Altariel

Galadriel

Galadriel
Personnage de l'œuvre de J. R. R. Tolkien
Alias Artanis,
Nerwen,
Alatāriellë,
Altariel,
Dame de la Forêt d'Or,
Dame Blanche
Naissance vers l'an 1362 des Années des Arbres
Origine Valinor
Décès 3021 TA (départ de la Terre du Milieu)
Genre Féminin
Espèce Elfe
Cheveux Blonds mêlés d'Argent
Activité(s) Reine[1] de Lothlorien
Caractéristique(s) Ñoldo,
Porteuse d'un anneau
Adresse Doriath au Premier Age,
Ost-in-Edhil au Second Age,
Lothlórien au Troisième Age
Affiliation Fille de Finarfin et d'Eärwen,
Sœur de Finrod Felagund, Orodreth, Angrod, Aegnor,
Épouse de Celeborn,
Mère de Celebrian
Entourage Celeborn,
Gandalf,
Melian (au Premier Age),
...
Ennemi(s) Morgoth,
Sauron
Créé par J. R. R. Tolkien
Interprété par Cate Blanchett
Film(s) 'Le Seigneur des anneaux'
Roman(s) Le Seigneur des anneaux
Le Silmarillion
Contes et légendes inachevés
The Peoples of Middle-earth

Galadriel est un personnage fictif qui appartient au legendarium créé par l'écrivain britannique J. R. R. Tolkien et qui apparaît dans ses romans le Silmarillion et le Seigneur des Anneaux. C'est une elfe de la lignée des Noldor, fille de Finarfin et d'Eärwen et sœur de Finrod, Orodreth, Angrod et Aegnor.

Elle est considérée comme l'une des plus grandes des Eldar, avec Fëanor et Lúthien[2]. Son rôle et son importance ont émergé au fur du récit et subi de constants remaniements[3]. Il est donc très difficile de concilier tout les faits marquants de l'histoire du personnage.

Son désir de gouverner un territoire pour son compte l'amena à se joindre à l'exil en Terre du Milieu qui fut promut par son parent Fëanor dans les dernières années des Années des Arbres. Elle habita ensuite dans le royaume de Doriath, où elle fit connaissance avec Celeborn et se maria avec lui. Avant l'effondrement des terres du Beleriand, survenu à la fin du Premier Âge, Galadriel déménagea en Eriador avec son mari, et ils habitèrent dans la forêt de Lothlórien jusqu'à la fin du Troisième Âge. Elle y reçut de Celebrimbor un des trois Anneaux de Pouvoir qui avait été créé pour les elfes, Nenya. Pendant la Guerre de l'Anneau elle donna refuge à la Compagnie de l'Anneau. À la fin du conflit, elle partit pour Aman.

J. R. R. Tolkien créa le personnage alors qu'il écrivait Le Seigneur des Anneaux[4]. Elle sera ensuite ajoutée aux textes du Silmarillion. L'évolution de son histoire est considérée par Christopher Tolkien, dans les Contes inachevés de Númenor et de la Terre du Milieu comme la plus difficile et problématique, car elle contient de « graves incohérences » entre ses différentes versions ; dans cette œuvre sont en plus repris quelques-uns des récits que Tolkien écrivit sur Galadriel tout au long de sa vie[5].

Galadriel apparaît dans de nombreuses adaptations du Seigneur des Anneaux, parmi lesquelles le film dirigé par Ralph Bakshi, la trilogie cinématographique de Peter Jackson, la série radiophonique de la BBC Radio et le jeu vidéo La bataille pour la Terre du Milieu II.

Sommaire

Description

Galadriel est une elfe moitié Noldor et moitié Teleri. Elle possède aussi une partie Vanyar à cause de sa grand-mère Indis, de qui elle hérita sa chevelure blonde. Dans un essai écrit par J. R. R. Tolkien en 1968, repris par son fils Christopher dans The Peoples of Middle-earth sous le titre « La marque de Fëanor », il est raconté que les elfes disaient que la lumière des Arbres de Valinor était restée reflétée dans les cheveux de Galadriel. Beaucoup crurent que c'est cela qui fit penser Fëanor à la possibilité de garder ces lumières dans un objet, ce qui déboucha sur la création des Silmarils. Par trois fois Fëanor lui demanda une mèche de cheveux, mais elle se refusa de lui donner un seul cheveu, cadeau qu'elle fit à Gimli lors de la Guerre de l'Anneau. Ce texte raconte que Galadriel eut dès ce jeune âge la capacité de pénétrer dans l'esprit des autres et la décrit comme la plus grande des femmes Noldor, « forte de corps, d'esprit et de volonté » de manière comparable aussi bien aux maîtres qu'aux athlètes, ainsi comme la « plus grande des Noldor, à l'exception de Fëanor peut-être, bien qu'elle soit plus sage que lui »[6].

Dans le Seigneur des Anneaux, J. R. R. Tolkien offre une autre description de Galadriel dans laquelle il apporte plus de détails sur son apparence physique et celle de son mari Celeborn[7] :

« Ils étaient très grands, la Dame non moins que le Seigneur ; et ils étaient graves et beaux. Ils étaient entièrement vêtus de blanc : et les cheveux de la Dame étaient d'or foncé, et ceux du Seigneur Celeborn, longs et brillants, étaient d'argent ; mais il n'y avait en eux aucun signe de l'âge, sinon dans l'intensité de leur regard ; car leurs yeux étaient aussi pénétrants que des lances à la lumière des étoiles, et cependant profonds, puits de souvenirs enfouis. »

— J. R. R. Tolkien, « le miroir de Galadriel », dans le Seigneur des Anneaux

Famille

Article principal : Maison de Finwë.

