Alliages D'aluminium Pour Fonderie

Alliages d'aluminium pour fonderie

Les alliages d'aluminium pour fonderie sont des alliages dont le constituant principal est l'aluminium, destinés à être transformés par des techniques de fonderie. On les appelle souvent "alliages légers" du fait de leur masse volumique nettement inférieure à celles d'autres métaux utilisés dans l'industrie.

On les qualifie aussi parfois de fonte d'aluminium, du fait du mode d'obtention des pièces réalisées, mais c'est un abus de langage puisqu'il ne s'agit nullement de fonte. Une pièce de fonderie en alliage léger est une pièce en aluminium moulé.

Sommaire

Désignation

Désignation européenne CEN

Désignation numérique

Comme pour les alliages d'aluminium pour corroyage, il existe plusieurs modes de désignation, dont une numérique (EN 1780-1).

Il s'agit d'une désignation à 5 chiffres dont le premier suit la même règle que celle qui codifie les alliages pour corroyage, à savoir, pour les plus employés :

Désignation Élément d'alliage principal Phase principale présente
dans l'alliage
Série 20000
2xxxx
Cuivre (Cu) Al2Cu - Al2CuMg
Série 40000
4xxxx
Silicium (Si) -
Série 50000
5xxxx
Magnésium (Mg) Al3Mg2
Série 70000
7xxxx
Zinc (Zn) MgZn2

Le deuxième chiffre indique le groupe de l'alliage. Cette notion de groupe est utilisée pour les alliages normalisés (EN 1706). Chaque groupe présente un ensemble de caractéristiques mécaniques et/ou physiques similaires. Par exemple les alliages du groupe AlSi ont une composition proche de l'eutectique aluminium-silicium (12,6 % en masse) ce qui leur confère une excellente aptitude à la coulée.

Désignation Famille Exemple
21xxx AlCu 21100
41xxx AlSiMgTi 41000
42xxx AlSi7Mg 42200
43xxx AlSi10Mg 43200
44xxx AlSi 44100
45xxx AlSi5Cu 45400
46xxx AlSi9Cu 46500
47xxx AlSi(Cu) 47000
48xxx AlSiCuNiMg 48000
51xxx AlMg 51200
71000 AlZnMg 71000

Désignation basée sur les symboles chimiques

Il existe aussi une désignation dite "chimique" ou "symbolique", elle aussi normalisée (EN 1780-2), qui reprend les symboles des constituants de l'alliage, suivis, pour les principaux, de leurs proportions dans l'alliage. Cependant, ces proportions sont indiquées en pourcentage massique, il ne s'agit donc pas d'une véritable formule chimique.

Exemple : Al Si5Cu3Mg : alliage contenant (environ) 5% de silicium, 3% de cuivre et moins de 1% de magnésium

Désignation complète

Les normes prévoient que la désignation numérique ou symbolique soit précédée par :

  • EN qui signifie que l'appellation est conforme aux normes européennes
  • la lettre A (aluminium)
  • une lettre représentant la forme du produit :
    • B : lingot
    • C : pièce moulée
    • M : alliage mère (alliage qui sera réutilisé pour l'élaboration d'autres alliages pour fonderie ou écrouissage).
  • un tiret

Exemple :

  • EN AC-21000
  • EN AC-Al Cu4MgTi

Qui représente un alliage de fonderie base aluminium conforme aux norme CEN comportant entre autres 4,20 à 5,0 % de cuivre, 0,15 à 0,35 % de magnésium et 0,15 à 0,30% de titane (voir composition complète)

La désignation complète est assez peu utilisée.

Désignation métallurgique française

Il existe enfin une désignation métallurgique, utilisée traditionnellement en fonderie et définie par l'ancienne norme française NF A 02-004. Cette désignation est encore aujourd'hui la plus employée en France, bien que la norme dont elle est issue ne soit plus d'actualité.
Cette désignation est une simplification de la désignation chimique dans laquelle chaque élément est repéré par une seule lettre au lieu de deux, cette lettre n'étant pas obligatoirement la première du symbole chimique (afin de différencier certains éléments comme le manganèse [Mn : M] et le magnésium [Mg : G], par exemple).

