Alphabet Runique

Rune

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rune (homonymie).
Runique

Cloche de l'église de Saleby, Västergötland, Suède, contenant des inscriptions datant de 1228 en futhark
Cloche de l'église de Saleby, Västergötland, Suède, contenant des inscriptions en futhark datant de 1228

Caractéristiques
Type Alphabet
Langue(s) Langues germaniques
Historique
Époque À partir du IIe siècle
Système(s)
parent(s)

Protocananéen
 Phénicien
  Étrusque
   Runique

Encodage
ISO 15924 Runr

L’alphabet runique ou Futhark – terme formé à partir du nom des six premières lettres de cet alphabet – était l’alphabet utilisé par les anciens peuples de langue germanique, tels que les Anglo-saxons (pour écrire le vieil anglais) ou les Scandinaves (pour écrire le vieux norrois).

Au contraire des lettres de l’alphabet latin, les runes ont des noms dotés d’un sens intrinsèque. Le fait est, cependant, que l’alphabet latin est le fruit d’une longue et lente évolution, héritage des Étrusques, dont l’alphabet était lui-même issu de l’héritage des Phéniciens ; tout alphabet ayant lui-même pour origine les pictogrammes, qui avaient, eux, une signification symbolique. Il est assez improbable que les peuples germaniques aient pu inventer un alphabet à partir de rien quelques millénaires après la naissance des premiers alphabets. Une pièce de monnaie étrusque représentant les attributs d’Athéna retrouvée dans le Valais en Suisse retrace assez bien le chemin qu’a dû parcourir l’alphabet vers le nord avant que les peuples germaniques ne l’adaptent à leurs propres langues.

La racine indo-européenne du mot « rune », *rūn, signifie « mystère » ou « secret » et ceci est plus visible dans l’un des dérivés raunen signifiant « murmurer » ou « parler en secret ».

D'autres systèmes d'écriture apparentés aux runes existent : les runes hongroises et l'alphabet turc dit alphabet de l'Orkhon.

Sommaire

Origine des runes

L’alphabet runique fut créé par les locuteurs de dialectes de langues germaniques afin d’écrire leurs langues. Bien que quelques érudits prétendent que les runes seraient entièrement issues de l’alphabet grec (Morris in Odenstedt 359) ou du latin (Odenstedt 362) la plupart des experts considèrent que cet alphabet est un mélange aux origines diverses. Seebold5, Krause3, Jensen (571) et Coulmas (1996: 444 ff.) pensent que l'alphabet runique est un mélange d’alphabets italique nordique/alpin avec une influence latine.

Cette pensée majoritaire est certainement plus réaliste que les explications fournies par Morris et Odenstedt.

Quelques lettres ont une origine latine évidente, par exemple les runes pour /f/ et /r/, d’autres qui rappellent — au moins au niveau du format — l’alphabet alpin, par exemple le rune /h/. Il y a aussi des symboles qui peuvent être aussi bien latins que alpins, par exemple la rune /i/-rune. Bernal (36) pense qu'il y avait aussi quelques substrats d'alphabet impliqué ; Miller (62) prétend que les origines de l'alphabet runique sont le méditerranéen archaïque. Les deux n'expliquent pas les raisons de leurs croyances. Dans le même travail, Miller écrit aussi que les paramètres phonétiques sur lesquels l'alphabet runique est établi sont finalement clairement sémitiques et sont liés aux scénarios de Byblos et Ugarit aussi bien que l’alphabet phénicien. Plusieurs scénarios runiques différents furent développés au cours du temps.

Les runes les plus anciennes qui nous sont parvenues seraient datées de l’an 200, et il est généralement accepté qu’elles ne furent pas inventées avant l’an 1. Ces runes primitives jusqu’aux environs de l’an 650 semblent toutes utiliser le même futhark de 24 runes. La plupart de ces inscriptions sont très courtes et incompréhensibles, et dans presque tous les cas il est difficile de les traduire et d'être certain de leur langue précise. La plupart des runes préservées sont en pierre, cependant quelques fragments existent en bois, écorce et os, et quelques-unes sur du parchemin, le plus fameux étant le Codex Runicus. Ces inscriptions à la traduction incertaine voire impossible, sont la plupart du temps des inscriptions à dessein magique. Ceci signifie que ces caractères runiques n’étaient pas ordonnés pour former des mots (dépendant d'un langage), mais que leur graveur utilisait alors leur sens magique, lequel ne dépend pas de la phonétique ou de la langue, mais est propre à chaque caractère. Dans le cas de telles formules runiques, le futhark perd son rôle de support du langage pour devenir le support des pratiques ésotériques propres aux cultures nordiques.