Galadriel était la fille unique et cadette de Finarfin, prince et roi des elfes Noldor et d'Eärwen, princesse des elfes Teleri d'Alqualondë. Ses frères aînés étaient Finrod, Orodreth, Angrod et Aegnor. Elle était apparentée à Fëanor, fils de son grand-père Finwë et de sa première épouse, Míriel, bien qu'ils ne se soient jamais bien entendus[6].

(1) Míriel
 
 
 
 
 
 
 
Finwë1
 
 
 
 
 
 
Indis (2)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Nerdanel
 
Fëanor2
 
Findis
 
Fingolfin3
 
Anairë
 
Irimë
 
Finarfin
 
Eärwen
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Sept fils
 
 
 
Turgon5
 
Elenwë
 
 
Argon
 
Finrod
 
Angrod
 
Aegnor
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Celebrimbor
 
Fingon4
 
 
 
 
 
Aredhel
 
Eöl
 
 
Orodreth
 
Celeborn
 
Galadriel
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Tuor
 
Idril
 
 
 
Maeglin
 
Gil-galad6
 
 
Finduilas
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Eärendil
 
Elwing
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Elros
 
 
 
 
 
 
 
 
Elrond
 
 
 
 
 
 
 
 
Celebrian
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Aragorn
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Arwen
 
 
 
 
Elladan et Elrohir
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Eldarion
 
Filles d'Elessar
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Roi du
Royaume réunifié
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Étymologie et autres noms

Les différents noms de Galadriel apparaissent dans l'essai « La marque de Fëanor », où sont repris tous les noms des membres de la maison royale des Noldor. Le passage dédié à Galadriel servit à Tolkien pour élaborer quelques-uns des textes qui apparaissent dans les Contes inachevés à propos du personnage. Dans cet essai est expliqué comment les elfes avaient l'habitude de donner deux noms ou essi à leurs enfants. Un nom paternel est donné juste après la naissance et un autre maternel, donné quelques temps plus tard. Le nom paternel de Galadriel était Artanis, qui signifie « noble dame » en quenya, alors que le nom maternel était Nerwen ou Nerwendë (« jeune fille-homme »). Il est aussi fait référence que quelques elfes adoptent d'autres noms ou kilmessi en langue sindarin après s'être exilés à Beleriand et signale que Galadriel prit celui-ci parce qu'il « était le plus beau de ses noms » et qu'il lui avait été donné par Celeborn. Sa forme originelle était Alatãriel ou Alatãriellë, en telerin, et Altariel ou Naltariel sa forme en quenya. Le nom, qui fait référence à sa chevelure, signifie « jeune fille couronnée d'une guirlande radieuse » et il est composé de galad (« radiance », « reflet brillant », (racine ÑAL)) et (« guirlande »), plus la terminaison iell utilisée dans les noms féminins[6].

Elle est aussi connue sous divers titres et alias comme la Dame de Lórien[7] ou Dame de Lothlórien[8], Dame des galadhrim[9], Dame Blanche ou Maîtresse de la Magie de la part de Faramir[10] et Sorcière de la Forêt d'Or de la part de Gríma[8].

Histoire

Années des Arbres

Galadriel naquit dans la cité de Tirion en l'an 1362 des Années des Arbres[11], pendant les belles années de Valinor. Quelque temps après, en 1495 A. A.[11] le vala Morgoth et l'araignée Ungoliant détruisirent les Deux Arbres de Valinor, donnèrent la mort au roi Finwë, le grand-père de Galadriel, à Formenos et dérobèrent les Silmarils, trois joyaux que Fëanor avait fabriqué et dont l'intérieur accueillait la lumière de Telperion et de Laurelin. En apprenant ce qui s'était produit, Fëanor poussa les Noldor à le suivre jusqu'en Terre du Milieu à la poursuite de Morgoth et il prononça un serment dans lequel il s'engageait à poursuivre et tuer quiconque poserait les mains sur les Silmarils. La majorité des Noldor le suivit, parmi eux Galadriel, bien qu'elle ne prononçât jamais le serment et qu'elle désirât seulement voir la Terre du Milieu et gouverner un royaume sous son égide.

Sachant que le chemin à travers les terres était fatiguant et difficile à travers le froid et le brouillard, Fëanor tenta de prendre les navires des elfes Teleri par la force et ainsi se produit le premier massacre d'elfes contre elfes. Elle lutta furieusement contre cet assaut, le peuple de sa mère. Le Vala Mandos maudit pour cela tous les Noldor, sur quoi Finarfin et quelques-uns des siens abandonnèrent la marche pour demander le pardon des Valar, mais Galadriel ne fit pas ainsi et continua le chemin. Fëanor fit voile vers l'est abandonnant Fingolfin et lorsque Maedhros demanda quels navires retraverseront, Fëanor fit brûler tous les navires. Galadriel, désireuse de poursuivre Fëanor de sa colère, traversa l'Araman et l'Helcaraxë aux côtés du peuple de Fingolfin.

Premier Âge

Carte du royaume et forêt de Doriath, lieu dans lequel Galadriel vécut pendant la plus grande partie du Premier Âge.

Au cours du Premier Âge, Galadriel et ses frères découvrirent la forêt de Doriath, le royaume de Thingol et Melian, où ils furent bien accueillis grâce à leur parenté avec les Teleri et avec Olwë, frère du roi. Ell y connut Celeborn, dont elle tomba amoureuse et avec lequel elle eut ensuite une fille, Celebrían. Quand son frère aîné Finrod partit jusqu'aux cavernes situées sous la colline Narog, afin de construire le future royaume de Nargothrond, Galadriel resta à Doriath et y vécut avec Melian, augmentant sa sagesse grâce aux enseignements de la reine[12].

La dernière chose que l'on sait sur l'histoire de Galadriel au cours du Premier Âge est que, une fois achevée la construction de Nargothrond, elle alla visiter ses frères et resta dans le royaume un certain temps[13].

