Alfe

Elfe

Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne la créature imaginaire. Pour les autres significations, voir Elfe (homonymie).
Manga - Elfe

Un elfe est une créature légendaire issue des mythologies nordique et germanique, qui survit encore aujourd'hui dans le folklore scandinave. Dans la mythologie nordique, les elfes étaient originellement des divinités mineures de la nature et de la fertilité.

Le personnage a été repris plus tard dans la littérature comme élément merveilleux du conte de fées et de la fantasy. À la suite du succès des récits de J. R. R. Tolkien, dans lesquels des personnages angéliques et sages sont désignés comme elfes, l'elfe est devenu un archétype de personnage de fantasy. Du fait de ce succès littéraire, les elfes dans l'imaginaire actuel sont souvent décrits comme des êtres d'apparence jeune et de grande beauté, vivant dans des forêts ou des lieux souterrains. Ils sont considérés comme immortels et dotés de pouvoirs magiques.

Sommaire

Les elfes dans les légendes

Des créatures proches des elfes apparaissent dans la mythologie grecque : les Dryades qui étaient les esprits des arbres et des bois.

Paracelse

Paracelse, dans son Astronomia magna (1537) et dans le Liber de nymphis, sylphis, pygmaeis et salamandris, compte sept races de créatures sans âme : les génies à forme humaine mais sans âme ni esprit (inanimata) des Éléments, les géants et les nains, les nains sur la terre. Il croit aux génies des quatre Éléments. La Terre, par génération spontanée, produit des nains qui gardent les trésors sous la montagne ; l'Eau produit les ondines ; le Feu, les salamandres ; l'Air, les elfes. Ensuite viennent les géants et les nains issus de l'air, mais qui vivent sur la terre.

"Le mot inanimatum désigne six familles d'hommes sans âme... Ces hommes sans âme sont d'abord ceux des quatre familles qui habitent les quatre Éléments : les nymphes, nymphae, filles de l'eau ; les fils de la terre, lémures, qui habitent sous les montagnes ; les esprits de l'air, gnomi ; les génies du feu, vulcani. Les deux autres familles sont composées d'hommes qui sont également nés sans âme; mais qui, comme nous, respirent en dehors des Éléments. ce sont d'une part les géants et d'autre part les nains qui vivent dans l'ombre des forêts, umbragines... Il existe des êtres qui demeurent naturellement au sein d'un même Élément. Ainsi le phénix, qui se tient dans le feu comme la taupe dans ta terre. Ne soyez pas incrédules, je le prouverai ! Quant aux géants et aux nains de la forêt, ils ont notre monde pour séjour. Tous ces êtres sans âme sont produits à partir de semences qui proviennent du ciel et des Éléments, mais sans le limon de la terre... Ils viennent au monde comme les insectes formés dans la fange [par génération spontanée]." (Paracelse, La grande astronomie. Astronomia magna (1537), trad., Dervy, 2000, p. 159-160).

Étymologie

Le dieu Freyr, seigneur des « elfes lumineux »

La description la plus ancienne des elfes provient de la mythologie nordique. En vieux norrois, ils sont dénommés álfar (au singulier álfr) ; le mot dérive d'une racine proto-indo-européenne albh signifiant « blanc », qui se retrouve par exemple dans le latin albus « blanc ».[1] Des noms semblables se retrouvent dans les langues germaniques anciennes et modernes ; ils présentent souvent des variantes, dues à des différences dialectales où à des influences d'une langue à l'autre, du fait de la large circulation du thème littéraire.

De nombreux prénoms germaniques comprennent le nom de l'elfe : par exemple en vieil anglais : Ælfric, Ælfwine, Ælfréd (moderne Alfred), en allemand Alberich. C'est aussi le cas de quelques anciens noms français d'origine germanique, tels Auberon et Aubry.

Mythologie nordique

Articles détaillés : Alfe lumineux, Alfe noir et Alfe sombre.

Bien qu'aucune description ancienne ou moderne n'existe, l'apparition de créatures étymologiquement liées aux álfar dans nombre de folklores postérieurs suggère fortement que la croyance dans les elfes fut commune parmi les peuples germaniques, et non limitée exclusivement aux antiques peuples de Scandinavie.

Les elfes apparaissent de diverses manières dans la mythologie nordique. Ils sont généralement décrits comme des êtres semi-divins associés à la fertilité et au culte des ancêtres. Le concept d'elfe semble donc similaire aux croyances animistes dans les esprits de la nature et les esprits des morts, croyances communes à toutes les anciennes cultures humaines. On retrouve à l'identique dans la mythologie nordique, la croyance du fylgjur et du vörðar (« esprit totem » et « esprit protecteur »). De même les elfes sont communément comparés aux nymphes de la mythologie grecque et romaine, et à Vili et aux rusalki de la mythologie slave.

