Alexandre Lukashenka

Alexandre Loukachenko

Alexandre Loukachenko
Аляксaндр Рыгoравіч Лукашэнка
3e président de la République biélorusse
Alexander Lukashenko 2007.jpg
Alexandre Loukachenko

Actuellement en fonction
Mandat
20 janvier 1994 - {{{fin mandat1}}}
Depuis le 20 janvier 1994
{{{début mandat2}}} - {{{fin mandat2}}}
{{{début mandat3}}} - {{{fin mandat3}}}
{{{début mandat4}}} - {{{fin mandat4}}}
Élu(e) le 10 juillet 1994
Réélu(e) le 9 septembre 2001
19 mars 2006
Parti politique Communistes pour la démocratie
Prédécesseur Ivanovitch Grib
Élu(e) le {{{élection2}}}
Élu(e) le {{{élection3}}}
Élu(e) le {{{élection4}}}

Autres fonctions
{{{fonction1}}}
Mandat
{{{début fonction1}}} - {{{fin fonction1}}}
Président {{{président1}}}
Président de la République {{{président de la république1}}}
Chef de l’État {{{chef de l'etat1}}}
Monarque {{{monarque1}}}
Gouverneur général {{{gouverneur1}}}
Président(s) du
Conseil
{{{président du conseil1}}}
Premier ministre {{{premier ministre1}}}
Chancelier {{{chancelier1}}}
Gouvernement {{{gouvernement1}}}

{{{fonction2}}}
Mandat
{{{début fonction2}}} - {{{fin fonction2}}}
Président {{{président2}}}
Président de la République {{{président de la république2}}}
Chef de l’État {{{chef de l'etat2}}}
Monarque {{{monarque2}}}
Gouverneur général {{{gouverneur2}}}
Président(s) du
Conseil
{{{président du conseil2}}}
Premier ministre {{{premier ministre2}}}
Chancelier {{{chancelier2}}}
Gouvernement {{{gouvernement2}}}

{{{fonction3}}}
Mandat
{{{début fonction3}}} - {{{fin fonction3}}}
Président {{{président3}}}
Président de la République {{{président de la république3}}}
Chef de l’État {{{chef de l'etat3}}}
Monarque {{{monarque3}}}
Gouverneur général {{{gouverneur3}}}
Président(s) du
Conseil
{{{président du conseil3}}}
Premier ministre {{{premier ministre3}}}
Chancelier {{{chancelier3}}}
Gouvernement {{{gouvernement3}}}

{{{fonction4}}}
Mandat
{{{début fonction4}}} - {{{fin fonction4}}}
Président {{{président4}}}
Président de la République {{{président de la république4}}}
Chef de l’État {{{chef de l'etat4}}}
Monarque {{{monarque4}}}
Gouverneur général {{{gouverneur4}}}
Président(s) du
Conseil
{{{président du conseil4}}}
Premier ministre {{{premier ministre4}}}
Chancelier {{{chancelier4}}}
Gouvernement {{{gouvernement4}}}

{{{fonction5}}}
Mandat
{{{début fonction5}}} - {{{fin fonction5}}}
Président {{{président5}}}
Président de la République {{{président de la république5}}}
Chef de l’État {{{chef de l'etat5}}}
Monarque {{{monarque5}}}
Gouverneur général {{{gouverneur5}}}
Président(s) du
Conseil
{{{président du conseil5}}}
Premier ministre {{{premier ministre5}}}
Chancelier {{{chancelier5}}}
Gouvernement {{{gouvernement5}}}

{{{fonction6}}}
Mandat
{{{début fonction6}}} - {{{fin fonction6}}}
Président {{{président6}}}
Président de la République {{{président de la république6}}}
Chef de l’État {{{chef de l'etat6}}}
Monarque {{{monarque6}}}
Gouverneur général {{{gouverneur6}}}
Président(s) du
Conseil
{{{président du conseil6}}}
Premier ministre {{{premier ministre6}}}
Chancelier {{{chancelier6}}}
Gouvernement {{{gouvernement6}}}

{{{fonction7}}}
Mandat
{{{début fonction7}}} - {{{fin fonction7}}}
Président {{{président7}}}
Président de la République {{{président de la république7}}}
Chef de l’État {{{chef de l'etat7}}}
Monarque {{{monarque7}}}
Gouverneur général {{{gouverneur7}}}
Président(s) du
Conseil
{{{président du conseil7}}}
Premier ministre {{{premier ministre7}}}
Chancelier {{{chancelier7}}}
Gouvernement {{{gouvernement7}}}