Second et Troisième Âges

Galadriel réussit à quitter le Beleriand avant sa destruction. Elle franchit l'Ered Luin et s'établit aux alentours du lac Nenuial où elle eut son fils, Celebrimbor. Percevant un mal venant de l'est, et partit pour fonder le royaume d'Eregion avec son époux Celeborn, dont la principale ville fut Ost-in-Edhil. L'Eregion était considéré au Deuxième Age comme l'un des plus puissants royaumes elfes en Terre du Milieu. Le venue d'Annatar provoqua une rébellion qui chassa Galadriel. Celebrimbor en prit le pouvoir et forgea les 3 Anneaux de Pouvoir. Galadriel commença alors à s'intéresser au royaume nandorin de Lórinand et partit s'y installer. Elle y planta quelques noix de Mallorn, donné par Gil-Galad.

Peu avant que Sauron détruise le royaume d'Eregion en l'an 1697 du Second Âge du Soleil, Nenya, un des trois Anneaux de Pouvoir que Celebrimbor avait fabriqué pour les elfes, fut confié à Galadriel pour qu'elle le garde. Après la destruction d'Eregion, elle alla rejoindre Celeborn à Imladris et vécurent un temps dans le royaume de Lindon.

Carte dans laquelle on voit la forêt de Lothlórien, gouvernée par Galadriel et son époux Celeborn, et Dol Guldur, forteresse de Sauron dans la Forêt Noire.

Après le réveil du Balrog de la Moria et de la mort du roi Amroth, Galadriel et Celeborn s'établirent définitivement au royaume sindarin de Lórinand qui prit le nom de Lothlórien. Ils y fondèrent Caras Galadhon, qui fut construite en hauteur sur les branches des gigantesques Mellyrn, créant ainsi un des plus magnifique royaume des elfes. Cependant, Galadriel et Celeborn ne voulurent pas assumer le titre de Roi et de Reine. Grâce à la protection de l'anneau, la forêt de Lothlórien fut conservée intacte et ne pâlit pas[14],[15]. La protection de l'anneau permit d'enrichir la terre en préservant la flore et ses habitants du temps et de la mort, créant ainsi une force contre les puissances des ténèbres. La Lothlórien devint tellement puissante que seul Sauron en personne devra se présenter au porte de la forêt pour en prendre possession.

En 2463 du Troisième Âge, afin de combattre Sauron, elle forma avec Elrond, Círdan, d'autres seigneurs des elfes, et les magiciens dont Saroumane, Gandalf et Radagast, un conseil qui sera connu sous le nom de Conseil Blanc[14]. Galadriel proposa Gandalf comme chef du conseil, mais Saroumane le lui reprocha, arguant qu'il était celui qui avait le plus étudié les stratégies de Sauron, et finalement il fut l'élu[15]. La réunion suivante n'eut pas lieu avant de nombreuses années, soit en 2851 T. A. À ce moment, Gandalf poussa le conseil à attaquer la forteresse de Dol Guldur, où Sauron s'était réfugié sous l'apparence du Nécromancien, mais Saroumance s'y opposa. En 2941 T. A., ils se réunirent à nouveau et cette fois ils se décidèrent à attaquer la forteresse, en expulsant Sauron. En 2953 T. E. eut lieu sa dernière réunion, dans laquelle ils discutèrent de la question des Anneaux de Pouvoir[14]. Dans les Contes et légendes inachevés, Tolkien déclare qu'au Troisième Âge, elle fut l'une des personnes les plus dangereuses pour Sauron.

En 2980 T. A. en chemin vers Rivendel, Aragorn arriva aux frontières de la Lothlórien et Galadriel lui permit d'entrer dans la forêt[14],[16].

Guerre de l'Anneau

À l'époque de la Guerre de l'Anneau Galadriel donna refuge et aide à la Compagnie de l'Anneau, qui passa un temps en Lothlórien pendant son voyage jusqu'à la terre de Mordor afin de détruire l'Anneau Unique. L'elfe fut tentée quand Frodon Sacquet lui offrit l'Anneau, mais elle surmonta l'épreuve et avant que la Compagnie ne parte elle distribua différents cadeaux à ses membres. Le nain Gimli resta stupéfait de sa beauté, que désormais il défendrait avec sa hache, et Galadriel lui offrit trois de ses cheveux blonds à sa demande[17],[18]. Pendant la Guerre de l'Anneau, la Communauté de l'Anneau trouve repos en Lórien. Galadriel offrira à ses membres, en cadeaux d'adieu :

  • à Frodon, la Fiole de Galadriel, emprisonnant la lumière de l'étoile d'Eärendil et suppléant à toutes les autres lumières quand ces dernières viendraient à s'éteindre ;
  • à Sam, une graine de mallorn et de la terre de la Lórien, ainsi qu'une corde elfique magique ;
  • à Legolas, un arc des Galadhrim ;
  • à Gimli, trois cheveux, à la totale stupéfaction de son entourage. En Aman, avant le vol des Silmarils et la mort des Arbres, Fëanor, le plus grand forgeron parmi les Elfes et créateur des Silmarils et des palantíri, et amoureux de Galadriel, lui avait par trois fois réclamé une tresse, qu'elle lui avait refusée ;
  • à Merry et Pippin, des ceintures d'argent[19] ;
  • à Boromir, une ceinture d'or ;
  • à Aragorn, un fourreau pour Andúril et l'Elessar (pierre-elfe), un joyau vert ayant un pouvoir de guérison et de préservation, et qui, selon certaines versions de la légende, aurait été forgé par Celebrimbor. Ce dernier correspond à un cadeau de fiançailles, Galadriel, la grand-mère d'Arwen, prenant la place de Celebrían.
  • à tous les neuf, une cape elfique fermée par une broche, permettant à son détenteur de passer inaperçu aux yeux de ses ennemis, ainsi que du lembas, pain de route des elfes (très peu d'humains eurent l'occasion de goûter le vrai lembas elfique (voir Le Silmarillion)

Après que l'Anneau Unique ait été détruit, Galadriel assista au couronnement d'Aragorn Elessar comme roi de Gondor et d'Arnor et au mariage de celui-ci avec sa petite-fille Arwen, fille de Celebrían et d'Elrond[20]. Peu après, tous retournèrent dans leurs foyers respectifs et Galadriel se sépara de la Compagnie au pied des Monts Brumeux[21].