L'historien et mythographe islandais Snorri Sturluson se réfère aux nains nordiques en tant que « elfes sombres » (dökkálfar) ou « elfes noirs » (svartálfar) ; mais il n'est pas certain que cela ne désigne pas une croyance scandinave médiévale plus tardive[5]. Il se réfère aux autres elfes comme « elfes lumineux » (ljósálfar), qui seraient souvent associés à l'étymologie de elf. Snorri décrit leurs différences, d'après la prose de l'Edda (Gylfaginning 17) :

« Staðr d'einn de Sá heu þar, heu kallaðr heu Álfheimr. Þat de fólk de byggvir de Þar, heu heita de Ljósálfar, jörðu de í de niðri de búa d'en Dökkálfar, reyndum correct de ólíkari de miklu d'ok de sýnum de þeim de ólíkir de þeir d'eru. Sýnum de sól d'en de fegri d'eru de Ljósálfar, bik d'en de svartari d'eru d'en Dökkálfar. »
« Il y a un endroit là [dans le ciel] qui s'appelle la demeure elfe (Álfheimr). Les gens qui y vivent sont appelés les elfes lumineux (ljósálfar). Mais les elfes sombres (dökkálfar) vivent ci-dessous dans la terre, et ils ont une toute autre apparence — et très différents d'eux en réalité. Les Elfes Lumineux sont plus lumineux que le soleil en apparence, mais les Elfes Sombres sont plus ténébreux que … »[6]

D'autres éléments à propos des Elfes dans la mythologie nordique proviennent de la poésie scaldique, de Edda poétique et des sagas légendaires. Les Elfes y sont liés au Æsir, en particulier par l'expression commune « Æsir et les Elfes », qui signifie vraisemblablement « tous les dieux »[7]. Quelques universitaires ont comparé des Elfes aux Vanir (dieux de fertilité), mais dans Alvíssmál (« les Dires de Sagesse »), les Elfes sont distingués des Vanir et Æsir, comme indiqué par une série de noms comparatifs dans lesquels Æsir, Vanir, Elfes ont leurs propres traductions pour différents mots — reflétant ainsi leur préférences raciales. Il est possible que ces mots indiquent une différence dans le statut entre les dieux principaux de fertilité (les Vanir) et les divinités mineures (les Elfes).

Grímnismál relate que Freyr était le seigneur du Álfheimr (« monde-elfe »), la demeure des elfes lumineux. Lokasenna relate qu'un grand groupe de Æsir et d'Elfes s'étaient réunis à la cour de Ægir pour un banquet. Plusieurs êtres mineurs, domestiques des dieux, à l'exemple de Byggvir et Beyla, sont présentés comme appartenant à Freyr, seigneur des Elfes, et ceux-ci sont probablement eux aussi des Elfes, puisqu'ils n'ont pas été comptés parmi les dieux. On mentionne aussi un autre domestique, Fimafeng (assassiné par Loki) et Eldir.

Folklore scandinave

Ängsälvor « elfes de la prairie », 1850, peinture de Nils Blommér.

Dans le folklore scandinave, qui est un mélange postérieur de mythologie nordique et chrétienne, un elfe est nommé elver en danois, alv en norvégien, alv ou älva en suédois[8].

Le terme norvégien apparaît rarement dans le folklore, et quand il est utilisé, c'est comme synonyme de huldrefolk (« peuple caché ») ou vetter, sorte de catégorie de « lutins » liés à la terre, approchant davantage des nains de la mythologie nordique, que des elfes.

Au Danemark et en Suède, les elfes apparaissent comme distincts du vetter, bien que la frontière entre les deux créatures soit mal délimitée. Les petites fées ailées du folklore britanniques (pixie) sont souvent désignées comme älvor en suédois moderne ou alfer en danois, bien que la traduction correcte soit feer. De manière similaire, l'elfe du conte de fées L'Elfe de la rose de l'écrivain danois Hans Christian Andersen est si minuscule qu'il peut avoir un bouton de rose pour maison, et a les « ailes qui partent des épaules jusqu'aux pieds ». Cependant, dans La Colline des elfes du même auteur, les elfes sont plus semblables à ceux du folklore traditionnel danois : de splendides femelles, vivant dans les collines et les rochers, capables de faire danser un homme jusqu'à la mort. Comme le huldra en Norvège et en Suède, ils sont illusions une fois vus de dos.

Les elfes de la mythologie nordique semblent ainsi avoir survécu dans le folklore principalement comme femelles, vivant dans les collines et monticules des pierres (voir tertre)[9].


Cercle des elfes

Article détaillé : cercle des fées.

On dit que l'on peut voir danser les elfes dans les prés, particulièrement les nuits et les matins brumeux. Ils laissent des espèces de cercles à l'emplacement de leur danse, dénommés älvdanser (« danses d'elfes ») ou älvringar (« cercle d'elfes »). Uriner dans l'un de ces cercles est censé provoquer des maladies vénériennes. Typiquement, ces cercles sont tracés par une multitude de petits champignons, mais ils peuvent être également tracés par le dessin d'herbes foulées contre le sol.

