Alexandre Falguière
Alexandre Falguière
Alexandre Falguière en 1885
Alexandre Falguière en 1885

Naissance 7 septembre 1831
Toulouse
Décès 19 avril 1900 (à 68 ans)
Paris
Nationalité Drapeau de France France
Activité(s) sculpteur
Formation École nationale supérieure des beaux-arts
Maître François Jouffroy
Élèves Antonin Mercié, Laurent Marqueste, Gaston Schnegg, Antoine Bourdelle, Camille Grenier, Achille Jacopin, Maurice Bouval et Jean-Marie Mengue
Récompenses Prix de Rome

Jean-Alexandre-Joseph Falguière dit Alexandre Falguière, né à Toulouse le 7 septembre 1831 et mort à Paris le 19 avril 1900, est un sculpteur français de style académique et un artiste-peintre dont quelques toiles sont classées sous le signe du réalisme.

Sommaire

Biographie

Rodin par Falguière, et Falguière par Rodin, Glyptothèque Ny Carlsberg (Copenhague).

Élève de François Jouffroy, Falguière est lauréat - conjointement avec Louis-Léon Cugnot - du premier grand prix de Rome de sculpture en 1859 avec un relief Mézence blessé, préservé par l'intrépidité de son fils Lausus[1].

En 1882, il est nommé professeur à l'École des beaux-arts et élu membre de l'Académie des Beaux-Arts. Parmi les élèves de Falguière se trouvent Antonin Mercié, Laurent Marqueste, Gaston Schnegg, Camille Grenier, Achille Jacopin, Maurice Bouval et Jean-Marie Mengue, le plus célèbre d'entre eux restant Antoine Bourdelle auquel est consacré un musée à Paris : le Musée Bourdelle situé au no 18 de la rue Antoine Bourdelle.

Falguière avait reçu la commande d'une sculpture d'Honoré de Balzac en 1898 après que le Balzac d'Auguste Rodin ait été refusé par ses commanditaires, (la Société des gens de lettres). L'affaire provoqua un véritable scandale que la presse de l'époque qualifia de deuxième affaire Dreyfus, parce qu'Émile Zola soutenait Rodin[2]. Pour bien montrer que cet épisode n'avait en rien entamé leur amitié, Falguière réalisa le buste de Rodin pour l'exposition de 1897 et Rodin, un buste de Falguière[3]

Il exécute également des sculptures pour des communes : Le Cardinal Lavigerie pour Bayonne (un plâtre est exposé à Toulouse au musée des Augustins), poète Goudouli pour Toulouse, Gambetta pour Cahors, un La Fayette pour Washington[4].

Affaibli par la maladie, il va à Nîmes pour la mise en place de son monument à Alphonse Daudet et décède quelques heures après son retour précipité à Paris.

Falguière peintre

Bien que son œuvre soit essentiellement consacrée à la sculpture, Alexandre Falguière était aussi peintre. Dans les années 1870, il a réalisé de grands formats comme l'étude préparatoire Diane assise, (1878), une huile sur toile (160,5 x 125) actuellement conservée au Musée Rodin et achetée par Rodin lui-même [5]. Il a aussi réalisé Les Lutteurs (1875) une huile sur toile (240 x 191) actuellement conservée au Musée d'Orsay[6]. A l'exception de ces deux toiles exposées dans des musées, son œuvre peint est peu connu. Une reproduction photographique d'une de ses toiles présentée au Salon de 1887 est conservée aux Archives nationales: Madeleine[7].

Œuvres

Falguière par Auguste Rodin
  • Mézence blessé, préservé par l'intrépidité de son fils Lausus (1859), plâtre[8].
  • Tarcisius, martyr chrétien[10](1868), statue, marbre, Paris, musée d'Orsay. Le peintre américain Kehinde Wiley s'inspire de l'œuvre de Falguière dans son tableau Christian Martyr Tarcisius (2008).
  • La Suisse accueille l'armée française, 1874
  • Fontaine Sainte-Marie (1879), pierre, Rouen
  • La Sasson, (1892) monument à la Savoie, à Chambéry.
  • Monument à Pasteur (1900), groupe monumental en marbre, Pasteur assis, autour du socle, la Mort, personnages, bœufs, moutons. Réalisé par souscription publique internationale, Falguière ne put terminer le monument avant sa mort. Ce sont ses collaborateurs Victor Peter et Louis Dubois qui le finirent. Installé en 1908 au centre de la place de Breteuil dans le 7e arrondissement de Paris.
  • Abbé Dassy, statue de marbre située dans le jardin Puget, près de l'Institut des jeunes aveugles à Marseille.

