Alexandre Hébert
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hébert.

Alexandre Hébert, né le 4 mars 1921 à Alvimare (Seine-Maritime)[1] et mort le 16 janvier 2010 à Rezé[2] (Loire-Atlantique), est un militant syndicaliste, secrétaire de l'union départementale CGT-Force ouvrière de Loire-Atlantique depuis sa création en 1948 jusqu'en 1992.

Cette position à la tête de l'UD FO lui donnait une certaine importance dans la vie sociale et politique locale, mais aussi au sein de la confédération Force ouvrière et dans les milieux d'extrême-gauche du mouvement ouvrier.
Hébert est lié, de façon controversée, à l'anarcho-syndicalisme et au courant lambertiste du trotskisme.

Sommaire

Biographie

Avant la guerre (1939)

À 17 ans, Alexandre Hébert obtient un brevet d'études industrielles (B.E.I.) d'électricien[3].

Très jeune, il s'intéresse aux questions politiques à travers la lecture du journal de la SFIO, Le Populaire[4]. Son père est, en effet, un ancien membre du Parti communiste ensuite revenu à la SFIO.

En 1936, influencé par la propagande du PCF, Alexandre Hébert adhère à l'Association des amis de l'URSS[5], dirigée par le communiste Fernand Grenier. Il envisage même d'adhérer aux Jeunesses communistes, mais son père le lui déconseille fortement[3]. Il entre aux Jeunesses socialistes, où il rencontre Robert Hersant, frère de son ami Patrick, et le parrain de son adhésion. Il devient rapidement secrétaire de la section de Sotteville-lès-Rouen et entre un peu plus tard au bureau fédéral[6]. Il milite avec les pivertistes de la tendance Gauche révolutionnaire[2]. Après l'exclusion de Marceau Pivert, il démissionne des Jeunesses socialistes et participe à la création de l'éphémère Parti socialiste ouvrier et paysan (PSOP) comme délégué lors de son congrès constitutif[6].

Dans cette période du Front populaire et de la guerre civile en Espagne, sa rencontre avec Louis Dubost est déterminante ; il est coopté au sein d'un groupe anarchiste d'Elbeuf. Ce groupe continue de se réunir pendant la guerre, mais Alexandre Hébert cesse sa participation en raison de son envoi en Allemagne[7].

La Seconde Guerre mondiale

Entré aux chemins de fer à Sotteville-lès-Rouen[2], il est réquisitionné par l'autorité occupante[8] et affecté au dépôt de Munich ; il y rencontre des ouvriers anti-nazis, allemands ou issus d'autres nations vaincues ; avec ces derniers il fomente deux grèves, victorieuses[9]. Au cours d'une permission obtenue suite à la dernière grève, il décide de rester en France, et retrouve du travail à Vernouillet (Seine et Oise) ; une amnistie régularise sa situation[10].

À la Libération, il prend contact à Paris avec Louis Louvet et Simone Larcher, sa compagne, qui publient un bulletin intitulé Ce qu'il faut dire (C.Q.F.D.) ; il participe au congrès de fondation de la Fédération anarchiste (FA)[7]. Il acquiert la certitude que la bataille sociale se joue dans le syndicalisme et non dans les partis politiques[11] ; il adhére à la CGT, s'affronte très vite avec un appareil dominé par les communistes, l'emporte cependant et devient responsable de sa section ; muté à Nantes, il devient rapidement secrétaire de sa section[12].

Quatrième République

La CGT-FO

Alexandre Hébert est un des initiateurs des Comités d'action syndicaliste des chemins de fer, qui quittent la CGT, en 1947, après les grèves impulsées par le Parti communiste[13]. Il devient secrétaire de l'union départementale CGT-Force ouvrière à sa création en 1948[2]. Par ailleurs, il adhère au groupe anarchiste Francisco-Ferrer, mais la composition et l'activité de ce groupe l'amènent à en fonder un autre, le groupe Fernand-Pelloutier, dont, dit-il lui-même, le nom est tout un programme, du moins le sien[14].

Dès le 2e congrès confédéral de la CGT-Force ouvrière, en octobre 1950, il alerte ses camarades syndicalistes sur les dangers de la constitution d'un appareil politique européen, à propos duquel il lui semblait que nombre d'entre-eux se fourvoyaient ou se fourvoieraient à terme[15].

Dans les années 1950, il rencontre Pierre Boussel, dit Pierre Lambert[2],[16], avec lequel il se lie d'amitié ; est alors constitué le Comité de liaison et d'action pour la démocratie ouvrière (CLADO), regroupement de militants anarchistes, syndicalistes-révolutionnaires, trotskystes, socialistes..., dans l'esprit des organisations de la Première Internationale[14].

