Alexandre Vivien

Alexandre-François Vivien

Vivien, Alexandre.jpg

Alexandre-François Auguste Vivien, dit parfois « Vivien de Goubert », est un homme politique français, né à Paris le 3 juillet 1799 et mort dans la même ville le 7 juin 1854.

Sommaire

Biographie

Fils d'un avocat, Alexandre-François Vivien se destina d'abord à la carrière militaire, avant de faire des études de droit, de se faire recevoir avocat (après 1814) et de s'inscrire au barreau d'Amiens (1820).

Il se fixa à Paris en 1826 et se fit remarquer par son ouvrage Le Joueur à Paris, ou les Jeux dans leurs conséquences sur la moralité des individus et la fortune des familles (1825) puis par son Traité de la législation des théâtres (1830). Il fit partie du groupe de jeunes libéraux qui siégeaient au conseil de la Société de la Morale Chrétienne et signa la pétition du 9 août 1830 contre la peine de mort, dont il devait combattre l'abolition sous la Deuxième République.

Bien qu'il n'eût pris aucune part personnelle à la Révolution de 1830, il fut nommé procureur procureur général près la cour royale d'Amiens (10 août 1830) à la faveur de l'épuration de la haute magistrature.

Partisan résolu de la politique de résistance, il fut appelé, le 26 février 1831, à remplacer Jean-Jacques Baude à la préfecture de police de Paris. Si l'opposition critiqua sa brutalité, le gouvernement lui reprocha, à l'inverse, une certaine indécision dans la répression des émeutes républicaines d'avril, juin et juillet 1831. En butte à l'hostilité de Casimir Perier, Vivien fut renvoyé et nommé conseiller d'État (17 septembre 1831).

Le 14 février 1833, il fut élu député par le 4e collège électoral de l'Aisne (Saint-Quentin) (95 voix sur 155 votants et 231 inscrits contre 48 à M. J.-B. Fouquier d'Hérouël) en remplacement de M. Niay, démissionnaire. Il siégea dans les rangs du Tiers Parti et fut réélu le 14 mai 1834 (131 voix sur 228 votants et 317 inscrits contre 86 à M. Fouquier d'Hérouël). Il prit une part importante à la discussion des lois sur l'organisation des conseils généraux et des conseils d'arrondissement, et contribua au vote des lois de septembre 1835. Il fut réélu le 4 novembre 1837 (250 voix sur 262 votants et 384 inscrits) et le 2 mars 1839 (293 voix sur 312 votants).

Il fut nommé ministre de la Justice et des Cultes dans le second ministère Thiers du 1er mars au 29 octobre 1840. Il attacha son nom à la suppression des juges suppléants devant le tribunal de la Seine, et soutint la discussion devant la Chambre des pairs de l'importante loi sur l'expropriation pour cause d'utilité publique.

Sous le troisième ministère Soult (en fait Guizot), Vivien se rapprocha de l'opposition dynastique avec laquelle il vota le plus souvent jusqu'à la fin du règne. Il fut réélu député les 9 juillet 1842 (223 voix sur 278 votants et 474 inscrits) et 1er août 1846 (310 voix sur 323 votants et 510 inscrits). Il demanda l'abrogation de la loi sur les annonces judiciaires, et fit paraître des la Revue des Deux Mondes une série d'études sur l'administration et la politique [1].

Nommé président du comité de législation du Conseil d'État (25 décembre 1843), il fut élu à l'Académie des sciences morales et politiques (section de Législation) le 26 décembre 1845.

Surpris par la Révolution de 1848, qu'il n'avait pas souhaitée, Vivien fut élu représentant de l'Aisne à l'Assemblée constituante le 23 avril 1848 (6e sur 14 par 88.215 voix sur 130.363 votants et 154.878 inscrits). Il fit partie du comité de constitution et prit une part importante à ses travaux. Il fit plusieurs interventions à la tribune de l'Assemblée et s'associa à tous les votes du parti conservateur, pour le rétablissement du cautionnement et de la contrainte par corps, pour les poursuites contre Louis Blanc et Caussidière, contre l'abolition de la peine de mort, contre l'amendement Grévy, contre le droit au travail, pour l'ordre du jour en l'honneur du général Cavaignac, pour la proposition Rateau, contre l'amnistie, pour l'interdiction des clubs, pour l'expédition romaine.

