Joinville-Le-Pont

Joinville-le-Pont

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Joinville.
Joinville-le-Pont

L'église Saint Charles Borromée de Joinville-le-Pont
L'église Saint Charles Borromée de Joinville-le-Pont

Armoiries
Détail
Administration
Pays France
Région Île-de-France
Département Val-de-Marne
Arrondissement Arrondissement de Nogent-sur-Marne
Canton canton de Joinville-le-Pont
(chef-lieu)
Code Insee abr. 94042
Code postal 94340
Maire
Mandat en cours
Olivier Dosne (DVD)
2008-2014
Intercommunalité sans
Démographie
Population 17 177 hab. (2006)
Densité 7 436 hab./km²
Géographie
Coordonnées 48° 49′ 17″ Nord
       2° 28′ 22″ Est
/ 48.82139, 2.47278
Altitudes mini. 33 m m — maxi. 61 m m
Superficie 2,31 km²

Voir la carte physique

Voir la carte administrative

Joinville-le-Pont est une commune française, située dans le département de Val-de-Marne et la région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Joinvillais.

Sommaire

Géographie

Localisation de Joinville-le-Pont dans le Val-de-Marne

Joinville-le-Pont est entourée des communes de Nogent-sur-Marne, Champigny-sur-Marne, Saint-Maur-des-Fossés, Maisons-Alfort, Saint-Maurice et Paris par l'intermédiaire du Bois de Vincennes.

La ville est traversée en son milieu par la Marne qui sépare la ville en deux : à l'est, le bas de Joinville et à l'ouest le haut de Joinville. L'île Fanac occupe le lit de la rivière, tandis que l'île des Saints Pères est délimitée par le canal dit de Saint Maur, qui permet d'éviter aux bateaux une boucle importante. Un canal, dit ru de Polangis, serpente dans le quartier du même nom.

Le haut de Joinville comprend le quartier du centre, le quartier Vautier et le quartier des Canadiens, tandis que le bas comprend les quartiers Polangis et Palissy.

La ville est traversée d'est en ouest par la nationale 4 qui enjambe la Marne par le fameux pont de Joinville qui prend appui sur l'île Fanac. Elle est desservie par le (RER)(A) avec la gare Joinville-le-Pont.

Histoire

Joinville était à l'origine rattachée à la ville de Saint-Maur. Elle s'est appelée d'abord, après la Révolution, La Branche-du-Pont-de-Saint-Maur. Puis, François d'Orléans, prince de Joinville, fils de Louis Philippe donne son nom au village en 1831 auquel on adjoint « -le-Pont » pour éviter la confusion avec Joinville en Haute-Marne.

La première mention du pont (Pont Olin) remonte à 1205. Il sera ensuite l'objet de nombreux combats.

Le 25 avril 1590; le futur Henri IV, roi de Navarre, prend le pont avec deux pièces d'artillerie et 15 000 hommes. En 1649, le pont est détruit par les partisans de la Fronde. En 1652, les soldats du Condé font de même.

En 1790, sous l'impulsion du vicomte Boniface de Mirabeau, les habitants de la Branche du Pont de Saint-Maur (409 en 1793), conduits par le marchand de bois Edme Lheureux, proclament leur commune indépendante de celle de Saint-Maur. En 1790, la commune est constituée sous le nom de La Branche-du-Pont-de-Saint-Maur[1]. Edmée Lheureux devient le premier maire avec comme officier municipal Laurent-François Pinson, qui deviendra maire en 1800. Il exerce également la profession de marchand de bois[2].

Le 30 mars 1814, l'armée française est battue par les régiments autrichiens, wurtembourgeois et cosaques autour du pont. La bataille fait 265 morts. Des cadavres ont été retirés de la Marne pendant deux mois.

Pendant le siège de Paris, la municipalité de Joinville est déplacée dans la capitale. Le château de Poulangis est un point stratégique au cours de la sanglante bataille de Champigny, étant avec la ferme du Tremblay la seule construction dans la plaine. Le général Ducrot y installe son quartier général. La bataille qui dure du 30 novembre au 2 décembre 1870 a lieu à Champigny et Joinville entre les troupes françaises et allemandes, tandis que les troupes nationales ont détruit le pont de Joinville. On comptera 2 000 morts.