Le tableau ci-dessous indique les symboles des principaux constituants des alliages d'aluminium utilisés en fonderie :

Élément Aluminium Bore Chrome Étain Magnésium Cobalt Manganèse Nickel Silicium Titane Cuivre Zinc
Symbole chimique
Al
B
Cr
Sn
Mg
Co
Mn
Ni
Si
Ti
Cu
Zn
Symbole métallurgique
A
B
C
E
G
K
M
N
S
T
U
Z

Exemple :

  • 42200,
  • AlSi7Mg0,6 et
  • AS7G06
    désignent, suivant ces trois conventions, le même alliage d'aluminium contenant (environ) 7% de silicium et 0,6% de magnésium.

Les spécifications de chaque alliage sont définies par la norme EN 1676 (norme française homologuée NF EN 1676).

En langage de métallurgiste (c'est ce langage qui sera utilisé pour la suite de l'article, mais l'usage de cette désignation étant limité à la France, les alliages cités seront suivis de leur désignation numérique internationale entre parenthèses), les 4 séries citées dans le premier tableau sont :

  • Les AU pour les alliages Aluminium-Cuivre,
  • Les AS pour les alliages Aluminium-Silicium,
  • Les AG pour les alliages Aluminium-Magnésium et
  • Les AZ pour les alliages Aluminium-Zinc.

Rôle des principaux constituants

L'aluminium (Al) - A

L'aluminium est le principal composant de ces alliages. Sa proportion est généralement comprise entre 84% pour un AS12UN (48000) et 97% pour un AS2GT (41000).

C'est un métal dont la découverte est relativement récente (XIXème siècle), il a été exposé comme "nouveau métal" lors de l'Exposition Universelle de Paris de 1855.

Il est obtenu industriellement par réduction électrolytique, à partir de l'alumine (oxyde d'aluminium Al2O3), elle même extraite de la Bauxite.

Il a particulièrement participé au développement de tous les moyens de transport modernes et en particulier de l'aéronautique, principalement à cause de sa légèreté (densité ~2,7) qui permet d'obtenir, à volume égal, des pièces environ trois fois moins lourdes que si elles étaient réalisées en acier ou en cuivre ; alliée à une très bonne résistance à la corrosion. C'est cependant un métal relativement "mou".

L'utilisation d'aluminium en alliage avec les autres éléments qui sont cités ci-dessous est destinée en grande partie à améliorer ses caractéristiques mécaniques.

Dans la composition d'un alliage d'aluminium, entrent divers éléments (plus de vingt sont mesurés lors de l'analyse spectrométrique d'un alliage) dont certains sont des éléments d'apport et d'autres des impuretés. Dans les normes définissant les différents alliages (NF EN 1676 par exemple), il existe un minimum et un maximum pour certains éléments, qui sont ceux qui caractérisent l'alliage, et uniquement un maximum pour les autres (les impuretés).

Le cuivre (Cu) - U

Le cuivre contribue fortement à l'amélioration des caractéristiques mécaniques des alliages et améliore considérablement les aptitudes à l'usinages des pièces réalisées y compris dans le cas où elles ne sont pas traitées thermiquement.

A l'inverse, le cuivre est défavorable à la tenue à la corrosion de la pièce. Une protection de surface (peinture, anodisation) est souvent nécessaire.

De plus, les alliages aluminium-cuivre, dans lesquels la teneur en silicium est très faible, sont assez facilement sujets à la crique (amorce de rupture) si le refroidissement des fonderies est mal contrôlé, ou bien lors du traitement thermique si certaines précautions ne sont pas prises (éviter que les pièces se touchent entre elles, notamment).

Les AU (série 20000) sont des alliages délicats en fonderie, mais très appréciés des usineurs, lorsque les fonderies sont bien réalisées. Les pièces réalisées dans cette série d'alliage sont très souvent des pièces soumises à des contraintes mécaniques importantes et, de ce fait, font presque toujours l'objet d'un traitement thermique.

Le silicium (Si) - S

Le silicium est présent dans la majorité des alliages pour fonderie.

Sa principale caractéristique est d'améliorer la coulabilité du métal et, par conséquent, de limiter les risques de criques.

Par le passé, les alliages à fort pourcentage de silicium étaient les préférés de fondeurs, mais le moulage en sable à prise chimique a permis d'obtenir la majeure partie des pièces avec des teneurs en silicium plus faibles.

Aujourd'hui, on choisira de préférence des alliages à fort pourcentage de silicium pour obtenir des pièces aux formes complexes et fines comme, par exemple, des carcasses de générateur comportant de nombreuses ailettes de refroidissement.

