Aliénation
Dessin de Francisco Goya

La notion d'aliénation est généralement comprise comme la dépossession de l'individu et la perte de maîtrise de ses forces propres au profit d'un autre (individu, groupe ou société en général). Il renvoie ainsi fréquemment à l'idée d'une inauthenticité de l'existence vécue par l'individu aliéné. Ce terme est à l'origine un terme juridique, se rapportant à un transfert de propriété. Il vient du latin «alienus», qui signifie autre, étranger.

Sommaire

Présentation générale

Le terme d'aliénation est particulièrement polysémique, tant et si bien qu'il est régulièrement considéré comme un concept vague car trop englobant. Il est effet couramment utilisé à propos de divers sujets, que ce soit pour dénoncer l'aliénation ou le caractère aliénant du système capitaliste de manière générale, ou pour critiquer certain phénomènes ou institutions sociales particuliers, telle la religion, le travail, l'argent, la publicité ou le consumérisme... Il sert aussi souvent à désigner un état de privation de ses facultés propres ou de ses droits, une dépossession de ces capacités ou une contrainte imposée empêchant le déployement de ses potentiels; et/ou encore à signaler qu'une personne n'est plus elle-même, devient étrangère à elle-même, ne pense pas par elle-même, est assujettie sans en avoir conscience, etc. Concept permettant une critique globalisante des formes et organisations sociales, à la manière des notions de domination ou d'exploitation, l'idée d'aliénation a connu un large succès dans les années 60-70, pour ensuite voir son usage s'estomper sinon diparaître, selon certains en raison même de sa perte de signification precise[1], avant d'être l'objet de tentatives de réhabilitation[2]. Au-delà de l'usage juridique ou psychiatrique du terme, la notion d'aliénation se rattache aussi à d'autres concepts, comme la réification ou l'hétéronomie – termes qui visent généralement à circonscrire un sens plus précis à cette notion d'aliénation.

L'aliénation juridique

L'aliénation est prévue dans certains cas particuliers par des textes de loi, pour désigner

  • soit la dés-appropriation de bien par une personne morale, notamment pour simplifier le règlement de situations d'indivision inextricables[3];
  • soit l'aliénation mentale d'un individu (art. 122.1 du code pénal[4])

La notion d'aliénation en Philosophie

L'aliénation chez Rousseau

Rousseau fut l'un des premiers penseurs à utiliser le terme d'aliénation en le détournant quelque-peu de son usage économico-juridique, parlant d'aliénation au sujet du Contrat Social, en ce que par celui-ci, la liberté naturelle des individus est aliénée, au profit de la puissance publique.

L'aliénation chez Hegel

Article détaillé : Georg Wilhelm Friedrich Hegel.

L'aliénation renvoie chez Hegel à un fait ontologique, lié à deux dimensions de l'être humain, en tant que sujet d'une part, et en tant qu'objet d'autre part. L'aliénation est alors comprise comme un processus infini, correspondant au moment de la négation; en ce sens, elle est non seulement nécessaire mais participe aussi du cheminement, du mouvement dialectique par lequel, l'humain s’extériorisant, peut parvenir à la conscience de soi et acquérir un nouveau contenu.

L'aliénation chez Feuerbach

Selon Feuerbach, l'aliénation est à rapporter au phénomène religieux. Il développe, dans L'essence du christianisme, l'idée que l'homme projette en Dieu les qualités propres à l’espèce humaine en tant que genre, tout en les sublimant. Ces qualités, qui sont pour Feuerbach l'amour, la raison et la volonté, et qui ont un caractère nécessairement fini pour l'individu (ce qui n'est pas le cas pour l'homme en tant qu'espèce, « l'homme générique »), sont transférées dans l'idée de Dieu qui les réalise dans leur dimension infinie. C'est en ce sens qu'il affirme que l'homme a créé Dieu à son image, et non l'inverse. Ainsi, l'homme s'aliène dans l'idée de Dieu, conférant au transcendant ce qui appartient à l'immanent, dépossédant ainsi l'homme d'une véritable conscience de l'essence de son être, abandonnant sa raison et sa volonté à celles de Dieu... Mais, inversement, c'est grâce à la religion, une fois comprise comme projection des qualités de l'homme générique, que l'homme peut acquérir la conscience de sa propre essence.