À la fin du Troisième Âge, ayant assisté la Communauté de l'Anneau dans sa quête et ayant aidé à nettoyer Dol Guldur de toute trace maléfique, elle quitte la Terre du Milieu, en compagnie des porteurs d'anneaux, en direction de Tol Eressëa.

Finalement, le 29 septembre de l'an 3021 T. A.[14], Galadriel partit pour les Havres Gris, où, en compagnie d'Elrond, de Gandalf, de Frodon et de Bilbon Sacquet, elle fit voile pour Aman pour retrouver les siens[22]. On dit que, une fois là-bas et au cours du Quatrième Âge, Galadriel intervint pour qu'il soit permis à Gimli d'entrer dans le royaume des Valar avec l'elfe Legolas[23].

Évolution

Selon la conception initiale, Galadriel aurait rencontré Celeborn sur ses propres terre en Lothlórien, après qu'elle ait quitté seule le Beleriand. Dans l'appendice B du Seigneur des anneaux, il est dit que Galadriel et Celeborn vécurent un temps en pays Lindon au début du Second Âge. Dans Le Silmarillion, la rencontre s'effectue à Doriath. Dans les Contes et légendes inachevés, il est raconté qu'elle rencontra Celeborn à Alqualondë où ils projettent de construire un navire pour faire voile vers la Terre du Milieu et de demander l'accord des Valar lorsque Melkor détruit la lumière des deux Arbres avec Ungoliant.

Il existe plusieurs motifs pour lesquels Galadriel demeure en Terre du Milieu. Dans The Road Goes Ever On, il est explicitement cité que suite à la défaite de Morgoth à la fin du Premier Âge, elle fut invitée à revenir sur les terres Immortelles et elle répondit qu'elle ne le souhaitait point.

Dans une lettre de 1967, J. R. R. Tolkien déclare que les exilés, exceptés les principaux responsable de la rébellion de Fëanor, furent autorisés à retourner en Aman. Dans sa Lamentation (le Namárië du Seigneur des anneaux), elle croyait que l'interdit ne serait jamais levé. C'est alors qu'elle souhaita que Frodon soit autorisé à séjourner dans l'Île d'Eressëa même si ce chemin lui était fermé. L'interdiction fut finalement levé grâce à ce souhait, à sa lutte contre Sauron, mais surtout parce qu'elle a résisté à la tentation de prendre l'Anneau Unique lorsque celui-ci lui fut offert par Frodon.

Selon la version des Contes et Légendes inachevés, Galadriel ne prend aucune part à la révolte de Fëanor, mais défend héroïquement Alqualondë aux cotés de Celeborn. Elle part ensuite sur le navire de Celeborn et réussit à atteindre les Terre du Milieu avant Fëanor. Sans l'accord de Manwë, elle transgresse l'interdit de tout départ.

Dans le Seigneur des Anneaux

La première référence que J. R. R. Tolkien fit de Galadriel se trouve dans les premiers brouillons des chapitres six et sept du livre II de La Communauté de l'Anneau, « Lothlórien » et « le miroir de Galadriel », qui au début n'en formaient qu'un seul. À ce point de la narration, où l'elfe Haldir conduit la Compagnie de l'Anneau à Cerin Amroth, Tolkien interrompit la composition pour écrire une série de notes sur la façon dont il devait continuer l'histoire et l'une d'elles faisait référence à une dame des galadhrim, aux cheveux blancs et aux yeux pénétrants, bien que son nom ne soit pas encore spécifié. Dans une autre note, cette fois écrite sur le manuscrit du brouillon, le nom de Galadriel apparaît déjà et elle est décrite comme l'épouse d'Elrond[24]. Après ces notes, Tolkien continua la composition du chapitre et à la première apparition de Galadriel, il inséra le personnage de Celeborn, abandonnant ainsi la possibilité de son mariage avec Elrond. De plus, il envisagea d'autres noms pour elle, comme Finduilas, Rhien, Galdrien ou Galadhrien (« dame de l'arbre » en sindarin)[25].

Après que l'histoire en arrive à Caras Galadhon, quand la Compagnie se prépare à se reposer après avoir parlé avec Celeborn et Galadriel, Tolkien interrompit une nouvelle fois la composition et écrivit un bref brouillon sur la suite du chapitre jusqu'à ce que la Compagnie sorte de Lothlórien. Dans celui-ci, le miroir de Galadriel appartenait à Celeborn et non à elle, mais après avoir retravaillé la composition, Tolkien attribua sa propriété à la dame et c'est Frodon, et non Sam comme dans la version définitive, qui regarde dedans[26].

Quand il commença le chapitre « Adieu à la Lórien », Tolkien rédigea trois textes dans lesquels Celeborn parle à la Compagnie de la suite de son voyage et leur prête les barques dans lesquelles ils partent sur le fleuve Anduin. Dans le quatrième texte il avança jusqu'au point où Galadriel offre ses cadeaux aux membres de la Compagnie, bien que dans cette version ce ne soient pas tous les mêmes que dans la version définitive et qu’ils n'apparaissent pas tous. À Aragorn elle offrit un fourreau d'argent pour son épée, avec son nom et celui de son nouveau propriétaire gravés dessus en runes dorées, mais il n'est pas fait référence à la pierre Elessar. Les cadeaux de Boromir, Legolas, Sam, Pippin et Merry sont les mêmes que dans La Communauté de l'Anneau et sont décrits presque de la même façon. Gimli, de même que dans la version définitive, ne demande rien à Galadriel, mais elle lui offre une broche d'or avec une émeraude sertie, objet qui devint peu après la Elessar. Bien qu'il restât le cadeau de Frodon, Tolkien interrompit ici le texte et en commença un nouveau, semblable au précédent mais où le cadeau d'Aragorn est écarté et où il incorpore la demande d'une mèche de cheveux de Galadriel de la part de Gimli telle qu'elle apparaît dans La Communauté de l'Anneau[27].

