Joseph Bonaparte
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Joseph Ier et Bonaparte.
Joseph-Napoléon Ier
Joseph-Bonaparte.jpg
Joseph-Napoléon Ier, roi des Espagnes et des Indes.

Titre
Roi d'Espagne
6 juin 180811 décembre 1813
(&&&&&&&&&&&020145 ans, 6 mois et 5 jours)
Prédécesseur Ferdinand VII
Successeur Ferdinand VII
Roi de Naples
30 mars 18066 juillet 1808
(&&&&&&&&&&&&07992 ans, 2 mois et 6 jours)
Prédécesseur Ferdinand Ier
Successeur Joachim Ier
Biographie
Dynastie Maison Bonaparte
Nom de naissance Giuseppe de Buonaparte
Date de naissance 7 janvier 1768
Lieu de naissance Flag of Genoa.svg Corte, Corse (République de Gênes)
Date de décès 28 juillet 1844 (à 76 ans)
Lieu de décès State flag of the Grand Duchy of Tuscany.PNG Florence (Grand-duché de Toscane)
Père Charles Bonaparte
Mère Maria Letizia Ramolino
Conjoint Julie Clary
Enfants Zénaïde Bonaparte
Charlotte Bonaparte

Grandes armes du Royaume de Naples2.svg Grand Coat of Arms of Joseph Bonaparte as King of Spain.svg
Rois de Naples
Monarques d'Espagne

Joseph Bonaparte[1], né le 7 janvier 1768 à Corte et mort le 28 juillet 1844 à Florence, est le frère aîné de Napoléon Bonaparte. Il est d'abord avocat, puis diplomate et soldat. Sous le Premier Empire, il est nommé prince français, puis devient roi de Naples et roi d'Espagne.

Sommaire

Biographie

Jeunesse

Joseph Bonaparte était destiné au barreau quand l’exil de la famille, conséquence de la brouille avec le chef corse Pascal Paoli, l'oblige à rejoindre la Provence. Le 1er août 1794, il épouse à Cuges-les-Pins, Julie Clary (1771-1845), fille d’un négociant de Marseille. Ils ont trois enfants : Julie Joséphine (1796-1796), Zénaïde Bonaparte (1801-1854) et Charlotte Bonaparte (1802-1839).

Homme politique et diplomate sous le Directoire et le Consulat

Après avoir été, grâce à son frère, nommé commissaire des guerres à l'armée d'Italie, il est, en 1796, élu par la Corse député au Conseil des Cinq-Cents. L'opposition des royalistes ne lui permet pas de siéger avant le coup d'État du 18 fructidor an V. Il entame en 1797 une carrière diplomatique, d'abord à Parme puis à Rome auprès de Pie VI. Il quitte la ville après l'émeute du 28 décembre 1797 et le meurtre du général Duphot, son aide de camp. Il retourne alors siéger au conseil des Cinq-Cents et y tient un rôle effacé. Il tente cependant de concilier son frère Napoléon et le général Bernadotte lors des préparatifs du coup d'État du 18 Brumaire, le second étant son beau-frère depuis son mariage avec Désirée Clary. C'est à cette époque qu'il achète sa propriété de Mortefontaine.

Membre du Corps législatif et du Conseil d'État, Joseph se consacre principalement aux missions diplomatiques du Consulat et signe le traité de Mortefontaine (1800) avec les États-Unis, la paix de Lunéville (1801) avec l'Autriche, et la paix d'Amiens (1802) avec le Royaume-Uni.

Prince français et grand électeur de l'Empire (1804-1806)

Le sénatus consulte proclamant l'Empire en 1804 désigne les potentiels héritiers du trône parmi la descendance de Joseph, Napoléon et Louis. Il est altesse impériale et porte le titre de prince français. Il assure la régence de l'Empire pendant la campagne de 1805. En 1805, il est titulaire d'une des grandes dignités de l'Empire français en tant que grand électeur de l'Empire.

Roi de Naples (1806-1808)

Devenu roi de Naples le 31 mars 1806, il tâche de se faire aimer de la population mais échoue à rallier la noblesse. Entouré d'une équipe très compétente (Saliceti, Roederer, Miot, Girardin, Dumas), il réforme les ordres monastiques et réorganise le système judiciaire, éducatif et financier.

Sur ordre de l'empereur, il remet son royaume à son beau-frère Murat le 5 juillet 1808[2].

Roi d'Espagne (1808-1813)

Joseph Bonaparte règne sous le nom de Joseph-Napoléon Ier dès son arrivée en Espagne[3],[4],[5],[6]. Son court règne ibérique est quasiment totalement occupé par les combats menés à la fois contre les insurgés des Cortès et le Général Wellington. À l'exception des périodes où Napoléon se trouve dans la péninsule, Joseph ne parvient pas à s'entendre avec les Maréchaux commandant les forces françaises, à commencer par Soult.