« le progrès historique des religions consiste en ceci : ce qui dans la religion plus ancienne valait comme objectif , est reconnu comme subjectif, c'est-à-dire, ce qui était contemplé et adoré comme Dieu, est à présent reconnu comme humain […]. Ce que l'homme affirme de Dieu, il l'affirme en vérité de lui-même »

— Feuerbach, Das Wesen der Religion[5],

L'aliénation dans le marxisme

L'aliénation chez Marx

(Voir aussi la section L'aliénation de l'article sur Marx)

L'aliénation du travail est également une thématique importante chez Karl Marx : dans le monde capitaliste, le travailleur vend sa force de travail. La finalité de son travail lui échappe complètement. En ce sens, le travail humain étant assimilable à celui de la machine, le risque est grand pour que le gestionnaire de la production considère l'homme comme un rouage parmi d'autres, comme une pièce interchangeable.

En conséquence, il s'instaure un climat aliénant lorsqu'une activité humaine est dépossédée de sa finalité immédiate et que l'individu n'agit que sous les impératifs de lois (économiques) qui échappent à sa compréhension.

« Une conséquence immédiate du fait que l'homme est rendu étranger au produit de son travail : l'homme est rendu étranger à l'homme. » Karl Marx

Par la suite, en l'appliquant à diverses situations structurelles de dépossession et non exclusivement aux rapports de travail, la tradition sociologique européenne a toujours considéré l'aliénation comme une situation objective de l'acteur. Aux États-Unis, le concept a plutôt été accaparé par la psychologie sociale, pour désigner un sentiment de dépossession plutôt que l'état objectif lui-même.

L'aliénation et la réification chez Lukacs

L'aliénation au XXe Siècle

Sartre

(Voir aussi la section Libérté et aliénation de l'article sur Sartre)

Lacan

La réification chez Habermas

L'hétéronomie chez Castoriadis

Le Spectacle chez Debord

La Technique chez Ellul

Il est aujourd'hui généralement admis qu'avec l'idéologie de la croissance, l'économie détermine complètement la politique. Or cela, Jacques Ellul l'a observé et analysé dès les années 1950 et 1960, notamment en 1965 dans son livre L'illusion politique[6]. Mais alors que la plupart des commentateurs et militants contemporains expliquent ce lien de dépendance par une quête immodérée de profits, l'analyse d'Ellul est toute différente. Selon lui, rien ne peut démontrer que l'appât du gain est aujourd'hui plus important que par le passé, il ne peut donc suffire à expliquer seul les soubresauts du capitalisme. En revanche, si des accumulations de capitaux ont atteint des seuils considérables, c'est qu'elles sont devenues possibles grâce au développement exponentiel des techniques de circulation de l'argent, c'est-à-dire - à l'époque - les avancées de la micro-informatique (internet n'existait pas au temps d'Ellul).

De fait, ce qu'on appelle aujourd'hui les marchés financiers ne sont rien d'autre que d'immenses réseaux informatiques. Or si la quasi totalité des analystes sont prêts à admettre que l'économie conditionne la politique tout en récusant la thèse ellulienne selon laquelle la technique détermine l'économie, c'est qu'ils s'imaginent que la technique est neutre. Bernard Charbonneau, un penseur proche d'Ellul, affirme pour sa part que cette neutralité de la technique n'est en fait rien d'autre que la neutralité (l'absence de critique) de l'homme à l'égard de la technique.

« Ce n'est pas la technique qui nous asservit mais le sacré transféré à la technique »

— Jacques Ellul, Les nouveaux possédés, 1973. 2ème édition, Les Mille et une nuits, 2003, p. 316

Ellul explique cette quasi absence d'esprit critique par le fait que celle ci est en fait désormais sacralisée[7] : elle est discutable au plan de ses conséquences, certes, mais en aucune manière au niveau de sa raison d'être. « On n'arrête pas le progrès » signifie que « si, techniquement, on peut faire une chose, on la fera de toutes façons et tôt ou tard, sans qu'aucune considération éthique ne s'y oppose »[8]. L'énergie atomique et les OGM, par exemple, sont apparus sans qu'on ne se soit jamais vraiment interrogé sur les risques qu'ils soulevaient. Les comités d'éthique n'interviennent que lorsqu'un processus est lancé et qu'on ne peut l'arrêter. Autrement dit quand il est trop tard[9].

Ellul affirme que la technique, au XXe siècle, dépasse bien largement le cadre strict du machinisme[10]. Imperceptiblement (c'est-à-dire depuis notre inconscient), elle a changé de statut: elle a cessé d'être ce qu'elle était depuis toujours, « un vaste ensemble de moyens assignés chacun à une fin », pour se muer en "milieu environnant à part entière"[11]. Elle est donc désormais un phénomène autonome[12], échappant de plus en plus au contrôle de l'homme et faisant peser sur lui un grand nombre de déterminations[13].

