Hébé
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hébé (homonymie).
Ganymède accueilli dans l'Olympe par Zeus, une déesse et Hébé (sur la droite), Staatliche Antikensammlungen de Munich

Dans la mythologie grecque, Hébé (en grec ancien Ἥϐη / Hếbê), fille de Zeus et d'Héra, est une déesse personnifiant la Jeunesse, la Vitalité et la Vigueur des jeunes. Elle protège les jeunes mariées. Son équivalent romain est Juventas.

Avant l'arrivée de Ganymède sur l'Olympe, elle sert d'échanson aux dieux. Une tradition sans doute tardive la donne pour épouse à Héraclès.

Sommaire

Mythe

Elle est citée par la Théogonie comme fille de Zeus et d'Héra, à l'instar d'Ilithyie et d'Arès[1]. Pour autant, une tradition vivace veut qu'elle soit la fille d'Héra seule — en s'asseyant sur une laitue, précise une source tardive[2]. Olen fait de celle-ci la mère d'Arès et d'Hébé, sans mentionner de père[3] ; Pindare fait de même pour Ilithyie et Hébé[4].

Dans l'Iliade, où son ascendance n'est pas mentionnée, elle est citée par trois fois : elle sert aux dieux d'échanson, leur versant l'ambroisie et le nectar[5] ; elle soigne les blessures que Diomède inflige à son frère Arès[6] ; elle aide Héra à atteler son char[7]. Ce premier rôle d'échanson ne paraît pas être son activité principale : il n'est mentionné qu'une fois, et l'Iliade mentionne également Héphaïstos à cet office. Iris est plus fréquemment associée à ce rôle, à la fois dans les textes et l'iconographie, avant d'être supplantée par Ganymède.

Selon l’Odyssée, la Théogonie[8] et le Catalogue des femmes[9], elle épouse Héraclès après l'apothéose de ce dernier. Elle en a deux fils : Alexiarès et Anicétos[10]. Cependant, le thème de la montée au ciel du héros pouvant être daté du VIe siècle av. J.‑C., il semble que ces mentions soient interpolées. Aristarque de Samothrace avait déjà athétisé le passage incriminé de l'Odyssée, le considérant comme contradictoire avec celui de l'Iliade où Hébé baigne Arès, arguant que le fait de baigner quelqu'un est le devoir des jeunes filles[11] — à tort, puisque le bain est plutôt préparé par des servantes.

Attendu que l'éternelle jeunesse est l'une des caractéristiques des dieux olympiens, il est difficile d'évaluer son rôle. Peut-être, à un stade archaïque du mythe, sa présence était-elle nécessaire pour conserver aux dieux leur jeunesse.

Représentations

Hébé par Carolus-Duran

Dans l'art grec, Hébé est la plupart du temps représentée en compagnie d'Héraclès. Un aryballe corinthien et quelques vases attiques, à figures noires ou rouges, dépeignent ainsi ses noces avec le héros dans l'Olympe. Elle apparaît également comme échanson de Zeus ou d'Héra sur des vases attiques à figures rouges, mais sans que son identification soit certaine. Par la suite, elle est souvent dépeinte comme compagne de la déesse Aphrodite. On la voit souvent comme une douce jeune fille.

Culte

Hébé possède un temple à Corinthe et est adorée à Sicyone, à Phlius et à Athènes où elle a un autel dans le Cynosarge, près de celui d'Héraclès.

Évocations artistiques

Les Fêtes d'Hébé est un opéra de Rameau. Hébé est aussi un personnage des Indes galantes du même Rameau. Gluck a composé parmi ses opéras italiens de jeunesse Les Noces d'Hercule et d'Hébé (Le nozze d'Ercole e d'Ebe).

Sources

Notes

  1. Hésiode, Théogonie [détail des éditions] [lire en ligne] (922). Le même vers se retrouve dans l'Odyssée [détail des éditions] [lire en ligne] (XI, 604), mais il s'agit d'un ajout d'Onomacrite et le vers est noté comme interpolé dans les éditions récentes.
  2. Premier Mythographe du Vatican, 104.
  3. Hymne à Héra ; cité par Pausanias, Description de la Grèce [détail des éditions] [lire en ligne] (II, 13, 3).
  4. Pindare, Odes [détail des éditions] [lire en ligne] (Néméennes VII, 1-5 et X, 18).
  5. Homère, Iliade [détail des éditions] [lire en ligne] (IV, 2-3).
  6. Iliade (V, 905).
  7. Iliade (V, 722).
  8. Théogonie (950-955).
  9. Catalogue des femmes [détail des éditions], frag. 25.26-29 MW).
  10. Apollodore, Bibliothèque [détail des éditions] [lire en ligne] (II, 7, 7).
  11. (en) G. S. Kirk (éd.), The Iliad: a Commentary, vol. II : Chants V-VIII, Cambridge, Cambridge University Press, 1990 (ISBN 0-521-28172-5) , note au vers V, 905. Voir aussi le scholiaste de l'Odyssée XI, 602.