{{{fonction8}}}
Mandat
{{{début fonction8}}} - {{{fin fonction8}}}
Président {{{président8}}}
Président de la République {{{président de la république8}}}
Chef de l’État {{{chef de l'etat8}}}
Monarque {{{monarque8}}}
Gouverneur général {{{gouverneur8}}}
Président(s) du
Conseil
{{{président du conseil8}}}
Premier ministre {{{premier ministre8}}}
Chancelier {{{chancelier8}}}
Gouvernement {{{gouvernement8}}}

{{{fonction9}}}
Mandat
{{{début fonction9}}} - {{{fin fonction9}}}
Président {{{président9}}}
Président de la République {{{président de la république9}}}
Chef de l’État {{{chef de l'etat9}}}
Monarque {{{monarque9}}}
Gouverneur général {{{gouverneur9}}}
Président(s) du
Conseil
{{{président du conseil9}}}
Premier ministre {{{premier ministre9}}}
Chancelier {{{chancelier9}}}
Gouvernement {{{gouvernement9}}}

{{{fonction10}}}
Mandat
{{{début fonction10}}} - {{{fin fonction10}}}
Président {{{président10}}}
Président de la République {{{président de la république10}}}
Chef de l’État {{{chef de l'etat10}}}
Monarque {{{monarque10}}}
Gouverneur général {{{gouverneur10}}}
Président(s) du
Conseil
{{{président du conseil10}}}
Premier ministre {{{premier ministre10}}}
Chancelier {{{chancelier10}}}
Gouvernement {{{gouvernement10}}}

{{{fonction11}}}
Mandat
{{{début fonction11}}} - {{{fin fonction11}}}
Président {{{président11}}}
Président de la République {{{président de la république11}}}
Chef de l’État {{{chef de l'etat11}}}
Monarque {{{monarque11}}}
Gouverneur général {{{gouverneur11}}}
Président(s) du
Conseil
{{{président du conseil11}}}
Premier ministre {{{premier ministre11}}}
Chancelier {{{chancelier11}}}
Gouvernement {{{gouvernement11}}}

Biographie
Nom de naissance Aleksandr Grigorievitch Loukachenko
Naissance 30 août 1954
Kopys (Voblast de Vitebsk, RSS de Biélorussie, (URSS)
Décès {{{décès}}}
{{{lieu décès}}}
Nature du décès {{{nature}}}
Nationalité {{{nationalité}}}
Conjoint(s) marié
Enfant(s) Victor
Dmitri
Diplômé Académie agricole de Biélorussie
Profession
Occupations {{{occupation}}}
Résidence(s)
Religion
Signature

Coat of arms of Belarus.svg
Présidents de la République biélorusse

Alexandre Loukachenko (en biélorusse : Аляксaндр Рыгoравіч Лукашэнка[1], en russe : Александр Григорьевич Лукашенко [2]), né le 30 août 1954, est l'actuel président de Biélorussie.

Élu le 20 juillet 1994 et réélu en 2001 et 2006, sa présidence est controversée en raison du manque de liberté politique. Ses détracteurs le qualifient d'autoritaire et dictatorial alors que ses partisans estiment que sa politique a permis d'éviter au pays les pires effets de l'instauration du capitalisme de l'ère post-soviétique.

En 2005, un rapport de la Banque mondiale juge que « l'économie biélorusse est réelle et robuste », et que les bénéfices sont largement redistribués à la population[réf. nécessaire]. Sous la présidence de Loukachenko le chômage est officiellement inférieur à 2 %, la pauvreté a diminué et le revenu moyen par habitant est plus important que dans beaucoup d'autres anciens pays de l'Union soviétique, y compris l'Ukraine, même si la croissance économique biélorusse repose en partie sur des tarifs préférentiels que lui concède la Russie notamment en matière énergétique.[réf. nécessaire]

Sur la scène internationale la Biélorussie de Loukachenko est isolée à l'exception de ses rapports entretenus avec la Russie. Loukachenko est couramment qualifié de « dernier dictateur d'Europe »[3] en référence à la restriction continuelle des libertés publiques dans son pays, d'après ses adversaires. Il est aujourd'hui interdit de séjour dans l'Union européenne[4] et aux États-Unis[5]. La Biélorussie n'étant pas considérée comme une démocratie par une majorité des médias et politiciens occidentaux, elle n'a pu rejoindre le Conseil de l'Europe. Cependant, l'Union européenne semble depuis début 2009 reconsidérer sa politique à l'égard de Minsk après avoir offert un partenariat oriental[6] à plusieurs pays de l'ex-Union soviétique sans en exclure la Biélorussie.