Sa préoccupation de voir les anarchistes participer à l'action syndicaliste se manifeste dès la reconstitution de la Fédération anarchiste[17]. Son inquiétude de voir la FEN autonome se transformer en syndicat intégré à l'appareil d'État se manifeste dès cette époque[18].

Les grèves de 1953 et de 1955

Pendant les grèves d'août 1953, contre le recul de l'âge de départ en retraites des fonctionnaires, il défend l'existence des comités de grève, véritable organisation démocratique des grévistes, contre la CGT et la CFTC qui entendent placer l'organisation de la grève sous la coupe de l'intersyndicale. La grève est un succès ; mais c'est la dernière fois que des comités de grève gèrent le mouvement ; après, ce sont les « bureaucraties syndicales » qui reprendront leur droit[19]. Son rôle dans cette grève lui vaut des tentatives de déstabilisation interne (candidature de Paul Malnoë, secrétaire de l'union locale de Saint-Nazaire), et l'hostilité de la CGT et de la CFTC, notamment de Gilbert Declercq[12]. Il joue également un rôle important dans les grèves de 1955 en Loire Atlantique, bien que les comités de grève élus ont disparu[20].

Alexandre Hébert et la question algérienne

Durant les années 1950, il rencontre régulièrement Ahmed Mesli dit Messali Hadj, militant nationaliste, fondateur du Mouvement national algérien, alors en résidence surveillée à Niort (Deux-Sèvres), accompagné, par exemple, d'Yves Dechezelles et de Pierre Lambert. Avec Robert Bothereau, à l'époque secrétaire général de la CGT-FO, et André Bergeron, futur secrétaire confédéral, il engage la CGT-Force Ouvrière dans le soutien à l'indépendance de l'Algérie (congrès d'Amiens en 1956), et le soutien aux militants syndicalistes algériens, alors que d'autres courants du mouvement ouvrier[21] soutiennent le FLN[22]. Il rendra visite à son vieil ami Messali jusqu'à son décès en 1974, dans une clinique de la MGEN[23], dans l'Oise[24].

Cinquième République

Vers 1957-1958, Hébert publie un article intitulé « Du mythe fasciste de l'unité »[25] dans La Commune, journal du CLADO.

Alexandre Hébert et le régime gaulliste

Dès 1958, Alexandre Hébert considère que les institutions de la cinquième république représentent un danger pour l'existence des organisations ouvrières libres. Il y voit l'instauration d'un régime prônant l'intégration politique, sociale et économique de la classe ouvrière. Intégration politique par la mise en place d'institutions de type corporatiste néo-fasciste (sénat économique); intégration sociale par l'intégration des organisations syndicales ouvrières aux objectifs économiques de l'État; intégration économique par la mise en place de l'intéressement aux fruits de l'entreprise et la reconnaissance de la section syndicale d'entreprise, à terme unique[26]. Il ne cessa durant la première décennie de la Ve république de défendre au sein de la CGT-FO l'indépendance de l'organisation syndicale par rapport aux partis politiques, en dénonçant la participation aux commissions de toutes sortes où les syndicats devaient s'intégrer.

En Mai 68, il ne voit dans les évènements du Quartier latin ni la recherche d'une contestation de l'ordre social, ni la volonté de mettre en cause l'ordre politique gaulliste[27]. En ce qui concerne les grèves ouvrières, il estime que la mainmise du Parti communiste français sur les comités intersyndicaux freine toute perspective d'obtenir satisfaction sur certaines revendications. Il est accusé par les trotskystes Yvon Rocton et Robert Gaboriau de ne pas voir la portée révolutionnaire des évènements en cours de reflux ; ceux-ci, responsables de l'union locale FO de Nantes tentent de le priver de son mandat de représentant de l'union départementale lors du dernier meeting nantais[28]. Par ailleurs, Paul Malnoé, secrétaire de l'union locale de Saint-Nazaire, envisage une nouvelle fois de l'évincer de son poste de secrétaire général de l'union départementale[28].

En 1969, lors du référendum sur la régionalisation, Alexandre Hébert milite, au sein de la CGT-Force ouvrière, pour le double « non » : « non » au texte constitutionnel, « non » à la participation aux instances si elles étaient tout de même créées. Au Xe congrès confédéral, qui commence le 18 mars[29], Hébert, Bothereau, ancien secrétaire général, tout comme Bergeron combattent le projet gaulliste, qui, selon eux, ferait évoluer les institutions de la Ve république non seulement vers le corporatisme, mais aussi vers le régionalisme. Le congrès se range à leurs vues et appelle les militants à voter « non ». C'est effectivement celui-ci qui l'emporte le 27 avril, avec 53,17 %, entraînant la démission de De Gaulle[30].

