Jacques Nouet
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nouet.

Jacques Nouet, né à Mayenne[1] le 25 mars 1605 et mort à Paris le 21 mai 1680, est un religieux et théologien français.

Sommaire

Biographie

Il étudia au collège du Mans, et entra le 1er septembre 1623 au noviciat de la Compagnie de Jésus à Rouen, et après quelques années consacrées à l'enseignement des humanités, puis de la rhétorique à Paris (1636-1638), se donna à la prédication, en province d'abord, puis à Paris. Dès 1632, il commença à écrire contre les Jansénistes, puis quand parut le livre De la Fréquente communion, il le dénonça du haut de la chaire comme un ouvrage pernicieux.

Les partisans d'Antoine Arnauld se vantèrent de lui avoir fait imposer une humiliante rétraction devant les évêques qui avaient approuvé l'ouvrage et de lui avoir fait interdire la chaire de Saint-Séverin à Paris et celle de la cathédrale de Tours[2].

Quoi qu'il en soit, le Père Nouet ne renonça pas à la lutte contre les Jansénistes, car, étant recteur à Alençon, il devint l'adversaire déclaré du théologal de Sées, l'abbé Le Noir. C'est sur l'affirmation d'un polémiste janséniste qu'on répète qie le Père Nouet aurait demandé à Bussy-Rabutin, alors à la Bastille, de se faire l'avocat des Jésuites contre l'auteur des Lettres provinciales (Blaise Pascal).

Contre les protestants, le Père Nouet défendit le dogme de la présence réelle dans un ouvrage qui contibua à la conversion de Turenne (1667). Il n'est pas moins connu par ses ouvrages ascétiques, souvent réimprimés de son temps et jusqu'au début du XXe siècle avec succès. Il se retira à Paris et y mourut le 21 mai 1680.

Publications

  • Réponses aux Lettres provinciales[3] ;
  • Publica gratulation academiae Bituricensis, 1635 ;
  • Harangue sur le trespas et les vertus éminentes de feu Mgr Henry de Bourbon, prince de Condé, Dijon, 1647 ;
  • Très humble remerciement de Messieurs du Consistoire de... à Messieurs les Théologiens d'Alençon, 1652 ;
  • Traduction de Bouquet de Lyrrhe, par le R. P. Caraffa, Paris, 1653 ;
  • De la dévotion à l'Ange gardien, Paris, 1661 ;
  • L'homme d'oraison, sa conduite dans les voies de Dieu, Paris, 1664 ;
  • De la présence de Jésus-Christ dans le Très Saint-Sacrement ; réponse au ministre qui a écrit contre la Perpétuité de la foy, 1666 ;
  • Lettres du Père Nouet, Jésuite à M. Claude, ministre de Charenton, Paris, 1668 ;
  • Exercitia spiritualia S. P. Ignatici explicata, Paris, 1674 ;
  • L'homme d'oraison, ses méditations et entretiens, en 6 parties publiées séparément, depuis 1675 ;
  • Retraite pour se préparer à la mort, 1675 ;
  • La vie mystique de Jésus dans le Très Saint-Sacrement, Paris, 1675 ;
  • La vie de Jésus dans les saints, Paris, 1677 ;
  • Méditations et entretiens sur le bon usage des indulgences et sur les préparatifs nécessaires pour gagner le jubilé, Paris, 1677 ;
  • La dévotion vers N.-S. Jésus-Christ, Paris, 1679.

Il a laissé en manuscrit :

  • L'homme d'oraison, ses retraites annuelles, publié à Paris en 1692 ;
  • Méditations à l'usage de personnes qui veulent avancer dans la perfection[4], publié en 1839.

On trouve des lettres du Père Nouet :

  • une dans les Lettres de Bussy-Rabutin (t. III, p. 226-227) ;
  • une dans l' Année sainte de la Visitation (t. I, p. 245) ;
  • deux à la Bibliothèque Mazarine (n. 3 091, 44 et 45) ;
  • une à la Bibliothèque du Scholasticat de la province de France.

Bibliographie

Notes

  1. Et non au Mans
  2. Version racontée par Dupin dans son Histoire ecclésiastique du XVIIe siècle
  3. Celle qu'on attribue particulièrement au Père Nouet dans cette collection est la Lettre à une personne de qualité sur la conformité des reproches et des calomnies que les jansénistes publient contre la Compagnie de Jésus et celle que le ministre Du Moulin a publiés contre l'Eglise romaine. Elle serait de 1632.
  4. Ecrit pour les Ursulines de la rue Saint-Jacqes.

Source partielle


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Jacques Nouet de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Nouet — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Nouet Jacques Nouet, (1605 1680), théologien et religieux français ; Nicolas Antoine Nouet, (1740 1811), astronome ; Noël Nouet, (1885 1969),… …   Wikipédia en Français

  • Jacques Charpentier de Boisgibault — était un magistrat du XVIIIe siècle, conseiller du Roi en ses conseils et Président de la cour des aides avec Chrétien Guillaume de Lamoignon de Malesherbes de 1754 à 1791. Né et baptisé à Orléans, le 16 février 1721. Il se marie à Paris, Saint… …   Wikipédia en Français

  • Portail:France du Grand Siècle — Ce Portail traite de l Histoire de France au XVIIe siècle, au cours duquel elle devint la principale puissance européenne. 2 075 articles sont actuellement liés au portail. Voir tous les articles liés …   Wikipédia en Français

  • France au Grand Siècle — Portail:France du Grand Siècle Ce Portail traite de l Histoire de France au XVIIe siècle, au cours duquel elle devint la principale puissance européenne …   Wikipédia en Français

  • France au XVIIe siècle — Portail:France du Grand Siècle Ce Portail traite de l Histoire de France au XVIIe siècle, au cours duquel elle devint la principale puissance européenne …   Wikipédia en Français

  • France du 17e siècle — Portail:France du Grand Siècle Ce Portail traite de l Histoire de France au XVIIe siècle, au cours duquel elle devint la principale puissance européenne …   Wikipédia en Français

  • France du Grand Siècle — Portail:France du Grand Siècle Ce Portail traite de l Histoire de France au XVIIe siècle, au cours duquel elle devint la principale puissance européenne …   Wikipédia en Français

  • France du XVIIe siècle — Portail:France du Grand Siècle Ce Portail traite de l Histoire de France au XVIIe siècle, au cours duquel elle devint la principale puissance européenne …   Wikipédia en Français

  • Mayenne (Mayenne) — Pour les articles homonymes, voir Mayenne. 48° 18′ 13″ N 0° 36′ 45″ W …   Wikipédia en Français

  • Mayenne (ville) — Mayenne (Mayenne) Pour les articles homonymes, voir Mayenne. Mayenne …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”