Ellul explique ainsi ce processus : l'homme ne pouvant s'empêcher de sacraliser son environnement, ce n'est plus la nature qu'il sacralise mais ce par quoi il a désacralisé, profané et même pollué celle-ci : la technique. Or les conséquences de ce "transfert de sacré" ne sont pas seulement environnementales. Elles sont aussi et surtout psychologiques : l'homme va en effet développer à l'égard de la technique un comportement addictif. Et cela d'autant plus que, se considérant lui-même comme "adulte" par rapport au passé, il refuse d'admettre qu'il sacralise quoique ce soit[14],[15].

Contrairement à un préjugé qui veut que la technique s'apparente au machinisme, Ellul affirme qu'elle a très largement dépassé ce registre et que l'on peut l'assimiler avec l'esprit de rationalité qui caractérise l'ensemble de la pensée occidentale depuis les Lumières. Et surtout l'obsession d'efficacité qui en est le prolongement. « Le phénomène technique est la préoccupation de l'immense majorité des hommes de rechercher en toutes choses la méthode absolument la plus efficace »[16]. Ainsi, par exemple, l'appareil d’État tout entier constitue le mode de fonctionnement privilégié de la technique : « toute la loi de cet appareil, c'est l'efficacité. Il est vraiment en relation avec le monde et l'idéologie de la technique par cet impératif. La bureaucratie n'a rien à faire ni à voir avec les valeurs. (...) Elle est là pour fonctionner et faire fonctionner un ensemble politico-économico-social. (...) Elle ne peut considérer les individus. Elle obéit à la seule règle d'efficacité. (...) Et si un but est fixé par le politique, il se dilue dans l'appareil (bureaucratique) et n'a bientôt plus de sens »[17].

Dès 1954, Ellul affirme : « Il est vain de déblatérer contre le capitalisme : ce n’est pas lui qui crée ce monde, c’est la machine »[18]. Et il précise en 1980: « Le capitalisme est une réalité déjà historiquement dépassée. Il peut bien durer un siècle encore, cela n'a pas d'intérêt historique. Ce qui est nouveau, significatif et déterminant, c'est la technique. »[19]

L'homme est aliéné par la technique car il s'obstine à la croire neutre alors qu'il la sacralise. Or cette sacralisation s'opère au sacrifice de son esprit critique, le conduisant de plus en plus à adopter des comportements conformistes. Pour Ellul, si l'homme s'obstine encore dans son aveuglement, « le conformisme est parti pour devenir le totalitarisme de demain »[20].

Le Simulacre chez Baudrillard

Critique de la notion d'aliénation

Aliénation dans la littérature

  • L'écrivain Kazuo Ishiguro dépeint dans son roman Les Vestiges du jour l'aliénation à sa fonction d'un majordome consciencieux, et qui laisse sa vie professionnelle oblitérer son existence personnelle, sa fonction oblitérer son être. L'auteur a confirmé dans ses interviews que son désir était de dépeindre la mentalité du colonisé qui s'identifie plus volontiers à son colonisateur qu'il ne laisse s'exprimer sa nature propre, du moins pendant une phase. L'auteur s'est inspiré des rapports entre les populations japonaise et américaine dans son pays après guerre.
  • L'uchronie de Philip K. Dick Le Maître du Haut Château décrit de son côté, à son début, une aliénation exactement inversée : des Américains nourrissant un complexe d'infériorité par rapport aux Japonais après une victoire imaginée des forces de l'Axe lors de la deuxième guerre mondiale, assorti d'une tentative de s'identifier à leurs nouveaux maîtres.
  • L'écrivain Milan Kundera l'illustre par le titre d'un chapitre de son livre L'immortalité : l'aliénation consiste à être "l'allié de ses propres fossoyeurs".

Bibliographie

  • Joseph Gabel, Sociologie de l’aliénation, Presses universitaires de France, 1970.
  • Marie-France Rouart, Les Structures de l’aliénation, Publibook, 2008. (ISBN 978-2748340907)
  • André Thibault, "L'aliénation aujourd'hui, outil d'analyse et d'intervention" thèse de doctorat en sociologie, Université de Montréal, 1980.