En revanche, le silicium diminue l'usinabilité de la pièce et rend plus difficile le traitement anodique de décoration.

Le magnésium (Mg) - G

Le magnésium est le principal agent d'amélioration des caractéristiques mécaniques des alliages d'aluminium.

Il est présent, en proportions plus ou moins importantes, dans de nombreux alliages.

Lors de la fusion qui précède la coulée des pièces, sa concentration à tendance à diminuer avec le temps, il est donc nécessaire de réajuster régulièrement la teneur en magnésium de l'alliage. Cet ajustement nécessite de réaliser périodiquement, au cours de la journée, des analyses spectrométriques du contenu du four.

Le zinc (Zn) - Z

Le zinc augmente les caractéristiques mécaniques de l'alliage. Dans une nettement moindre mesure que le cuivre, le zinc diminue un peu la tenue à la corrosion.

Le titane (Ti) - T, et le bore (B) - B

Le titane entre, lui aussi, dans la composition de nombreux alliages.

Sa principale propriété est d'affiner le grain du métal, ce qui a aussi une influence bénéfique sur les caractéristiques mécaniques.

Bien que les alliages disponibles sur le marché contiennent déjà du titane, certains fondeurs en ajoutent, additionné d'un peu de bore, un peu avant de couler les pièces, pour améliorer l'affinage. Cet ajout peut se faire, notamment, sous la forme de baguettes d'AT5B1 (alliage mère à environ 5% de titane et 1% de bore). Bien entendu, la quantité d'AT5B1 à ajouter est contrôlée, comme la teneur en magnésium, par une spectrométrie.

L'antimoine (Sb), le sodium (Na) et le strontium (Sr)

Ces trois éléments ont des propriétés analogues lorsqu'ils sont incorporés à un alliage aluminium-silicium, mais ne doivent pas être mélangés.

Ils permettent la modification de la structure de l'eutectique (dans le cas de l'antimoine, on parle plutôt de pré-affinage). En effet, lors de la solidification, le silicium de l'eutectique Al-Si croît normalement sous forme lamellaire. S'il est modifié, il croît sous forme fibreuse (on l'appelle "l'eutectique globulaire"), ce qui participe à l'amélioration des caractéristiques mécaniques, surtout pour les pièces coulées au sable.

La valeur à ajouter de l'un ou l'autre de ces éléments est de l'ordre de 100 à 200 ppm pour bénéficier au mieux des effets de la modification. Cette adjonction peut avoir lieu juste avant la coulée.

Certains fabricants de lingots d'alliage d'aluminium pour fonderie proposent des alliages pré-modifiés au sodium ou au strontium (on parle aussi d'alliage "à modification permanente") ou pré-affinés à l'antimoine. Cependant, une fonderie qui souhaite avoir une meilleure maîtrise de ses alliages préfèrera acheter des lingots sans ces additifs et effectuer elle-même son affinage (titane-bore, voir paragraphe précédent) et sa modification (au strontium par exemple, en utilisant un alliage mère AlSr5Ca1,5 - strontium-calcium).

Si l'adjonction de strontium dans un alliage préalablement modifié au sodium (ou l'inverse) pose assez peu de problème, le mélange antimoine strontium ou antimoine sodium donne des résultats catastrophiques et est en partie responsables de ce que, après la Seconde Guerre mondiale, on a appelé le "cochonium".

Les états de livraison des pièces moulées

Les différentes désignations décrites au chapitre 1 caractérisent parfaitement les lingots d'aluminium que la fonderie utilise pour couler des pièces.

Cependant, pour caractériser l'alliage dans lequel une pièce est produite, un complément de désignation indique le procédé de moulage et le traitement thermique éventuel qui lui est appliqué.

Désignation des états suivant NF EN 1706 :

Procédé de moulage :

  • S = moulage sable par gravité
  • K = moulage coquille par gravité
  • D = moulage sous pression
  • L = moulage en cire perdue (dit aussi moulage de précision)

Traitement thermique éventuel (Suivant norme EN 515):

  • F = Aucun traitement thermique
  • O = Recuit
  • T1 = Trempe au démoulage + maturation
  • T4 = Trempe (mise en solution, trempe à l'eau) + maturation
  • T5 = Stabilisation
  • T6 = Trempe + Revenu
  • T64= Trempe + sous-revenu
  • T7 = Trempe + sur-revenu

Dans la désignation métallurgique issue de l'ancienne norme, le complément de désignation commençait par un Y, suivi de deux chiffres.
Le premier chiffres indiquait le procédé de moulage (2 pour le moulage sable par gravité, 3 pour le moulage coquille par gravité, 4 pour le moulage sous pression), le second indiquait l'état de traitement thermique (3 pour trempé revenu et 4 pour trempé maturé, pour les plus courant).

