Jean Jacques Bernardin Colaud De La Salcette

Jean Jacques Bernardin Colaud de La Salcette

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Colaud.
Jean Jacques Bernardin Colaud de La Salcette
P vip.svg
Origine France France
Hommage nom gravé sous l'Arc de triomphe de l'Étoile

Jean Jacques Bernardin Colaud de La Salcette, né à Grenoble (Isère), le 27 décembre 1759, militaire français.

Il entra au service comme cadet dans le régiment de l'Ile de France (22e, puis 39e d'infanterie) au mois de mai 1778. Fait sous-lieutenant sans appointements le 15 décembre de la même année, sous-lieutenant avec traitement le 11 juin 1776, lieutenant en second le 21 mai 1788, lieutenant en premier le 20 septembre 1788, capitaine le 11 juin 1791, il suivit Behague aux Antilles.

Il devint aide-de-camp du général Lameth le 16 février 1792, ensuite de Menou, et servit à l'armée du Nord. Nommé adjudant-général chef de bataillon le 8 mars 1793, et envoyé à l'armée d'Italie, il se distingua dans différents combats, notamment les 8 et 12 juin, et se vit contraint, à cause de sa naissance, de donner sa démission le 15 septembre suivant.

Réintégré le 25 prairial an III, il fut promu adjudant-général, chef de brigade le même jour. Cet officier supérieur se fit remarquer, le 8 et le 16 fructidor, aux affaires de Sainte-Anne, de la Lombarde, de Saint-Barnouilli, où il commandait la gauche de la division Serrurier. Dans la dernière, il arrêta la marche des Piémontais qui cherchaient à gagner le pont du Var par les vallées de la Tinéa et de la Vésubia, et leur fit un grand nombre de prisonniers, parmi lesquels le colonel Payernoff. Kellermann jugea cette action si importante, surtout dans la situation où se trouvait alors l'armée, qu'il demanda et obtint pour Lasalcette le grade de général de brigade le 7 brumaire an IV.

Au siège de Mantoue, il commanda par intérim la division Serrurier, lorsqu'elle reprit position à Marmirolo, après avoir repoussé l'ennemi dans la place et lui avoir enlevé des convois et des prisonniers. Le 20 fructidor, il battit l'ennemi à Saint-Antoine et lui prit l'artillerie qui armait la redoute de cette ville, qui eut lieu le 14 pluviôse an VI et marcha sur Rome avec la division Victor.

A la suite du traité de Campo-Formio, il fut envoyé dans les îles Ioniennes. Le général Chabot le chargea de la défense de Prevesa sur la côte d'Albanie, au moment où les Turcs et les Russes réunis déclarèrent la guerre aux français. II s'y défendit contre 11 000 Albanais, Souliotes, Turcs et Russes, commandés par Ali-Pacha, quoique abandonné des habitants et n'ayant à sa disposition que 450 hommes. La garnison étant réduite à 150 combattants, ne pouvant espérer aucun secours, pressé d'ailleurs par un ennemi si supérieur, il capitula.

Conduit de cachots en cachots à Constantinople, condamné au bagne avec ses compagnons d'armes, il n'en sortit qu'au mois de ventôse an IX, par échange avec les prisonniers que l'armée d'Egypte avait faits.

Rentré en France, mis en non-activité le 1er vendémiaire an X, il fut employé dans la 7e division militaire le 1er vendémiaire an XI, et reçut, en l'an XII, la décoration de membre de la Légion d'honneur le 19 frimaire, et celle de commandant de l'Ordre le 23 prairial.

Attaché, le 18 brumaire an XIV, au corps de réserve du maréchal Kellermann comme chef d'état-major, l'Empereur le fit gouverneur du Hanovre le 4 décembre 1806. Il avait un commandement dans la 30e division militaire depuis le 10 juin 1810, lors des événements de 1814. Le 31 août, Louis XVIII le nomma commandant du département de la Loire, et l'admit à la retraite le 24 décembre. Quand l'Empereur revint, en 1815, il l'éleva au grade de lieutenant-général le 22 mars et lui confia la 7e division militaire. Le gouvernement royal ordonna son remplacement le 21 juillet, et annula sa nomination le 1er août. Rentré dans sa position de retraite, il y demeura jusqu'à la Révolution de 1830. Louis-Philippe Ier, par ordonnance du 5 janvier 1832, et en considération de sa promotion pendant les Cent-Jours, lui rendit son grade de lieutenant-général pour prendre rang du 19 novembre 1831.

