Alhambra (architecture)

Alhambra (Grenade)

37° 10′ 37″ N 3° 35′ 24″ W / 37.17687, -3.58988

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Alhambra.
Alhambra, Generalife et Albaicin, Grenade 1
Patrimoine mondial de l’UNESCO
Patio de los Arrayanes

Patio de los Arrayanes

Latitude
Longitude
37° 10′ 36.012″ Nord
       3° 35′ 39.984″ Ouest
/ 37.17667, -3.59444
Pays Espagne Espagne
Type Culturel
Critères (i)(iii)(iv)
No  identification (ID) 314bis
Région 2 Europe
Année d’inscription 1984 (8e session)
Année d’extension 1994 (18e session)

1 Descriptif officiel (UNESCO)
2 Classification UNESCO

World Heritage Emblem.svg
Documentation du modèle

L'Alhambra de Grenade est un des monuments majeurs de l'architecture islamique et l'acropole médiévale la plus majestueuse du monde méditerranéen. C'est avec la Grande mosquée de Cordoue le plus prestigieux témoin de la présence musulmane en Espagne du VIIIe au XVe siècle (voir péninsule Ibérique ou Al-Andalus). Leurs caractères sont d'ailleurs opposés : à la sobriété grandiose du monument religieux représentatif de la première architecture islamique (voir Art des Omeyyades d'Espagne), s'oppose l'exubérance de la dernière manière hispano-mauresque : celle-ci s'exprime en effet dans les palais des derniers souverains nasrides, alors en pleine décadence, et qui disparaîtront bientôt lors des derniers assauts de la Reconquista.

Le nom féminin Alhambra provient de l'arabe Al Hamra (الحمراء), « la rouge » en raison de la couleur que prennent les murs du monument au coucher du soleil.

Article détaillé : art nasride.

Sommaire

Description générale

C'est un ensemble fortifié de bâtiments situés sur la colline de la Sabika, qui domine la plaine et la ville de Grenade, et qui fait face au quartier populaire et pittoresque de l'Albaicin. On y aperçoit au loin les sommets enneigés de la Sierra Nevada. Parmi ces bâtiments se trouvent notamment le palais mauresque qui fait la gloire de l'Alhambra ainsi que le palais renaissant de Charles Quint et une église édifiée à la place d'une mosquée.

Le nom vient de l'arabe, Qalat al Hamra c'est-à-dire « le château rouge ». Si la colline de la Sabika est aménagée dès 1237 sous la direction de l'almohade Al-Ahmar, l'origine de l'Alhambra remonte à 1238 avec l'entrée à Grenade du premier souverain nasride, Mohammed ben Nazar. Son fils Mohammed II le fortifia. Le style nasride atteint son apogée au XIVe siècle sous les rois Youssouf Ier et Mohammed V al-Ghanî, qui font édifier les parties les plus prestigieuses entre 1333 et 1354. Chaque souverain reprenait le palais de son prédécesseur et en édifiait de nouvelles parties, le modifiant à sa guise : on parle donc de palais Nasrides, au pluriel, pour cet ensemble.

L'Alhambra, vue partielle depuis le Mirador de San Nicolas

Alors que presque partout dans le monde musulman les palais anciens ont disparu ou ne sont plus que des ruines, l’Alhambra possède encore deux groupes de palais du XIVe siècle. Les demeures bâties par les premiers souverains de la dynastie ont disparu et, au XVe siècle, les rois de Grenade n’ont pas eu les ressources nécessaires pour remplacer les palais que l’on admire aujourd’hui et pour encore longtemps .

Postérité

Après le règne des Nasrides, malgré le désir des Rois Catholiques d'effacer les traces de l'Islam des territoires entièrement reconquis par les chrétiens après la chute de Grenade en 1492, le palais mauresque était tellement superbe qu'il fut épargné et servit de résidence royale lorsque la cour passait à Grenade. Les souverains y proclament le Décret de l'Alhambra.

L'ensemble tomba ensuite en désuétude, ne faisant l'objet de restaurations qu'à l'occasion de séjours royaux.

L'Alhambra étant dès lors un des grands événements historiques, les pillards y firent leur apparition, ce que décrit Washington Irving dans ses contes (voir bibliographie en fin d'article).

Une action d'éclat sauva l'Alcazaba de la destruction pendant la guerre civile espagnole.

Les jardins sont à présent entretenus grâce au Patronato de La Alhambra, qui gère l'ensemble du monument et permet la visite à 7000 personnes par jour.