La ville de Joinville est particulièrement connue depuis le XIXe siècle pour ses guinguettes, installées le long de la Marne. Les Parisiens venaient y passer leur dimanche au bord de l'eau en empruntant la ligne de chemin de fer Bastille / La Varenne, devenue aujourd'hui la ligne de RER A. Des maisons secondaires sont alors construites au bord de l'eau afin d'y venir pour flâner le week-end. Elles sont divisées en plusieurs pièces indépendantes pour 3 ou 4 familles. Aujourd'hui ces "appartements" ont fusionné pour donner de belles villas à 20 minutes du centre de Paris.

On retrouve des témoignages de cette époque à travers différents tableaux ou différentes œuvres littéraires, telles que le roman d'Émile Zola, Au Bonheur des Dames. Aujourd'hui subsistent encore quelques guinguettes, telles que Chez Gégène, qui s'animent pendant les week-ends de la belle saison.

Pendant la Première Guerre mondiale, Joinville accueillit un hôpital canadien.

En 1929, la ville de Paris annexe la totalité du Bois de Vincennes, amputant Joinville d'une partie de son territoire et notamment de l'hippodrome de Vincennes et de l'école de sports, devenue INSEP.

Le 25 août 1944, une importante bataille oppose des Forces françaises de l'intérieur aux soldats allemands. Elle fait 19 morts parmi les combattants de la Résistance et les civils, dont 12 Joinvillais.

En 1971, la construction de l'autoroute de l'Est (autoroute A4) entraîne la démolition de 130 pavillons dans les quartiers de la Marne et de Polangis.

En 1987, les studios de télévision (ancien studios de cinéma) de la SFP de Joinville sont fermés et transférés à Bry-sur-Marne.

Héraldique

Blason Joinville-le-Pont 94.svg

Les armes de Joinville-le-Pont se blasonnent ainsi : Coupé : au premier d'azur aux trois fleurs de lys d'or surmontées d'un lambel d'argent, au second de gueules au pont de trois arches d'argent maçonné de sable, posé sur des ondes aussi d'argent mouvant de la pointe[3].

Monuments

  • Le château du Parangon, propriété du Conseil général du Val-de-Marne, abrite des services sociaux après avoir accueilli au début du XXe siècle l'école coloniale. Il a été construit dans la seconde moitié du XVIIe siècle et est entouré d'un vaste parc, en partie public ;
Pagode bouddhique Linh-Son sino-vietnamienne
  • Tombe de Jean-Baptiste Jupille, dit le berger Jupille, sauvé de la rage par Louis Pasteur en 1885 (cimetière de Joinville).

Économie

L'activité économique est concentrée sur trois secteurs :

Les activités touristiques sont importantes autour de la Marne, avec plusieurs guinguettes, des restaurants dansants fréquentés surtout à la belle saison. Un port de plaisance fonctionne, tandis que l'île des Saints Pères abrite des services de la navigation de la Seine et de Voies navigables de France.

Jumelages

Depuis 1960, Joinville-le-Pont est jumelée avec la ville de Bensberg en Allemagne, devenue en 1975 Bergisch Gladbach à la faveur d'un regroupement de communes. Située en Rhénanie-du-Nord-Westphalie, sa population est de 106 000 habitants.

Depuis 1960 également un jumelage a été conclu avec une ville du Royaume-Uni, Runnymede. Située dans le comté de Surrey, au sud-est de l’Angleterre, elle est devenue en 1974 Runnymede par suite également d'un regroupement de communes. Sa population est de 79 000 habitants.

En 2001, une charte de coopération a été signée avec la ville de Joinville au Brésil. Située dans l'État de Santa Catarina, au sud du pays, elle compte 467 000 habitants.

Depuis 2007, Joinville-le-Pont est jumelée avec la ville de Batalha, commune de 15.000 habitants, située au centre du Portugal, dans le district de Leiria.

La Marne à Joinville

La Marne, grande rivière, serpente doucement entre les coteaux à l’ouest du plateau de la Brie. Elle traverse Joinville-le-Pont avant de faire une large boucle autour de la presqu'ile de Saint-Maur-des-Fossés et de s’associer avec la Seine pour traverser Paris.

Depuis les temps anciens le seul franchissement possible de la Marne pour aller de Paris vers les régions de l’Est était le Pont de Joinville situé au début de la boucle de Saint-Maur-des-Fossés.