Dans Le Silmarillion et les autres textes

Sur l'évolution qu'eut l'histoire de Galadriel avant la Guerre de l'Anneau, Christopher Tolkien admet dans les Contes inachevés de Númenor et de la Terre du Milieu que c'est la plus difficile et problématique car elle a de « graves incohérences » entre ses différentes versions[5].

Dans une des premières versions du dernier chapitre du Silmarillion, « Les anneaux de pouvoir et le Troisième Âge », J. R. R. Tolkien décrit Galadriel comme la fille de Finrod et, par conséquent, sœur de Gil-galad. Dans cette version est de plus raconté comment l'elfe s'échappa du royaume de Nargothrond avant sa destruction et arriva en Eriador, bien qu'ensuite Tolkien rayât ces affirmations et établit qu'elle avait franchi les montagnes avant même la construction du royaume de son père[28].

En fonction de la version, les motifs de Galadriel pour rester en Terre du Milieu après la déroute de Morgoth à la fin du Premier Âge s'expliquent d'une manière ou d'une autre. Un passage de l'œuvre The Road Goes Ever On, éditée par Donald Swan, établit que les Valar ne permirent pas à Galadriel de retourner à Aman[5] et, dans une carte datée d'août 1967, Tolkien l'explique en disant qu'ils interdisaient seulemente le retour de ceux des Noldor qui avaient été les principaux responsables de la rébellion, parmi lesquels Galadriel, bien qu'elle soit ensuite pardonnée pour son aide dans la lutte contre Sauron et pour n'avoir pas cédé à la tentation d'accepter l'Anneau Unique pour elle-même [29]. Au contraire, dans un essai écrit quelques temps après la publication de The Road Goes Ever On, Tolkien indique que les Valar accordèrent bien leur pardon à Galadriel, en même temps que pour tous ceux qui avaient lutté contre Morgoth, mais elle refusa par orgueil. De même, dans un brouillon sur l'histoire de Galadriel et Celeborn que l'auteur écrivit un mois avant sa mort, les deux personnages refusent de retourner à Aman, mais il n'est pas mentionné que ce fut à cause de son orgueil[5].

Dans la conception initiale et en accord avec les paroles qu'elle adresse à Frodon dans le Seigneur des Anneaux, Galadriel franchit seule les montagnes de Beleriand avant que ne se finisse le Premier Âge et rencontra Celeborn en Lothlórien, sa terre[5],[7].

« Car le Seigneur des Galadhrim est considéré comme le plus sage des Elfes de la Terre du Milieu et comme le dispensateur de dons qui dépassent le pouvoir des rois. Il a résidé dans l'Ouest depuis le temps de l'aube, et j'ai demeuré avec lui d'innombrables années ; car, dès avant la chute de Nargothrond ou Gondolin, j'ai passé les montagnes, et ensemble durant des siècles du monde, nous avons combattu la longue défaite. »

— Galadriel, « le miroir de Galadriel », dans le Seigneur des Anneaux de J. R. R. Tolkien.

Cependant, aussi bien dans le Silmarillion que dans The Road Goes Ever On il est mentionné que Galadriel rencontra et tomba amoureuse de Celeborn en Doriath, où elle vivait à cause de sa parenté avec le roi Thingol[30]. D'un autre côté, dans l'essai postérieur à la publication de The Road Goes Ever On et dans le brouillon de l'histoire que Tolkien écrivit peu avant de mourir, Celeborn semble être un teleri d'Aman qui franchit les montagnes de Beleriand jusqu'en Eriador pour rejoindre Galadriel[5].

Photographie de J. R. R. Tolkien en 1916

L'essai postérieur à la publication de The Road Goes Ever On offre de plus de nombreuses dates sur le séjour de Galadriel en Aman qui ne sont mentionnées dans aucun roman de Tolkien. Dans celui-ci est raconté comment les Eldar disaient que les lumières de Laurelin et de Telperion étaient restées reflétées dans la chevelure de Galadriel et comment beaucoup considéraient que cela fit penser pour la première fois à Fëanor dans la possibilité de garder et mêler ces lumières, fait qui le poussa à créer les Silmarils. On y parle aussi de la rivalité qui existait entre Galadriel et Fëanor et comme celle-ci lutta contre lui pour défendre les teleri, parents de sa mère pendant le Massacre d'Alqualondë, fait qui la poussa, avec son orgueil, à l'exil en Terre du Milieu afin de faire échouer tous les plans de l'elfe. Au contraire, dans le brouillon qu'il écrivit le mois précédent sa mort, Tolkien offre une version completement différente des motifs qui amenèrent Galadriel à l'exil : après avoir désiré un temps partir en Terre du Milieu, l'elfe alla vivre avec les Teleri à Alqualondë et y connut, avec qui elle projeta de construire un navire et de partir, mais au moment où elle allait demander la permission des Valar, Morgoth et Ungoliant détruisirent les arbres et Galadriel fut soumise à la malédiction de Mandos ne pouvant se présenter à Valinor pour parler à Manwë. Finalement elle partit avec Celeborn dans le bateau et ils arrivèrent ainsi jusqu'aux ports de Círdan[5].