Il apparaît que les runes pourraient être beaucoup plus anciennes. La rune pour le son /æ/, comme dans sAd, n’était pas utilisée dans l’écriture, car à cette époque les langues germaniques n’avaient pas ce son. Néanmoins, dans chaque liste de caractères elle apparaît toujours. Cependant, dans le proto-germanique occidental /æ/ semble avoir existé comme un phonème complet. Rien ne permet de prouver que le futhark aurait subi l’influence latine ou grecque. Au contraire, il serait plus judicieux de les dater d'une époque très antérieure, puisque le système d’écriture « ancêtre » des runes, l’écriture dite d’Hallristinger, et présentant cette même forme rude et rectiligne, découverte dans la partie nord nord-ouest de l’Europe, daterait de la fin de la préhistoire. Le svastika y est très présent, on dénombre dans cette écriture jusqu’à cinq versions de ce symbole solaire.

Les différents futhark

Note : les translittérations suivent le modèle traditionnel.

Système originel

Article détaillé : Vieux Futhark.

L’alphabet original des runes nordiques, le futhark à 24 lettres ou vieux futhark, représentant les 24 constellations visibles des anciens Scandinaves, dont les Vikings, est souvent appelé la « ligne rune » et était organisé en trois groupes de 8 runes chacun, dénommés ätter (familles) : les ätts de Freyr (ou Frey), Hagal et Týr respectivement, le premier caractère de chaque groupe étant exemplifié par le caractère initial du nom.

Le futhark original nordique de 24 lettres, aussi connu comme le futhark germanique : Fehu, Ūruz, Þurisaz, Ansuz, Raidō, Kaunan, Gebō, Wunjō, Hagalaz, Naudiz, Īsaz, Jēra, Eihwaz, Perþō, Algiz, Sōwilō, Tiwaz, Berkanan, Ehwaz, Mannaz, Laguz, Ingwaz, Dagaz et Oþila (Propriété Óðal).

Voici les 24 runes originelles :

f f u u th,þ þ a a r r k k g g w w
h h n n i i j j ï,ei ï p p z z s s
t t b b e e m m l l ŋ ŋ d d o o

Notes : La rune ayant valeur de "u" peut également avoir pour valeur phonétique "v". Cette dernière valeur phonétique a été aussi attribuée à la 8e rune, dont la valeur phonétique la plus répandue reste cependant "w". Ces divergences s'expliquent par la grande étendue géographique d'utilisation du système runique, qui englobait l'Islande, l'Angleterre, l'Écosse et plus particulièrement les actuelles Finlande, Suède, Norvège, Danemark, et Allemagne. Les prononciations fluctuaient alors avec la culture, différente d'une région à l'autre. Cette vaste répartition géographique des runes explique aussi les multiples noms que chacune d'elle porte selon la région dans laquelle on se trouve; pour exemple la première rune, "f", s'appelle autant Fehu, que Feoh, Fé, ou Faihu.

Le "th" correspond à la prononciation anglaise. Le "j" est mouillé, comme dans "rouille".

Systèmes ultérieurs

Article détaillé : Runes anglo-saxonnes.

Le futhark initial comprenant 24 runes plus une rune sans glyphe représentant « Odhinn » fut ultérieurement raccourci à 16 runes autour de l'an 800 et est généralement vu comme une adaptation servant à simplifier le travail de l'écrivain. La plupart des runes de Scandinavie sont postérieures à 800 et utilisent les 16 lettres :

f  u  þ   ą  r  k
h  n  i   a   s
t  b  m   l   ʀ

Plus tard, les runes varièrent d'un pays à l'autre. L'éventail du futhark se réduisit à 16 ou 18 runes en Norvège et en Suède, où la vaste majorité des runes plus récentes sont trouvées. En Angleterre la futhark augmenta à environ 28 runes (plus quelques-unes utilisées seulement régionalement ou pour des noms propres étrangers).

