Alexandre Izvolski

Alexandre Petrovitch Isvolski

Alexander Izvolsky

Alexandre Petrovitch Izvolsky (18 mars 1856 à Moscou - 16 août 1919 à Paris) était un diplomate et homme politique russe. Il fut l'artisan de l'alliance entre la Russie et le Royaume-Uni. Ministre des Affaires étrangères de la Russie impériale de 1906 à 1910 il succéda au comte Vladimir Nicolaïevitch Lamsdorf.

Sommaire

Famille

Alexandre Petrovitch Izvolsky épousa la comtesse von Toll.

Biographie

Diplômé du lycée Alexandre avec mention. Après son mariage, Izvolsky entra au ministère des Affaires étrangères. Nommé ambassadeur, il fut en poste au Vatican, à Belgrade, Munich, Tokyo et Copenhague. En avril 1906, Nicolas II lui confia le portefeuille de ministre des Affaires étrangères ; il demeura à ce poste jusqu'en novembre 1910, puis il fut nommé ambassadeur en France.

Alliance russo-anglaise

Après la défaite de la Russie lors du conflit qui l'opposa au Japon (1904-1905) et la Révolution de 1905, Alexandre Petrovitch Izvolsky fut déterminé à offrir à la Russie dix années de paix. Pour l'intérêt de la Russie, il estima que l'empire russe devait se désengager de la politique européenne et se concentrer sur les réformes internes. Monarchiste constitutionnel, il entreprit la réforme et la modernisation du ministère des Affaires étrangères.

Dans le domaine de la politique étrangère, Izvolsky préconisa un rapprochement progressif de la Russie avec ses traditionnels ennemis : le Royaume-Uni et le Japon. Il dut faire face à une vigoureuse opposition, notamment de l'opinion publique, mais également du noyau dur de l'armée, cette dernière exigeait une guerre de revanche contre le Japon et une avancée militaire en Afghanistan. Pierre Stolypine et Vladimir Kokovtsov furent ses plus sûrs alliés au sein du gouvernement. Lors de la Guerre Russo-Japonaise, Edouard VII du Royaume-Uni fit une proposition d'alliance avec la Russie dès sa prise de fonction de ministre aux Affaires étrangère, ce fut l'objectif prioritaire d'Alexandre Petrovitch Izvolsky. Il estimait que la Russie affaiblie après sa défaite dans la guerre qui l'opposa au Japon, avait, outre la France, besoin d'un allié. Son vœu se concrétisa, une entente anglo-russe fut signé le 31 août 1907 à Saint-Pétersbourg.

Crise bosniaque

Un autre objectif occupait l'esprit d'Izvolsky : réaliser une ouverture dans le Bosphore et les Dardanelles afin de permettre un passage en Méditerranée aux navires de guerre russes et pouvoir utiliser en cas de conflit les bâtiments de la flotte de la Mer Noire. A cette fin, le 15 septembre 1908, Izvolsky rencontra au château de Buchlau en Moravie le baron Lexa Aloïs von Aehrenthal. La Russie permit à l'Autriche d'annexer la Bosnie-Herzégovine, en échange l'Autriche donna son accord pour une ouverture des détroits.

Alexandre Petrovitch Izvolsky demanda une modification du traité de Berlin de 1878 signé entre le 13 juin et le 13 juillet 1878, sans accorder le droit d'ouverture des détroits. Le 6 octobre 1908, l'Autriche annonça l'annexion de la Bosnie-Herzégovine. Izvolsky se sentit personnellement trahi. Il tenta d'obtenir un appui auprès de la France et du Royaume-Uni afin d'obtenir l'ouverture des détroits, il tenta, sans succès de réunir une conférence afin de négocier avec l'Autriche. Forcé par la médiation allemande d'accepter l'annexion de la Bosnie-Herzégovine, injurié par les Russes pan-slavistes, ceux-ci l'accusèrent de trahison envers les Serbes, ces derniers estimant que la Bosnie-Herzégovine appartenait à la Serbie. Plein d'amertume, Alexandre Petrovitch Izvolsky donna sa démission.

