Jaguar Type E
Jaguar Type E
Photographie trois quart avant d'une Jaguar Type E roadster rouge stationnée sur un emplacement de parking
Une Jaguar Type E série 3 (1971–1975)

Constructeur Drapeau : Royaume-Uni Jaguar
Années de production 1961 - 1975
Production > 70 000 exemplaires
Classe Sportive de prestige
Usines d’assemblage Coventry, Angleterre
Chronologie des modèles
Jaguar XK150
Jaguar XJS

La Jaguar Type E (appelée Jaguar E-Type au Royaume-Uni et Jaguar XK-E aux États-Unis) est une voiture de sport fabriquée par le constructeur automobile britannique Jaguar dans les années 1960 et 1970. Présentée au Salon international de l’automobile de Genève de 1961, elle succède à la série des XK. La production s’étend de 1961 à 1975 et se décline en trois modèles (cabriolet, coupé et 2+2), trois séries et deux éditions limitées.

La Type E, bien que rappelant la Jaguar D-Type du point de vue de sa ligne, est pour l’époque d’une conception complètement nouvelle. Les évolutions et les modifications sont nombreuses tout au long de la vie du modèle, pour améliorer les performances, la sécurité, le confort, ou encore pour des questions de réglementation, particulièrement aux États-Unis, son principal marché. L’abandon du moteur 6 cylindres en ligne en 1971 au profit d’un inédit moteur V12 Jaguar constitue l’une des modifications majeures.

En 1975, la Type E laisse la place à la XJS, moins sportive et moins chère à construire parce que fondée sur la plateforme XJ. Plus de 70 000 exemplaires de Type E seront vendus, constituant ainsi l’un des plus grands succès commerciaux de Jaguar. Son allure et ses performances, qui la distinguaient des autres voitures du même segment, en ont fait aujourd’hui un mythe automobile symbolisant les Swinging Sixties.

Sommaire

Contexte et développement

Histoire

Ces modèles ont toujours été beaucoup moins chers que leurs concurrents de l'époque (Ferrari, Aston Martin…). Jamais une voiture de sport n'avait été tout à la fois aussi bon marché et rapide. La vitesse annoncée était de 240 km/h (150 mph) pour le modèle « presse ». La Jaguar Type E, bien que rappelant la Jaguar D-Type du point de vue de sa ligne, était d'une conception complètement nouvelle : caisse autoporteuse avec un faux châssis à tube rectangulaire à l'avant, quatre roues indépendantes, quatre freins à disques, une toute nouvelle suspension arrière dotée de quatre amortisseurs télescopiques avec ressorts intégrés et freins montés inboard contre le différentiel, le tout monté dans un châssis séparé.

La Type E est une voiture compliquée, coûteuse à entretenir du fait de sa conception, mais qui offre des performances et une tenue de route inégalée pour son époque. Son système de suspension arrière a été utilisé sur toutes les Jaguar, de la XJ en passant par la XJS, jusqu'à la AJ6 des années 1990.

Le coupé rassemble dans une voiture de sport un interminable capot avec bossage central, un hayon arrière à ouverture latérale et un vaste espace pour les bagages alors que le cabriolet a, comme on pouvait s’y attendre, un coffre « symbolique ». Très rapidement un coupé 2+2 est ajouté à la gamme, avec deux petites places à l’arrière qui en faisaient presque une voiture familiale et qui pouvait être acheté avec une boite automatique (influence du marché américain).

Les trois séries

La série 1 (1961–1967)

Jaguar E-Type Series 1 roadster
Jaguar E-Type Series 1 roadster
Jaguar E-Type Series 1 coupé

La série 1 est la plus recherchée, elle est considérée comme la plus pure, malgré certains inconvénients d'utilisation.

C'est elle qui a fait naître le mythe et a inauguré l'ère des voitures de sport modernes. Présentée d'abord avec le célèbre moteur XK 3,8 Litres 6 cylindres, trois carburateurs SU, à double arbre à cames en tête (DOHC) de la Jaguar XK150S, cette série se décompose elle-même en deux versions selon la cylindrée du moteur, 3,8 (jusqu’en 1964) ou 4,2 litres. Les modèles étaient d'abord déclinés en coupé ou en cabriolet, puis aussi en 2+2 à partir de 1966. Le coupé 2 places n'est plus fabriqué à partir de la Série 3.

Les modèles de la série 1 se caractérisent par des phares recouverts de vitres, des demi pare-chocs antérieurs et postérieurs et des commutateurs de tableaux de bord type « aviation ». Les premiers modèles avaient un tableau de bord et une console centrale en aluminium ainsi que des sièges baquets et une boîte de vitesses Moss à première non-synchronisée. À partir de 1964 avec le passage à la 4,2 litres, les sièges baquets ont fait place à des sièges inclinables plus confortables et le tableau de bord et la console centrale ont été recouverts de Rexine, un vinyle noir, au lieu de l’aluminium bouchonné. Le radiateur, le système de refroidissement et le ventilateur sont nettement améliorés sur la 4,2 litres, puisque la 3,8 litres est équipée d'un ventilateur électrique composé d'un moteur d'essuie-glace sur lequel est monté un morceau de fer tordu en guise d'hélice. Cette voiture est d'ailleurs peu utilisable dans une circulation moderne encombrée sans ventilateur d'appoint. La boîte Moss a été remplacée par une boîte Jaguar entièrement synchronisée, plus agréable et plus efficace.