On parlera donc, par exemple, d'un AS7G06 Y23 ou d'un AlSi7Mg0,6ST6 (42200ST6).
Dans le respect de la norme, cette désignation devrait être EN 1706 AC-AlSi7Mg0,6ST6 (ou EN 1706 AC-42000ST6) dans laquelle le premier « A » indiquant qu'il s'agit d'alliage d'aluminium est suivi par un « C » pour pièce moulée (Casting part en anglais), mais cette désignation complète est rarement utilisée.

Correspondance (états les plus courants)

NF EN 1706 Ancienne désignation
F
Y20-Y30-Y40
O
Y41
T1
/
T4
Y24-Y34
T5
Y25-Y35
T6
Y23-Y33
T64
Y29-Y39
T7
Y23-Y33 (sur-revenu)

Les différentes séries

Les AU - alliages aluminium-cuivre, série 20000

Les alliages aluminium-cuivre, dans la composition desquels entrent aussi le magnésium et le titane, sont largement utilisés dans l'aéronautique du fait de leurs excellentes caractéristiques mécaniques et de leur aptitude à l'usinage permettant d'obtenir des états de surfaces de très bonne qualité sur les parties usinées.

L'alliage le plus représentatif de cette série est l'AU5GT (21000) dont la désignation métallurgique diffère légèrement de sa désignation chimique AlCu4MgTi du fait que la concentration en cuivre est comprise entre 4,2 et 5%.

On peut citer aussi l'AU5T (21100), bien moins utilisé, dont la composition chimique est proche mais qui ne contient pas de magnésium.
A l'état T6 ou T64, il a des propriétés mécaniques assez voisines de celles citées ci-dessous pour l'AU5GT Y24 (21000ST4).

Composition chimique
Alliage -
Si
Fe
Cu
Mn
Mg
Zn
Ni
Cr
Pb
Sn
Ti
Autres

chaque

Autres

total

Al
AU5GT
min.
/
/
4,20
/
0,15
/
/
/
/
/
0,15
/
/
le reste
(21000)
Max.
0,20
0,35
5,00
0,10
0,35
0,10
0,05
/
0,05
0,05
0,30
0,03
0,10

Les concentrations sont en pourcentage massique.
Les valeurs en caractères gras sont celles des éléments caractéristiques de l'alliage concerné.

Caractéristiques physiques
AU5GT (21000)
Masse volumique (g/cm³)
2.80
Intervalle de solidification (°C)
645-507
Coefficient de dilatation (20 à 100 °C) (°C-1.106)
23.0
Module d'élasticité (MPa)
72000
Conductivité thermique à 20 °C (W/m.°C)
140
Résistivité à 20 °C (µΏ.cm)
6
Retrait moyen (%)
1.40
Limite élastique RP0.2 (MPa)
200 (1) mini
Limite à la rupture Rm (MPa)
300 (1) mini
Allongement (%)
5 (1) mini
Dureté HB
90 mini

(1) Sur éprouvette de caractérisation, à l'état Y24 (ST4) [moulé sable, trempé, maturé]

Nota : Ces valeurs sont inférieures à celles obtenues sur éprouvette coulée en coquille généralement utilisées :
État Y34 (KT4) Rm 320 mini ; RP0.2 200 mini ; Allongement (%) 8 mini.
Certaines spécifications, comme l'ancienne instruction relative aux pièces de fonderie en alliages d'aluminium et de magnésium
AIR 3380/C du Ministère de la Défense (France) Direction Technique des Constructions Aéronautiques, donnaient des valeurs encore plus sévères à l'état KT4, sur éprouvette de caractérisation : Rm 340 mini ; RP0.2 220 mini ; Allongement (%) 7 mini.
Cette instruction est périmée, mais néanmoins encore respectée et présente sur de nombreux plans de pièces, et ces valeurs sont régulièrement atteintes, voir dépassées.