Ambassadeur en France

En 1910, devenu ambassadeur en France, Izvolsky consacra toute son énergie à renforcer l'alliance entre la Russie, la France et l'Angleterre et encouragea la Russie à se réarmer. Dans les années qui ont précédées la Première guerre mondiale, il fut souvent considéré comme un provocateur. Ainsi, il fut accusé d'avoir non seulement largement subventionné les journaux nationalistes français, mais, sans que rien n'ait été prouvé, d'avoir manipulé Raoul Villain, l'assassin de Jean Jaurès.

Lors de la déclaration de la Première Guerre mondiale, Alexandre Petrovitch Izvolsky aurait dit joyeusement : « C'est ma guerre ».

L'exil

Après la Révolution russe, Izvolsky démissionna de ses fonctions d'ambassadeur (1917), mais resta à Paris, il fut remplacé par Vasili Maklakov. Il préconisa l'intervention des forces alliées dans la guerre civile russe et écrivit des Mémoires.

Alexandre Petrovitch Izvolsky décéda subitement le 16 août 1919 à Paris.

Source

  • (en) Cet article est partiellement ou en totalité issu d’une traduction de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Alexander Izvolsky ».

Lien interne

  • Portail de la Russie Portail de la Russie


Précédé de :
Mikhaïl Mouraviov
Ministre des Affaires étrangères de Russie
1906–1910
Suivi de :
Sergueï Dimitrievitch Sazonov
Ce document provient de « Alexandre Petrovitch Isvolski ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Alexandre Izvolski de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Alexandre Petrovitch Izvolski — Alexandre P. Izvolski Alexandre Petrovitch Izvolski (en russe : Александр Петрович Извольский ; 18 mars 1856 à Moscou 16 août 1919 à Paris) était un diplomate et homme politique russe. Il …   Wikipédia en Français

  • Alexandre Bezborodko — Alexandre Andreïevitch Bezborodko Portrait du prince Bezborodko par Johann Baptist Lampi  …   Wikipédia en Français

  • Alexandre Gortchakov — Pour les autres membres de la famille, voir : famille Gortchakov. Alexandre M. Gortchakov Le prince Alexandre Mikhaïlovitch Gortchakov (en russe  …   Wikipédia en Français

  • Alexandre Vorontsov — Pour les articles homonymes, voir Vorontsov. Le comte Alexandre Romanovitch Vorontsov Le comte Alexandre Romanovitch Vorontsov …   Wikipédia en Français

  • Adam Jerzy Czartoryski — Pour les articles homonymes, voir Czartoryski. Adam Jerzy Czartoryski …   Wikipédia en Français

  • Viktor Kotchoubeï — Viktor P. Kotchoubeï par François Gérard Prince Viktor Pavlovitch Kotchoubeï (en russe : Виктор Павлович Кочубей), né le 22 novembre 1768 à Dykanka (aujourd hui en Ukraine), décédé le 15  …   Wikipédia en Français

  • Nicolas de Giers — Nicolas Karlovitch de Giers Nicolas Karlovitch de Giers (en russe : Николай Карлович Гирс), né le 21 mai 1820 à Radziwilow, dans la région de Volhynie, et décédé le 26 janvier 1895 à Saint Pétersbour …   Wikipédia en Français

  • Andreï Budberg — Comte Andreï Iakovlevitch Budberg Le comte Andreï Iakovlevitch Budberg (en russe : Андрей Яковлевич Будберг) né en 1750 à Riga, décédé en 1812, était un diplomate et homme politique russe; il fut ministre des Affaires étrangères de 1806 à… …   Wikipédia en Français

  • Charles Robert de Nesselrode — ou Karl Robert von Nesselrode (en russe : Карл Васильевич Нессельроде, Karl Vassilievitch Nesselrode) né le 14 décembre 1780 à Lisbonne, mort le 23 ma …   Wikipédia en Français

  • Ioánnis Kapodístrias — (en grec : Ἰωάννης Καποδίστριας / Ioánnis Kapodístrias ; en français : Jean Capo d Istria ; en italien : Giovanni Capo d’Istria, et en russe : граф Иоанн Каподистрия / Ioann Kapodistria …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”