Bien que ses réformes aient moins de succès qu'à Naples, l'un de ses actes les plus retentissants est l'abolition en 1808 de l'Inquisition espagnole qui sera rétablie par Ferdinand VII. Obligé de quitter deux fois Madrid devant l'approche des armées ennemies, Joseph abandonne son royaume et rentre en France en 1813 après la défaite de Vitoria[7].

Joseph Bonaparte est perçu par une majorité d'Espagnols comme un roi illégitime, un roi intrus. Ses ennemis lui attribuent le surnom de « Pepe Botella » (« Jojo la bouteille ») car ses premiers décrets ont concerné les boissons alcooliques et les jeux de cartes[8].

Lieutenant-général de l'Empire (1814)

Lieutenant-général de l’Empire en 1814, avec mission de défendre la capitale (puis aux Cent-Jours), il ne peut maîtriser les évènements et quitte Paris en pleine Bataille de Paris à l’approche des alliés pour rejoindre l'Impératrice-régente à Blois après avoir donné l'autorisation aux maréchaux de capituler.

Exil aux États-Unis, en Angleterre et en Italie (1815-1844)

Après l’abdication de son frère, il vit à Bordentown dans l'état de New Jersey près de Philadelphie, s'y faisant construire la résidence de Point-Breeze et s’occupant d’agronomie[9]. Il s'y fait appeler comte de Survilliers, du nom d'une de ses anciennes propriétés située actuellement au nord-est du Val-d'Oise, en limite de Mortefontaine. Après la mort de sa fille Charlotte Bonaparte, il revient en Europe où il habite successivement l’Angleterre puis l’Italie.

Tombe de Joseph Bonaparte, aux Invalides.

Il meurt en Italie le 28 juillet 1844. Son corps se trouve aujourd'hui aux Invalides au côté de son illustre frère.

Personnalité

Homme simple dans ses manières, cultivé, honnête, soucieux du bien public, Joseph l'était également de sa dignité royale. Bien que non dénué de qualités, comme les autres frères de Napoléon Ier, il a souffert de la comparaison avec l'empereur des Français. Il aimait et cultivait les lettres ; cependant, c’est à tort qu’on lui a attribué un poème en dix chants intitulé Napoléon, et consacré au héros de sa famille (ce poème est de Hubert-Louis Lorquet, professeur à l’Île de France (Île Maurice), qui le publia dans cette île en 1822). Le roi Joseph a laissé des Mémoires et une Correspondance, qui ont été publiés par Albert du Casse de 1852 à 1854 (Paris, 10 volumes in-8), et qui apportent de nombreuses informations sur l’histoire du Premier Empire.

Enfants naturels

Joseph Bonaparte laisse plusieurs enfants naturels[10] :

  • De Giula Colonna, comtesse de Stigliano : Giulo (1807) et Teresa (1808), morts en bas âge ;
  • D'Annette Savage (née à Philadelphie d'une famille de quakers descendants de la princesse indienne Pocahontas) : deux filles, dont Caroline (1822). Annette épousera Charles Lafolie, qui reconnaîtra Caroline. Caroline Lafolie épouse le colonel Zébulon Howell Benton d'où sept enfants dont : Joséphine Benton (1840) ;
  • D'Émilie Hémart (1798-1879) : Félix-Joseph-François Lacoste (1825). Émilie Hémart sera par ailleurs la mère d'Edmond Duranty (1833-1880).

Grades, titres et décorations

Armoiries et étendard

Article détaillé : Armoiries de Joseph Bonaparte.

Références

  1. Il fut déclaré et connu dans la première partie de sa vie sous le patronyme « de Buonaparte », son père Charles Bonaparte portant la particule dès avant son intégration à la noblesse française. Charles Bonaparte imposa la graphie avec le u avant le o bien que sa famille et lui-même aient aussi utilisé le nom Bonaparte sans le u ; ainsi, sur l'acte de mariage de Charles Bonaparte celui-ci est mentionné comme Carlo de Bonaparte.
  2. Il était déjà roi d'Espagne depuis le 7 juin 1808
  3. Il ne régna pas sous le nom de Joseph Ier.
  4. Mercure de France, mars 1809, volume 35, page 523.
  5. José María Queipo de Llano Ruiz de Saravia, Histoire du soulèvement, de la guerre et de la révolution d'Espagne, p. 369.
  6. C'est ce prénom composé, suivi du quantième Ier qui est gravé sur son tombeau aux Invalides.
  7. Humiliation supplémentaire, Joseph perd tous ses papiers dans la débâcle. Ils seront restitués aux Archives Nationales par les héritiers du duc de Wellington
  8. Jean Tulard, Le grand Empire 1804-1815, Albin Michel, 1982, p. 161.
  9. Patricia Tyson Stoud, « La retraite de Joseph Bonaparte en Amérique » sur Napoléon.org. Consulté le 19 mai 2010
  10. voir Les Aiglons dispersés, de Gonzague Saint Bris - Editions Jean-Claude Lattès, 1993 (ISBN 2-7096-1246-1)
  11. Testu, Almanach impérial pour l'année 1810 : présenté à S.M. l'Empereur et Roi par Testu, Paris, Testu, 1810 [lire en ligne (page consultée le 2 octobre 2009)] 