Les AS - alliages aluminium-silicium, série 40000

Les alliages aluminium-silicium sont les plus appropriés à la réalisation des pièces de fonderie. De nombreuses nuances existent, souvent avec adjonction de magnésium et de titane.

Certains alliages de cette série contiennent aussi du cuivre, ce qui permet d'associer les propriétés du silicium et du cuivre, et d'obtenir ainsi des alliages ayant de bonnes caractéristiques mécaniques et une très bonne aptitude à l'usinage tout en évitant le principal défaut des AU (série 20000), à savoir le risque de criques.

Alliages AS sans cuivre

L'AS10G (série des 43000 (1) ) a été pendant très longtemps l'alliage de prédilection des fondeurs du fait de sa forte teneur en silicium lui donnant d'excellentes aptitudes à la coulée. Il est encore utilisé pour la réalisation de pièces comportant des parties fines comme des ailettes de refroidissement, mais ses caractéristiques mécaniques sont moyennes.

(1) La série des 43000 est composée de plusieurs alliages à 10% de silicium,
qui se distinguent par des fourchettes plus ou moins serrées sur certains constituants.
Le tableau ci-dessous indique les concentrations maxi pour les constituants concernés.
Concentrations maximales (en pourcentage massique)
Nuance Désignation chimique
Si
Fe
Cu
Mn
Mg
Zn
Ni
Pb
Ti
43000
AlSi10Mg(a)
11,0
0,55
0,05
0,45
0,45
0,10
0,05
0,05
0,15
43100
AlSi10Mg(b)
11,0
0,55
0,10
0,45
0,45
0,10
0,05
0,05
0,15
43200
AlSi10Mg(Cu)
11,0
0,65
0,35
0,55
0,45
0,35
0,15
0,10
0,20
43300
AlSi9Mg
10,0
0,19
0,05
0,10
0,45
0,07
/
/
0,15
43400
AlSi10Mg(Fe)
11,0
1,0
0,10
0,55
0,50
0,15
0,15
0,15
0,20
Les alliages 43000, 43100 et 43300 sont des alliages de première fusion,
les 43200 et 43400 des alliages de deuxième fusion (élaborés à partir d'aluminium recyclé).

L'AS7G03 (42100) et l'AS7G06 (42200), qui diffèrent seulement au niveau de la teneur en magnésium, sont aujourd'hui les alliages les plus utilisés en fonderie sable et coquille, par gravité. Leur coulabilité est bonne, en particulier dans le cas de moulage au sable à prise chimique, et leurs caractéristiques mécaniques sont également très bonnes grâce à leur teneur en magnésium.

Ces alliages peuvent être utilisés avec ou sans oxydation anodique, principalement à l'état Y23 ou Y33 (ST6 ou KT6).

Ils sont utilisés en aéronautique et dans l'industrie, pour la réalisation de nombreuses pièces techniques.

Dans cette catégorie, on peut citer aussi l'AS2GT (41000) qui est un des alliages dans lequel la teneur en aluminium est le plus forte (environ 97%).

Alliages AS avec cuivre

L'AS5U3G (45100) est un alliage très utilisé en automobile pour les prototypes. Il allie coulabilité, usinabilité et caractéristiques mécaniques adaptées à ce type de pièces.

L'AS9U3(Fe) (46000) est un alliage principalement utilisé en automobile pour la série. Cet alliage est utilisé principalement en fonderie sous pression (95 %) pour les pièces automobiles (bloc moteur, carter embrayage, couvre culasse, carter d'huile, pièces diverses, ...). Il est aussi utilisé accessoirement pour la fabrication de certaines culasses en moulage gravité. Il présente les avantages suivants :

  • Faible coût (alliage de 2ème fusion) par rapport aux alliages de première fusion (AS7G par exemple)
  • Grande disponibilité aussi bien à l'état de lingot que sous forme liquide (poche calorifugée)
  • Facilité de transformation
  • Bonne tenue à chaud et bonne usinabilité (teneur en cuivre élevé)

Par contre, du fait de sa teneur en fer élevée qui est le principal inconvénient des alliages de deuxième fusion (0,9 % environ), il présente des caractéristiques mécaniques statiques (allongement) réduites. Sa tenue en fatigue, due à la microstructure relativement fine de la peau de pièce en fonderie sous pression, est cependant intéressante.
Au niveau international, l'AS9U3(Fe) a pour équivalent l'A380 (USA) et l'ADC10 (Jap).