L'Union des anarcho-syndicalistes (UAS)

En 1962, Alexandre Hébert, Serge Mahé et Joachim Salamero sont à l’initiative d’une Union des anarcho-syndicalistes à laquelle participent plusieurs militants de la Fédération anarchiste ; Salamero est le responsable de son Bulletin interne[31].

En 1966, l'UAS signe une déclaration commune avec la commission syndicale de la Fédération anarchiste[32],[33]. Ce rapprochement ne survivra pas à Mai 1968, et aux idées introduites par la CFDT autour du slogan de l'autogestion[34].

En 1970, sous la pression de jeunes recrues issues de Mai 1968, a lieu une fusion entre l’UAS et l’Alliance syndicaliste révolutionnaire et anarcho-syndicaliste (ASRAS), constituée par des libertaires adhérents à différents syndicats réformistes[35]. Mais le groupe Fernand-Pelloutier de Nantes quitte l'ASRAS en 1972, Joaquim Salamero en 1973, Marc Prévôtel en 1974[36]. À la même époque, il intervient encore une fois dans un débat[37] sur « le syndicalisme dans la société », pour alerter sur le danger corporatiste que font planer sur la société les options micro- et macro-sociologiques[38] issues de l'encyclique Rerum novarum, quelle que soit la forme qu'elles revêtent[15].

Fidèle en amitié et quelles que soient les différences d'affinité, Hébert témoigne au procès intenté par l'État, au nom des anti-avortement, contre Aristide Lapeyre, en 1973, devant la cour d'assises de Bordeaux, en compagnie de Frederica Montseny, militante de la CNT-FAI et ex-ministre de la santé de la République espagnole pendant la guerre civile, G. Fumé secrétaire du SNI de Gironde, Joaquim Salamero secrétaire de l'École rationaliste Francisco-Ferrer[15].

En 1975, l’UAS d’Alexandre Hébert renaît de ses cendres. On retrouve parmi ses membres actifs Serge Mahé, Joaquim Salamero, Marc Prévôtel, etc.[39].

En 1977, Hébert participe avec les militants « luttes de classe » de la CGT-Force Ouvrière à la rédaction d'un projet de résolution générale « Pour un syndicalisme lutte de classe » qui recueille 6,9 % des voix[40].

Au congrès de la Libre Pensée en 1978, il se bat pour maintenir les fondements philosophiques de cette organisation, contre les partisans d'une conception plus relâchée de la laïcité[15],[38].

Alexandre Hébert et François Mitterrand

Peu avant l'élection présidentielle de mai 1981, dans un éditorial de L'Ouest syndicaliste, il qualifie François Mitterrand de « pétainiste ». Il n'ignore en effet rien de son passé et le perçoit avant tout comme un ambitieux. Il vote cependant pour lui au second tour (il le regrettera publiquement plus tard) dans l'espoir qu'il remette en cause les institutions de la cinquième république. N'a-t-il pas eu l'engagement de certains anciens SFIO, tel Pierre Mauroy, de prendre des lois en faveur de la classe ouvrière[41] ?

Dès janvier 1980[42], il est avec Serge Mahé, et d'autres militants laïques, à l'initiative de « L'appel aux laïques » et du Comité national pour la signature de l'appel aux laïques[43]. Une adresse est envoyée aux candidats à la présidence de la République ; elle reçoit une réponse édifiante[44] du candidat François Mitterrand[45],[46], qui n'a été publiée que par L'Anarcho-syndicaliste (les trotskystes appelant à voter pour François Mitterrand dès le premier tour).

Le 31 janvier 1982 se tient, à l'appel du Comité national pour la signature de l'appel aux laïques, un meeting porte de Pantin rassemble environ 10 000 personnes, reçoit un accueil chaleureux de la CGT-Force Ouvrière et de la Libre Pensée ; c'est le prélude à l'adhésion à la CGT-Force Ouvrière d'instituteurs et de professeurs — Bernard Bolzer est alors secrétaire départemental du Syndicat national des instituteurs en Loire-Atlantique[47] ; c'est aussi le prélude à la constitution, en 1983, de la Fédération des cercles de défense laïque présidée par Jean-Pierre Barrois afin de démythifier le Comité national d'action laïque, jugé insuffisamment combattif.

Après les premiers mois de pouvoir socialiste, marqués par les nationalisations, la retraite à 60 ans, etc., une inflexion politique a lieu avec le « tournant de la rigueur ». Les années 1982-1983 sont marquées par l'adoption des lois Auroux qui, selon le point de vue d'Alexandre Hébert, remettent en cause la loi de 1950 sur les conventions collectives et la liberté de négociation. Il s'ensuit une bataille entre les partisans d'un syndicalisme fort, dont Hébert, et les tenants d'un syndicalisme intégré, notamment Edmond Maire, qui va tenter par un procès en diffamation[38] de le faire plier pour se ranger dans l'ordre « cléricalo-corporatiste ».