Le 13 octobre 1848, il entra avec Jules Dufaure et Alexandre Pierre Freslon dans le cabinet formé par le général Cavaignac, où il fut nommé ministre des Travaux publics. Il abandonna ce portefeuille le 20 décembre 1848 lorsque Louis-Napoléon Bonaparte accéda à la présidence de la République.

Rapporteur de la loi qui organisait le Conseil d'État sur de nouvelles bases (11 janvier 1849), il fut lui-même élu conseiller d'État par l'Assemblée (11 avril 1849), donna le 20 avril sa démission de représentant, et fut replacé à la tête de la section de législation.

Il se démit de ces fonctions après le coup d'État du 2 décembre 1851 et ne s'occupa plus que de travaux littéraires. Il mourut à 55 ans des suites d'une fluxion de poitrine le 7 juin 1854.

Œuvres

Wikisource-logo.svg

Wikisource propose un ou plusieurs textes écrits par Alexandre-François Vivien.

  • Le Joueur à Paris, ou les Jeux dans leurs conséquences sur la moralité des individus et la fortune des familles, Paris, 1825, in-8
  • Traité de la législation des théâtres, Paris, 1830, in-8
  • Études administratives, 1845, in-8 ; 1853, 2 vol. in-18

Il a également publié de nombreux articles dans la Revue des Deux Mondes.

Sources

Notes et références

  1. Cf. ainsi l'article d'Alexandre-François Vivien en 1841, dans la Revue des Deux Mondes, à propos du Conseil d'Etat, de ses attributions et de sa nouvelle organisation.
Précédé par Alexandre-François Vivien Suivi par
Jean-Baptiste Teste
Ministre français de la Justice
Nicolas Martin du Nord


  • Portail de la France au XIXe siècle Portail de la France au XIXe siècle
  • Portail de la politique Portail de la politique
Ce document provient de « Alexandre-Fran%C3%A7ois Vivien ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Alexandre Vivien de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Alexandre-Francois Vivien — Alexandre François Vivien Alexandre François Auguste Vivien, dit parfois « Vivien de Goubert », est un homme politique français, né à Paris le 3 juillet 1799 et mort dans la même ville le 7 juin 1854. Sommaire 1 …   Wikipédia en Français

  • Alexandre-François Vivien — Alexandre François Auguste Vivien, dit parfois « Vivien de Goubert », est un homme politique français, né à Paris le 3 juillet 1799 et mort dans la même ville le 7 juin 1854. Sommaire 1 Biographie …   Wikipédia en Français

  • Alexandre Dumaine — (26 août 1895 2 avril 1974) est un grand chef cuisinier du prestigieux restaurant gastronomique « l Hostellerie de la Côte d’Or » à Saulieu en Bourgogne. Trois étoiles de 1935 à 1964 et référence incontournable de la gastronomie… …   Wikipédia en Français

  • Alexandre Lemair — bei den Vier Tagen von Dünkirchen 2010 Alexandre Lemair (* 25. Oktober 1988 in Rouen) ist ein französischer Bahn und Straßenradrennfahrer. Alexandre Lemair wurde 2005 französischer Junioren Bahnradmeister in der Mannschaftsverfolgung und im… …   Deutsch Wikipedia

  • Vivien — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Vivien est un prénom masculin, aussi utilisé comme patronyme. Sommaire 1 Prénom 1.1 Prénom composé …   Wikipédia en Français

  • Alexandre Dumas, fils — This article is about the son. For his father, also an author, see Alexandre Dumas. Alexandre Dumas Born Alexandre Dumas, fils 27 July 1824(1824 07 27) …   Wikipedia

  • Cossé-le-Vivien — 47° 56′ 46″ N 0° 54′ 37″ W / 47.9461, 0.91028 …   Wikipédia en Français

  • Cosse-le-Vivien — Cossé le Vivien Cossé le Vivien Administration Pays France Région Pays de la Loire Département …   Wikipédia en Français

  • Quartier Saint-Vivien (Saintes) — Le quartier Saint Vivien est l un des quartiers historiques de la ville de Saintes, un chef lieu d arrondissement du département de la Charente Maritime, dans le sud ouest de la France. Séparé du quartier Saint Pierre (centre historique, classé… …   Wikipédia en Français

  • Liste des ministres français des Travaux publics — Le tableau ci dessous liste les personnalités membres du gouvernement français titulaires du poste relatif aux travaux publics. Ce ministère historique a évolué pour devenir le Ministère de l équipement, puis l actuel Ministère de l écologie. Les …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”