Jean Amyot d'Inville
Fichier:Jean Amyot d'Inville.jpg

Jean Amyot d’Inville, né le 23 avril 1942 à Meknès au Maroc, est conseiller en communication et directeur de collection. Il a créé et dirigé le Centre de communication de l’Ouest à Nantes.

Sommaire

Biographie

Jean Amyot d’Inville est l’un des fils de Jacques Amyot d’Inville (1908-1943), tué, au cours de la Seconde guerre mondiale - en 1943 -, en Tunisie saint-cyrien et officier de Légion étrangère. Plusieurs de ses oncles sont morts pour la France pendant la Seconde Guerre mondiale, dont Hubert Amyot d'Inville, «pacha » des Fusiliers marins - un aviso[1] a porté son nom -, et Compagnon de la Libération, tué en Italie en 1944, en pleine guerre ; mais aussi Gérald[2], prêtre, mort en déportation en 1945. Le quatrième garçon, Guy, officier lui aussi, blessé puis prisonnier est revenu après la guerre - cette histoire a déjà été racontée, notamment dans un livre[3]. Sa mère, née Marie-Josèphe Audren de Kerdrel (1914-2007), était professeur de sciences naturelles à Rennes.

Après ses études secondaires à l’Institution Saint-Martin de Rennes, il entre à l’École supérieure de journalisme de Paris. Parallèlement, il est documentaliste de 1961 à 1963 à la "Bonne Presse", devenue le groupe "Bayard presse". Il est reporter aux Armées en 1964-1965. De 1965 à 1974, il anime à Paris les services information relations publiques dans trois secteurs : industrie (groupe Schneider-Creusot, 20 000 salariés) ; équipement du territoire (Caisse des dépôts) ; Centre national d'information pour le progrès économique (CNIPE, devenu Centre Info). Parallèlement, il est élu à 27 ans secrétaire général de l’Association française des relations publiques (Afrep) et, à ce titre, participe au développement de cette profession.

Début 1975, il décide de revenir dans l’Ouest et devient à Nantes le premier directeur de la communication de la Région des Pays de la Loire auprès du Préfet et des présidents d'assemblées régionales. Il y crée notamment des groupes information ainsi que le "Club relations publiques des Pays de la Loire", devenu "Apecom" (1976). Puis il imagine et dirige le Centre de communication de l’Ouest (CCO), présidé alors par Gilles Bouyer, structure originale dans sa conception pluraliste, son financement (32 investisseurs), son fonctionnement (350 partenaires et clients) et son animation (600 activités dont plus 150 débats publics par an). À ce titre il est à l’origine de beaucoup d'initiatives inédites dans les domaines de l’accueil, l’animation, la découverte de l’économie, de la littérature, du cinéma et du multimédia (1982-1989 et 1993-2002). Entre temps il a été directeur général de la future Cité internationale des congrès (1987-1990), puis délégué de "Nantes TV Câble" où il a projeté un modèle original de télévision coopérative (1991-1992).

Officiellement "en retraite" en 2002, il crée l'Observatoire universitaire des médias à Nantes ; est nommé au Conseil supérieur de l'audiovisuel à Rennes en 2003 ; et dirige la collection "Les régionaux qui font la France" depuis 2006. Il est membre du Bureau de plusieurs structures, parmi lesquelles l'Académie de Bretagne et des Pays de la Loire, le Comité régional des usagers de la santé, Sciencescom, etc.

Ouvrages publiés

  • Au pied de la tour, une aventure de communication. Préface de Jean-Marie Cavada. Pierre Gauthier, éditeur (1991).
  • Les Têtes, découverte des personnalités de l'Ouest, codirecteur de collection : Denis Roux (vingt ouvrages ayant présenté 5000 personnes), éditions CCO (1988-1992), "Rédactuel" (1993-2000) et "Inter Régies" (2001-2002).
  • Participation aux « Cahiers » de l’Académie de Bretagne et des Pays de la Loire (depuis 1995).
  • Clubs en Loire-Atlantique, le guide des cercles et des réseaux. Coauteur avec Isabelle Labarre, éditions du Puits fleuri (1997).
  • Journal d'un entremetteur. Une décennie à Nantes (1993-2002)[4], éditions Siloë (2004).
  • Réussir ! Des parcours d’exception, éditions Ouest-France, 2007 (premier ouvrage de la collection « Les Régionaux qui font la France »), en collaboration avec la Banque Populaire Atlantique.