Persistance des croyances

Une majorité de la population islandaise croit en l'existence des elfes, ou du moins ne réfute pas leur existence, ainsi Vigdís Finnbogadóttir (Présidente de l'Islande, de 1980 à 1996) en dit : « L'existence des elfes, des fantômes, des extraterrestres ou d'une vie après la mort n'a jamais été prouvée. C'est pareil avec Dieu, personne n'a prouvé s'il existe ou pas. »[réf. souhaitée]

Folklore germanique

Ce qui a subsisté des elfes dans le folklore allemand, est leur nature espiègle et malfaisante. Ils étaient estimés capables de causer des maladies au bétail et aux gens. Ils apportent également de mauvais rêves aux dormeurs. Le mot allemand pour cauchemar, Albtraum ou Alptraum, signifie littéralement « rêve d'elfe ». Sa forme archaïque Albdruck signifie « pression d'elfe » ; la croyance populaire attribuait les cauchemars à un elfe assis sur la tête du dormeur. Cet aspect de la croyance elfique germanique correspond en grande partie à la croyance scandinave du mara. Elle est également semblable aux légendes concernant les incubes et les succubes, que l'on peut relier aux phénomènes d'apnée du sommeil.

Un roi elfe apparaît de temps en temps au Danemark et en Suède. Dans l'épopée allemande médiévale du Nibelungenlied, un personnage important est un nibelung (nain) nommé Alberich. Alberich se traduit littéralement comme « souverain elfe », autre contribution à la confusion entre elfe et nain, observée antérieurement dans l'Edda. Ce nom entra ensuite dans la littérature française, comme Obéron par la chanson de geste médiévale Huon de Bordeaux.

Les elfes dans la littérature moderne

Elfe (illustration)

Ils sont généralement décrits comme des êtres intelligents, plus grands et plus fins que les humains, bien que dotés d'une longévité exceptionnelle (quasiment immortels). Leurs oreilles sont censées être pointues, ce qui permettrait de les reconnaître sans ambiguïté.

La vision qu'en donna John Ronald Reuel Tolkien dans son œuvre a sensiblement influencé leur représentation. Il leur a donné leur grande taille et leur grande beauté, de même qu'un penchant pour la mélancolie et la nostalgie, cette idée que leur civilisation est en déclin face à celle de l'homme. Depuis, cette vision a été reprise, modifiée et largement véhiculée dans beaucoup d'œuvres littéraires ou de jeux de rôles.

La civilisation des Elfes a ainsi acquis une réputation de grand raffinement, bien qu'elle soit en décadence ou retirée du monde. Les Elfes sont souvent opposés aux nains notamment du fait de leur physique : les Elfes sont grands, fins et élancés, tandis que les nains sont petits, trapus et résistants. De nombreux auteurs ont accentué cette opposition en associant les Elfes aux milieux forestiers proche de la nature, et les nains aux cavernes, aux mines et aux forges. C'est le cas par exemple dans le monde de Warhammer, ou dans les Royaumes oubliés.

Les Elfes sont aussi, quelquefois, représentés sous plusieurs formes ou races différentes. Comme les Elfes des bois, les Elfes de la nuit ou même parfois les Elfes de l'eau. Ces spécifications sont assez courantes dans certains jeux vidéo ou jeux de plateau comme cité plus haut et plus bas.

Les elfes dans le Seigneur des anneaux, J.R.R Tolkien

Article détaillé : Elfes (Terre du Milieu).

Les Elfes sont le peuple le plus ancien des Terres du Milieu. Ils se sont éveillés sur les bord du Lac de Cuiviénen à la lumière des étoiles, avant même que naisse la Soleil. Les Elfes sont les plus belles des créatures. Grands et minces, ils sont gracieux mais résistants. Leurs sens sont bien plus développés que ceux des hommes, en particulier la vue et l'ouïe. Les Elfes n'ont pas besoin de dormir, mais reposent leur esprit en rêvant éveillé ou en contemplant la beauté. Ils aiment toutes les belles choses, spécialement la nature, et par-dessus tout la mer et les étoiles. Leur curiosité et leur soif de connaissance sont insatiables. L'une de leurs plus belles réussites est d'avoir enseigné aux Ents (des arbres animés) à parler. Bien qu'ils puissent être tués ou mourir de chagrin, ils ne vieillissent pas et ne tombent jamais malades. Les elfes parlent le langage des bois « bethteur », le sindarin (leur langue natale). La plupart d’entre eux connaissent le ouistrain ainsi que le quenya. Les anciens savent parler l’adùnaic ainsi que l’atliduk, le logathig et le nahaiduk.

Les elfes dans les Annales du Disque-monde, Terry Pratchett

Dans Nobliaux et sorcières, les Elfes (ou Nobliaux, Seigneurs…) sont beaux (ils sont « geulamours »), mais surtout méchants et cruels. Ils prennent tout et n'offrent en échange que la peur. Ils vivent dans un univers parallèle et tentent de s'introduire dans le monde des humains pour le dominer.

Les elfes ont extrêmement peur du fer, qui les prive de leurs sens. Ils sont dirigés par une reine qui se donne l'apparence d'une belle femme brune en robe rouge. Elle tente souvent de jeunes filles ayant des prédispositions pour la sorcellerie et leur propose de la laisser sortir en échange d'un grand pouvoir.

Son « mari », le roi des Elfes est une des rares créatures à pouvoir s'opposer à elle. Il ressemble à un satyre et vit dans une sorte de tente nauséabonde située sous un tertre.

Les elfes de Jean-Louis Fetjaine

Dans sa trilogie des elfes (Le Crépuscule des elfes, La Nuit des elfes et L'Heure des elfes) cet auteur français mélange allègrement la légende arthurienne et l'univers de la Fantasy.