Ceci est la variante norvégienne/suédoise, aussi appelée rune brindille-courte. La variante danoise est très similaire. On peut lire un exemple de runes danoises dans l'inscription de la Grosse pierre de Jelling.

Futhark vicking 16.png
Le plus récent futhark nordique à 16 runes :

Les autres futharks nordiques incluent une forme sans branche (probablement pour une sculpture plus rapide) et le futhark antique (lequel inclut des runes représentant l'alphabet latin complet).

Futhark Hälsingland 15.png
Variante de Hälsingland en Suède, sans brindille

Futhark médiéval 27.png
Variante médiévale, incluant l'alphabet latin

Les runes thorn (ᚦ) et wynn (ᚹ) ont été adoptées dans l'alphabet du vieil anglais (sous les formes þ et ƿ). Thorn est encore utilisé dans l'alphabet islandais.

Les runes semblent être tombées en désuétude autour de l'an mil sauf en Scandinavie où elles continuèrent à être utilisées pendant quelques siècles. Quelques régions plus isolées de Scandinavie continuèrent à utiliser les runes jusqu'à l'époque moderne.

Symbolique

Chaque rune possède une symbolique :

  1. Fehu : le bétail, l'argent, la richesse : c'est le dieu de la Fertilité. Elle symbolise aussi le feu primordial, et est à l'origine de toute chose. (Lettre F)
  2. Uruz : le bison, le bœuf, la force vitale première. (Lettre U)
  3. Thurisaz : les géants, le supplice des femmes. (Lettre TH en anglais)
  4. Ansuz : Dieu, poutre sacrée ou pieu des ancêtres. Elle symbolise surtout l'inspiration, la conscience. (Lettre A)
  5. Raido : la chevauchée, le chemin, le voyage dans les ténèbres. (Lettre R)
  6. Kaunan : la torche, le canot, le bateau. (Lettre K)
  7. Gebo : les dons et cadeaux, le Sacrifice et les offrandes. (Lettre G)
  8. Wunjo : le délice, la magnificence, le confort. (Lettre W)
  9. Hagalaz : la grêle, l'orage, la Magie néfaste du Temps. (Lettre H ou CH)
  10. Naudiz : la servitude, la détresse, la contrainte, le tourment, la nécessité. (Lettre N)
  11. Isaz : la glace, le froid et le malheur. (Lettre I)
  12. Jeran : les années, les saisons fertiles, les récoltes et la bénédiction du champ. (Lettre J)
  13. Eihwaz : l'if, la mort, la proscription de la Magie et autres dangers. (Lettre E)
  14. Pertho : divination, hasard. (Lettre P)
  15. Elhaz : l'homme, la fourchette, l'ambivalence. (Lettre R)
  16. Sowilo : le soleil, la lumière, la chaleur et la fertilité. (Lettre S)
  17. Tiwaz : la flèche, la fidélité, le dieu de la Guerre Ziu. (Lettre T)
  18. Berkanan : la branche de bouleau, le mariage et la déesse Frigg. (Lettre B)
  19. Ehwaz : le cheval, l'accompagnateur du char du soleil. (Lettre E)
  20. Mannaz : l'homme, l'humanité. (Lettre M)
  21. Laguz : l'eau, la mer, les lacs et les sources. (Lettre L)
  22. Ingwaz : Dieu ou héros de souche Ingwi. (Lettre NG)
  23. Dagaz : le jour et la luminosité, à l'origine du feu sacré. (Lettre D)
  24. Othalaz : la propriété foncière. Le contraire de Fehu. (Lettre O)

Noter que le système runique, lorsqu'il est utilisé en tant que système magique, présente une adaptabilité très grande. Les symboliques données ci-dessus sont valables mais pas en tant que dogmes, plutôt en tant que possibilités parmi d'autres. Les chercheurs runiques ne considèrent généralement pas les runes sous un jour purement objectif, mais tentent de se les réapproprier tant leurs sens peuvent être multiples, et leurs interprétations variables.