Sur l'évolution de l'histoire de Galadriel au cours du Second Âge, Tolkien écrivit quelques temps après la publication du Seigneur des Anneaux une esquisse qu'il appela De Galadriel et Celeborn et dans laquelle il raconte comment l'elfe traversa la cordillère d'Ered Luin avec Celeborn et s'installe sur les rives du lac Evendim avec quelques autres elfes, en devenant leurs seigneurs. Dans cette ébauche apparaît un nouveau personnage que Tolkien transforma en son fils, Amroth, né quelque part entre 350 et 400 S. A. Il continue la narration en racontant comment, quelques trois cents ans après, Galadriel et Celeborn partirent à l'est et fondèrent Eregion ensemble avec le royaume nain de Khazad-dûm et comment les deux parties prospèrent à cette association. Avec eux allait un autre personnage, Celebrimbor, un des fils de Fëanor qui s'était voué à l'artisanat, mais ici il ne reçoit pas le titre de seigneur d'Eregion comme dans la version publiée du Silmarillion. Cette époque est de plus signalée comme la première dans laquelle Galadriel eut des contacts avec les elfes de la forêt de Lothórien. Il n'est pas spécifié la date à laquelle Sauron arriva déguisé en Eregion, mais il gagna en secret la confiance des habitants sans que Galadriel et Celeborn en soient informés et finalement, entre les années 1350 y 1400 S. E., il les convainquit de se rebeller contre eux et leur enleva le commandement. À cette époque Galadriel partit à Lothlórien avec Amroth et Celebrían, puisque malgré ce qui s'était produit Celeborn ne désirait pas traverser Khazad-dûm à cause de sa méfiance envers les nains, et il resta en Eregion, et là prit le commandement et organisa la défense contre Sauron. Quand Celebrimbor découvrit le piège de Sauron il accourut en Lothlórien pour demander le conseil de Galadriel et ce fut elle qui lui dit de cacher les trois anneaux des elfes, recevant en échange Nenya, grâce auquel elle fortifia la forêt. Le récit conte comment aussi, en utilisant l'anneau, surgit en elle le désir de retourner à Aman et, laissant à Amroth le commandement de Lothlórien, elle s'en alla avec Celebrían à Rivendel. Là elle vécut pendant un temps et ce fut là également qu'eut lieu la première réunion du Conseil Blanc. Le récit se conclut en racontant comment quelques temps après elle déménagea dans les terres qui furent plus tard appelées Dol Amroth et comment Galadriel ne retourna pas à Lothlórien jusqu'en 1981 du Troisième Âge, quando son fils disparut et que la forêt courut de nouveau un danger[5].

Représentation de Lindon, lieu où vécut Galadriel pendant un temps selon une version de son histoire écrite par J. R. R. Tolkien en 1969 ou postérieurment.

En 1969 ou à une date ultérieure, Tolkien écrivit un autre récit intitulé Partie de la légende d'Amroth et Nimrodel, brièvement contée et dans lequel il offre une version complètement différente de ce qui arrive à Galadriel après la destruction d'Eregion. Le récit narre comment l'elfe alla à Lindon et ce fut Celeborn qui fortifia Lothlórien pour rejoindre ensuite son épouse. D'un autre côté, la forêt semble être ici gouvernée par Amdír et ensuite par Amroth, son fils et non celui de Galadriel et de Celeborn. Dans cette version, et à la différence des versions antérieures, le couple passe un temps en Lothlórien au début du Troisième Âge, préoccupés par l'obscurité qui croissait dans la Forêt Noire, et se fut plus tard qu'ils partirent pour Rivendel pour ensuite revenir dans la forêt après la chute de Khazad-dûm et la mort d'Amroth, moment où ils devinrent ses gardiens sans adopter le titre de rois[5].

Un autre manuscrit, de date inconnue et intitulé L'Elessar, reprend deux versions différentes sur la façon dont la pierre est arrivée entre les mains de Galadriel. La première d'entre elles raconte comment Gandalf l'apporta depuis Aman quand il vint en Terre du Milieu et la donna à l'elfe au nom de la Valier Yavanna, alors que la seconde dit que ce fut Celebrimbor qui la créa à la demande de Galadriel, puisqu'il avait vécu à Gondolin et qu'il était l'ami d'Enerdhil, le créateur de l'Elessar original. Il est aussi ajouté dans cette dernière version un dato qui ne reparut dans aucun autre texte de Tolkien, c'est-à-dire que Celebrimbor était amoureux de Galadriel et pour cela lui fabrique l'Elessar[5].

Critique

Dans son encyclopédie dédiée à J. R. R. Tolkien et à ses œuvres, Michael D. C. Drout décrit Galadriel comme « un des personnages les plus forts et vigoureusement décrits par Tolkien, indépendamment de son sexe, et sans doute la plus grande des elfes[31] ». De son côté, le père Robert Murray, petit-fils du lexicographe James Murray et ami de l'auteur, lut le Seigneur des anneaux à sa demande avant sa publication et dans ses commentaires, il comparait Galadriel à la Vierge Marie[32].

Dans son essai « El manantial y los bajíos », Joseph Pearce reprend les diverses critiques et opinions que reçut Le Seigneur des anneaux depuis sa publication. Parmi celles-ci, il y a celle du père Charles Dilke qui continue la comparaison faite par Murray entre Galadriel et la Vierge, et celle de Brenda Partridge, qui dans son essai « Nada de sexo, por favor, somos hobbits: la construcción de la sexualidad femenina de El Señor de los Anillos », affirme que la fiole que Galadriel offre à Frodon représente « un phallus plus puissant que les épées[33] ».

Le critique Christopher Clausen reprend aussi la comparaison du personnage avec la Vierge dans son essai « El Señor de los Anillos y La balada del caballero blanco » où il affirme que cette similitude se doit avant tout à l'œuvre de G. K. Chesterton[34].