Annexes

Articles connexes

Sources

  • A. Lievyns, Jean Maurice Verdot, Pierre Bégat, Fastes de la Légion d'honneur, biographie de tous les décorés accompagnée de l'histoire législative et réglementaire de l'ordre, vol. 1 [détail des éditions] (notice BNF no FRBNF372738769)  ;
  • « Joseph Bonaparte » , dans Robert et Cougny, Dictionnaire des parlementaires français, 1889 [détail de l’édition]
  • Marie-Nicolas Bouillet et Alexis Chassang (dir.), « Joseph Bonaparte » dans Dictionnaire universel d’histoire et de géographie, 1878  (Wikisource)
  • Vincent Haegele (préf. Patricia Tyson Stroud), Napoléon et Joseph Bonaparte : Le pouvoir et l'ambition, Paris, Tallandier, 2010, 638 p. (ISBN 978-2847344646) 
  • Jean Tulard, Dictionnaire Napoléon, Fayard, Paris, 1999.
  • Service Historique de l’Armée de Terre – Fort de Vincennes – Dossier S.H.A.T. Côte : 7 Yd 432.

Voir aussi

Précédé par Joseph Bonaparte Suivi par
Ferdinand Ier
Grandes armes du Royaume de Naples2.svg
Joseph Ier
roi de Naples
1806 - 1808
Joachim Ier
Ferdinand VII
Grand Coat of Arms of Joseph Bonaparte as King of Spain.svg
Joseph Ier
Roi d'Espagne
1808 - 1813
Ferdinand VII
Napoléon II
Imperial Crown of Napoleon Bonaparte.png
Joseph Bonaparte
Succession bonapartiste
(succession non revendiquée)
1832 - 1844
Louis Bonaparte



Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Joseph Bonaparte de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Joseph Bonaparte — Joseph Napoléon Bonaparte, King of Naples and Sicily, King of Spain (during a time ) and the Indies (never de facto and never de iure), Comte de Survilliers (Corte, France, January 7, 1768 ndash; Florence, Italy, July 28, 1844) was the elder… …   Wikipedia

  • Joseph Bonaparte — als König von Spanien Julie Clary und ihre zwei Töch …   Deutsch Wikipedia

  • Joseph Bonaparte — V. Bonaparte …   Encyclopédie Universelle

  • Joseph Bonaparte Gulf — is a large body of water off the coast of the Northern Territory, Australia, at coord|14.25|S|128.5|E|. It is named after Joseph Bonaparte, brother of Napoleon and King of Naples (1806 1808) and then Spain (1808 1813).The gulf is also often… …   Wikipedia

  • Joseph Bonaparte Gulf — 14.1128.83333333333 Koordinaten: 14° 6′ S, 128° 50′ O …   Deutsch Wikipedia

  • Joseph Bonaparte Gulf — Inlet of the Timor Sea, northern Australia. It spans 225 mi (360 km) east to west, and it indents the Australian coast for 100 mi (160 km). Entered by a Dutch navigator in 1644, it was visited in 1803 by Nicolas Baudin, a Frenchman who named it… …   Universalium

  • Joseph Bonaparte Gulf — /dʒoʊsəf ˈboʊnəpat/ (say johsuhf bohnuhpaht) noun a large gulf between the northern coast of WA and the western coast of the NT. {named by Nicolas Baudin in 1803 after Joseph Bonaparte (see Bonaparte family) …   Australian English dictionary

  • Charles Joseph Bonaparte — 37th United States Secretary of the Navy In office July 1, 1905 – December 16, 1906 President Theodore Roosevelt …   Wikipedia

  • Charles Joseph Bonaparte-Patterson — Pour les autres membres de la famille, voir : Bonaparte. Charles Joseph Bonaparte Charles Joseph Bonaparte, né en 1851 et mort en 1921, est un homme politique américain et le …   Wikipédia en Français

  • Charles Joseph Bonaparte — (* 9. Juni 1851 in Baltimore, Maryland; † 28. Juni 1921 in Bella Vista, Baltimore County, Maryland) war ein US amerikanischer Politiker, der dem Kabinett von …   Deutsch Wikipedia

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”