoom, Rotterdam, Dusseldorf, le Grand Duché de Berg, Aschaffenbourg, Francfort, La Haye, Bréda.

Guerres napoléoniennes

Le 11 fructidor an XI(29 août 1803), le premier Consul lui conféra le grade de général de brigade, et le nomma en l'an XII, les 19 frimaire et 20 prairial, membre et commandant de la Légion d'honneur. Employé à la Grande Armée en l'an XIV, il se distingua à la prise d'Ulm.

En 1809, il commanda une brigade de l'armée d'Italie sous les ordres du prince Eugène de Beauharnais, fut blessé le 10 avril, au passage du Tagliamento, prit le commandement de l'avant-garde de l'armée, se trouva à la bataille de la Piave le 8 mai, et à toutes les affaires qui eurent lieu jusqu'à la jonction avec la Grande Armée, et fut créé comte d’Empire et général de division le 9 juillet 1809, quelques jours après la bataille de Wagram, où il avait été blessé à la cuisse. Dans un déjeuner qu'il fit à Vienne, Napoléon Ier le salua du surnom d'intrépide.

En 1810, il eut le commandement d'Amsterdam, et reçut, le 30 juin 1811, la décoration de grand officier de la Légion d'honneur ; l'Empereur le fit aussi électeur du département du Léman. Employé en 1812 au 1er corps de la Grande Armée, il fut blessé, le 22 juillet à Mohilow, concourut à la prise de Smolensk, combattit, le 7 septembre, à la bataille de la Moskowa, eut peu après le bras fracassé par un biscaïen, dut céder sa division au général Rapp, et reçut, au commencement d'octobre 1812, le commandement de Berlin, commandement qu'il conserva jusqu'au 26 février 1813.

Plaque commémorant de la victoire des troupes de Joseph Marie Dessaix lors de la bataille de Saint-Julien-en-Genevois (1814)

Il était dans ses foyers depuis plusieurs mois, lorsque, le 4 janvier 1814, l'Empereur le chargea d'une partie de la défense des Alpes. Obligé de se replier, il rejoignit le corps d'Augereau. Les faits de guerre qui lui sont propres pendant cette courte campagne, pour être obscurs, n'en méritent pas moins d'être cités, et c'est avec un sentiment de reconnaissance justement apprécié, que ses compatriotes l'appelèrent alors le Bayard de la Savoie.

Dessaix se rallia à la monarchie lors de la première Restauration, et reçut la croix de Saint-Louis le 27 juin 1814. Napoléon, à son retour de l'île d'Elbe, lui donna le commandement de Lyon, puis celui d'une division de l'armée des Alpes, sous Sachet.

Restauration

Noms gravés sous l'Arc de Triomphe de l'Étoile : pilier Ouest, 1re et 2e colonnes.

Après la seconde abdication, il se réfugia dans le pays de Gex, d'où il revint à Thonon. Il quitta la France en 1816 et se retira d'abord en Suisse, puis en Piémont. Arrêté au mois de mai 1816 et conduit au fort de Fenestrelles, il n'en sortit qu'au mois de septembre suivant, et sur un ordre du roi de Sardaigne. Il se retira à Ferney-Voltaire, où son frère exerçait la profession d'avocat.

En 1821, quand les patriotes piémontais voulurent faire leur révolution pour secouer le joug qui pesait sur eux, ils lui demandèrent de commander les forces de l'insurrection ; mais il laissa ce commandement aux généraux Guillaume de Vaudoncourt et Belloti.

Il accueillit la révolution de 1830, et fut nommé, par ordonnance du 12 novembre, commandant de la garde nationale de Lyon.

Son nom est gravé parmi ceux de la face Nord de l'arc de triomphe de l'Étoile.