Sommaire

Débuts politiques

Loukachenko est né dans le village de Kopys de ce qui était alors la République soviétique socialiste de Biélorussie. Son père était originaire de la région de Soumy en Ukraine. Il est diplômé de l'institut d'enseignement Moguilev en 1975. De 1975 à 1977 et de 1980 à 1982, Loukachenko sert dans l'armée comme garde frontière. En 1982, après avoir quitté l'armée il devient le vice-président d'une ferme collective et en 1985 il est promu au poste de directeur de l'usine de matériaux de construction de fermes d'État de Haradziets dans le district (raïon) de Chklow. En outre en 1985 il obtient un diplôme de l'académie agricole de Biélorussie.

En 1990, Loukachenko est élu comme député au Conseil suprême de la République biélorusse, son premier pas en politique. Il fonde un groupe politique nommé « des communistes pour la démocratie », qui défend une Union soviétique démocratique basée sur des principes communistes. Il prétend avoir été le seul député à voter contre la ratification de l'accord de décembre 1991 concernant la dissolution de l'Union soviétique et la création de la CEI. Au lendemain de la dissolution de l'URSS, Loukachenko retourne brièvement gérer une ferme d'État.

Ayant acquis une réputation d'éloquent opposant à la corruption, Loukachenko est élu en 1993 pour servir comme président au comité anti-corruption au parlement biélorusse. Bien qu'il maintienne une étroite association avec les partis communistes, il tombe en disgrace à la suite de ses critiques répétées contre la corruption et les privilèges de la nomenklatura. À la fin de l'année 1993, il accuse 70 hauts fonctionnaires, et notamment Stanislaw Chouchkievitch, le président du Parlement, de corruption incluant détournement de fonds à des buts personnels. Les accusations de Loukachenko conduiront à la tenu d'un vote de confiance que Stanislaw Chouchkievitch perdra. Par la suite les accusations de Loukachenko se révèleront infondées.

Présidence

Premier mandat présidentiel

Une nouvelle Constitution est votée au début de l'année 1994 menant ainsi à une véritable élection présidentielle démocratique tenues début juillet de la même année. Six candidats sont en lice, dont Loukachenko, Chouchkievitch et Vyatchaslaw Kiebitch. Ce dernier est le grand favori mais, à la surprise de tous, Loukachenko dont la campagne a pour thème « vaincre la mafia » remporte le premier tour avec 45 % des voix. Le 10 juillet au second tour Loukachenko gagne avec plus de 80 % des voix.

Loukachenko agit rapidement pour « stabiliser l'économie ». L'une de ses premières mesures est de doubler le salaire minimum. Il introduit un contrôle des prix et abroge les quelques réformes économiques qui avaient été menées. Il fait face à l'énorme problème de ranimer une économie communiste dans un pays de 10,4 millions d'habitants entourés par des pays capitalistes émergents. La Biélorussie est complètement dépendante du gaz et de l'électricité importée de Russie payés à prix préférentiels. L'absence de moyens financiers pour payer les importations russes fit alors de la coopération économique avec la Russie une nécessité pour la Biélorussie.

Durant les deux premières années de son mandat présidentiel, Loukachenko fait face à une opposition virulente. En 1995 la Banque mondiale et le FMI suspendent les prêts financiers à la Biélorussie à cause du manque de réformes économiques.