Les années 1990

En 1992, son fils Patrick, membre du courant trotskyste-lambertiste (OCI, PCI, PT, POI), prend sa suite comme secrétaire général de l'union départementale[2].

L’Union européenne

En 1992 également, il appelle, comme de nombreux militants ouvriers, à voter « non » au référendum sur le traité de Maastricht, considérant que l'Union européenne modifie fondamentalement l'ordre social au bénéfice d'une seule classe, la bourgeoisie[48], et ce malgré des désaccords, au sein de la CGT-FO, avec les partisans d'unee institution supra-nationale.

Par la suite, en 2002, l'Union des anarcho-syndicalistes signe une déclaration à propos des révisions constitutionnelles faisant suite aux différents traités européens[49]. En 2005, Hébert se retrouve au côté des militants ouvriers de différents courants pour la victoire du « non » au référendum sur le traité constitutionnel européen.

Organisations ouvrières

En 1991, Hébert participe à la Conférence mondiale organisée essentiellement par l'Internationale trotskyste-lambertiste ; une déclaration des anarcho-syndicalistes espagnols, russes et français présents est publiée[50].

En 1996, l'Union des anarcho-syndicalistes adhère à l'Entente internationale des travailleurs[51].

En 2009, dans une réponse à un lecteur de l'Anarcho-syndicaliste, Hébert indique que le fonctionnement de l'Entente internationale des travailleurs est sous le contrôle des militants du Courant communiste internationaliste, dont, dit-il, « la tolérance n'est pas la principale qualité » ; il considère cependant que « ce "rassemblement" présente de l'intérêt[52]. »

Hommages

À l'annonce de son décès, de nombreux témoignages, par exemple de Serge Mahé[53], de Christophe Bitaud[53], de Marc Prévôtel[53], de Joaquim Salamero[54], de Marc Blondel[55], ou de Christian Eyschen[55], montrent l'attachement que lui portent de nombreux militants[56].

Rôle dans l'histoire de l'anarcho-syndicalisme

Alexandre Hébert a joué un rôle important dans l'adhésion des militants anarchistes à la Confédération générale du travail - Force ouvrière (CGT-FO). Il devient secrétaire de l'union départementale (UD) de Loire Atlantique dès sa création, tout comme Raymond Patoux secrétaire de l'UD CGT, puis CGT-FO du Maine-et-Loire[57]. Il en sera de même de son action pour l'adhésion à la CGT-FO de militants de la FEN autonome en 1982, 1983 et 1984.

Son activité de militant syndicaliste s'est située en permanence dans le cadre fixé par Fernand Pelloutier dans la Lettre aux anarchistes[58] en 1899. Il a toujours combattu les adeptes d'un syndicalisme inféodé aux partis politiques, mais aussi les tenants du syndicalisme chrétien, du syndicalisme autonome et du syndicalisme sectaire (CNT, CNT-AIT) ; cela lui a attiré pas mal d'inimitiés. Combattant pour l'émancipation des travailleurs en toutes circonstances, il n'a pas hésité à se séparer de certains compagnons anarchistes qui ont un autre chemin, notamment celui de l'adhésion à ce qu'il considérait comme des avatars du syndicalisme chrétien (CFDT, SUD, etc.).

Au contraire, en tant que militant anarchiste, il a été de ceux qui ont reconstruit le mouvement libertaire après la seconde guerre mondiale, à travers la Fédération anarchiste : en 1954, au sein de la Fédération anarchiste, il fait partie des opposants à Georges Fontenis, qui y avait introduit des éléments bolchevisants[réf. nécessaire] ; en 1961, il contribue avec ses compagnons du groupe Fernand-Pelloutier à la publication de L'Anarcho-syndicaliste, prélude à la constitution de l'Union des anarcho-syndicalistes (UAS). À tout moment, il s'est efforcé de réunir les militants ouvriers soucieux de préserver l'indépendance des syndicats ; ami de Pierre Lambert, il a certainement beaucoup contribué à l'abandon par les membres de l'OCI-PCI de la thèse d'origine marxiste de la nécessité de subordonner les syndicats au parti révolutionnaire.

Libre-penseur[2] et rationaliste, Hébert a été à l'initiative de l'« Appel aux laïques » au début du premier septennat de François Mitterrand, alors que la politique scolaire s'orientait vers un compromis avec les tenants de l'enseignement privé.

