Almaden

Almadén

Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Almadén de la Plata.
Almaden
Drapeau Blason
Drapeau Blason
Données générales
Statut Municipio
Pays Espagne Espagne
Communauté autonome Castille-La Manche Castille-La Manche
Province
Code postal 13400
Gentilé
Données géographiques
Latitude
Longitude
38° 46′ Nord
       4° 50′ Ouest
/ 38.76, -4.83
Superficie 239,64 km²
Altitude moy. 589 m m
Distance(s) Almaden est à 200 km de Madrid.
Population (INE)
 - total :
 - densité :
 - année :

6288 hab.
26,24 hab./km²
2008
Politique
Maire
 - nom
Emilio García Guisado
 - parti PSOE
 - mandat
Site web

Almadén est une commune d’Espagne située dans la province de Ciudad Real, qui fait partie de la région autonome de Castille. Ses coordonnées géographiques sont 4 °49 'de longitude Ouest et 38 ° 46' de latitude Nord et son altitude est de 589 mètres au-dessus du niveau de la mer. Almadén est à 200 km environ au sud de Madrid dans la Sierra Morena. Le mot Almadén est d'origine arabe et signifie «la mine».

Romaine à l'origine, puis maure, la ville a été prise en 1151 par Alphonse VII et donnée aux Chevaliers de l’Ordre de Calatrava.

Vers 300 av., Théophraste, philosophe et savant grec, évoque les mines de mercure d’Almadén.

Le gisement de mercure d’Almadén est à l’origine de la plus grande quantité de mercure liquide produite dans le monde. Environ 250.000 tonnes de mercure ont été produites dans le passé, sur une période de 2000 ans.

Sommaire

Mine

Almadén est le siège des plus grandes réserves de cinabre, un minerai à partir duquel est extrait le mercure. Le cinabre a d'abord été utilisé par les Romains comme pigment. Plus tard, ce minerai a été principalement utilisé en médecine et en alchimie à l’époque où l'Espagne était sous domination arabe.

Les Fugger d’Augsbourg, deux banquiers allemands, ont administré les mines au cours du 16ème et du 17ème siècle, en contrepartie de prêts accordés au gouvernement espagnol. Le mercure est devenu très précieux pour son utilisation aux Amériques au milieu du 16ème siècle à partir de l'introduction du procédé de l’amalgame, une méthode qui utilise le mercure pour extraire les métaux à partir du minerai d'or et d'argent. La demande de mercure a augmenté et a entraîné le développement de la ville comme centre d'exploitation et d'industrie minière. La plus grande partie du mercure produit à cette époque a été envoyé à Séville, puis aux Amériques.

Les dangereuses conditions de travail des mines, ont fait qu’il est devenu difficile pour les Fuggers de trouver des travailleurs volontaires. Comme la demande de mercure augmentait, l'idée d’avoir recours à des forcats s’est imposée.

Arrivée des forcats à la mine

Après que les Fugger aient échoué à remplir les quotas de production en 1566, le roi d'Espagne a décidé d'envoyer 30 prisonniers purger leur peine dans les mines d’Almadén. Leur nombre est passé à 40 en 1583. Les prisonniers, connus sous le nom de forzados, ont été choisis parmi des criminels en attente d'un transfert aux galères à la prison de Tolède. Les prisonniers sélectionnés étaient généralement condamnés à de courtes peines et possédaient de bonnes capacités physiques. Des meurtriers et les grands criminels étaient rarement désignés, car les galères étaient considérées comme des peines plus sévères que les mines d'Almadén. Ce préjugé allait plus tard se révéler faux lorsqu’on a découvert l'horreur de l'empoisonnement par le mercure.

Le premier groupe de forzados est arrivé à Almadén fin Février 1566.

Vie quotidienne à Almadén

Un nombre important de plaintes adressées sans interruption au roi à partir de 1580 l'a conduit à ordonner une enquête sur les conditions de vie des forçats d’Almadén en 1593. L'enquête a été menée par le commissaire royal et le célèbre auteur Mateo Alemán, et a été fondé en grande partie sur des entretiens avec les condamnés.

La mine d’Almadén fournissait aux forzados des conditions de vie acceptables. Chaque condamné recevait des rations quotidiennes de viande, de pain et de vin. Chaque année, le forzado se voyait attribuer, un doublet, une paire de hauts-de-chausses, et de bas, deux chemises, une paire de chaussures et un couvre chef. Les soins médicaux étaient disponibles à l'infirmerie, et la mine disposait même de son propre apothicaire.

Malgré ces bonnes conditions, le danger de mort ou de maladie lié à l’intoxication au mercure était toujours présent. 24% des condamnés d’Almadén entre 1566 et 1593 sont morts avant la date de leur libération, le plus souvent à cause d'un empoisonnement au mercure. Presque tous les prisonniers ont souffert de l'exposition au mercure. Les symptômes comportaient des douleurs sévères de toutes les parties du corps, un tremblement des membres, et des troublres mentaux. La plupart des hommes affectés aux fours sont morts d'intoxication.

Des Forzados étaient également contraints de vider l'eau des mines. Ces hommes échappaient aux dangers de l'exposition au mercure, mais ont souffert d'épuisement de jour en jour. Un groupe de quatre hommes devait évacuer 300 seaux d'eau, sans repos. Ceux qui ne pouvaient pas remplir ce quota étaient fouettés. Les prisonniers malades n’étaient pas exemptés de cette pratique.

