Alexandre Parodi
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Parodi.
Page d'aide sur l'homonymie Ne pas confondre avec Alexandre Parodi, auteur dramatique ayant donné son nom à une rue du Xe arrondissement de Paris

Alexandre Parodi, né le 1er juin 1901 à Paris et mort le 15 mars 1979 à Paris, est un haut fonctionnaire, résistant et homme politique français.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, il est un des hauts fonctionnaires qui suscitent et fédèrent la résistance. Fondateur ou dirigeant de plusieurs instances de la résistance intérieure, il devient en mars 1944 délégué général du Comité de libération nationale en France occupée. Ministre des territoires libérés en août 1944, il participe à l'insurrection de Paris et organise la mise en place des nouvelles autorités civiles. Il est compagnon de la Libération.

Il a profondément marqué la vie publique française au travers des fonctions multiples qu’il a exercées pendant un demi-siècle dans l’administration, la diplomatie, la vie sociale et la défense de l’intégrité du pays.

Sommaire

Biographie

Alexandre Parodi est le fils de Dominique Parodi, philosophe, et le frère du magistrat et résistant René Parodi.

Membre du Conseil d’État à compter de 1926 comme auditeur[1],[2], il contribue à forger le droit administratif. De 1929 à 1938, il est en parallèle secrétaire général adjoint du Conseil national économique (devenu le Conseil économique et social) et commissaire du gouvernement de 1933 à 1938[1].

En 1938, il devient maître des requêtes au Conseil d'État, et entre brièvement au cabinet du ministre du travail, Charles Pomaret, comme conseiller technique. Il devient en 1939 directeur général du travail et de la main d'œuvre au sein du même ministère[1],[2].

Durant la Seconde Guerre mondiale, il n'est pas mobilisé en 1939, à cause de ses responsabilités civiles. Il est révoqué des ses fonctions au ministère du travail par le régime de Vichy, en raison de ses opinions hostiles au régime[2]. Il reprend ses fonctions au Conseil d'État replié à Royat. Il contacte d'autres résistants potentiels, à Paris et à Lyon, et constitue (en liaison avec Jean Moulin) le Comité des experts qui devient en 1943 le Comité général d'études ; sous le pseudonyme de Quartus puis de Cérat, il y étudie et prépare les réformes judiciaires à mettre en place après la Libération[1],[2].

La Gestapo saisit des documents de la Délégation générale à Paris, ce qui oblige Parodi à entrer dans la clandestinité en 1943. Il devient en septembre responsable de la commission clandestine de la Presse et de l'Information, et étudie la question de l'épuration et de la presse après la libération. Il participe aussi à la fondation du comité financier de la Résistance[2].

En mars 1944, à la demande du général de Gaulle, il devient délégué général du Comité de libération nationale en France occupée, succédant à ce poste, après le préfet Emile Bollaert, à Jean Moulin. Il est l'intermédiaire entre le Conseil national de la Résistance, le gouvernement provisoire de la République française à Alger et les organisations de résistance sur le terrain et joue un grand rôle dans la libération de Paris. Le 25 août 1944, il accueille de Gaulle à Paris, et défile à côté de lui sur les Champs-Élysées. Il est Compagnon de la Libération[1],[2],[3].

Ministre du travail et de la sécurité sociale dans le gouvernement de Gaulle entre le 9 septembre 1944 et le 21 octobre 1945, il imprime sa marque aux textes fondamentaux relatifs à la Sécurité sociale, aux comités d’entreprise et au statut de l’immigration. Il est à l'origine en 1945 de la classification des ouvriers: manœuvres, ouvriers qualifiés et ouvriers spécialisés.

Alexandre Parodi mène ensuite, de 1945 à 1960, une brillante carrière de diplomate (représentant permanent de la France auprès des Nations unies, secrétaire général du Ministère des affaires étrangères, représentant à l'OTAN, ambassadeur au Maroc).

Enfin, vice-président du Conseil d’État de 1960 à 1970, il modernise l’institution en lui permettant de surmonter les remous liés aux événements politiques de l'époque.

Il est membre de l'Institut, au titre de l'Académie des sciences morales et politiques. Il est aussi président du Service social d'aide aux immigrés de 1973 à sa mort.

Alexandre Parodi, alors vice-président du Conseil d'État, a été de 1960 à 1970 président de l'Institut français des sciences administratives, association reconnue d’utilité publique, ayant pour but de promouvoir le modèle français de sciences administratives.

Distinctions

Voir aussi

Bibliographie

  • « Alexandre Parodi », dans Vladimir Trouplin, Dictionnaire des Compagnons de la Libération, Bordeaux, Elytis, 2010. (Notice visible ici).

Liens externes

Notes et références

  1. a, b, c, d et e Notice biographique sur le site de Sciences-Po.
  2. a, b, c, d, e et f Vladimir Trouplin, Dictionnaire des Compagnons de la Libération, Bordeaux, Elytis, 2010.
  3. Photo de Parodi défilant à côté du général sur les Champs-Elysées sur cette page du site de la fondation de la résistance

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Alexandre Parodi de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Alexandre Parodi — was a diplomat and the first ambassador of the France to the United Nations.External links* [http://www.time.com/time/magazine/article/0,9171,934118,00.html?promoid=googlep] * [http://theses.enc.sorbonne.fr/document.html?id=122] …   Wikipedia

  • Dominique-Alexandre Parodi — Pour les articles homonymes, voir Parodi.  Ne doit pas être confondu avec Dominique Parodi ni Alexandre Parodi. Dominique Alexandre Parodi, dit Alexandre Parodi, est un poète et auteur dramatique français d origine grecque, né en 1840 …   Wikipédia en Français

  • Rue Alexandre-Parodi — 48°52′47″N 2°21′56″E / 48.87972, 2.36556 …   Wikipédia en Français

  • Parodi —  Pour l’article homophone, voir Parodie. Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Patronymes Parodi est un nom de famille notamment porté par : Giacomo Filippo Parodi (1630 1702),… …   Wikipédia en Français

  • Parodi — Parodi, Dominique Alexandre, franz. Dichter italienisch griechischer Herkunft, geb. 15. Nov. 1840 in Canea (Kreta), gest. 23. Juni 1901 in Paris, verbrachte seine Jugendzeit in Smyrna, kam 1860 nach Mailand und siedelte erst nach Genf, dann nach… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Square Alexandre et René-Parodi — Le square Alexandre et René Parodi est un grand square de Paris, situé dans 16e arrondissement. Sommaire 1 Description 2 Localisation 3 Lien interne 4 Lien e …   Wikipédia en Français

  • Square Alexandre-et-René-Parodi — Le square Alexandre et René Parodi est un grand square de Paris, situé dans 16e arrondissement. Sommaire 1 Description 2 Localisation 3 Annexes 3.1 Articles connexes …   Wikipédia en Français

  • René Parodi — René Parodi, né à Rouen (Seine Maritime) le 8 février 1904, mort à la prison de Fresnes le 16 avril 1942, est un résistant français. Magistrat, il entre dans la résistance en 1940, publie le journal Résistance, contribue à la fondation du… …   Wikipédia en Français

  • Dominique Parodi — Pour les articles homonymes, voir Parodi.  Ne doit pas être confondu avec Dominique Alexandre Parodi. Dominique Parodi est un philosophe français, né à Gênes en 1870 et mort à Paris en 1955 …   Wikipédia en Français

  • Jean-Luc Parodi — Pour les articles homonymes, voir Parodi. Jean Luc Parodi est un chercheur et politologue français. Il est le fils d Alexandre Parodi. Sommaire 1 Formation 2 Carrière universitaire …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”