Sources

  • Marie-Nicolas Bouillet et Alexis Chassang (dir.), « Joseph Marie Dessaix » dans Dictionnaire universel d’histoire et de géographie, 1878  (Wikisource)
  • « Joseph Marie Dessaix », dans Charles Mullié, Biographie des célébrités militaires des armées de terre et de mer de 1789 à 1850, 1852 [détail de l’édition]

Notes et références

  1. « Ce n'était point assez, dit Doppet dans ses Mémoires, p. 35, de faire des dons patriotiques et de faire des vœux pour le triomphe de la liberté, nous résolûmes de former une légion composée de Suisses, de Savoisiens et de Piémontais, pour aller partager aux frontières les lauriers des légions françaises. Nous nous présentâmes à l'Assemblée nationale le 31 juillet 1792. Chargé d'y porter la parole, je demandai la levée et l'organisation d'une légion franche, sous le nom de Légion des Allobroges. J'ai oublié de dire que, voyant depuis quelque temps la société composée de Suisses et de Savoisiens, nous lui avions ôté le nom de Club des patriotes étrangers pour lui donner celui des Allobroges. Ce fut la raison qui nous fit adopter le nom d'Allobroges pour la légion. L'Assemblée législative décréta la levée et l'organisation de la légion des Allobroges. Presque tous les membres de notre société s'étaient fait inscrire dans la liste des soldats Allobroges avant que de présenter notre demande à l'Assemblée nationale ; mais, dès que le décret fut connu, les Savoisiens vinrent en foule se faire inscrire, et l'on y reçut beaucoup de Suisses et quelques Piémontais qui se trouvaient à Paris. »
  2. Malgré les dangers qu'il y avait peut-être à courir en protégeant les gardes suisses, objet de la fureur populaire, il parvint à en sauver un assez grand nombre qui, par reconnaissance, demandèrent à être incorporés dans sa compagnie.

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :



Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Joseph Marie Dessaix de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Joseph Marie, Count Dessaix — Joseph Marie Dessaix. Joseph Marie, Count Dessaix (September 24, 1764, Thonon les Bains, Haute Savoie – October 26, 1834) was a French general. He was born at Thonon in Savoy. He studied medicine, took his degree at Turin, and then went to Paris …   Wikipedia

  • Dessaix — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Dessaix Joseph Marie Dessaix, général français, (1764 1834) ; Joseph Dessaix, auteur savoyard, (1817 1870), neveu du précédent. Nathalie Dessaix… …   Wikipédia en Français

  • Joseph Dessaix — Pour les articles homonymes, voir Dessaix. Joseph Dessaix est un auteur savoyard, né à Allinges (Haute Savoie), le 7 mai 1817 et mort à Évian en 1870 d une angine de poitrine. Il était le neveu du célèbre général Joseph Marie Dessaix de l armée… …   Wikipédia en Français

  • Dessaix — biographical name Comte Joseph Marie 1764 1834 French general …   New Collegiate Dictionary

  • Stade Joseph Moynat — Thonon les Bains Thonon les Bains Vue de la mairie de Thonon les Bains …   Wikipédia en Français

  • Les 660 noms gravés sous l'Arc de Triomphe de l'Etoile — Noms gravés sous l Arc de Triomphe de l Étoile Voici la liste des 660 personnalités figurant sous l’arc de triomphe de l’Étoile, à Paris. Elles servirent sous la Révolution française et le Premier Empire. Voir aussi la liste des généraux de la… …   Wikipédia en Français

  • Liste des officiers figurant sur l'arc de Triomphe — Noms gravés sous l Arc de Triomphe de l Étoile Voici la liste des 660 personnalités figurant sous l’arc de triomphe de l’Étoile, à Paris. Elles servirent sous la Révolution française et le Premier Empire. Voir aussi la liste des généraux de la… …   Wikipédia en Français

  • Liste des officiers figurants sur l'Arc de Triomphe — Noms gravés sous l Arc de Triomphe de l Étoile Voici la liste des 660 personnalités figurant sous l’arc de triomphe de l’Étoile, à Paris. Elles servirent sous la Révolution française et le Premier Empire. Voir aussi la liste des généraux de la… …   Wikipédia en Français

  • Noms graves sous l'Arc de Triomphe de l'Etoile — Noms gravés sous l Arc de Triomphe de l Étoile Voici la liste des 660 personnalités figurant sous l’arc de triomphe de l’Étoile, à Paris. Elles servirent sous la Révolution française et le Premier Empire. Voir aussi la liste des généraux de la… …   Wikipédia en Français

  • Noms gravés sous l'Arc de Triomphe de l'Étoile — Voici la liste des 660 personnalités figurant sous l’arc de triomphe de l’Étoile, à Paris. Elles servirent sous la Révolution française et le Premier Empire. Voir aussi la liste des généraux de la Révolution et du Premier Empire. Légende :… …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”