La gazelle est le symbole de l'Alhambra, elle est assimilable à un emblème héraldique depuis l'exploitation touristique du site. Cette image correspond à la version stylisée d'un vase décoratif retrouvée parmi les objets de l'Alhambra ; l'original se trouve dans le musée du palais de Charles Quint.

Galerie générale

Ambox notice.png Cliquez sur une vignette pour l’agrandir
  • Remarque : les articles connexes peuvent contenir des galeries supplémentaires qui s'y rattachent.

Description

Vue de l'Alcazaba depuis la colline de l'Albaicin.

Le poète français Victor Hugo, dans l'Orientale XXXI du Livre III, datées des 3-5 avril 1828, en donne la description suivante:

« 
L'Alhambra ! l'Alhambra ! palais que les génies
Ont doré comme un rêve et rempli d'harmonies.
Forteresse aux créneaux festonnés et croulants
Où l'on entend la nuit de magiques syllabes,
Quand la lune, à travers les mille arceaux arabes,
Sème les murs de trèfles blancs. »


La Alcazaba

C'est la citadelle primitive, semblable à un alcazar, édifiée sur le fronton sud de la colline de l'Alhambra. De sa tour, on peut y observer les mouvements de troupe sur la plaine de Grenade, la Vega granadina.

Cette alcazaba est la citadelle hébergeant les hommes de guerre à l'Alhambra. Son architecture est dédiée à la protection de forteresse en temps de siège. Son nom provient de l'arabe Al Casbah, la maison.

Elle bénéficie de positions de hauteur stratégiquement imparables : du haut de la plus haute tour, toute la Vega granadina y est visible.

Les princes Nazari y pouvaient observer les mouvements de troupe militaires, dans les derniers temps de la Reconquista.

Symboliquement, les Rois Catholiques, leurs adversaires, avaient installé à Santa Fe un camp fortifié militaire en pleine terre ennemie, pour affirmer leur prégnance sur le terrain.

Cette forteresse disposait d'une médina intérieure, distincte de celle de l'enceinte de l'Alhambra. La considérant en termes d'architecture médiévale, elle correspond donc au donjon intérieur à un château fort.

Elle disposait également de hammam, qui sont aujourd'hui en restauration.

Les palais Nasrides

La Cour des Lions fait partie des trésors architecturaux les plus prisés de l'Alhambra ; elle est située dans les palais Nasrides.

Le plan d'ensemble de ces palais s'organise en de multiples salles rectangulaires, partiellement intégrées à l'enceinte, reliées entre elles par des vestibules et disposées autour des deux joyaux que constituent la cour des myrtes (patio de los arrayanes) et la cour des lions (patio de los leones). On peut d'ailleurs autant parler d'un décor que d'une architecture. L'extérieur est très sobre, la décoration intérieure est foisonnante, à base des trois composantes des arts d'Islam: la calligraphie, la décoration florale stylisée, les arabesques et motifs géométriques.

Article détaillé : palais nasrides.

Le Généralife

Vue du généralife.

C'est le palais d'été des princes Nasrides. Ils venaient s'y rafraîchir dans les ombrages, près des bassins d'eau. Le Généralife est situé hors des murs d'enceinte, sur l'autre versant du plateau principal. Ce palais est très connu en Espagne et plusieurs poèmes ont été écrit sur ce sujet.

Le nom est un dérivé de l'arabe Jannat al-Arif signifiant paradis ou jardin de l'architecte.

L'abondance de l'eau dans cette Andalousie dominée par les sommets enneigés de la Sierra Nevada, fut pour tous ces princes issus du désert, une véritable révélation. L'alhambra et les jardins du Généralife sont les symboles les plus forts de cette domestication de l'eau qui rafraîchissait chaque cour et jardin.

Article détaillé : Généralife.

Les jardins du Partal

Ces jardins situés dans l'Alhambra, et distincts de ceux du Généralife, ont les vues les plus précieuses et les plus raffinées sur l'Albaicin.

Article détaillé : jardins du Partal.

Le palais de Charles Quint

L'empereur adossa son palais circulaire au palais nasrides, en plein milieu du plateau surplombant la colline.

Son architecture est typique de l'architecture impériale de la fin de la Renaissance, imposante, qui tranche avec les palais voisins.

Article détaillé : Palais de Charles Quint.

La Médina

La Médina est la première zone accessible une fois passé le pont-levis arrière. Elle correspond à une zone habitée.