Il crée un peuple d'êtres éthérés, graciles, sveltes et impudiques qui incarnent la beauté animale vers laquelle tendent les hommes.

Ce sont de grands êtres humanoïdes et intelligents, qui vouent une haine héréditaire aux nains. Leur culture est très proche de celle des druides : ils ont la connaissances des arbres, de la nature, des runes.

Il y a deux types d'Elfes dans cette trilogie:

  • les haut-Elfes, représentés par Llandon et Llianne, qui sont des elfes beaux et raffinés. Ils sont pacifiques et la réaction des hommes les déçoive beaucoup.
  • les Elfes des marais (Elfes gris), leur roi est Rassul, ils sont imprévisibles, agressifs, vivent en groupe. Ce peuple n'est pas aimé des autres peuples, qui le voient même comme des bêtes.

Les elfes dans Eragon, Christopher Paolini

Dans ce livre les Elfes sont les alliés des Nains, des humains et des Vardens. On les appelle le beau peuple et peuvent se métamorphoser à volonté par magie. Les Elfes sont très habiles et manient l'arc et l'épée avec une force incroyable. Leur endurance, leur vitesse, leurs capacités physiques sont indéniablement supérieures à celles des humains, des nains ou des autres races. Quand ils ont besoin de quelque chose, ils « chantent » les arbres et peuvent créer ce dont ils ont besoin. Ils ont une pilosité inférieure à celle des humains. Ils sont peu féconds : un enfant signifie l'amour véritable. Ils sont immortels, ils ne peuvent être tués que par le fer, le poison, par magie ou à cause d'un trop profond chagrin; malgré cela, leur nature belle, sage, et forte que ce soit en magie ou au combat se flétrit avec l'âge, c'est aussi une des raisons pour lesquelles leurs rares enfants sont presque vénérés. Les elfes sont très proches de la nature et sont végétariens.

Plus que ces caractéristiques quasi physiques, les Elfes dans Eragon, s’ils sont « Le Beau Peuple », pourraient aussi être appelés « Le Peuple Sage ». En effet, ils sont décrits comme dépositaires d'une sagesse centenaire si ce n'est millénaire. Ce sont eux qui ont fourni les premiers Dragonniers, eux encore qui, seuls, ont réussi, grâce à leur maîtrise de la gramarie (magie) à soustraire le monde à l'influence néfaste du parjure Galbatorix, eux enfin à qui il revient de parfaire et achever la formation d'Eragon, leur sagesse et leur maîtrise de la magie et de la nature étant sans égales.

Enfin, l'Ancien Langage, cette langue seule capable de décrire la nature vraie des choses est en fait la langue du Peuple Gris, aujourd'hui disparu, conférant aux Elfes les plus grands pouvoirs.

Les elfes dans Harry Potter, J.K Rowling

Article détaillé : Elfe de maison.

Dans l'histoire de J.K. Rowling, il n'y a pas d'Elfes dans un sens proche de celui décrit plus haut. Il existe en revanche des créatures nommées elfes de maison, parfois appelés elfes tout court par commodité. Ce sont de petits êtres travailleurs et fidèles. Ils obéissent à un maître et restent souvent toute leur vie dans la même famille où ils servent plusieurs générations de sorciers. Malheureusement, certains sorciers profitent de la faiblesse de ces petits êtres pour les maltraiter et les insulter. Malgré tout, les elfes de maison sont toujours fidèles à leur maître et n'oseront que rarement les contredire. Ils sont dotés de pouvoirs magiques bien supérieurs à ceux des sorciers, (Dobby est ainsi capable de transplaner dans l'enceinte de Poudlard, ce dont les êtres humains sont incapable) mais un sort les lie à leur maître, les asservissant.

Ils peuvent être libérés : seul leur maître le peut en leur offrant un vêtement.

La seule autre allusion à un type d'elfes est dans le sixième volume de la série lorsque le professeur Rogue ordonne à Queudver d'aller lui chercher le « vin des elfes ». Il ne s'agit là que d'une simple interprétation, mais il se pourrait qu'il s'agisse d'elfes plus semblables à ceux des mythologies.

Les elfes dans Artemis Fowl, Eoin Colfer

Les Elfes font ici partie du Petit Peuple habitant dans les profondeurs souterraines, aux côtés des Nains, Lutins et autres Gnomes. De petite taille (environ un mètre), leur longévité est grande bien que due à la magie, et leur fécondité est très réduite. Le Peuple (qui ne se réduit pas aux Elfes) possède une technologie avancée, et a des ambitions pacifiques et écologiques. Ils s'efforcent de cacher leur existence aux humains (le Peuple de Boue).

Les elfes dans Arielle Queen, Michel J. Lévesque

Il y a deux races d'Elfes dans cette série de romans pour la jeunesse écrite par Michel J. Lévesque. Les Elfes de lumière gouvernent l'Alfheim ; ils ont les cheveux longs et des vêtements amples. Les Elfes noirs sont des démons libérés des prisons de l'Alfheim par le dieu maléfique Loki et sa fille Hel ; ils ont dérogé à la règle principale des elfes de lumière en donnant l'élévation elfique à des humains. D'une façon horrible, ils font manger à un humain le cœur d'un vieux serviteur kobold : le sang que contient le cœur se mélange avec le sang humain et le corrompt, puis quand le nouveau serviteur kobold a bien servi le Voïvode (chef des elfes noirs) ce dernier lui donne l'élévation elfique en lui donnant un peu de son sang à boire.