On peut citer aussi l'AS12UN (48000) qui ne contient qu'environ 84% d'aluminium ou même l'AS22UNK (sans désignation numérique) qui en contient moins de 75%.

Caractéristiques chimiques et physiques des principaux AS

Composition chimique
Alliage -
Si
Fe
Cu
Mn
Mg
Zn
Ni
Cr
Pb
Sn
Ti
Autres

chaque

Autres

total

Al
AS10G
min.
9,00
/
/
/
0,20
/
/
/
/
/
/
/
/
le reste
(43100)
Max.
11,00
0,55
0,10
0,45
0,45
0,10
0,05
/
0,05
0,05
0,15
0,05
0,15
AS7G06
min.
6,50
/
/
/
0,45
/
/
/
/
/
0,08
/
/
le reste
(42200)
Max.
7,50
0,19
0,05
0,10
0,70
0,07
/
/
/
/
0,25
0,03
0,10
AS5U3G
min.
4,50
/
2,60
/
0,15
/
/
/
/
/
/
/
/
le reste
(45100)
Max.
6,00
0,60
3,60
0,55
0,45
0,20
0,10
/
0,10
0,05
0,25
0,05
0,15
AS8U3
min.
7,50
/
2,00
0,15
0,05
/
/
/
/
/
/
/
/
le reste
(46200)
Max.
9,50
0,80
3,50
0,65
0,55
1,20
0,35
/
0,25
0,15
0,25
0,05
0,25

Les concentrations sont en pourcentage massique.
Les valeurs en caractères gras sont celles des éléments caractéristiques de l'alliage concerné.

NOTA : Les valeurs données dans le tableau ci-dessus, sont celles de la norme NF EN 1706. Dans de nombreux cas, et en particulier pour les AS avec cuivre, les grands donneurs d'ordres de l'industrie automobile ont des spécifications plus serrées pour certains constituants (exemple : Cu compris entre 2,80 et 3,50 au lieu de 2,60 et 3,60 et Mg compris entre 0,15 et 0,25 au lieu de 0,15 et 0,45 pour l'AS5U3G).

Caractéristiques physiques
AS10G (43100) AS7G06 (42200) AS5U3G (45100) AS8U3 (46200)
Masse volumique (g/cm³)
2.65
2.67
2.75
2.73
Intervalle de solidification (°C)
600-555
615-555
620-507
605-507
Coefficient de dilatation (20 à 100 °C) (°C-1.106)
20.5
21.5
22.0
21.0
Module d'élasticité (MPa)
76000
74000
72000
74000
Conductivité thermique à 20 °C (W/m.°C)
160
160
120
120
Résistivité à 20 °C (µΏ.cm)
4.5
4.0
5.0
5.0
Retrait moyen (%)
1.25
1.25
1.30
1.20
Limite élastique RP0.2 (MPa)
180 (1) mini
210 (1) mini
180 (2) mini
90 (3) mini
Limite à la rupture Rm (MPa)
220 (1) mini
250 (1) mini
200 (2) mini
150 (3) mini
Allongement (%)
1.0 (1) mini
1.0 (1) mini
0.5 (2) mini
1.0 (3) mini
Dureté HB
75 mini
85 mini (4)
85 mini
60 mini

(1) Sur éprouvette de caractérisation, à l'état Y23 (ST6) [moulé sable, trempé, revenu]

(2) Sur éprouvette de dissection, à l'état Y23 (ST6) [moulé sable, trempé, revenu]

(spécifications propres à l'automobile, ne figurent pas dans NF EN 1706)
Les résultats obtenus sur éprouvette de dissection sont toujours inférieurs à ceux obtenus sur éprouvette de caractérisation.

(3) Sur éprouvette de caractérisation, à l'état Y20 (SF) [moulé sable, aucun traitement thermique]

(4) Cette valeur, comme toutes celles qui figurent dans le tableau ci-dessus, est le minimum de la norme.

Cependant, on observe généralement, pour cet alliage à l'état Y23 (ST6), des duretés comprises entre 95HB et 115HB

Les AG - alliages aluminium-magnésium, série 50000

Les alliages aluminium-magnésium sont beaucoup moins utilisés que les AS ou même les AU.
Il s'agit d'alliages pauvres en silicium, auxquels la teneur en magnésium (comprise entre 3% et 10% suivant les nuances) confère une bonne résistance mécanique à l'état brut (F).