Au cours du XIXe siècle, grâce à sa liaison facile avec Paris par le chemin de fer de la Bastille, les parisiens vinrent en grand nombre les dimanches, attirés par le canotage sur la Marne. Un canal a été creusé spécialement pour les rameurs au travers du quartier de Polangis, baptisé rivière (ou ru) de Polangis. Le canotage a laissé la place au kayak et à l’aviron dans la seconde moitié du XXe siècle. De nombreuses régates à l'aviron ont été disputées sur le plan d’eau de Joinville, qui accueille chaque année le Grand 8.

Le plan d’eau abrite un port de plaisance. Un barrage empêche la navigation dans la grande boucle de la Marne. Cependant, le tunnel dit de Saint Maur puis une écluse permettent aux bateaux de rejoindre la Seine.

L'usine des Eaux de Paris, située à Joinville, fournit en eau potable les quartiers Est de la capitale. Elle utilise l'eau de la Marne. Joinville est alimentée également par de l'eau de la Marne, mais provenant de l'usine du SIAAP de Neuilly-sur-Marne.

Le Festival de l'Oh! (organisé par le département du Val-de-Marne) est jumelé à Joinville avec la fête des Guinguettes. Les deux manifestations se tiennent généralement en mai.

Le sport

Aviron Joinville-le-Pont

La commune accueille de nombreux pratiquants des sports nautiques avec 3 clubs d'aviron (dont l'Aviron Marne et Joinville) ou de kayak (Joinville Eau Vive). La Fédération française de canoë-kayak a son siège à Joinville.

L’hippodrome de Vincennes, était situé jusqu'en 1929 sur le territoire de Joinville. Un quartier partagé entre Joinville-le-Pont et Saint-Maurice, le quartier des Canadiens, accueillait des écuries et haras pour les chevaux, qui ont aujourd'hui disparu.

Le Racing club de Joinville (RC Joinville), qui accueille l'équipe de football a figuré quelques années en seconde division, sous le nom de Paris-Joinville. L'international Sylvain Wiltord y a été joueur.

L’École normale militaire de Gymnastique, fondée en 1852, qui a donné naissance au Bataillon de Joinville, se situait elle aussi sur le terrain de Joinville avant 1929.

L'Athletique Club Paris-Joinville, fondé en 1984, s'est fortement renforcé en 2007 avec chez les hommes, des spécialistes du triple saut (Sébastien Pincemail et Colomba Fofana) ou de la perche (Romain Mesnil) et chez les femmes, Sophie Duarte (3.000 mètres steeple), Muriel Hurtis (100m et 200m) ainsi que Françoise Mbango-Etone (triple saut), athlète camerounaise, médaillée d'or aux Jeux olympiques d'Athènes (Grèce) en 2004 et aux Jeux olympiques de Pékin (Chine) en 2008.

L'Athletic Arc Club, club affilié à la Fédération française de tir à l’arc, fut créé en 1984 par Michaël Nayrole qui a été directeur technique national et entraineur de Sébastien Flute, médaillé olympique aux Jeux olympiques de Barcelone en 1992 puis directeur de l'équipe de France en 1993. Actuellement, l'Athletic Arc Club regroupe environ 45 archers. Son pas de tir intérieur se situe au gymnase Émile Lecuirot de Joinville-le-Pont[4].

Clubs sportifs

Littérature, Poésie, Arts, Journalisme.

Un certain nombre de poètes, membres pour la plupart d'Hélices poésie, association dirigée par Emmanuel Berland, résident à Joinville : Geneviève Deplatière, Éric Dubois, Mireille Podchlebnik, Marie Volta.

Philippe Val humoriste, journaliste, chroniqueur et directeur France-Inter après avoir été responsable de Charlie Hebdo, ainsi que Claude Mann, Bruno Salomone ou Laurent Malet, comédiens, habitent Joinville-le-Pont.

Musique

On peut trouver le conservatoire de musique Hector Berlioz sur l'île Fanac.

Laurent Voulzy s'est installé dans la commune où sa société, Les Éditions Laurent Voulzy, dispose d’un studio d’enregistrement.

Par ailleurs, un nombre important de groupes musicaux sont basés dans les communes des bords de Marne, et notamment à Joinville-le-Pont. Ils sont généralement très jeunes, composés de lycéens, voire de collégiens.

En 2007, le plus connu d’entre eux est Les Naast, groupe de rock d’une moyenne d'âge de 17 ans. Il est composé de Gustave (chant et guitare), Nicolas (batterie), Lakas (guitare) et Clod (basse et orgue).

Administration

Pour la période comprise entre 1790 et 1830, voir La Branche-du-Pont-de-Saint-Maur.