Renforcement des pouvoirs présidentiels et dérives autoritaires

Lors de l'été 1996, 70 députés sur les 110 que compte le parlement biélorusse signent une pétition pour empêcher Loukachenko de violer la Constitution. Loukachenko invite des officiels russes de premier plan pour jouer les « médiateurs » tel Viktor Tchernomyrdine et éviter que soit voté une motion de censure. Peu de temps après, en 24 novembre 1996 Loukachenko fait organiser un référendum en vue d'étendre son mandat de quatre à sept ans, mais aussi d'élargir ses pouvoirs comme de pouvoir fermer le Parlement. Le 25 novembre Loukachenko annonce que 70,5 % des votants ont voté « oui » avec une participation de 84 %. La manière dont la campagne a été menée est vivement condamnée. Le gouvernement a banni l'opposition de la télévision et de la radio, empêché toute parution de journaux d'opposition et fait saisir son matériel publicitaire. Dans ces circonstances les États-Unis et l'Union européenne ont refusé de reconnaître la légitimité du scrutin.

Loukachenko ajourne immédiatement le Parlement biélorusse. La police occupe alors le Parlement et emprisonne 89 des 110 députés considérés comme « déloyaux ». Un nouveau parlement composé de 110 pro-Loukachenko est mis en place. Ce coup de force est alors unanimement condamnée par la Communauté internationale ainsi que par les organisations des droits de l'Homme. Le premier ministre biélorusse et deux autres ministres démissionnent en forme de protestation, tout comme sept membres parmi les onze qui composent la Cour constitutionnelle. Ils sont remplacés par des pro-Loukachenko.

Il renforce son pouvoir en faisant fermer plusieurs journaux d'opposition, il augmente les pouvoirs du KGB (la Biélorussie est l'unique pays de l'ancienne Union soviétique à avoir gardé cette dénomination).

Au début de l'année 1998, la banque centrale russe suspend le commerce avec le rouble biélorusse ce qui entraine une forte dépreciation de celui-ci sur le marché des devises. Loukachenko prend alors le contrôle de la banque centrale biélorusse et ordonne que le taux d'échange soit remis au taux précédent gelant les comptes bancaires et réduisant l'activité des banques commerciales. Cela provoqua une panique. Loukachenko affirme depuis que les problèmes du pays viennent de « saboteurs économiques » aussi bien à l'intérieur du pays qu'à l'étranger. Trente fonctionnaires seront ainsi arrêtés et devront parader sur les chaines télévisés d'État, une centaine d'autres seront « punis ». Il reproche ensuite aux gouvernements étrangers de conspirer contre lui, c'est pour cela qu'en avril 1998, il expulsera les ambassadeurs des États-Unis, de Grande-Bretagne, de France, d'Allemagne, de Grèce, d'Italie et du Japon allant même jusqu'à méconnaître l'immunité que possèdent les bâtiments diplomatiques. Bien que les ambassadeurs aient pu revenir, Loukachenko intensifiera ses attaques verbales contre l'Ouest. Il dépeint ses opposants politiques comme des faire-valoir des puissances étrangères qui lui sont hostiles. Il recommencera ses provocations en expulsant une délégation du FMI en les désignants « d'escrocs » ainsi qu'en affirmant que les pays occidentaux ont conspiré aux Jeux Olympiques de Nagano au Japon pour limiter le nombre de médaillés biélorusses.

Dans une entrevue avec Markus Ziner pour une édition de décembre 1995 du journal allemand Handelsblatt, Loukachenko a créé une nouvelle polémique internationale en faisant l'éloge de Hitler.

« L'histoire de l'Allemagne est d'une manière ou d'une autre une copie de l'histoire de la Biélorussie sur certains points. Au moment où l'Allemagne s'est relevée grâce à de solides ouvriers. Tout ce qui est lié à Adolf Hitler n'est pas mauvais. Rappelez-vous sa politique en Allemagne. L'autorité allemande s'était accrue pendant des siècles. Sous Hitler ce processus a atteint son point culminant. C'est parfaitement en conformité avec notre vision d'une république présidentielle et du rôle de son président. Je veux souligner qu'un homme ne peut pas être tout noir ou tout blanc. Il y a des côtés positifs aussi. L'Allemagne est sortie des ruines par le passé avec l'aide d'une force présidentielle forte. L'Allemagne s'éleva grâce à cette force, grâce au fait que toute la nation était unie autour de son chef. Aujourd'hui nous passons par une période semblable, quand nous devons nous unir autour d'une personne ou un groupe de personnes afin de survivre, tenir le coup, et rester droit dans nos bottes... » (Handelsblatt, décembre 1995)

