Ali Belhadj

Ali Belhadj (arabe : علي بن الحاج\بلحاج) est le cofondateur, avec Abassi Madani, du Front islamique du salut. Représentant des salafistes au sein du FIS[1], il est en possession d'un certain talent charismatique, son discours étant plus poétique que rationnel[1].

Ali Belhadj est né à Tunis en 1956 au sein d'une famille de réfugiés algériens d'origine mauritanienne[2]. Résident dans la commune de Kouba, il habitait dans un groupement d'immeubles de Jolie Vue appelé G11, caractérisé par la présence aussi bien de quelques hautes personnalités du Front islamique du salut, du monde syndical, de personnel civil et non civil de l'aéroport d'Alger ainsi que quelques officiers de l'armée et de la police. Ce quartier à lui tout seul exprime la complexité et l'ambiguïté des tensions et relations entre les différents acteurs de l'histoire algérienne des deux dernières décennies. Son éducation est principalement religieuse[1]. Il a été professeur d'arabe, il a étudié la théologie auprès du cheikh Arbaoui[1].

Il prêchait dans les mosquées Sunna à Bab El-Oued et Ibn Badis à Ben Omar la révolte et la prise d'armes contre le système[réf. nécessaire]. Proche de Mustafa Bouyali, il est arrêté une première fois en 1984[Pourquoi ?]. Après un discours où il appelait les militants du FIS à s'armer, l'armée l'emprisonne en 1991, puis il est relâché par le président Abdelaziz Bouteflika, pour être réincarcéré quelque temps après pour propos dangereux faisant l'apologie du terrorisme[réf. nécessaire]. Le 7 mars 2006, il est libéré grâce à l'amnistie.

Sa popularité quoique moindre, reste très forte. Il est considéré[Par qui ?] à tort ou à raison[évasif] comme l'un des « prêcheurs de mort » qui ont fait glisser le pays dans une décennie d'hécatombes. Au-delà du « qui tue qui ? »[Quoi ?], sa participation active à la propagande d'enrôlement de la population dans des mouvances armées est rapportée par plusieurs sources[Lesquelles ?]. Aucune étude sérieuse et indépendante n'a été effectuée[évasif] pour déterminer avec précision son influence sur le nombre de personnes enrôlées dans les GIA et dans l'AIS.

Il a été à nouveau arrêté entre le 6 et le 9 janvier 2011 puis inculpé d'« atteinte à la sécurité de l'État » et d'« incitation à la rébellion armée[3] » le 19 janvier 2011.

Son fils, Abdelkahar Benhadj, né en 1988, membre d'Al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI), a été tué le 25 juillet 2011 par l'armée algérienne alors qu'il se dirigeait vers Alger pour préparer un attentat[4].

Notes et références

  1. a, b, c et d Riadh Sidaoui, Islamic Politics and the Military: Algeria 1962-2008, in Jan-Erik Lane et Hamadi Redissi, Religion and Politics: Islam and Muslim Civilisation, éd. Ashgate Publishing, Farnham, 2009, pp. 227-228
  2. Benjamin Stora, Histoire de l'Algérie depuis l'indépendance, p. 107
  3. Le Figaro/dépêche AFP
  4. Journal El Watan du 28/07/2011.. Consulté le 31/07/2011.

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Ali Belhadj de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Ali Belhadj — (also Benhadj; Arabic علي بن الحاجبلحاج) was the Vice President of the Islamic Salvation Front (FIS) in Algeria.Born in 1956 in Tunis to parents from the wilaya of Adrar in Algeria, Belhadj became a teacher of Arabic and an Islamist activist in… …   Wikipedia

  • Ali Belhadj — ʽAlī Bel Ḥajj, Ali Belhadj o Benhadj (1956, Túnez ) es un ex activista islámico, alguna vez vicepresidente del partido político Frente Islámico de Salvación. Fue maestro de escuela secundaria e imán respetado, que junto a Abbassi Madani registró… …   Wikipedia Español

  • Ali Benhadj — Ali Belhadj Ali Belhadj (arabe : علي بن الحاجبلحاج) est le cofondateur, avec Abassi Madani, du Front islamique du salut. Ali Belhadj est né à Tunis en 1956 au sein d une famille de réfugiés algériens. Ses parents sont originaires de la… …   Wikipédia en Français

  • Belhadj, Ali — also spelled ʽAlī Bel Ḥajj born с 1956, Tunisia Deputy leader of the Islamic Salvation Front (FIS), an Algerian political party. Born to Algerian parents, he became a high school teacher and an imam. He and the more moderate Abbasi al Madani… …   Universalium

  • Ali — /ah lee, ah lee / for 1 4; /ah lee / for 5, n. 1. ( Ali ibn abu Talib) ( the Lion of God ) A.D. c600 661, Arab caliph (cousin and son in law of Muhammad). 2. See Mehemet Ali. 3. Mohammed, 1909 63, Pakistani statesman and diplomat. 4. See Mohammed …   Universalium

  • Belhadj, Alí — o ʽAlī Bel FONT face=TahomaḤajj (n. 1956, Túnez). Segundo líder del Frente Islámico de Salvación (FIS), partido político argelino. Nacido de padres argelinos, se convirtió en profesor de escuela secundaria y en un sacerdote imán. Junto con Abbasi …   Enciclopedia Universal

  • Sofiane Belhadj — ou Sofiane Belhaj (سفيان بلحاج), né en 1983, est un activiste belgo tunisien connu pour son rôle dans la contestation qui précède la révolution tunisienne de 2010 2011. De mère belge et de père tunisien, il suit des cours de science politique à… …   Wikipédia en Français

  • Front islamique du salut — Ali Belhadj et Abassi Madani Le Front islamique du salut (الجبهة الإسلامية للإنقاذ, al Jabhah al Islāmiyah lil Inqādh) était une formation politique algérienne militant pour la création d un État islamique. Elle a été dissoute en mars 1992 par le …   Wikipédia en Français

  • Islamic Salvation Front — The Islamic Salvation Front (Arabic: الجبهة الإسلامية للإنقاذ, al Jabhah al Islāmiyah lil Inqādh ) ( fr. Front Islamique du Salut) is an outlawed Islamist political party in Algeria.HistoryFoundationOn November 3, 1988, the Algerian Constitution… …   Wikipedia

  • Algerian Civil War — Warbox battle name=Algerian Civil War campaign=Algerian Civil War colour scheme=background:#EEE8CD caption= conflict=Algerian Civil War date=1991–2002 place=Algeria result=Victory for Algerian government, continued insurgency by the GSPC… …   Wikipedia

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”