Les elfes dans le dernier elfe, Silvana de Mari

Dans ce roman pour la jeunesse de Silvana De Mari, psychologue italienne, les Elfes côtoient les humains mais les deux races se haïssent réciproquement. Les Elfes sont très sensibles à la vie, et ne comprennent pas comment l'homme peut se nourrir de créatures ayant une âme. Enfants, ils sont naïfs ; adultes, ils sont très intelligents, beaux et gracieux, et aiment se cultiver et apprendre, méprisant les humains qui lisent des livres à l'eau de rose ! Les Elfes considèrent les humains comme inférieurs et primitifs, alors que les humains trouvent les Elfes méprisants et jalousent leurs pouvoirs spirituels. Les humains les obligent à porter du vert, couleurs que les Elfes détestent, et leur interdisent de porter du jaune, la plus belle des couleurs.

Hélas, tous les Elfes ont été noyés dans l'inondation de la zone des Elfes, leur ghetto. Tous, sauf un, Yorshkrunsquarkljolnestrink (les noms, très longs, révèlent le destin de chaque Elfe), le dernier Elfe, et le plus puissant de tous. Il a les facultés d'ouvrir les portes par la pensée, de refroidir les objets (ce qui dans le livre s'est rendu très utile), de commander les actes de créatures faibles (rats, lapins, …) et de les ressusciter.

La prophétie entre le dernier Elfe et le dernier dragon va redonner au monde triste des humains son équilibre, pour revivre en harmonie en formant un nouveau peuple avec les exilés.

Les elfes dans Un Monde sans Elfe, Jean-Louis Sevilla

Dans ce livre, les Elfes sont des créatures humanoïdes très intelligentes, aux cinq sens surdéveloppés et capables d'intuitions proches de la télépathie. Certains seraient également capables de converser avec certains animaux. L'auteur les présente comme à l'origine des grandes civilisations mystérieuses de l'Histoire (l'Atlantide, Thulé…) et des runes nordiques et du karaté. Ils auraient dominé la planète et asservi les humains jusqu'à ce qu'une maladie, la Peste Elfique, provoque l'effondrement de leur civilisation. Depuis, les Elfes sont traqués, parqués et exterminés par un organisme paramilitaire secret placé sous la tutelle du Vatican, la Ligue. Très puissante, elle aurait des ramifications dans presque tous les pays, la mainmise sur les gouvernements et l'ONU (donc sur la police, l'armée…), et n'hésiterait pas à déclencher des conflits internationaux en manipulant l'opinion publique (qui n'est pas au courant de l'existence des Elfes). Dans le roman, John Fitzgerald Kennedy, Jim Morrison et Kurt Cobain sont des Elfes assassinés par la Ligue.


Les elfes dans Tara Duncan de Sophie Audouin-Mamikonian

Dans ce livre, les elfes sont doués de magie et sont assez turbulents. D'apparence humaine, ils ont les oreilles pointues et des yeux très clairs à la pupille verticale, comme celles des chats. Les elfes habitent les forêts et les plaines d'AutreMonde et sont de redoutables chasseurs. Ils adorent aussi les combats, les luttes et tous les jeux impliquant un adversaire, c'est pourquoi, ils sont souvent employés dans la Police ou les Forces de Surveillance afin d'utiliser judicieusement leur énergie. Mais quand les elfes commencent à cultiver le maïs ou l'orge enchantés, les peuples d'AutreMonde s'inquiètent car cela signifie qu'ils vont partir en guerre. En effet, n'ayant plus le temps de chasser en temps de guerre, les elfes se mettent alors à cultiver et à élever du bétail; ils reviennent à leur mode de vie ancestrale une fois la guerre terminée. Autres particularités des elfes : ce sont les elfes mâles qui portent les bébés dans de petites poches ventrales -comme les marsupiaux- jusqu'à ce que les petits sachent marcher. Enfin, une elfe n'a pas le droit à plus de 5 maris!

Les elfes dans les jeux vidéos

Les elfes dans la série Final Fantasy

Les elfes apparaissent dès le premier opus de la série (Final Fantasy I) dont une ville du jeu s'appelle Elfland. Elle est habitée par des Elfes, un peuple amical en communion avec la forêt qui les entoure. Leur antagoniste est l'Elfe Noir, profondément maléfique : dans Final Fantasy I, l'un des personnages principaux est l'Elfe noir Astos. Dans Final Fantasy XI, les joueurs peuvent incarner plusieurs races, parmi lesquelles la race des Elvaans, grands êtres gracieux aux oreilles pointues.

Les elfes dans Archlord

Article détaillé : Archlord.

Les elfes lunaires que l'on rencontre dans le monde de Archlord sont tous de genre féminin et reconnaissables à leurs oreilles proéminentes et pointues. Ce sont des êtres graciles qui disposent néanmoins de grands pouvoirs. L'absence remarquable des mâles est due à leur rareté. En effet, ils ont presque tous disparus à la suite d'une guerre livrée contre les orcs. Les rares survivants se cachèrent pour préserver la race. Un malheur n'arrivant jamais seul, ces quelques mâles, devenus de simples reproducteurs, engendrent essentiellement des femelles et très rarement des mâles. La civilisation des elfes lunaires est ainsi devenue matriarcale et ce sont les femelles qui occupent toutes les fonctions de la société.