Adaptations

Trilogie cinématographique

Dans la trilogie cinématographique du Seigneur des Anneaux, Galadriel est interprétée par Cate Blanchett. Au début, le réalisateur Peter Jackson proposa le rôle à l'actrice Lucy Lawless, mais elle le refusa à cause de sa grossesse, et Blanchett fut finalement choisie[35].

À l'origine, les scénaristes avaient écrit le prologue qui apparaît dans la première scène de la trilogie, La Communauté de l'anneau, de sorte que le narrateur soit Frodon (interprété par Elijah Wood), mais cette idée fut finalement écartée, le personnage étant censé ignorer l'histoire de l'Anneau Unique. Ils essayèrent ensuite avec Gandalf, sur demande de l'acteur Ian McKellen, mais il fut lui aussi écarté car son rôle était déjà assez important. Ce fut finalement Cate Blanchett qui prêta sa voix comme narratrice[36].

Andrew Lesnie, directeur de la photographie de la trilogie, désirait faire quelque chose de spécial avec Galadriel, étant donné que le personnage lui paraissait le plus lié au monde spirituel. Inspiré par une des phrases avec lesquelles Tolkien décrit Galadriel et Celeborn dans le livre, « mais il n'y avait en eux aucun signe de l'âge, sinon dans l'intensité de leur regard, car leurs yeux étaient aussi pénétrants que des lances à la lumière des étoiles, et cependant profonds, puits de souvenirs enfouis », Lesnie décida d'acheter des décorations de Noël et d'orner avec elles le plateau sur lequel Cate Blanchett tournait différentes scènes de Lothlórien, de sorte que les étoiles paraissaient se refléter dans ses yeux[37].

En avril 2001, l'actrice confirma à Londres qu'elle avait déjà terminé de filmer ses scènes en Nouvelle-Zélande après un mois de tournage et qu'elle enregistrait à nouveau en studio ses dialogues, car les premiers n'avaient rien donné[38].

Autres

Annette Crosbie prêta sa voix à Galadriel dans le dessin animé du Seigneur des Anneaux réalisé par Ralph Bakshi en 1978[39] (Tania Torrens dans le doublage français), et Marian Diamond fit de même pour l'adaptation radiophonique de l'œuvre, réalisée pour la BBC en 1981[40].

Quelques fans affirment que la chanson Stairway to Heaven, du groupe britannique Led Zeppelin et dont des membres aiment les œuvres de J. R. R. Tolkien, contient des allusions à Galadriel[41]. Les paroles font état d'une dame, de nom inconnu, avec des phrases comme « there’s a lady who’s sure all that glitters is gold » (« il y a une dame qui est sûre que tout ce qui brille est d'or ») et « a lady we all know who shines white light » (« une dame que nous connaissons tous qui brille de lumière blanche »). Cependant, dans la biographie du groupe, Stephen Davis affirme que la dame « est un paradigme de la reine des fées d'Edmund Spenser, de la déesse blanche de Robert Graves, et de personnages celtes comme la Dame du Lac, Morgane ou Rhiannon », écartant ainsi son identification avec Galadriel[42].

Le groupe Barclay James Harvest fit aussi une chanson nommée Galadriel.