Il mourut le 3 septembre 1834. Son nom est gravé sur le monument de l'arc de triomphe de l'Étoile, côté Sud.

Son frère aîné, Joseph-Claude-Louis Colaud de La Salcette, fut préfet puis député de la Creuse au Corps législatif.

Source

« Jean Jacques Bernardin Colaud de La Salcette », dans Charles Mullié, Biographie des célébrités militaires des armées de terre et de mer de 1789 à 1850, 1852 [détail de l’édition] (Wikisource)

  • Portail de la Révolution française Portail de la Révolution française
  • Portail du Premier Empire Portail du Premier Empire
Ce document provient de « Jean Jacques Bernardin Colaud de La Salcette ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Jean Jacques Bernardin Colaud De La Salcette de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Jean jacques bernardin colaud de la salcette — Pour les articles homonymes, voir Colaud. Jean Jacques Bernardin Colaud de La Salcette Origine …   Wikipédia en Français

  • Jean Jacques Bernardin Colaud de La Salcette — Pour les articles homonymes, voir Colaud. Jean Jacques Bernardin Colaud de La Salcette Origine …   Wikipédia en Français

  • Joseph-Claude-Louis Colaud de La Salcette — Pour les articles homonymes, voir Colaud. Joseph Claude Louis Colaud de La Salcette, né à Saint Georges de Commiers, près de Grenoble, le 29 décembre 1758, décédé à Saint Georges de Commiers le 4 août 1832, est un magistrat,… …   Wikipédia en Français

  • Colaud — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Colaud est le nom d une famille originaire du Briançonnais, dans le Haut Dauphiné, connue dans la bourgeoisie dès la fin du XVIe siècle[1]. Claude… …   Wikipédia en Français

  • Liste des premiers préfets français (1800-1815) — Un préfet du Premier Empire (1810). Vous trouvez ci dessous la Liste des préfets de département du Consulat et du Premier Empire, depuis la création de la fonction, par la loi du 28 pluviôse an VIII, jusqu à la chute définitive du régime, au… …   Wikipédia en Français

  • Préfets napoléoniens — Liste des premiers préfets français (1800 1815) Un préfet du Premier Empire (1810). Vous trouvez ci dessous la Liste des préfets de département du Consulat et du Premier Empire, depuis la création de la fonction, par la loi du 28 pluviôse …   Wikipédia en Français

  • Les 660 noms gravés sous l'Arc de Triomphe de l'Etoile — Noms gravés sous l Arc de Triomphe de l Étoile Voici la liste des 660 personnalités figurant sous l’arc de triomphe de l’Étoile, à Paris. Elles servirent sous la Révolution française et le Premier Empire. Voir aussi la liste des généraux de la… …   Wikipédia en Français

  • Liste des officiers figurant sur l'arc de Triomphe — Noms gravés sous l Arc de Triomphe de l Étoile Voici la liste des 660 personnalités figurant sous l’arc de triomphe de l’Étoile, à Paris. Elles servirent sous la Révolution française et le Premier Empire. Voir aussi la liste des généraux de la… …   Wikipédia en Français

  • Liste des officiers figurants sur l'Arc de Triomphe — Noms gravés sous l Arc de Triomphe de l Étoile Voici la liste des 660 personnalités figurant sous l’arc de triomphe de l’Étoile, à Paris. Elles servirent sous la Révolution française et le Premier Empire. Voir aussi la liste des généraux de la… …   Wikipédia en Français

  • Noms graves sous l'Arc de Triomphe de l'Etoile — Noms gravés sous l Arc de Triomphe de l Étoile Voici la liste des 660 personnalités figurant sous l’arc de triomphe de l’Étoile, à Paris. Elles servirent sous la Révolution française et le Premier Empire. Voir aussi la liste des généraux de la… …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”