Sa description figure dans l'article enceinte de l'Alhambra

Les tours d'enceinte

La tour de Comarès est, avec la tour principale de la forteresse de l'Alcazaba, la plus imposante des tours d'enceinte.

À l'époque de sa splendeur, l'Alhambra alignait trente tours de défense. Lors de la prise du monument par les troupes françaises de Napoléon Ier, les tours les plus stratégiques furent détruites pour rendre l'ensemble inoffensif. Le génie militaire entreprit également la réfection d'autres zones de l'Alhambra, information aujourd'hui sujette à caution par l'historiographie espagnole.

Article détaillé : tours de l'Alhambra.

Palais perdus, ou en cours de restauration

Voir aussi

Commons-logo.svg

Œuvre en rapport

Bibliographie

  • Les Contes de l'Alhambra : récit d'un voyageur américain aisé du XIXe siècle, Washington Irving, raconte l'Espagne et ses habitants à l'époque ainsi que les légendes orales qu'ils transmettent à propos de la Alhambra. On trouve ce livre, traduit dans de nombreuses langues, en visitant le monument.
  • Les aventures du dernier Abencérage, François René de Chateaubriand
  • L'Alhambra STIERLIN Anne et Henri, Imprimerie nationale, 2001, ISBN 2-7433-0422-7
  • Mémoires écarlates : journal, probablement autobiographique, de la vie de Boabdil, dernier sultan de Grenade (Mémoires écarlates, Antonio Gala, J.-C. Lattès, 1996, ISBN 978-2-7096-1716-1)

Liens externes

Notes et références



la gazelle, symbole de l'Alhambra

Cet article dépend de l'article principal
Alhambra
articles connexes : Palais | Généralife | Partal | Alcazaba | Art

Balcon en arc mauresque donnant sur l'Albaicín
Monument nasride | situé à Grenade | en Espagne | édifié aux temps d'al-Andalus
  • Portail de l’Espagne Portail de l’Espagne
  • Portail de l’architecture et de l’urbanisme Portail de l’architecture et de l’urbanisme
  • Portail du patrimoine mondial Portail du patrimoine mondial
Ce document provient de « Alhambra (Grenade) ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Alhambra (architecture) de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Alhambra de Grenade — Alhambra (Grenade) 37° 10′ 37″ N 3° 35′ 24″ W / 37.17687, 3.58988 …   Wikipédia en Français

  • Architecture Islamique — Histoire de l art Série Arts de l Islam Périodes Art omeyyade Art abbasside Art fatimide Iran autonome …   Wikipédia en Français

  • Alhambra-Maurice Chevalier — Alhambra (Paris) Alhambra Maurice Chevallier Type Music hall Lieu Paris XIe  France Coordonnées géographiques …   Wikipédia en Français

  • Alhambra (Paris) — Alhambra Maurice Chevallier Type Music hall Lieu 50, rue de Malte Paris XIe  France Coordonnées …   Wikipédia en Français

  • Alhambra (homonymie) — Alhambra Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Alhambra peut désigner : Localités Espagne  Alhambra, commune de la province de Ciudad Real. États Unis  Alhambra, ville du comté… …   Wikipédia en Français

  • Alhambra — This article is about the Alhambra in Granada, Spain. For other meanings, see: Alhambra (disambiguation). Infobox World Heritage Site WHS = Alhambra, Generalife and Albayzín, Granada State Party = Spain Type = Cultural Criteria = i, iii, iv ID =… …   Wikipedia

  • Alhambra (Grenade) — Pour les articles homonymes, voir Alhambra. Alhambra, Generalife et Albaicin, Grenade * …   Wikipédia en Français

  • Architecture islamique — On nomme architecture islamique l art de construire (al bina) développé dans une région s étendant de l Espagne à l Inde entre 622 et le XIXe siècle, le dar al islam. Sommaire 1 Techniques d architecture 1.1 Matériaux …   Wikipédia en Français

  • Alhambra — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Alhambra peut désigner : Localités Espagne  Alhambra, commune de la province de Ciudad Real. États Unis  Alhambra, ville du comté de Los… …   Wikipédia en Français

  • ALHAMBRA, GRANADA —    While the Great Mosque of Cordoba, begun in 785, signals the advent of Muslim power on the Iberian Peninsula, the Alhambra Palace complex, built in Granada from 1354 to 1391, was the seat of the last great Moorish dynasty in Spain. Muslim… …   Historical Dictionary of Architecture

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”