Notes et références

  1. Ce titre est à prendre dans le sens de gouverneur, car il est dit dans les Contes et Légendes inachevés, que Galadriel et Celeborn refusèrent d'assumer le titre de Roi et Reine.
  2. The Peoples of Middle-earth, p. 357
  3. Contes et Légendes inachevés, L'histoire de Galadriel et Celeborn.
  4. (en) J. R. R. Tolkien et Christopher Tolkien, The Treason of Isengard, HarperCollins, 2002, 504 p. (ISBN 0-261-10220-6)  « Lothlórien »
  5. a , b , c , d , e , f , g , h , i  et j J. R. R. Tolkien et Christopher Tolkien (trad. Tina Jolas), Contes et légendes inachevés, « L'histoire de Galadriel et Celeborn et d'Amroth, roi de Lórien » 
  6. a , b  et c (en) J. R. R. Tolkien et Christopher Tolkien, The Peoples of Middle-earth, HarperCollins, 2002, 482 p. (ISBN 0-261-10348-2) , « la marque de Fëanor »
  7. a , b  et c J. R. R. Tolkien (trad. Francis Ledoux, Tina Jolas), Le Seigneur des anneaux [« The Lord of the Rings »] [détail des éditions] , « le miroir de Galadriel »
  8. a  et b J. R. R. Tolkien (trad. Francis Ledoux, Tina Jolas), Le Seigneur des anneaux [« The Lord of the Rings »] [détail des éditions]  « le Roi du Château d'Or »
  9. J. R. R. Tolkien (trad. Francis Ledoux, Tina Jolas), Le Seigneur des anneaux [« The Lord of the Rings »] [détail des éditions]  « Lothlórien »
  10. J. R. R. Tolkien (trad. Francis Ledoux, Tina Jolas), Le Seigneur des anneaux [« The Lord of the Rings »] [détail des éditions]  « Un vent d'ouest »
  11. a  et b (en) J. R. R. Tolkien et Christopher Tolkien, Morgoth's Ring, HarperCollins, 2002, 471 p. (ISBN 0-261-10300-8) , « Annales of Aman »
  12. J. R. R. Tolkien (trad. Pierre Alien), Le Silmarillion [« The Silmarillion »] [détail des éditions]  « Le Retour des Noldor »
  13. J. R. R. Tolkien (trad. Pierre Alien), Le Silmarillion [« The Silmarillion »] [détail des éditions]  « Les Noldor à Beleriand »
  14. a , b , c , d  et e J. R. R. Tolkien (trad. Francis Ledoux, Tina Jolas), Le Seigneur des anneaux [« The Lord of the Rings »] [détail des éditions]  « Appendice B »
  15. a  et b J. R. R. Tolkien (trad. Pierre Alien), Le Silmarillion [« The Silmarillion »] [détail des éditions]  « les Anneaux du Pouvoir et le Troisième Âge »
  16. J. R. R. Tolkien (trad. Francis Ledoux, Tina Jolas), Le Seigneur des anneaux [« The Lord of the Rings »] [détail des éditions]  « Appendice A - Annales des Rois et des Seigneurs souverains - I. Les rois númenóriens: (v) suit un fragment du conte d'Aragorn et d'Arwen »
  17. J. R. R. Tolkien (trad. Francis Ledoux, Tina Jolas), Le Seigneur des anneaux [« The Lord of the Rings »] [détail des éditions]  « le miroir de Galadriel »
  18. J. R. R. Tolkien (trad. Francis Ledoux, Tina Jolas), Le Seigneur des anneaux [« The Lord of the Rings »] [détail des éditions]  « Adieux à la Lórien »
  19. Dans l'adaptation cinématographique de Peter Jackson, ces cadeaux ont été modifiés, afin d'armer notamment Merry et Pippin, qui le sont à un stade antérieur dans la version originale.
  20. J. R. R. Tolkien (trad. Francis Ledoux, Tina Jolas), Le Seigneur des anneaux [« The Lord of the Rings »] [détail des éditions]  « l'Intendant et le Roi »
  21. J. R. R. Tolkien (trad. Francis Ledoux, Tina Jolas), Le Seigneur des anneaux [« The Lord of the Rings »] [détail des éditions]  « Nombreuses séparations »
  22. J. R. R. Tolkien (trad. Francis Ledoux, Tina Jolas), Le Seigneur des anneaux [« The Lord of the Rings »] [détail des éditions]  « les Havres Gris »
  23. J. R. R. Tolkien (trad. Francis Ledoux, Tina Jolas), Le Seigneur des anneaux [« The Lord of the Rings »] [détail des éditions]  « Appendice A - Annales des Rois et des Seigneurs souverains - les Gens de Durïn »
  24. The Treason of Isengard, p. 236
  25. The Treason of Isengard, p. 249-250, 261-262
  26. The Treason of Isengard, p. 249-250
  27. The Treason of Isengard, p. 274-277
  28. The Peoples of Middle-earth, p. 185, note 10
  29. Lettres, p. 386
  30. J. R. R. Tolkien (trad. Pierre Alien), Le Silmarillion [« The Silmarillion »] [détail des éditions]  « le Retour des Noldor »
  31. (en) Michael D. C. Drout, J. R. R. Tolkien Encyclopedia, CRC Press, 2006, « Galadriel » 
  32. Lettres, p. 171-172
  33. (en) Joseph Pearce, Tolkien: Man and Myth, « El manantial y los bajíos » 
  34. (en) Joseph Pearce, Tolkien: Man and Myth, « Tolkien as hobbit » 
  35. Biography for Lucy Lawless, Internet Movie Database. Consulté le 20 mai 2009
  36. (26 novembre 2002) « Commentaires audio - la distribution » dans le Seigneur des Anneaux : La Communauté de l'Anneau, disque 1 (DVD, version longue). New Line Cinema.
  37. (26 ovembre 2002) « tourner La Communauté de l'Anneau – Caméras en Terra du Milieu » dans le Seigneur des Anneaux : La Communauté de l'Anneau, disque 4: « de la pantalla a la realidad » (DVD, version longue). New Line Cinema.
  38. Leo, « Cate Blanchett talks LOTR! », 6 avril 2001, The One Ring. Consulté le 17 mai 2009
  39. Galadriel (character), Internet Movie Database. Consulté le 28 juin 2009
  40. Marian Diamond - Other Works, Internet Movie Database. Consulté le 28 juin 2009
  41. Exclusions, Tolkien Music. Consulté le 10 mai 2009
  42. (en) Stephen Davis, Hammer of the Gods: The Led Zeppelin Saga, Ballantine Books, 1985, 132 p. 

Sources

  • (es) Cet article est partiellement ou en totalité issu d’une traduction de l’article de Wikipédia en espagnol intitulé « Galadriel ».

Bibliographie

Liens internes

Liens externes



  • Portail de la Terre du Milieu Portail de la Terre du Milieu

Ce document provient de « Galadriel ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Altariel de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Altariel —    see Alatáriel …   J.R.R. Tolkien's Middle-earth glossary

  • Altáriel —    see Alatáriel …   J.R.R. Tolkien's Middle-earth glossary

  • Alatáriel —  / Alatariel / Altáriel / Altariel     Maiden crowned with a radiant garland ; also Altáriel. An ancient form (Quenya and Telerin) of the name of Galadriel …   J.R.R. Tolkien's Middle-earth glossary

  • Galadriel — Personnage de fiction apparaissant dans l’œuvre de J. R. R. Tolkien …   Wikipédia en Français

  • Galadriel — Tolkien s legendarium character Aliases Alatáriel Altáriel Artanis Nerwen Race Elves Book(s) The Fellowship of the Ring …   Wikipedia

  • Qenya — Quenya Le quenya (prononcé [ kʷɛnʲa]) ou haut elfique est une des langues construites imaginées par le romancier et philologue John Ronald Reuel Tolkien dans le cadre de l élaboration des récits de la Terre du Milieu. Sa création remonte au plus… …   Wikipédia en Français

  • Quenya — Quenya, Quendya Auteur John Ronald Reuel Tolkien Parlée dans le monde imaginaire de la Terre du Milieu Typologie langue synthétique, présentant à la fois des traits agglutinants et flexionnels Catégorie langue imaginaire …   Wikipédia en Français

  • Sindarin — Auteur John Ronald Reuel Tolkien Parlée en le monde imaginaire de la Terre du Milieu Typologie langue flexionnelle Catégorie langue imaginaire Classification par famille …   Wikipédia en Français

  • Galadriel — Personaje de El Silmarillion y El Señor de los Anillos …   Wikipedia Español

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”