Pour exemple de cette série, on peut citer l'AG9 (51200) qui est utilisé principalement en moulage sous pression, à l'état Y40 (DF). C'est, parmi les AG utilisés pour réaliser des pièces de fonderie, celui qui contient le plus de silicium.

Composition chimique
Alliage -
Si
Fe
Cu
Mn
Mg
Zn
Ni
Cr
Pb
Sn
Ti
Autres

chaque

Autres

total

Al
AG9
min.
/
/
/
/
8,00
/
/
/
/
/
/
/
/
le reste
(51200)
Max.
2,50
1,00
0,10
0,55
10,50
0,25
0,10
/
0,10
0,10
0,20
0,05
0,15

Les concentrations sont en pourcentage massique.
Les valeurs en caractères gras sont celles des éléments caractéristiques de l'alliage concerné.

Caractéristiques physiques
AG9 (51200)
Masse volumique (g/cm³)
2.60
Intervalle de solidification (°C)
620-500
Coefficient de dilatation (20 à 100 °C) (°C-1.106)
24.0
Module d'élasticité (MPa)
69000
Conductivité thermique à 20 °C (W/m.°C)
90
Résistivité à 20 °C (µΏ.cm)
7
Retrait moyen (%)
1.30
Limite élastique RP0.2 (MPa)
130 (1) mini
Limite à la rupture Rm (MPa)
200 (1) mini
Allongement (%)
1 (1) mini
Dureté HB
70 mini

(1) Sur éprouvette de caractérisation, à l'état Y40 (DF) [moulé sous pression, sans traitement thermique]


On peut aussi citer l'AG20 (sans désignation numérique) qui n'est pas à proprement parler un alliage de fonderie, mais un alliage mère que le fondeur ajoute à ses bains de métal en fusion, en quantité déterminée en fonction de ses analyses spectrométriques, pour corriger la teneur en magnésium des alliages qu'il va couler, et dont la composition chimique est :

  • Magnésium : 19,50 à 20,50 %
  • Fer : inférieur à 0.30%
  • Silicium : inférieur à 0,15%
  • Autres, chaque : inférieurs à 0,04%
  • Autres, total : inférieur à 0,10%
  • Aluminium : le reste.

Les AZ - alliages aluminium-zinc, série 70000

Le principal représentant de cette série assez peu courante en fonderie, est l'AZ5G (71000) qui est principalement utilisé en moulage sable par gravité, avec refroidissement contrôlé après solidification (trempe au démoulage) et vieillissement naturel (maturation) (ST1).

On peut citer aussi l'AZ10S8G (sans désignation numérique) peu utilisé, lui aussi.

Les alliages aluminium-zinc sont beaucoup plus courants en produits de corroyages qu'en fonderie.

Composition chimique
Alliage -
Si
Fe
Cu
Mn
Mg
Zn
Ni
Cr
Pb
Sn
Ti
Autres

chaque

Autres

total

Al
AZ5G
min.
/
/
0,15
/
0,40
4,50
/
0,15
/
/
0,10
/
/
le reste
(71000)
Max.
0,30
0,80
0,35
0,40
0,70
6,00
0,05
0,60
0,05
0,05
0,25
0,05
0,15

Les concentrations sont en pourcentage massique.
Les valeurs en caractères gras sont celles des éléments caractéristique de l'alliages concerné.

Caractéristiques physiques
AZ5G (71000)
Masse volumique (g/cm³)
2.80
Intervalle de solidification (°C)
650-600
Coefficient de dilatation (20 à 100 °C) (°C-1.106)
23.0
Module d'élasticité (MPa)
72000
Conductivité thermique à 20 °C (W/m.°C)
140
Résistivité à 20 °C (µΏ.cm)
6
Retrait moyen (%)
1.50
Limite élastique RP0.2 (MPa)
120 (1) mini
Limite à la rupture Rm (MPa)
190 (1) mini
Allongement (%)
4 (1) mini
Dureté HB
60 mini

(1) Sur éprouvette de caractérisation, à l'état Y29 (ST1) [moulage sable, refroidissement contrôlé après solidification, vieillissement naturel]

Normes

  • Normes européennes (CEN)