Les elfes dans Immortal's war

Les Elfes dans l'univers d'Immortal's war sont de petites créatures au teint vert, de la famille des Hordes d'Occident. Ces unités figurent parmi les premières à être arrivées sur les Terres Immortelles, et peuvent atteindre le niveau 3 une fois entrainées. Ce sont des êtres magiques qui manient des épées faisant presque leur taille, une fois à leur niveau maximum. Leurs illustrations sont de Cédric Lenfant.

Les elfes dans la série Tales of Phantasia

Dans Tales of Phantasia, les Elfes sont un peuple secret, jaloux et encadré par des castes très strictes. Ils sont les gardiens d'Origin, le roi des Nains qui jadis forgea l’Eternal Sword"". Les demi-Elfes, quant à eux, sont plus ou moins acceptés par les humains, mais rejetés avec violence par les Elfes purs.

Dans Tales of Symphonia, alors que les Elfes dits « purs » sont très jalousés, les demi-Elfes sont victimes d'une discrimination abusive de la part des humains. Les demi-Elfes vivent environ mille ans et gardent des caractéristiques propres à l'humain comme la curiosité ou la cupidité. Au fil des siècles, les Elfes purs se sont retranchés à Heimdall, une ville cachée, alors que les demi-Elfes s'organisaient en « Désians » pour lutter par l'oppression contre les humains.

Les elfes dans Warcraft

Article détaillé : Races de Warcraft.

La série Warcraft et World of Warcraft compte plusieurs sortes d'Elfes : les Elfes de la nuit, les Elfes de sang (races jouables) ; les Hauts-elfes (race de l'histoire de Warcraft, on peut en rencontrer dans WoW), les Elfes corrompus, les Banshees (spectres de Hauts-elfes), les Feux-follets (esprits d'Elfes de la nuit), les Deshérités (Elfes de sang devenus fous par l'addiction au Mana), les Nagas (Elfes de la nuit mi-elfes mi-reptiles, genre de sirènes), les Satyres (Elfes de la Nuit changés en Démons par la Légion Ardente).

Dans Warcraft, les Elfes de la nuit sont une branche de la race des Trolls dont l'apparance et les connaissances auraient rapidement changés au voisinage des puissantes énergies magiques du Puit d'éternitée.

Les elfes de la nuit, ou Kaldorei, vivent au nord du continent de Kalimdor, dans la ville de Darnassus sur l'arbre géant Teldrassil. Ils ont perdu leur immortalité pendant la guerre contre la Légion Ardente.

Les Hauts Elfes, ou Quel'dorei, sont les descendants des courtisans de la Reine Elfe de la Nuit Azshara, qui se sont éxilés en Azeroth après la Guerre des anciens, afin de pratiquer impunément leur magie, depuis lors ils ont abandonné le culte de la Lune, et ont opté pour la vie diurne, et le culte de la Lumière.

Les elfes de Sang, ou Sin'dorei, sont les descendants des Hauts-Elfes, pratiquement tous tués par Arthas Menethil et son armée de morts-vivants (campagnes de Warcraft III). Leur capitale Lune-d’Argent fut détruite par Arthas, puis reconstruite quelques années plus tard. Les survivants Hauts-Elfes devinrent Elfes de Sang en mémoire de leur passé ensanglanté et, déçus par l'Alliance qui n'a pas su les défendre, et qui a même tenté de les exterminés, ils rejoignirent la Horde.

Les Banshees sont des spectres de femmes Hauts-Elfes tuées par Arthas Menethil, le chevalier du roi Liche. Anecdote : La ranger Sylvanas Coursevent (en anglais Windrunner) fut aussi tuée par Arthas et transformée en Banshee. Se libérant de son emprise elle devint la reine des Morts-Vivants rebelles (Reprouvés) et tenta de le tuer.

Les Nagas sont les descendants des Quel'dorei, serviteurs d'Azshara, la reine des Kaldorei, qui lors de l'éffondrement du Puit d'éternitée se sont retrouvés plongés au plus profond des abysses, mais leur condition d'elfe immortels et adeptes de la magie, ont provoqué la mutation de leur corps d'elfes en êtres reptiliens et amphibiens. Depuis 10 000 ans ils vivent sous l'océan, mais Illidan a fait appel a leurs service et les a sortis de leur silence abyssal. On les trouve aujourd'hui sur tous les rivages d'Azeroth, de Kalimdor et de Norfendre, on en trouve aussi en Outreterre, la plus célèbre est Lady Vazsh, ancienne courtisane de la Reine, mais il est fort probable qu'Azshara elle même soit devenue Naga, selon certaines statues retrouvées dans les Mers du Sud.

Les Satyres sont des Quel'dorei, serviteurs d'Azshara, qui ont reçu des pouvoirs de leur maîtres démons qu'ils ont invoqués lors de la guerre des Anciens, et ont mutés en recevant des aspects bestiaux, tels des cornes et des sabots. Le premier d'entre eux fut Xavius, Chancelier de la Reine. Ils servent encore la Légion Ardente.