  • Publications de l'Union des anarcho-syndicalistes : voir Bibliographie

Controverses

À propos des élections municipales à Nantes

En 1965, après 18 années où la mairie de Nantes a été tenue par Henry Orrion, la tête de la liste de droite est André Morice, ex-radical exclu en 1956 en raison de son attachement à l'Algérie française, alors leader du Centre républicain, allié à André Jozan du CNI. Alexandre s'implique dans une opération que lui commande son hostilité au gaullisme et au stalinisme : associer ses amis de la SFIO, notamment André Routier-Preuvost, secrétaire de la fédération de Loire-Atlantique et Alain Chénard à ces hommes de droite. Cette opération est facilitée par le fait que la SFIO est alors dirigée par Guy Mollet, dont la politique algérienne a été proche de celle des partisans de l'Algérie française. André Morice est facilement élu maire de Nantes. Les responsables du Parti communiste engagent alors une campagne contre Alexandre Hébert[59].

En 1977, après deux mandats d'André Morice, la situation est différente : le PS dirigé par François Mitterrand est allié au PCF ; les élus municipaux de Nantes ont été exclus du PS en 1975 pour avoir refusé de passer dans l'opposition, à l'exception d'Alain Chénard. André Routier-Preuvost a adhéré au Parti social-démocrate et fait partie de la liste d'André Morice, mais contre toute attente, c'est la liste d'Union de la gauche dirigée par Alain Chénard qui l'emporte, par seulement 549 voix.

En 1983, la liste Chénard sortante est opposée à une liste de droite dirigée par le RPR Michel Chauty. Les premières dissensions entre socialistes sont apparues, des syndicalistes en veutlent au PS de la politique de rigueur imposée en 1982-83. Les adversaires de gauche d'Alain Chénard : André Routier-Preuvost, Christian Chauvel de la Fédération des socialistes démocrates, des membres du Parti communiste internationaliste, des "nouveaux socialistes" (adhérents post-SFIO) déçus et des syndicalistes proches de l'Union des anarcho-syndicalistes constituent la liste "Nantes d'abord", qui obtenant environ 4,5% des voix, empêche la réélection d'Alain Chenard. La polémique contre Alexandre Hébert reprend.

Avant les élections de 1989, Jean-Marc Ayrault s'assure la neutralité d'Hébert[60], de façon paradoxale puisqu'il est issu de l'Action catholique[61], alors qu'Alain Chénard venait du syndicalisme FO. Il est d'ailleurs élu au premier tour, malgré la présence d'une liste verte qui réalise 5 % des voix. La présence d'une liste anti-Ayrault de gauche aurait seulement reporté son élection au second tour.

À propos de Joël Bonnemaison et du Front national

Joël Bonnemaison, auteur d'une biographie d'Alexandre Hébert, a été longtemps attaché à son service à l'UD FO en tant que secrétaire particulier. Par la suite, il mène à Nantes une carrière dans les milieux de l'information, notamment à FR3, et de la politique. En 1988, il est présent lors d'une entrevue entre Jean-Marc Ayrault, candidat à la mairie, et André Jozan[62]. Il est alors catalogué comme « anarchiste de droite ».

En 1999, les relations entre Hébert et Bonnemaison reviennent au premier plan, en liaison avec le Front national. En septembre, le journal du FN, Français d'abord, publie un entretien avec Alexandre Hébert. Devant les protestations et interrogations, Hébert répond[63] : « Je n'ai rien de commun avec l'extrême-droite, mais je n'ai jamais été dupe de ce que la diabolisation du Front national avait pour principale utilité de permettre à la gauche de se faire élire. » Ses amis lui reprochent non pas tant le contenu de l'article issu de l'entretien que l'utilité de l'accorder à ce type de journal[53].
En octobre[64], un article du Monde[65] signale que Joël Bonnemaison, bras droit de Hébert à la tête de l'UD FO, a été un ami de Jean-Marie Le Pen et a été responsable départemental du Front national dans les années 1970, membre du comité central de ce parti en 1976. Lors de son premier mariage, ses témoins étaient d'ailleurs Hébert et Le Pen[2].

Alexandre Hébert et le lambertisme

La qualification de « lambertiste » est parfois attribuée à des militants ouvriers qui ont côtoyé, dans leurs syndicats ou ailleurs, des membres du groupe trotskyste de Pierre Lambert, quelles que soient leur opinions réelles. Elle a été notamment utilisée dans des écrits émanant de la CNT-AIT[réf. nécessaire] à propos d'Alexandre Hébert, mais aussi de Maurice Joyeux, Serge Mahé, Marc Prévotel, Joaquim Salamero, Marc Blondel, Roger Sandri, Claude Jenet, ainsi que de Joël Bonnemaison.