Liste non exhaustive

  • EN 1676 : Aluminium et alliages d'aluminium - Lingots pour refusion en aluminium allié - Spécifications.
  • EN 1706 : Aluminium et alliages d'aluminium - Pièces moulées - Composition chimique et caractéristiques mécaniques.
  • EN 1780-1 : Aluminium et alliages d'aluminium - Système de désignation applicable aux lingots pour refusion en aluminium allié, aux alliages-mères et aux produits moulés - Partie 1 : système de désignation numérique.
  • EN 1780-2 : Aluminium et alliages d'aluminium - Système de désignation applicable aux lingots pour refusion en aluminium allié, aux alliages-mères et aux produits moulés - Partie 2 : système de désignation basé sur les symboles chimiques.
  • EN 1780-3 : Aluminium et alliages d'aluminium - Système de désignation applicable aux lingots pour refusion en aluminium allié, aux alliages-mères et aux produits moulés - Partie 3 : règles d'écriture pour la composition chimique.
  • EN 2076-1 : Série aérospatiale - Lingots et pièces moulées en alliages d'aluminium et de magnésium - Spécification technique - Partie 1 - Exigences générales.
  • EN 2076-2 : Série aérospatiale - Lingots et pièces moulées en alliages d'aluminium et de magnésium - Spécification technique - Partie 2 - Lingots pour refusion.
  • EN 10002-1 : Matériaux métalliques - Essai de traction - Partie 1 : méthode d'essai à température ambiante.
  • EN 12258-1 : Aluminium et alliages d'aluminium - termes et définitions.

Pour la fonderie, le bureau de normalisation français est B.N.I.F.

Voir également

  • Portail de la chimie Portail de la chimie
  • Portail de l’industrie Portail de l’industrie
Ce document provient de « Alliages d%27aluminium pour fonderie ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Alliages D'aluminium Pour Fonderie de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Alliages d'aluminium pour fonderie — Les alliages d aluminium pour fonderie sont des alliages dont le constituant principal est l aluminium, destinés à être transformés par des techniques de fonderie. Ils sont souvent appelés « alliages légers » du fait de leur masse… …   Wikipédia en Français

  • Alliages D'aluminium Pour Corroyage — Les alliages d aluminium pour corroyage sont des alliages à base d aluminium destinés pour la majorité à être transformés par des techniques de forge (laminage, filage, matriçage, forge, etc.) Sommaire 1 Désignation numérique 2 Signification des… …   Wikipédia en Français

  • Alliages d'aluminium pour corroyage — Les alliages d aluminium pour corroyage sont des alliages à base d aluminium destinés pour la majorité à être transformés par des techniques de forge (laminage, filage, matriçage, forge, etc.). Sommaire 1 Désignation numérique 2 Signification des …   Wikipédia en Français

  • Fonderie D'aluminium — La fonderie d aluminium représente un domaine d activité assez diversifié. En complément de l article qui lui est réservé, les lignes ci dessous traitent d un type de fonderie parmi tant d autres : la fonderie de pièces en alliage d… …   Wikipédia en Français

  • Fonderie d'aluminium — La fonderie d aluminium représente un domaine d activité assez diversifié. En complément de l article consacré à la fonderie, les lignes ci dessous traitent d un type parmi tant d autres : la fonderie de pièces en alliage d aluminium… …   Wikipédia en Français

  • Aluminium — Magnésium ← Aluminium → Silicium B …   Wikipédia en Français

  • Alliages — Alliage Pour les articles homonymes, voir Alliage (homonymie). Un alliage est une combinaison d un métal avec un ou plusieurs autres éléments chimiques. Un métal pur a des caractéristiques mécaniques relativement faibles. Le fait d ajouter d… …   Wikipédia en Français

  • FONDERIE — La fonderie est un des procédés de formage des métaux. Il consiste à couler un alliage liquide dans un moule reproduisant une pièce donnée (formes extérieures et intérieures). C’est un procédé de formage précis, le plus direct entre la conception …   Encyclopédie Universelle

  • ALUMINIUM — Bien qu’il ne soit passé dans le domaine industriel qu’à la fin du XIXe siècle, après la découverte par Paul Louis Toussaint Héroult et Charles Martin Hall du procédé de fabrication par électrolyse, l’aluminium est devenu le premier des métaux… …   Encyclopédie Universelle

  • Fonderie — Pour les articles homonymes, voir La Fonderie et Fonderie (homonymie). La fonderie est l un des procédés de formage des métaux qui consiste à couler un métal ou un alliage liquide dans un moule pour reproduire, après refroidissement, une pièce… …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”