Liste des maires successifs de Joinville le Pont
Période Identité Parti Qualité
1830 1843 Laurent-Nicolas Pinson
1843 1848 Charles-Pierre Chapsal Grammairien
1848 1852 Apollon Delaherche
1852 1858 Charles-Pierre Chapsal Grammairien
1858 1875 Auguste Courtin
1875 1878 Louis-Ferdinand Rousseau
1878 1888 Gabriel Pinson
1888 1912 Eugène Voisin
1912 1919 Achille-Ernest Mermet
1919 1928 Henri Vel-Durand Greffier
1928 1929 Henri Durande serrurier
1929 1935 Georges Briolay tapissier
1935 1944 Léon Lesestre
1944 1953 Robert Deloche PCF Ouvrier
1953 1953 Amélie Trayaud PCF Employée
1953 1975 Georges-Maurice Defert PSD
1975 1977 Jean-Pierre Garchery RGR
1977 1983 Guy Gibout PCF Journaliste
mars 1983 2008 Pierre Aubry RPR - UMP Chef d'entreprise
mars 2008 2014 Olivier Dosne UMP Pharmacien
Évolution démographique
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
409 433 420 418 584 611 729 997 851
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 207 1 751 2 086 2 380 2 901 3 364 3 778 4 324 5 016
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
6 016 7 009 8 349 9 936 12 031 13 425 14 151 13 612 15 657
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 - -
17 797 17 467 17 608 16 934 16 657 17 117 17 177 - -

Nombre retenu à partir de 1962 : population sans doubles comptes


Sources

  • Nivelet, B.: Joinville-le-Pont, F. Huby, 1910
  • Bousquié, Georges: Voici Joinville, Bleu éditions, 1964
  • Base de données des maires de France, GenWeb
  • Ville de Joinville-le-Pont: Joinville-le-Pont a 150 ans, 1981

Références

  1. Nivelet, B., Joinville-le-Pont, F. Huby, 1910
  2. Almanach général du département de Paris pour l’année 1791, imprimerie Devaux, Paris, 1791
  3. Banque du Blason
  4. Site du club de tir à l'arc de Joinville-le-Pont


Sur la Toile


  • Portail du Val-de-Marne Portail du Val-de-Marne
  • Portail de l’Île-de-France Portail de l’Île-de-France
Ce document provient de « Joinville-le-Pont ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Joinville-Le-Pont de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Joinville-le-pont — Pour les articles homonymes, voir Joinville. Joinville le Pont L église Saint Charles Borromée de Joinville le Pont …   Wikipédia en Français

  • Joinville le pont — Pour les articles homonymes, voir Joinville. Joinville le Pont L église Saint Charles Borromée de Joinville le Pont …   Wikipédia en Français

  • Joinville-le-Pont — Joinville le Pont …   Deutsch Wikipedia

  • Joinville-le-Pont — Pour les articles homonymes, voir Joinville. 48° 49′ 17″ N 2° 28′ 22″ E …   Wikipédia en Français

  • Joinville-le-Pont — Para otros usos de este término, véase Joinville (desambiguación). Joinville le Pont …   Wikipedia Español

  • Joinville-le-Pont — French commune nomcommune=Joinville le Pont mapcaption=Paris and inner ring départements lat long=coord|48|49|19|N|2|28|26|E région=Île de France département=Val de Marne arrondissement=Nogent sur Marne canton=Joinville le Pont insee=94042… …   Wikipedia

  • Joinville-le-Pont — Original name in latin Joinville le Pont Name in other language Joinville, Joinville le Pont, La Branche du Pont de Saint Maur, Zhuenvil le Pon, joan vuJoinville le Pontiru=ru=pon, qiao lian cheng, Жуенвиль ле Пон, Жуенвіль ле Пон State code FR… …   Cities with a population over 1000 database

  • Joinville-le-Pont (RER) — Gare de Joinville le Pont Joinville le Pont Localisation Pays …   Wikipédia en Français

  • Gare de Joinville-le-Pont — Joinville le Pont Localisation Pays …   Wikipédia en Français

  • Liste des maires de Joinville-le-Pont — Constituée en 1790 par scission de la paroisse Saint Nicolas de Saint Maur des Fossés, la commune française de La Branche du Pont de Saint Maur est rebaptisée en 1831 Joinville le Pont[1]. Elle est actuellement située dans le département du Val… …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”