Second mandat présidentiel

Le premier mandat présidentiel devait s'achever en juillet 1999 mais il est prolongé jusqu'en septembre 2001 suite au référendum de 1996. Les thèmes de la campagne présidentielle de Loukachenko sont largement similaire à celle de 1994 : contrôle de l'économie, partenariat avec la Russie, fort pouvoir présidentiel pour maintenir l'ordre, opposition à l'élargissement de l'OTAN vers l'Est, opposition aux modèles démocratiques qu'incarnent les pays occidentaux et ainsi une opposition à l'idée de toute relation priviligiée avec l'un des pays occidentaux. Son opposant est Ouladzimir Hantcharyk. L'élection se tient le 9 septembre 2001 et Loukachenko la remporte dès le premier tour. Cependant l'OSCE déclare que cette élection ne respecte pas les standards internationaux. De même les organisations des droits de l'Homme jugent que l'opposition a été systématiquement harcelée et n'a pu accéder aux médias contrôlés par l'État. Les gouvernements occidentaux critiquent également cette élection alors que la Russie félicite publiquement Loukachenko après sa réélection.

Malgré de larges critiques, Loukachenko rejette les reproches qui lui sont faits à propos de sa politique autoritaire, en affirmant être la seule alternative à l'instabilité. À cause de sa manière de gouverner, il est souvent officieusement désigné bats'ka, ce qui est littéralement traduit par (petit) père, mais le mot signifie aussi chef de clan dans l'histoire des peuples slaves.[réf. nécessaire] Il est élu président du Comité olympique biélorusse,[réf. nécessaire] ce qui contrevient à une règle du CIO interdisant à de hauts fonctionnaires d'occuper un tel poste.

Élection présidentielle de 2006

Loukachenko a été réélu pour cinq ans le 19 mars 2006 avec 82,6 % des voix au terme d'une élection jugée « non conforme aux normes internationales » et non démocratique [7] par l'OSCE. Le Conseil de l'Europe a pour sa part qualifié l'élection de « farce électorale » [8]. La mission d'observation de la Communauté des États indépendants a cependant qualifié le scrutin présidentiel de transparent et d'ouvert [9]. Cette élection était à haut risque pour Loukachenko qui craignait une « révolution » calquée sur les modèles ukrainien et géorgien.

Troisième mandat présidentiel

En 2007, il tient des propos jugés antisémites par Tzipi Livni, la ministre des Affaires étrangères d'Israël à propos de la ville de Bobrouïsk, considérant que la ville est dégoutante parce qu'elle a un passé juif[10].

Le 21 mai 2007, Alexandre Loukachenko rencontre Mahmoud Ahmadinejad et soutient le programme nucléaire iranien.

Famille

Son fils aîné Victor est membre du Conseil de sécurité de Biélorussie et son fils cadet Dmitri occupe le poste de chef du club présidentiel sportif et a préparé la participation des sportifs biélorusses aux Jeux Olympiques d'été de 2008 à Pékin.

Selon certaines rumeurs il avait eu un dernier enfant en 2004, Kolia, dont la mère serait Irina Abelskaïa qui a longtemps été le médecin personnel du président. Alexandre Loukachenko avait eu l'occasion de déclarer “Je l’ai déjà dit, mon plus jeune fils deviendra président”, de fait, Kolia l'accompagne en certaines occasions tel qu'une visite à Vladimir Poutine, une autre au Pape, ou encore un exercice militaire[11].