Bibliographie

  • (en) A. B. Cook, « Who Was the Wife of Zeus? », The Classical Review, vol. 20, no7 (octobre 1906), p. 365-378.
  • (en) Timothy Gantz, Early Greek Myth, Johns Hopkins University Press, 1993 [détail de l’édition] , p. 81-82.

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Hébé de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Hebe — may refer to: *6 Hebe, one of the largest main belt asteroids *Hebe (mythology), the goddess of youth in Greek mythology * Hebe (plant), a genus of plants native to Oceania * Hebe , a sculpture by Antonio Canova *Hebe (1860 1877), one of the… …   Wikipedia

  • Hebe — ist: der Name einer griechischen Göttin, siehe Hebe (Mythologie) ein Reizwäsche Kleidungsstück, siehe Büstenhebe der Name eines Asteroiden, siehe (6) Hebe eine Pflanzengattung, die ausschließlich in Neuseeland beheimatet ist (neuseeländische… …   Deutsch Wikipedia

  • Hebe — puede estar haciendo referencia a: En la mitología griega, Hebe es la diosa de la juventud. Fue la primera hija que Zeus tuvo con su esposa Hera, y sus hermanos fueron Ares e Ilitía. En astronomía, (6) Hebe es el sexto de los asteroides del… …   Wikipedia Español

  • HEBE — filia Iunovis, absque patre, Dea Iuventutis. De cuius ortu huiusmodi refertur fabula. Apollinem, cum Iunoni novercae convivium in patris sui domo parasser, inter alia lactucas agrestes ei apposuisse, quas cum Iuno avide comedisset, cum antea… …   Hofmann J. Lexicon universale

  • hebe — Element prim de compunere savantă cu semnificaţia (referitor la) adolescenţă , pubertate . [< fr. hébé , cf. gr. hebe]. Trimis de LauraGellner, 20.04.2005. Sursa: DN  HEBE elem. pubertate . (< fr. hébé , cf. gr. hebe) Trimis de raduborza,… …   Dicționar Român

  • Hebe — HEBE, es, Gr. Ἥβη, ης. 1 §. Namen. Solcher kömmt von dem Ebräischen Eb, Kraft, her, nach welchem er eigentlich so viel, als Kraft des Alters heißt; Voss. Etymol. in Pubes, s. p. 483. Lateinisch wird solche Göttinn eigentlich Iuventus genannt,… …   Gründliches mythologisches Lexikon

  • Hebe — [hē′bē] n. [L < Gr Hēbē < hēbē, youth] Gr. Myth. the goddess of youth, daughter of Hera and Zeus: she is a cupbearer to the gods …   English World dictionary

  • Hebe — He be, n. [L., fr. Gr. h bh youth, H bh Hebe.] [1913 Webster] 1. (Class. Myth.) The goddess of youth, daughter of Jupiter and Juno. She was believed to have the power of restoring youth and beauty to those who had lost them. [1913 Webster] 2.… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Hēbe — Hēbe, in der griech. Mythologie Tochter des Zeus und der Hera, die Göttin der ewigen Jugend und Mundschenkin im Olymp, Gemahlin des unter die Götter aufgenommenen Herakles, von dem sie zwei Söhne, Alexiares und Aniketos, gebar. In Sikyon und… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • hébé- — ❖ ♦ Élément, tiré du grec hêbê « jeunesse, adolescence, signes de puberté », servant à former des mots de médecine. ⇒ Hébélogie, et aussi hébélome, hébéphrénie …   Encyclopédie Universelle

  • Hebe — {{Hebe}} »Jugend«, Tochter des Zeus* und der Hera*, mit Herakles* vermählt, als dieser in den Olymp aufgenommen wurde (Odyssee XI 602–604; Hesiod, Theogonie 950–955). Vorher hatte Hebe den Göttern ihren Nektartrank serviert …   Who's who in der antiken Mythologie

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”