Utilisation des runes

Les runes étaient ordinairement utilisées pour des inscriptions dans le bois, le métal, le cuir ou la pierre. Les runes consistaient principalement en des marques verticales et diagonales, avec moins de marques horizontales ou courbées (certaines versions de runes n'en ont aucune).

Le dessin des runes aidait à leur sculpture dans le bois. Les mots étaient écrits le long du grain du bois, signifiant que toutes les marques étaient coupées à travers le grain. Ceci est dû au fait que des coupes le long du grain auraient provoqué des cassures dans le bois, ou se seraient refermées si le bois absorbait de l'humidité. Bien que les runes aient été utilisées pour des travaux d'écriture comme la Bible, elles l'étaient plus habituellement pour des inscriptions courtes plutôt que pour un texte complet.

Dans la mythologie nordique le dieu Odin est suspendu dans le monde-arbre, Yggdrasil, pour neuf jours en sacrifice personnel afin d'apporter le cadeau des runes à l'humanité. D'après Tacite, les anciens peuples germaniques avaient l'habitude de creuser des marques sur des feuilles de bois de fruit et les sélectionner comme lots pour la divination. De plus, chaque rune est associée à un dieu, et par là possède une signification magique particulière, qui peut s'associer à d'autres runes pour former un sort, une amulette ou une bénédiction.

Usage contemporain

Runes et littérature

table des cirth, l'alphabet runique inventé par J. R. R. Tolkien.

Les runes ont été utilisées, dans la littérature, pour créer un effet « d'authenticité » et aussi donner des indications « historiques », dans l'ouvrage :

En effet, pour l'instant, les quatre seuls écrivains ayant utilisé les runes dans leur(s) ouvrage(s), sont J. R. R. Tolkien, Jules Verne, J. K. Rowling et Erik L'Homme.

Les runes furent abondamment utilisées par J. R. R. Tolkien, notamment, dans Bilbo le Hobbit (pour la carte réalisée, lors des Aventures de Bilbo), et aussi surtout Le Seigneur des anneaux, illustrant, les ouvrages de Bilbo, à Hobbitbourg, les écrits à Fondcombe-Rivendell, la Porte de la Moria, la tombe de Balin, les murs de cette tombe et le livre lu par Gandalf, dans cette tombe.

J. R. R. Tolkien utilise les runes, mais la langue utilisée est anglaise.

Concernant Jules Verne, l'utilisation des runes est aussi très présente, dans son ouvrage d'aventure Voyage au centre de la Terre. Jules Verne utilise les runes (le point de départ de l'ouvrage se situe à Hambourg en Allemagne par la découverte d'un vieux manuscrit runique qui laisse échapper un message secret amenant à la découverte ultérieure de passages mystérieux en Islande.)

Jules Verne utilise aussi l'alphabet runique, mais dans ce cas la langue utilisée est le latin, dans l'ouvrage.

Que ce soit J. R. R. Tolkien ou Jules Verne, l'alphabet des runes est identique, mais les langues sont différentes.

Hermione Granger, de la série de livres Harry Potter, étudie les runes dans le troisième tome. C'est apparemment difficile.

L'écrivain Erik L'homme emploie aussi les runes dans sa trilogie Le Livre des étoiles, même si celles ci sont appelées « graphèmes », en leur donnant des pouvoirs magiques.

Runes et nationalismes

En tant que symboles germaniques, les runes furent utilisées par les Nazis. Quelques symboles comme la rune Odal sont utilisés sur les drapeaux néonazis à la place du svastika. Les runes furent toutefois proscrites durant la période nazie, et les praticiens de cet art persécutés, tout comme en Islande, bien avant cette époque[réf. nécessaire].

Runes et divination

Des occultistes ont essayé de reconstruire les systèmes de divination en utilisant les lettres runiques.