La mort était courante, et les condamnés souhaitaient donner des funérailles décentes à chacun des hommes qui mourraient à la mine. Une confrérie religieuse a été constituée, dirigée par un prieur qui avait été administrateur de la mine pour les Fuggers. Le prieur choisissait également des condamnés pour servir l’office. La messe était célébrée le dimanche et les jours de fête, et la non-participation était passible d'une amende.

Arrivée des esclaves

Des esclaves d'Afrique du Nord ont été achetés directement auprès de marchands d'esclaves pour travailler aux côtés des condamnés. Ces esclaves étaient souvent beaucoup moins chers que les autres sur le marché à l'époque, et en 1613, les esclaves étaient plus nombreux que les forzados selon un ratio de deux pour un.

1645 à nos jours

En 1645, la concession des Fugger a été annulée et les mines ont été prises en charge par l'Etat et gérées par le gouvernement royal. Tous les grands criminels ont été envoyés à Almadén par ordonnance du tribunal en date de 1749, mais la mine ne pouvait pas les accueillir tous. L'acte a été annulé en 1751.

Deux incendies catastrophiques en 1775 ont été imputés aux forzados.

Une technologie minière sûre a été introduite dans le dernier quart du 18e siècle, les ouvriers libres ont commencé à s'intéresser de nouveau à la mine. À la fin du siècle, les travailleurs libres ont remplacé la plupart des esclaves.

L'établissement pénitentiaire d’Almadén a été fermé en 1801. En 1916, un conseil spécial a été créé pour exploiter les mines, introduire de nouvelles technologies et améliorer la sécurité. Une production record de 82.000 flacons de mercure a été atteinte en 1941, juste après la guerre civile espagnole.

Le prix de mercure à diminué, passant d'un pic à 571 $ US en 1965 à 121 US $ en 1976, rendant difficile toute planification économique.

En 1981, le gouvernement espagnol a créé la société Minas de Almadén y Arrayanes pour exploiter la mine.

En 2000, les mines ont été fermées en raison de la chute des prix du mercure sur le marché international, consécutive à la chute de la demande. Toutefois, Almadén possède encore l'une des plus grandes réserves de mercure. Un musée a été construit et l’entrée comprend la visite de la mine (zones exploitées du 16e au 20e siècle).

Voir aussi

  • Huancavelica, l'autre grande source de mercure de l'empire espagnol
  • La mine Quicksilver à New Almaden dans le comté de Santa Clara, en Californie

Liens externes

Commons-logo.svg

Références

  • (en) Cet article est partiellement ou en totalité issu d’une traduction de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Almadén  ».

A. Hernández, M. Jébrak, P. Higueras, R. Oyarzun, D. Morata, J. Munhá, « The Almadén mercury mining district, Spain », dans Mineralium Deposita, vol. 34, 1999, p. 539–548 [lien DOI] 


  • Portail de l’Espagne Portail de l’Espagne
Ce document provient de « Almad%C3%A9n ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Almaden de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Almadén — Almadén, Spain, is a town and municipality in the province of Ciudad Real, within the autonomous community of Castile La Mancha. The town is located at 4° 49 W and 38° 46 N and is 589 meters above sea level. Almadén is approximately 200 km south… …   Wikipedia

  • Almadén — (del ár. and. «alma‘dán» o «alma‘dín»; ant.) m. *Mina. * * * almadén. (Del ár. hisp. alma‘dán o alma‘dín, y este del ár. clás. ma‘din). m. desus. Mina o minero de algún metal. * * * Almadén, población situada a 4º 49 O y 38º 46 N, pertenece a la …   Enciclopedia Universal

  • Almaden — Almadén ist ein Ort in Spanien in der Provinz Ciudad Real in der autonomen Region Castilla La Mancha. Almadén hat etwa 7500 Einwohner auf einer Fläche von 239,6 km², das sind rund 31 Einwohner pro km². Die geografischen Koordinaten sind 38º 46 N …   Deutsch Wikipedia

  • Almadén — Almadén, 1) Bezirkshauptstadt in der span. Provinz Ciudad Real, liegt unfern der Eisenbahn Ciudad Real Badajoz in den nördlichen Ausläufern der Sierra Morena, hat eine Steigerschule und (1897) 7413 Einw. Ihre Bedeutung verdankt die Stadt den welt …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Almāden — (A. de Azogue), Stadt der spanischen Provinz Ciudad Real; 10,600 Ew.; Bergwerksschule, reiche Quecksilbergruben, die schon im Alterthum, wo A. Sisapon hieß, gekannt u. ausgebeutet. im 16. Jahrh. an die Fuggers verpachtet, in der Mitte des 17.… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Almadén — (de Azogue), Bergstadt in der span. Prov. Ciudad Real, in der Sierra de A., (1897) 7413 E.; hier und im benachbarten Almadenejos (spr. ehch – ; 1122 E.) berühmte Quecksilbergruben …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Almaden — Almaden, span. Bergstadt in der Sierra Morena, Prov. Mancha, 10000 Einw., Quecksilbergruben: A. de la Plata, 9 St. von Sevilla, noch reichere Quecksilbergruben, wie die andern an Haus Rothschild verpachtet …   Herders Conversations-Lexikon

  • almadén — (Del ár. hisp. alma‘dán o alma‘dín, y este del ár. clás. ma‘din). m. desus. Mina o minero de algún metal …   Diccionario de la lengua española

  • Almadén — Para otros usos de este término, véase Almadén (desambiguación). En este artículo sobre geografía se detectaron los siguientes problemas: Necesita ser wikificado conforme a las convenciones de estilo de Wikipedia. Carece de …   Wikipedia Español

  • Almadén —  Ne doit pas être confondu avec Almadén de la Plata. Almaden …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”