Les elfes dans la série Legend of Zelda

Dans The Legend of Zelda, la race des Hyliens (Hylians), dont fait partie le protagoniste récurrent Link est grandement inspirée des elfes : comme eux, ils ont les oreilles pointues. Dans The Wind Waker et Phantom Hourglass, beaucoup moins de personnes ont ces mêmes oreilles pointues.

Les elfes dans Might and Magic

Ce sont les personnages les moins forts du jeu, cependant ils sont les plus intelligents et détiennent la plus grande agilité et une capacité d'esquive impressionnante.

Les elfes dans Jak and Daxter

Article détaillé : Jak and Daxter.


Les elfes dans The Witcher

Les elfes dans les jeux de rôles et assimilés

Les elfes dans Donjon de Naheulbeuk, John Lang et Marion Poinsot

Dans la Terre de Fangh, les Elfes sont des humanoïdes d'une grande beauté mais assez stupides et naïfs. Ils aiment la nature, coiffer des poneys, le shopping, participer à des concours, etc. Il en existe plusieurs races, comme les Elfes noirs (ou drows), les Elfes sylvains, les Elfes des rivières ou encore les Elfes des bois (race de l'héroïne).

Ils ont une haine vieille de près de 3 000 ans envers les nains, qu'ils trouvent moches, puants, « chiants », sales (en dépit d'un certain sens de l'hygiène, les Nains ne prennent qu'un seul bain par an) et vulgaires, mais surtout petits, et ne manquent aucune occasion de se moquer d'eux ou leur lancer des pierres. Cette haine, qui est évidemment réciproque car les Nains trouvant les Elfes crétins, "emmerdants", etc., date de l'époque où Gzor aurait envoyé de faux Elfes chez les Nains et de faux Nains chez les Elfes afin de les monter l'une contre l'autre ces deux races jusqu'alors alliées.

Cette haine est, chez les nains, renforcée par une vieille chanson traditionnelle qui parle d'un certain Gurdil, parti dans une forêt… pleine d'elfes sylvains, bien entendu.

Les elfes dans Donjons et dragons

Article détaillé : Elfe (Donjons et dragons).

Les elfes dans Le monde de Palladium

Les elfes sont des êtres humanoïdes vivant en moyenne 600 ans (quelques rares elfes vivent jusqu'à 1 000 ans). Ils sont grands (1,80 à 2,90 m), sveltes (45 à 112 kg) et élégants, avec des cheveux bruns ou noirs, des yeux sombres et des oreilles pointues. Ils voient dans le noir jusqu'à environ 20 m et ont des prédispositions pour les pouvoirs psychiques. Ils ont sans doute développé des pratiques magiques très puissantes durant l'Âge des mille magies (vers -70 000 ans) mais ces savoirs se sont depuis perdus.

Les elfes font partie des plus anciennes créatures, celles qui ont combattu les Anciens lors de l'Âge du chaos. Ils ont dominé le monde durant environ 10 000 ans (l'Âge des elfes, le Nouveau royaume), mais vers la fin, ils se sont comportés de manière tyrannique envers les autres peuples. Ceci provoqua la Guerre nano-elfique, environ 6 000 ans avant l'époque du jeu, guerre au cours de laquelle les elfes anéantirent presque les nains et les kobolds, ce qui leur vaut une profonde haine. Les elfes vivent dans les royaumes humains, dont ils sont les alliés ; l'Ancien royaume (ex-Nouveau royaume), dévasté par la Guerre nano-elfique, est maintenant quasiment entièrement occupé par des peuples monstrueux (gobelins, orcs, kobolds…).

Les elfes de Glorantha

Dans Glorantha, le monde de RuneQuest et Herowars, les elfes ou aldryami sont des végétaux humanoïdes. Chacune de leurs races est associée à un type de plante - conifères pour les Bruns, fougères pour les Rouges, champignons pour les Noirs, etc. - et suit son cycle de vie. Ils ont un sixième sens hypertrophié qui leur permet de sentir tout ce qu'éprouve leur forêt.

Les trolls aiment les manger mais l'animosité qui en découle n'est pas particulièrement forte, de nombreux elfes noirs vivant même à côté des Trolls.

Les elfes dans Age of wonders

Les elfes sont une des principales races du jeu; ils dominaient la Vallée des Merveilles avant l'arrivée des hommes, guidés par leur sage roi Inioch dans la cour d'Elven. Cependant l'arrivée des humains a divisé les survivants à l'invasion et aux massacres en deux factions.