Références

  1. C'est notamment l'analyse proposée par Stephane Haber, dans L'aliénation, vie sociale et expérience de la dépossession, Paris, PUF, 2007
  2. Notamment par Stephane Haber, ou Yvon Quiniou dans l'article «Pour une actualisation du concept d'aliénation», www.cairn.info/load_pdf.php?ID_ARTICLE=AMX_039_0071
  3. Du régime légal de l'indivision. Legifrance - Loi n°815 du Code Civil
  4. Aliénation mentale Legifrance - Loi n°92-683 du 22 juillet 1992 (V)
  5. Leipzig 1845
  6. Jacques Ellul, L'illusion politique, 1965. 3ème éd. La Table Ronde, 2004
  7. Jacques Ellul, La technique ou l'enjeu du siècle, 1954. 3ème édition, Economica, 2008, pp.130-134
  8. Jacques Ellul, Le système technicien, 1977. 2ème édition, Le cherche-midi, 2004, pp. 152-156
  9. Le meilleur exemple est la catastrophe de Fukushima, au Japon. Survenue en mars 2011, nul ne peut prévoir lorsque ses effets prendront fin.
  10. Jacques Ellul, La technique ou l'enjeu du siècle, 1954. 3ème édition, Economica, 2008, pp. 1-5
  11. Jacques Ellul, Le système technicien, 1977. 2ème édition, Le cherche-midi, 2004, pp. 45-61
  12. Ibid., pp. 133-162
  13. Ibid., pp. 63-85
  14. Jacques Ellul, Les nouveaux possédés, 1973. 2ème édition, Les Mille et une nuits, 2003
  15. Il est significatif que la cyberdépendance ne soit pas officiellement reconnue par l'Organisation Mondiale de la Santé comme une addiction à part entière.
  16. Jacques Ellul, La technique ou l'enjeu du siècle, 1954. 3ème édition, Economica, 2008, pp. 18-19
  17. Jacques Ellul, L'illusion politique, 1965; 3ème édition 2004, La Table Ronde, p. 201
  18. Jacques Ellul, La technique ou l'enjeu du siècle, 1954. 3ème édition, Economica, 2008, p.3
  19. Jacques Ellul, A temps et à contretemps, Entretien avec M. Garrigou-Lagrange, 1981, Le Centurion, p.155
  20. Jacques Ellul, L'homme entier, documentaire de 55 min et 80 min réalisé par Serge Steyer

Articles connexes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Aliénation de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • ALIÉNATION — Le mot «aliénation» est, aujourd’hui, en langue française, un mot malade. Il souffre de cette affection que certains lexicologues appellent «surcharge sémantique»: à force de signifier trop, il risque de ne plus rien signifier du tout. La… …   Encyclopédie Universelle

  • Alienation — Aliénation Dessin de Francisco Goya Le terme aliénation, à l origine terme juridique, servira par la suite à désigner la dépossession de l individu et sa perte de maitrise de ses forces propres au profit de puissances supérieures, que celles ci s …   Wikipédia en Français

  • alienation — I (estrangement) noun abhorrence, abomination, acrimony, alienatio, animosity, antagonism, antipathy, aversion, bitterness, breach, break, deflection, disaffection, disfavor, disruption, division, enmity, execration, hostility, implacability,… …   Law dictionary

  • Alienation — may refer to:*Alienation (property law), the legal transfer of title of ownership to another party * Alienation , the medical term for splitting apart of the faculties of the mind *Social alienation, the individual subject s estrangement from its …   Wikipedia

  • Alienation — Al ien*a tion, n. [F. ali[ e]nation, L. alienatio, fr. alienare, fr. alienare. See {Alienate}.] 1. The act of alienating, or the state of being alienated. [1913 Webster] 2. (Law) A transfer of title, or a legal conveyance of property to another.… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • aliénation — ALIÉNATION. s. f. Transport de la propriété d un fonds, ou de ce qui tient lieu de fonds. Aliénation d un domaine, d une terre. [b]f♛/b] On dit, L aliénation des volontés, des esprits, pour, L éloignement que des personnes ont les unes pour les… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • alienation — Alienation. s. f. v. Il a toutes les significations de son verbe. Alienation d une terre, d un droit de meubles precieux. alienation des volontez, des esprits. alienation d esprit …   Dictionnaire de l'Académie française

  • alienation — (n.) transfer of ownership, late 14c., from O.Fr. alienacion and directly from L. alienationem (nom. alienatio) a transfer, surrender, noun of action from pp. stem of alienare (see ALIENATE (Cf. alienate)). It also meant loss or derangement of… …   Etymology dictionary

  • alienation — Alienation, Distractio, Alienatio, Abalienatio. Alienation d entendement, Alienatio mentis …   Thresor de la langue françoyse

  • Alienation — (v. lat.), 1) Veräußerung; bes. 2) (ital. Alienamento), Verkauf vor dem Ausbruch eines Concurses; ist gesetzlich verboten (Alienationsverbot), s. u. Concurs; 3) (A. mentis, Entfremdung des Verstandes), Geistesverwirrung. In Deutschland selten, in …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Alĭenation — (lat.), Entfremdung, Entäußerung, Veräußerung, Entwendung; Alienatio mentis, Geisteszerrüttung …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”