Algèbre des fonctions

Fonction (mathématiques élémentaires)

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fonction.
Icone math élém.jpg
Cet article fait partie de la série
Mathématiques élémentaires
Algèbre
Logique
Arithmétique
Probabilités
Statistiques

En mathématiques élémentaires, plus de 90 % des fonctions rencontrées sont des fonctions numériques, mais la notion de fonction ne se limite pas à celle-ci .

  • L'article qui suit présente quelques règles à connaître sur les fonctions
  • L'article fonction numérique traite des fonctions numériques en mathématiques élémentaires
  • L'article fonction (mathématiques) les présente dans leur généralité.

Sommaire

Les fonctions

Les fonctions sont des outils. Pour être une fonction il faut respecter des règles scrupuleuses. Elles ont de nombreuses propriétés. Nous présentons ici les bases .

Les règles scrupuleuses

  • Avoir un ensemble de départ contenant l'ensemble de définition de la fonction et un ensemble d'arrivée.
  • À chaque élément de cet ensemble de définition faire correspondre un de ceux de l'ensemble d'arrivée.

En mathématiques élémentaires, la première de ces règles (pourtant primordiale) est souvent oubliée par les élèves car les exemples qui sont proposés se limitent à quelques ensembles de départ et d'arrivée naturels dans le contexte de travail (ensemble des réels pour les fonctions numériques, ensemble des points du plan pour les fonctions ponctuelles)

Toutefois elle reste importante.

Image, antécédent

Si à un élément a, on fait correspondre un élément b,

  • l'élément b est appelé l'image de a
  • l'élément a est appelé un antécédent de b

Exemple: f(x)=\sqrt{x}-1 Avec x = 0,1,4,9, on a f(0)=-1 , \;f(1)=0 , \;f(4)=1 , \;f(9)=2

on dira
1 est l'image de 4 par f
9 est un antécédent de 2 par f

Exemples

Une fonction est donc un outil ayant un ensemble de départ et un ensemble d'arrivée, faisant correspondre aux éléments du premier des éléments du second.

Exemple 1

Une fonction permet de transformer un nombre réel en un autre par exemple, en lui appliquant une suite d'opérations qui doit rester identique pour chaque nombre.

Dans ce cas l'ensemble de départ est \mathbb{R}, l'ensemble de définition est l'ensemble des réels pour lesquels on peut appliquer la suite d'opérations, et l'ensemble d'arrivée est \mathbb{R}.

Si la suite d'opérations consiste à élever au carré, ôter 4 et prendre l'inverse, on crée une fonction

  • Ensemble de départ : \mathbb{R}\setminus\{-2; 2\}
  • Domaine de définition : tous les réels différents de − 2 et 2
  • Ensemble d'arrivée : \mathbb{R}
  • Correspondance : à x, on associe \dfrac{1}{x^2-4}

l'image de 3 est \dfrac{1}{5}, les antécédents de \dfrac{1}{5} sont 3 et − 3

Exemple 2

Une fonction permet aussi d'associer des points à d'autres points à partir de considérations géométriques.

Dans ce cas l'ensemble de départ est l'ensemble des points du plan (ou de l'espace), l'ensemble d'arrivée est l'ensemble des points du plan (ou de l'espace)

Par exemple si A et B sont deux points différents, on peut associer, à tout point M non situé sur (AB) le point N tel que AMBN soit un parallélogramme

  • Ensemble de départ \mathcal P
  • Ensemble de définition \mathcal P - (AB)
  • Ensemble d'arrivée\mathcal P
  • Correspondance : à M, on associe N tel que AMBN soit un parallélogramme.

Nom

Les fonctions souvent utilisées finissent par porter des noms spécifiques (sin, cos...), les autres s'appellent f, g, etc. L'image d'un élément a pour la fonction f est alors notée f(a).

Notation

Pour résumer toutes ces informations, on utilise l'écriture suivante

\begin{matrix}f: & D & \rightarrow A\\ & x & \mapsto y\\\end{matrix} avec y = f(x)D représente l'ensemble de départ et A l'ensemble d'arrivée.

La recherche du domaine de définition, si celui-ci est plus petit que l'ensemble de départ, reste faire.

Parfois, on se contente de l'écriture abusive y = f(x) en oubliant tout le reste. Ce qui peut conduire parfois à des confusions dangereuses si on simplifie trop vite, comme le signalait Gottlob Frege dans Qu’est-ce qu’une fonction ?.

  • exemple subtil : la fonction f:x\mapsto y=x^2/x et la fonction g:x\mapsto y=x ne sont pas les mêmes; puisque f est « interdite pour x=0 ».
Ce document provient de « Fonction (math%C3%A9matiques %C3%A9l%C3%A9mentaires) ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Algèbre des fonctions de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Liste des fonctions usuelles — Fonctions usuelles Cet article fait partie de la série Mathématiques élémentaires Algèbre Logique Arithmétique Probabilités …   Wikipédia en Français

  • Theoreme des fonctions implicites — Théorème des fonctions implicites En mathématiques, le théorème des fonctions implicites est un résultat de géométrie différentielle. Certaines courbes sont définies par une équation cartésienne, c est à dire la forme f(x, y) = 0,… …   Wikipédia en Français

  • Théorème des fonctions implicites — En mathématiques, le théorème des fonctions implicites est un résultat de géométrie différentielle. Certaines courbes sont définies par une équation cartésienne, c est à dire la forme f(x, y) = 0, où x et y décrivent les nombres… …   Wikipédia en Français

  • SINGULARITÉS DES FONCTIONS DIFFÉRENTIABLES (la théorie mathématique et ses applications) — De la topologie différentielle à la dynamique qualitative, en passant par la géométrie analytique et la topologie algébrique, les «singularités» ont bien des incarnations en mathématiques; mais cela n’exclut pas une certaine unité: qu’il s’agisse …   Encyclopédie Universelle

  • Espace des fonctions tests — Distribution (mathématiques) Pour les articles homonymes, voir Distribution. En analyse mathématique, une distribution (également appelée fonction généralisée) est un objet qui généralise la notion de fonction et de mesure. La théorie des… …   Wikipédia en Français

  • Algebre stellaire — Algèbre stellaire Une algèbre stellaire ou C* algèbre est l objet d étude de la géométrie non commutative. Cette notion a été formalisée en 1943 par Gelfand et Segal. Les algèbres stellaires sont centrales dans l étude des représentations… …   Wikipédia en Français

  • Algèbre Stellaire — Une algèbre stellaire ou C* algèbre est l objet d étude de la géométrie non commutative. Cette notion a été formalisée en 1943 par Gelfand et Segal. Les algèbres stellaires sont centrales dans l étude des représentations unitaires de groupes… …   Wikipédia en Français

  • Algèbre stellaire — Une algèbre stellaire ou C* algèbre est l objet d étude de la géométrie non commutative. Cette notion a été formalisée en 1943 par Gelfand et Segal. Les algèbres stellaires sont centrales dans l étude des représentations unitaires de groupes… …   Wikipédia en Français

  • ALGÈBRE — L’algèbre au sens moderne, à savoir l’étude des structures algébriques indépendamment de leurs réalisations concrètes, ne s’est dégagée que très progressivement au cours du XIXe siècle, en liaison avec le mouvement général d’axiomatisation de… …   Encyclopédie Universelle

  • Algebre de Boole (logique) — Algèbre de Boole (logique) Pour les articles homonymes, voir Algèbre de Boole. L algèbre de Boole, ou calcul booléen, est la partie des mathématiques, de la logique et de l électronique qui s intéresse aux opérations et aux fonctions sur les… …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”