Créations

  • Les "Singers boys" (1960) et la "Route de Lourdes" (de 1961 à 1967).
  • Renouveau de la revue "La Maison de verre", comme rédacteur en chef (de 1969 à 1974).
  • "Club Relations publiques des Pays de la Loire", devenu "Apecom" (de 1976 à 1981).
  • Études sur les médias et l’information à l’Institut régional d’administration (de 1976 à 1985).
  • Première réunion sur l’information des Régions françaises (1978).
  • Prix régional de communication des Pays de la Loire (de 1978 à 1988).
  • "Club Loire-Atlantique" (Cla) de Rire (depuis 1989).
  • "Centre de communication de l’Ouest" (de 1980 à 1989 et de 1993 à 2002) avec notamment : "Direct", lettre régionale d’information sur les médias (de 1982 à 1995), "Les Livres de l’Ouest" (depuis 1983), "Espace microinformatique régional" (de 1984 à 1992), "Club information" (de 1993 à 2001), "Accueil des nouveaux Nantais" (depuis 1993), "Journées médias actualité" (de 1994 à 2002), "Un auteur, un jour" (depuis 1995), "Le Café littéraire" (depuis 1998), le "Grand écran" (de 1996 à 2005), "Les Rendez-vous de l’économie" (de 1998 à 2002), "Forum l’émission multimédia" (de 1998 à 2005), site Internet : "les1000 de l’Ouest.com" (depuis 2000), etc.
  • "Observatoire universitaire des médias" (depuis 2002).
  • Collection "Les Régionaux qui font la France" (depuis 2006), en collaboration avec Thomas Girard-Lamaury.

Distinctions

  • Chevalier de la Légion d'honneur
  • Officier des Palmes académiques
  • Membre d’honneur du Press-club de France (1996)
  • Prix spécial du « Grand prix des relations presse » (1998), etc.

Voir aussi

  • Thomas Girard-Lamaury, journaliste, coauteur de "Réussir ! un parcours d'exception" (éd. Ouest-France - 2007) et notamment auteur d'une interview exclusive « Une vie de com ». Entretien avec Jean Amyot d’Inville (2008). Voir l'interview intégrale sur : [1]
  • Notice biographique, "Who's Who in France" (éd. Jacques Lafitte, 2008)
  • Article du Point sur Jean Amyot d'Inville

Notes et références

  1. Aviso Amyot d'Inville
  2. "L'Abbé Gérald Amyot d'Inville". De l'Abbé Jean Marie et Jean Léturgie. (Editions Notre-Dame à Coutances, 1962).
  3. "Amyot d’Inville, quatre frères pour la France". De Patrick de Gmeline. (Editions Charles Hérissey, 2004).
  4. Siloë Editions, livres pour tous

Lien externe


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Jean Amyot d'Inville de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Chevalier de la Légion d'Honneur — Catégorie:Chevalier de la Légion d honneur Cette catégorie recense des personnes ayant reçu une certaine distinction honorifique et qui ont par ailleurs une biographie sur Wikipédia. Elle n est pas exhaustive …   Wikipédia en Français

  • Chevalier de la Légion d'honneur — Catégorie:Chevalier de la Légion d honneur Cette catégorie recense des personnes ayant reçu une certaine distinction honorifique et qui ont par ailleurs une biographie sur Wikipédia. Elle n est pas exhaustive …   Wikipédia en Français

  • Chevalier de la légion d'honneur — Catégorie:Chevalier de la Légion d honneur Cette catégorie recense des personnes ayant reçu une certaine distinction honorifique et qui ont par ailleurs une biographie sur Wikipédia. Elle n est pas exhaustive …   Wikipédia en Français

  • Catégorie:Chevalier de la Légion d'honneur — Arborescence de la France …   Wikipédia en Français

  • Senlis (Oise) — Pour les articles homonymes, voir Senlis. 49° 12′ 29″ N 2° 35′ 15″ E …   Wikipédia en Français

  • Liste des anciens navires de la marine nationale depuis 1945 — Voici une liste non exhaustive des anciens bâtiments de la Marine nationale française désarmés depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Sommaire 1 Porte avions 2 Porte hélicoptères 3 Cuirassés 4 …   Wikipédia en Français

  • List of French modern frigates — The list of French modern frigates covers ships acquired or built between 1940 and present. This list is not comprehensive. In France, destroyers are called contre torpilleurs or first rank frigates ; hence, destroyer size ships might be listed… …   Wikipedia

  • Familles subsistantes de la noblesse française — Les familles subsistantes de la noblesse française sont les familles contemporaines qui peuvent prouver qu elles descendent en lignée naturelle (sans adoption), légitime et masculine d une personne ayant obtenu la qualité de noble, reconnue ou… …   Wikipédia en Français

  • Liste Des Familles Subsistantes De La Noblesse Française — Familles subsistantes de la noblesse française Le nombre de familles subsistantes de la noblesse française fait depuis longtemps débat. Pour l ISGN et l ANB[1] en 2007, il resterait moins de 8 000 familles pouvant prouver leurs origines nobles,… …   Wikipédia en Français

  • Liste des familles subsistantes de la noblesse francaise — Familles subsistantes de la noblesse française Le nombre de familles subsistantes de la noblesse française fait depuis longtemps débat. Pour l ISGN et l ANB[1] en 2007, il resterait moins de 8 000 familles pouvant prouver leurs origines nobles,… …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”