Les Elfes de la lumière, appelés simplement elfes, sont une race de bien qui vit dans les forêts, souhaite reconstruire le monde en paix avec les humains. Ils sont sages, habiles dans les arts, ne sont jamais pressés, puisqu'ils vivent éternellement et prennent le temps d'agir. Ils sont également bons combattants, assez moyens physiquement, mais très résistants à la magie et très bons archers. Leurs cavaliers éclaireurs sont en revanche moins dangereux que les cavaliers lourds des autres races.

les elfes de l'ombre, eux, sont la race du mal qui domine les autres : ils sont le pouvoir, quand les orques sont l'épée et les lutins le peuple. Les elfes de l'ombre souhaitent la vengeance et la mort des humains; ils vivent sous terre, sont devenus sensibles à la lumière du soleil. Cependant, ils sont comme leurs homologues de la lumière bons archers et résistants à la magie quoiqu'assez faibles physiquement. Il y a cependant dans le peuple des elfes de l'ombre des forces bien plus dangereuses quand chez les elfes, comme l'Exécuteur, le Fantôme ou l'Incarné. Les elfes de l'ombre sont aussi décrits comme ayant une société élitiste, hiérarchisée et organisée en grandes familles de noblesse, ne passant presque jamais de temps en paix, même entre eux, aveuglés qu'ils sont par leur soif de vengeance sur les humains.

Les elfes dans le monde de Warhammer

Les eldars dans l'univers de Warhammer 40 000

Article détaillé : Eldar (Warhammer 40,000).

Phénomène météorologique

On nomme aussi elfes des éclairs qui partent des nuages vers le ciel (et non vers le sol). À ne pas confondre avec les farfadets, qui sont des éclairs qui partent d'au-dessus des nuages pour ensuite faire un « dôme » au-dessus d'une partie des nuages.

Notes et références

  1. Entrée elfe dans l'Online Etymology Dictionary.
  2. Boswaoth & Toller, An Anglo-Saxon Dictionary, entrée ælf
  3. Deutsches Wörterbuch de Jacob et Wilhelm Grimm, entrées ALB, ALP, ELB, ELBE, ELF,ELFE.
  4. Deutsches Wörterbuch de Jacob et Wilhelm Grimm, entrées ALB.
  5. Alaric Timothy Peter Hall, The Meanings of Elf and Elves in Medieval England, 2004 (Ph.D. University of Glasgow). (p. 31-35)
  6. Traduction libre, d'après : Snorri Sturluson, The Younger (or Prose) Edda, Rasmus B. Anderson translation (1897). Chapitre 7.
  7. Hall 2004, p. 37-46
  8. alv masculin et älva féminin
  9. Un compte-rendu daté de 1926 - Hellström (1990). En Krönika om Åsbro, 36. (ISBN 9171947264)

Voir aussi

Articles connexes

Commons-logo.svg

Wiktprintable without text.svg

Voir « elfe » sur le Wiktionnaire.

Liens externes

Bibliographie



  • Portail de la mythologie nordique Portail de la mythologie nordique
  • Portail des créatures imaginaires Portail des créatures imaginaires
  • Portail de la fantasy et du fantastique Portail de la fantasy et du fantastique
Ce document provient de « Elfe ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Alfe de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • alfe — obs. form of elf and of half …   Useful english dictionary

  • ALFE — Analog Line Front End …   Acronyms

  • ALFE — Analog Line Front End …   Acronyms von A bis Z

  • Alfe Lumineux — Les Alfes lumineux ou Alfes clairs (ljósálfar en vieux norrois) sont une espèce d êtres de la mythologie nordique. Il s agit, selon Snorri Sturluson, d une catégorie d Alfes, les autres étant les Alfes noirs et les Alfes sombres. Les Alfes… …   Wikipédia en Français

  • Alfe Noir — Le Cauchemar, par le peintre Henry Fuseli (1802). Cette peinture est probablement inspirée de la vision allemande d un mauvais Alb (Alfe ou Elfe) assis sur la poitrine des dormeurs touchés par la paralysie du sommeil. Les Alfes noirs (svartálfar… …   Wikipédia en Français

  • Alfe Sombre — Les Alfes sombres (dökkálfar en vieux norrois) sont une espèce d êtres de la mythologie nordique. Il s agit, selon Snorri Sturluson, d une catégorie d Alfes, les autres étant les Alfes lumineux et les Alfes noirs. Les Alfes sombres vivent sous la …   Wikipédia en Français

  • Alfe lumineux — Les Alfes lumineux, Alfes clairs ou Elfe blanc (ljósálfar en vieux norrois) sont une espèce d êtres de la mythologie nordique. Il s agit, selon Snorri Sturluson, d une catégorie d Alfes, les autres étant les Alfes noirs et les Alfes sombres. Les… …   Wikipédia en Français

  • Alfe noir — Le Cauchemar, par le peintre Henry Fuseli (1802). Cette peinture est probablement inspirée de la vision allemande d un mauvais Alb (Alfe ou Elfe) assis sur la poitrine des dormeurs touchés par la paralysie du sommeil. Les Alfes noirs (svartálfar… …   Wikipédia en Français

  • Alfe Menashe — Dieser Artikel behandelt unter anderem die israelische Siedlung Schilo, Silo. Für andere Bedeutungen von Silo, Schilo, Schiloh, Shiloh, Shilo siehe Silo (Begriffsklärung). Diese Liste israelischer Siedlungen führt alle größeren israelischen… …   Deutsch Wikipedia

  • Alfe sombre — Les Alfes sombres (dökkálfar en vieux norrois) sont une espèce d êtres de la mythologie nordique. Il s agit, selon Snorri Sturluson, d une catégorie d Alfes, les autres étant les Alfes lumineux et les Alfes noirs. Les Alfes sombres vivent sous la …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”