Voir aussi

Articles connexes

La Pierre de Rök
Foto: Bengt O Åradsson

Bibliographie

En Français

  • (fr) Musset, Lucien, 1965, Introduction à la runologie, Paris, Aubier-Montaigne, 1965.
  • (de)(fr) Krause, Wolfgang, 1970, Runen. Berlin: Walter de Gruyter (traduit en français: Les Runes, 1995, Paris: éditions du Porte-Glaive)
  • (fr) Dillmann, François-Xavier, « Les Runes, écriture des vikings », dans Les Dossiers d'archéologie (ISSN 1141-7137), no 170, avril 1992.
  • (fr) Marez, Alain, 2007, Anthologie runique, Paris : Les Belles lettres.

En autres langues

  • (en)(de) Jensen, Hans, 1970, Sign Symbol and Script. London: George Allen and Unwin Ltd. Translation of Die Schrift in Vergangenheit und Gegenwart. VEB Deutscher Verlag der Wissenschaften. 1958, as revised by the author.
  • (de)(fr) Krause, Wolfgang, 1970, Runen. Berlin: Walter de Gruyter (traduit en français: Les Runes, 1995, Paris: éditions du Porte-Glaive)
  • (en) Miller, D. Gary, 1994, Ancient scripts and phonological knowledge, Amsterdam/Philadelphia: John Benjamins Publishing Company.
  • (en) Page, R. I., 1987, Reading the past, volume 4: Runes, British Museum Publications (réédité par University of California Press, 1993)
  • (en) Bernal, Martin, 1990, Cadmean letters. Winona Lake: Eisenbrauns.
  • (de) Seebold, Elmar, 1991, « Die Stellung der englischen Runen im Rahmen der Überlieferung des älteren Fuþark », dans Bammesberger S. 439-569.

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :


Runes Voir aussi : Poèmes runiques · Pierres runiques · Runologie · Divination des runes v • d • e
Vieux Fuþark : · ·          
Fuþorc : o c ȝ · eo x · œ   a æ y ea
Fuþark récent : ą     · a       ·         ʀ        
Translittération : f u þ a r k g w · h n i j ï p z s · t b e m l ŋ d o


  • Portail de l’écriture Portail de l’écriture

Ce document provient de « Rune ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Alphabet Runique de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Alphabet runique — Rune Pour les articles homonymes, voir Rune (homonymie). Runique …   Wikipédia en Français

  • Alphabet militaire — Alphabet  Pour l’article homonyme, voir Alphabet (jeu vidéo).  A B C D E F G H I …   Wikipédia en Français

  • Runique — Rune Pour les articles homonymes, voir Rune (homonymie). Runique …   Wikipédia en Français

  • Alphabet —  Pour l’article homonyme, voir Alphabet (jeu vidéo).  A B C D E F G H I …   Wikipédia en Français

  • RUNIQUE — adj. des deux genres Il se dit Des caractères, de la langue, de la poésie, et des monuments de quelques anciens peuples du Nord. Caractères runiques. Alphabet runique, Poésies runiques. L Edda est écrit en langage runique …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • RUNIQUE — adj. des deux genres Qui a rapport aux runes. Alphabet runique. Caractères runiques. Il se dit aussi des Ouvrages qui ont été primitivement écrits en caractères runiques. Poésies runiques …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • runique — [ rynik ] adj. • 1644; de rune ♦ Didact. Relatif aux runes, formé de runes. Alphabet, écriture runique, propre au germanique septentrional. ⇒ nordique. Pierre runique. ♢ Par ext. Art runique : art scandinave, du III e au X e s. ● runique adjectif …   Encyclopédie Universelle

  • Alphabet Phénicien — Phénicien Caractéristiques Type Abjad Langue(s) Phénicien Historique Époque Débuta vers 1050 av. J. C. et tomba graduellement en désuétude tandis que les systèmes dérivés le remplacèrent …   Wikipédia en Français

  • Alphabet phenicien — Alphabet phénicien Phénicien Caractéristiques Type Abjad Langue(s) Phénicien Historique Époque Débuta vers 1050 av. J. C. et tomba graduellement en désuétude tandis que les systèmes dérivés le remplacèrent …   Wikipédia en Français

  • Alphabet etrusque — Alphabet étrusque Wikipédia …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”