Références et notes

  1. Aliaksandr Ryhoravitch Loukachenka, mais la diaspora biélorusse et les milieux nationalistes n'ont jamais reconnu la réforme orthographique de 1933 ; ils orthographient son prénom Аляксандар (Aliaksandar).
  2. Aleksandr Grigorievitch Loukachenko
  3. Dans les sources journalistiques, voir par exemple le dossier Bons baisers de Biélorussie : Dernière dictature d’Europe de Courrier international, daté du 4 août 2005. Voir aussi Ronan Hervouet, Datcha Blues. Existences ordinaires et dictature en Biélorussie, Aux Lieux d'être, 2007, (ISBN 978-2-916063-49-2), qui indique en quatrième de couverture : « Depuis 1994, la Biélorussie est dirigée de manière autoritaire par Alexandre Loukachenko, que les médias qualifient régulièrement de « dernier dictateur d'Europe ». ».
  4. Voir Le Figaro, Loukachenko prête serment, article paru le 15 octobre 2007, lire en ligne : « L'Union européenne devrait approuver la semaine prochaine une interdiction de visa à l'encontre de 31 responsables bélarusses, dont le président Loukachenko, en signe de protestation contre sa réelection. ». Voir également Philippe Marchesin, La Biélorussie, Karthala Éditions, 2006 (ISBN 2845868111), p. 122 : « La Biélorussie se trouve au ban de l'Union européenne. Les élections de mars 2006 confirment le statu quo : l'Union européenne interdit Alexandre Loukachenko de visa dès le mois d'avril. », lire en ligne. Voir aussi la Résolution du Parlement européen sur la situation au Belarus après les élections présidentielles du 19 mars 2006, adoptée le jeudi 6 avril 2006, qui indique : « Le Parlement européen [...] se félicite de la décision du Conseil d'ajouter le président Loukachenko à la liste de personnes signalées aux fins de leur non-admission. » Lire en ligne.
  5. The Independent, Belarus 'dictator' banned from entering EU and US, publié le 25 mars 2006, lire en ligne
  6. Site de l'Ambassade de France au Bélarus [1]
  7. Voir (en) le communiqué de presse de l'OSCE daté du 20 Mars 2006.
  8. La citation exacte est : « Dans un pays où la liberté d’expression et d’association fait l’objet d’une répression si absolue et si agressive, le vote n’est pas un exercice démocratique mais une farce ». Elle est issue d'une déclaration prononcée le 20 mars 2006 par le Secrétaire général au Conseil de l'Europe, Terry Davis.
  9. Voir (en) l'article sur Xinhua
  10. (en)Alexander Lukashenko's comments regarded as anti-Semitic, Pravda Online
  11. http://www.courrierinternational.com/article/2009/06/04/le-tsar-et-le-tsarevitch

Voir aussi

Lien externe


Commons-logo.svg


  • Portail de la Biélorussie Portail de la Biélorussie
Ce document provient de « Alexandre Loukachenko ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Alexandre Lukashenka de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Alexandre Milinkevitch — (en biélorusse, Аляксандар Мілінкевіч) (né le 25 juillet 1947 à Hrodna) est une personnalité politique de la Biélorussie, l actuel chef de l opposition démocratique. Le Parlement européen lui décerna le prix Sakharo …   Wikipédia en Français

  • Élections législatives de Biélorussie de 2008 — Biélorussie Cet article fait partie de la série sur la politique de la Biélorussie, sous série sur la politique …   Wikipédia en Français

  • Aliaksandr Milinkievitch — Alexandre Milinkevitch Alexandre Milinkevitch (en biélorusse, Аляксандар Мілінкевіч) (né le 25 juillet 1947 à Hrodna) est une personnalité politique de la Biélorussie, l actuel chef de l opposition démocratique. Le Parlement européen lui décerna… …   Wikipédia en Français

  • Théâtre libre de Minsk — Le « Théâtre libre de Minsk » est l’expression retenue par la presse francophone[1] pour désigner le « Théâtre libre biélorusse »[2] (russe : Белорусский свободный театр; biélorusse : Беларускі свабодны тэатр;… …   Wikipédia en Français

  • Russia — /rush euh/, n. 1. Also called Russian Empire. Russian, Rossiya. a former empire in E Europe and N and W Asia: overthrown by the Russian Revolution 1917. Cap.: St. Petersburg (1703 1917). 2. See Union of Soviet Socialist Republics. 3. See Russian… …   Universalium

  • Calendar of 2002 — ▪ 2003 January I will not wait on events while dangers gather. I will not stand by as peril draws closer and closer. The United States of America will not permit the world s most dangerous regimes to threaten us with the world s most destructive… …   Universalium

  • Dates of 2004 — ▪ 2005 January It turns out we were all wrong, probably, in my judgment. David Kay, former U.S. chief weapons inspector in Iraq, in testimony to the U.S. Senate Armed Services Committee, January 28 January 1              Haitian Pres. Jean… …   Universalium

  • Calendar of 2001 — ▪ 2002 January America has never been united by blood or birth or soil. We are bound by ideals that move us beyond our backgrounds, lift us above our interests and teach us what it means to be citizens. Every child must be taught these principles …   Universalium

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”