En 1986, Jean-Christophe Cambadélis, ancien membre de l'OCI passé au PS, accuse Alexandre Hébert d'être, depuis les années 1950, un membre du bureau politique de l'OCI.
En 2004, dans une interview accordée à Karim Landais, Hébert s’explique longuement sur ses relations avec Pierre Lambert, et comment il a été associé aux instances des organisations lambertistes, état de fait connu de beaucoup de militants anarchistes, trotskistes et autres[66].

Contrairement à son fils Patrick, qui est ouvertement membre de la direction de l'organisation lambertiste, Alexandre affirme être seulement un ami personnel de Pierre Boussel. Cependant, des rumeurs ont couru sur une plus forte implication : ainsi un article[67] de L'Express du 14 novembre 2002 rapporte un certain nombre de faits[68], et donne le pseudo d'Alexandre Hébert chez les trotskistes[69], « Ernest ».

On notera que les informations transmises à ce sujet par des militants et des anciens militants ne sont guère vérifiables, le cours des passions ne n'interrompant pas. Les informations journalistiques ne s'appuyant que sur de tels témoignages, elles peuvent difficilement être assimilées à des vérités historiques. Sur ce sujet, on se référera à la réflexion de Karim Landais, chercheur en histoire[70].

Voir aussi

Journaux dirigés par Alexandre Hébert

Bibliographie

  • 1996 : Joël Bonnemaison, Alexandre Hébert, 50 ans de lutte syndicale, Éditions du Rocher. Présentation sur le site Anti-mythes[71]
  • 2003 : L'Anarcho-syndicaliste, « Des anarchistes dans la lutte des classes de 1960 à aujourd'hui ». Présentation sur le site Anti-mythes[72]
  • 2005 : Serge Mahé, La Contre-Révolution permanente, éditions du Petit Véhicule, Nantes. Présentation sur le site Anti-mythes[73]
  • 2006 : Karim Landais, « Passions militantes et rigueur historienne[74] »
  • 2009 : Gérard da Silva, Histoire de la CGT-FO et de son union départementale de Paris 1895-2009, L'Harmattan, coll. Mouvement social et laïcité
  • 2010 : Bernard Hazo, Alexandre Hébert, l'homme qui a dit non, Publiest. Présentation sur le site Anti-mythes [75]
  • 2011 :
    • Alexandre Hébert, un homme de conviction,un anarchiste individualiste, préface de Christophe Bitaud, textes choisis par Jacqueline Saliou et Bertrand Kanban. Présentation sur le site Anti-mythes[76]
    • Manifeste pour un syndicalisme libre et indépendant[77], projet rédigé par Alexandre Hébert deux ans avant son décès, publié par ses amis de l'Union des anarcho-syndicalistes

Liens externes

  • « Passions militantes et rigueur historienne », interview[74] d'Alexandre Hébert par Karim Landais
  • Guillaume Trousset, « Libertaires et syndicalistes révolutionnaires dans la CGT-FO (1946-1957)[78] »
  • Manuella Noyer, « L'union départementale CGT-FO de Maine-et-Loire de 1948 à 1956[79] »