Les tout premiers modèles de l'année 1961, appelés « planchers plats » (flat floor), sont très recherchés, bien qu'ils soient plus inconfortables en raison de l'espace restreint réservé aux jambes.

Son prix de vente lors de mise sur le marché ?????

La série 1 1/2 (1967)

Jaguar E-Type Series 1,5 coupé 2+2

C'est une série intermédiaire (et au nom officieux) qui n’a été construite qu’en 1967 pour répondre au normes américaines de sécurité. Elle a vu l’évolution progressive (selon l'épuisement des pièces de la série 1) vers la série 2 avec des phares découverts rehaussés, l'intérieur de la série 2. Les pare-chocs restaient cependant identiques à la série 1. Une version allongée 2+2 est introduite à la demande du marché américain qui permet l'installation d'une boite automatique 3 vitesses Borg-Warner. Les modèles destinés à la Californie se voient dotés de deux carburateurs Strongberg pour répondre aux normes antipollution draconiennes de cet État. La puissance est réduite de 265 ch à 170 ch sur ces modèles.

La série 2 (1968–1970)

Jaguar E-Type Série 2 roadster
Jaguar E-Type Series 2 roadster

La Type E subit quelques modifications techniques et esthétiques qui dénaturèrent la pureté originelle de la carrosserie. Ces modifications étaient liées aux exigences antipollution et aux normes de sécurité des États-Unis, premier marché pour Jaguar, ainsi que par la nécessité d'améliorer la fiabilité. Esthétiquement, les différences extérieures portent essentiellement sur l'absence de couvertures vitrées des phares, des pare-chocs plus enveloppants et plus hauts, une entrée d'air plus grande à l'avant pour améliorer le refroidissement, à l'intérieur, un tableau de bord différent avec des interrupteurs basculants. Sur le plan mécanique, aux USA, les trois carburateurs SU HD8 ont été remplacés par deux carburateurs Zenith-Stromberg, ce qui diminuait la puissance de la voiture comme sur la série 1,5. Les versions européennes conservaient les trois SU HD8 carburateurs. Les freins à disque sont maintenant des Girling beaucoup plus performants que le système Dunlop des séries précédentes. La série 2 est la plus fiable (et la plus facile à conduire dans la circulation moderne) des Jaguars type E parce que dotée d'un meilleur circuit de freinage Girling et d'un gros radiateur refroidi par deux ventilateurs électriques.

La série 3 (1971–1975)

Jaguar E-Type Series 3 roadster boite auto
Jaguar E-Type Series 3 roadster
Jaguar E-Type Series 3 coupé 2+2

Les modifications portent sur l'esthétique ainsi que sur la partie mécanique (élargissement de la voie), mais c'est surtout la mise en place du moteur V12 de 5,3 litres qui caractérise cette série, même si quelque exemplaires voient le jour avec la motorisation 6 cylindres XK. Le gros moteur nécessite une grille de radiateur surdimensionnée, mais ce modèle aura toujours malgré tout des problèmes de refroidissement. La série 3 est fondée exclusivement sur la version 2+2 à l'empattement allongé car la boite automatique est maintenant offerte à la fois sur les roadsters et versions coupé 2+2. Les freins avant Girling sont maintenant ventilés. Malheureusement, le châssis long et la prise de poids, malgré le fait que le V12 n'est pas plus lourd que le moteur XK, font que la voiture a perdu son caractère sportif et les problèmes de qualité liés à l'acquisition de Jaguar par British Leyland font que les ventes sont en chute libre.

Épilogue

Références

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Jaguar Type E de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Jaguar Type D — Jaguar D Type Jaguar D Type Constructeur Jaguar Classe Barquette de course …   Wikipédia en Français

  • Jaguar type D — Jaguar D Type Jaguar D Type Constructeur Jaguar Classe Barquette de course …   Wikipédia en Français

  • Jaguar type E — La Jaguar Type E (officiellement désignée Jaguar XKE) est une voiture de sport fabriquée par le constructeur automobile britannique Jaguar dans les années 1960. Son allure et ses performances, qui la distinguaient des autres voitures du même… …   Wikipédia en Français

  • Jaguar type e — La Jaguar Type E (officiellement désignée Jaguar XKE) est une voiture de sport fabriquée par le constructeur automobile britannique Jaguar dans les années 1960. Son allure et ses performances, qui la distinguaient des autres voitures du même… …   Wikipédia en Français

  • Jaguar D-Type — Constructeur Jaguar Années de production 1954 1957 Classe Barquette de course …   Wikipédia en Français

  • Jaguar Cars — Jaguar (automobile) Logo de Jaguar …   Wikipédia en Français

  • Jaguar E-Type — Jaguar type E La Jaguar Type E (officiellement désignée Jaguar XKE) est une voiture de sport fabriquée par le constructeur automobile britannique Jaguar dans les années 1960. Son allure et ses performances, qui la distinguaient des autres… …   Wikipédia en Français

  • Jaguar E-type — Jaguar type E La Jaguar Type E (officiellement désignée Jaguar XKE) est une voiture de sport fabriquée par le constructeur automobile britannique Jaguar dans les années 1960. Son allure et ses performances, qui la distinguaient des autres… …   Wikipédia en Français

  • Jaguar XK120 — Drop Head Coupe …   Wikipédia en Français

  • TYPE — Modèle qui détermine la forme d’une série d’êtres, lui même étant l’un de ces êtres (prototype, archétype); être qui présente la forme la plus caractéristique ou la plus parfaite d’une série (être «typique», «typé»; «typifier»: exagérer les… …   Encyclopédie Universelle

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”