Notes et références

  1. Joël Bonnemaison, Alexandre Hébert, 50 ans de luttes syndicales, Éditions du Rocher, Monaco, p. 33.
  2. a, b, c, d, e, f, g et h Michel Noblecourt, « Alexandre Hébert : anarcho-syndicaliste », dans Le Monde daté du 27 janvier 2010, p. 24.
  3. a et b Joël Bonnemaison, ibid., p. 36.
  4. Joël Bonnemaison, ibid., p. 34.
  5. La future Association France-URSS.
  6. a et b L'Anarcho-syndicaliste « Des anarchistes dans la lutte des classes de 1960 à aujourd'hui » p. 5.
  7. a et b L'Anarcho-syndicaliste « Des anarchistes dans la lutte des classes de 1960 à aujourd'hui » p. 6.
  8. A quel titre ? STO ? Il faut préciser ce point.
  9. Joël Bonnemaison, ibid. p. 47.
  10. Joël Bonnemaison, ibid., p. 48.
  11. Joël Bonnemaison, ibid., p. 49.
  12. a et b Joël Bonnemaison, ibid., p. 50.
  13. Guillaume Trousset, Libertaires et syndicalistes-révolutionnaires dans la CGT-FO (1946-1957)
  14. a et b L'Anarcho-syndicaliste, « Des anarchistes dans la lutte des classes de 1960 à aujourd'hui », p. 7.
  15. a, b, c et d (fr)[PDF]Notre ami Alexandre Hébert(1921-2010) sur anti.mythes.voila.net. Consulté le 20 octobre 2010.
  16. Joël Bonnemaison, p. 75.
  17. [PDF]Les Anarchistes dans le monde syndical - Le monde libertaire, octobre 1954 sur anti.mythes.voila.net. Consulté le 23 octobre 2010.
  18. [PDF]Syndycalisme autonome ? Mais nécessité de l'unité d'action, Le Monde libertaire, décembre 1954 sur anti.mythes.voila.net. Consulté le 23 octobre 2010.
  19. Joël Bonnemaison, p. 58.
  20. Joël Bonnemaison, p. 60.
  21. [PDF]Georges Fontenis (1920-2010): une figure internationale du communisme libertaire... Alternative libertaire n °198, septembre 2010 sur anti.mythes.voila.net. Consulté le 23 octobre 2010.
  22. FLN qui, de son côté, organise l'assassinat des militants syndicalistes de l'Union syndicale des travailleurs algériens (USTA)[réf. nécessaire] (ce passage correspond à une polémique entre anarchistes et autres syndicalistes. Il est certain que le FLN a assassiné des Algériens proches de Messali Hadj. Mais cela concerne la guerre d'Algérie et non pas la biographie d'AH).
  23. Mutuelle générale de l'éducation nationale.
  24. Joël Bonnemaison, p. 67.
  25. Sur le site Anti-mythes.
  26. Alexandre Hébert,un homme de conviction, un anarchiste individualiste, ch.5, p.92 à 113
  27. Joël Bonnemaison, p. 91.
  28. a et b Joël Bonnemaison, p. 96.
  29. Gérard da Silva, Histoire de la CGT-FO, L'Harmattan, 2009, pp. 232-235.
  30. Joël Bonnemaison, p. 101.
  31. [PDF]Les anarchistes dans la lutte des classes de 1960 à aujourd'hui sur anti.mythes.voila.net. Consulté le 23 octobre 2010.
  32. L'Anarcho-syndicaliste, « Des anarchistes dans la lutte des classes de 1960 à aujourd'hui », p. 21.
  33. Serge Mahé La Contre-Révolution permanente, éditions du Petit Véhicule, 2005, p. 179.
  34. Serge Mahé La Contre-Révolution permanente, éditions du Petit Véhicule, 2005, p. 10.
  35. [PDF]L’UAS disparait...vive l’anarcho-syndicalisme sur anti.mythes.voila.net. Consulté le 23 octobre 2010.
  36. L'Anarcho-syndicaliste n° 145.
  37. Date et lieu ?
  38. a, b et c À expliciter.
  39. L'Anarcho-syndicaliste, « Des anarchistes dans la lutte des classes de 1960 à aujourd'hui ».
  40. L'Anarcho-syndicaliste, « Des anarchistes dans la lutte des classes de 1960 à aujourd'hui », p. 48.
  41. Joël Bonnemaison, p. 113.
  42. Serge Mahé La Contre-Révolution permanente, p. 57.
  43. Serge Mahé La Contre-Révolution permanente, p. 59.
  44. A expliciter : qu'est-ce que Mitterrand a répondu au juste ?
  45. Serge Mahé La Contre-Révolution permanente, p. 71.
  46. Lettre anarchiste n° 4 sur sur pagesperso-orange.fr et sur le site Anti-mythes [PDF].
  47. Quel est le rôle de Bolzer dans cette affaire ?
  48. Joël Bonnemaison, p. 129.
  49. [PDF] L'Anarcho-syndicaliste, « Des anarchistes dans la lutte des classes de 1960 à aujourd'hui », p. 199.
  50. [PDF] L'Anarcho-syndicaliste, « Des anarchistes dans la lutte des classes de 1960 à aujourd'hui », p. 107.
  51. [PDF] sur L'Anarcho-syndicaliste, « Des anarchistes dans la lutte des classes de 1960 à aujourd'hui », p. 154.
  52. [PDF]L’Anarcho-Syndicaliste 199 - Des anarchistes dans la lutte des classes de 1960 à aujourd’hui (extraits) - « L’UAS adhère à l'EIT » sur anti.mythes.voila.net. Consulté le 23 octobre 2010.
  53. a, b, c et d [PDF]Une grande figure disparaît sur anti.mythes.voila.net. Consulté le 20 octobre 2010.
  54. [PDF]La Raison n°549 mars 2010 - Notre ami Alexandre Hébert (1921-2010) sur anti.mythes.voila.net. Consulté le 24 octobre 2010.
  55. a et b [PDF]In memoriam Alexandre Hébert sur anti.mythes.voila.net. Consulté le 20 octobre 2010.
  56. [PDF]Le Monde Libertaire n°1581 : jeudi 4 février 2010 - Alexandre Hébert... sur anti.mythes.voila.net. Consulté le 24 octobre 2010.
  57. Cf. études de Guillaume Trousset, « Libertaires et syndicalistes révolutionnaires dans la Confédération générale du travail - Force ouvrière (1946-1957) », et Manuella Noyer, « L'union départementale CGT-FO de Maine-et-Loire de 1948 à 1956 ».
  58. [PDF]Lettre aux anarchistes - 12 décembre 1899 - Préface au compte rendu par Fernand Pelloutier du Congrès général du Parti socialiste français. sur anti.mythes.voila.net. Consulté le 20 octobre 2010.
  59. http://anti.mythes.voila.net/individus/hebert_alexandre/ha_as_46.pdf
  60. Alain Besson, Jean-Marc Ayrault....
  61. Précisément, le Mouvement rural de la Jeunesse chrétienne, dont il fait partie de 1965 à 1970. Jean-Marc Ayrault y est du reste devenu marxiste (Voir page JMA), et est par ailleurs devenu agnostique. Mais Hébert aimait encore moins les "chrétiens de gauche" que ceux de droite.
  62. Alain Besson, Jean-Marc Ayrault. Une ambition nantaise..., éditions Coiffard, Nantes, 2004.
  63. « Je n'ai jamais diabolisé le FN », interview dans Ouest France, 12 octobre 1999.
  64. Date à préciser.
  65. Signé de Christiane Chombeau.
  66. Cf. l'interview d'Alexandre Hébert dans Passions militantes et rigueur historienne de Karim Landais.
  67. Signé par Nicolas de la Casinière, par ailleurs correspondant nantais de Libération.
  68. Force ouvrière : la maison Hébert et fils sur L'Express.fr. Consulté le 16 février 2011.
  69. Cette controverse peut paraître « non encyclopédique » ; pourtant, elle a concerné une personnalité aussi inattendue que Lionel Jospin, et quelques autres... Il est vraisemblable que le trotskisme en général et le lambertisme en particulier ont eu, dans l'histoire politique de la gauche française, une importance sans doute supérieure aux apparences immédiates.
  70. Sur le site anti.mythes.
  71. Site Anti-mythes, rubrique « Alexandre Hébert (Individus) ».
  72. Site Anti-mythes, rubrique « Union des anarcho-syndicalistes (Organisations) ».
  73. Site Anti-mythes, rubrique « Serge Mahé (Individus) ».
  74. a et b Texte en ligne.
  75. Site Anti-mythes.
  76. Site Anti-mythes, 230 pages de documents (format A4).
  77. Voir blog Syndicalisme libre et indépendant
  78. En ligne sur le site Pelloutier.net.
  79. En ligne sur le site Pelloutier.net.

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Alexandre Hébert de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Alexandre Hebert — Alexandre Hébert Pour les articles homonymes, voir Hébert. Alexandre Hébert (né en 1921) est un syndicaliste de force ouvrière, membre du parti des travailleurs, libre penseur, rationaliste français. Fils d’un syndicaliste CGT à sympathie… …   Wikipédia en Français

  • Hebert — Hébert Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Nom de personne d origine germanique, variante de Herbert. Patronyme Hébert est un nom de famille notamment porté par : Louis Hébert… …   Wikipédia en Français

  • Hébert — ist der Familienname folgender Personen: Alexandre Hébert (* 1921), französischer Anarchist Edmond Hébert (1812–1890), französischer Geologe und Paläontologe Ernest Hébert (1817–1908), französischer Maler Felix Edward Hébert (1901–1979), US… …   Deutsch Wikipedia

  • Hébert — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Nom de personne d origine germanique, variante de Herbert. Patronyme Hébert est un nom de famille notamment porté par : Adrien Hébert (1890 1961),… …   Wikipédia en Français

  • Alexandre Bigot (Géologue) — Pour les articles homonymes, voir Bigot. Alexandre Bigot, né en 1863 à Cherbourg et mort en 1953 à Caen, est un géologue français. Sommaire 1 Biographie …   Wikipédia en Français

  • Alexandre Bigot (geologue) — Alexandre Bigot (géologue) Pour les articles homonymes, voir Bigot. Alexandre Bigot, né en 1863 à Cherbourg et mort en 1953 à Caen, est un géologue français. Sommaire 1 Biographie …   Wikipédia en Français

  • Alexandre bigot (géologue) — Pour les articles homonymes, voir Bigot. Alexandre Bigot, né en 1863 à Cherbourg et mort en 1953 à Caen, est un géologue français. Sommaire 1 Biographie …   Wikipédia en Français

  • Alexandre Jamar — Mandats Ministre belge des Travaux publics …   Wikipédia en Français

  • Alexandre Barrette — est un humoriste et animateur de télévision québécois né à Québec[1]. Il a été diplômé de l École nationale de l humour de Montréal en 2002. Il est collaborateur régulier à l émission Midi Morency à CKOI FM. Il est également un des colocs… …   Wikipédia en Français

  • Alexandre Cabanel — Pour les articles homonymes, voir Cabanel. Alexandre Cabanel P …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”