Bibliographie

  • Emmanuel Schwartz, Les Sculptures de l'École des Beaux-Arts de Paris. Histoire, doctrines, catalogue, École nationale supérieure des Beaux-Arts, Paris, 2003.
  • Les «Toulousains» plâtres originaux et sculptures du XIXe siècle. Musée des Augustins. Exposition du 1er octobre 1991 au 6 janvier 1992. 1991, 51 p.
  • Sophie Monneret, L'Impressionnisme et son époque, vol. 2, t. 1, Paris, Robert Laffont, 1987, 997 p. (ISBN 2-22105412-1) 
  • Benoit Noël et Jean Houmon, Paris capitale des peintres du XIXe siècle, Paris, Presses franciliennes, 2006 (ISBN 2-95272140-8) 
  • Serge Gérard, Rodin, l'homme d'airain, Paris, Cheminements, 2004 (ISBN 2-84478-312-0) [lire en ligne (page consultée le 6 novembre 2011)] 

Notes et références

  1. bio de Alexandre Malguière
  2. Gérard 2004, p. 65
  3. Monneret 1987, p. 776
  4. /Quelques maîtres de la sculpture à Toulouse. XIXe siècle : Alexandre Falguière, Musée des Augustins
  5. Diane assise
  6. Les Lutteurs de Falguière
  7. Madeleine de Falguière
  8. Le sujet proposé pour le concours aux étudiants était ainsi intitulé : « Énée lance alors sa javeline, de la raideur du coup elle perce toute l'épaisseur du bouclier de Mézence, le blesse au niveau de l'aine et manque de force pour pénétrer plus avant. Aussitôt Énée, ravi de voir couler le sang du Tyrrhénien, met l'épée à la main, profite de son trouble et fond sur lui avec furie. À la vue du péril d'un père qu'il aime tendrement, Lausus pousse un cri de douleur et des larmes s'échappent de ses yeux. Mézence hors de combat, embarrassé dans ses armes, cédait et se retirait en arrière, traînant après son bouclier son dard funeste. Lausus s'élance et se jette entre les deux rivaux ; et lorsqu'Énée levant le bras allait porter le coup mortel, il se présente lui-même au glaive du héros, détourne son attention et détourne sa furie. Les compagnons de Lausus par de grands cris à ce fils généreux, qui ménage une retraite à son père à l'abri de son faible bouclier. En même temps, ils lancent leurs javelots ». Virgile, Énéide, livre X.
  9. Vainqueur au combat de coqs
  10. Tarcisius, martyr chrétien
  11. voir la sculpture in situ
  12. culture.gouv.fr Notice du musée d'Orsay sur la base Joconde

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Alexandre Falguière de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Alexandre Falguière — Retrato del escultor, en 1885 por Alexis Axilette[1] Nombre de nacimiento …   Wikipedia Español

  • Alexandre Falguiere — Alexandre Falguière Auguste Rodin par Alexandre Falguière à gauche, et Falguière par Rodin à droite, Glyptothèque Ny Carlsberg (Copenhague) …   Wikipédia en Français

  • Alexandre Falguiere — Tarcisius, martyr chrétien, 1868, Musée d Orsay Asien (1878), für die Weltausstellung in Paris, Musée d Orsay …   Deutsch Wikipedia

  • Alexandre Falguière — Tarcisius, martyr chrétien, 1868, Musée d Orsay Asien …   Deutsch Wikipedia

  • Alexandre Falguière — Jean Alexandre Joseph Falguière (also given as Jean Joseph Alexandre Falguière, or in short Alexandre Falguière) (September 7, 1831, Toulouse April 20, 1900, Paris) was a French sculptor and painter.He was born in Toulouse. A pupil of the École… …   Wikipedia

  • Falguiere — Alexandre Falguière Auguste Rodin par Alexandre Falguière à gauche, et Falguière par Rodin à droite, Glyptothèque Ny Carlsberg (Copenhague) …   Wikipédia en Français

  • Falguière — Alexandre Falguière Auguste Rodin par Alexandre Falguière à gauche, et Falguière par Rodin à droite, Glyptothèque Ny Carlsberg (Copenhague) …   Wikipédia en Français

  • Falguière (métro de Paris) — Falguière …   Wikipédia en Français

  • Falguiere (metro de Paris) — Falguière (métro de Paris) Falguière …   Wikipédia en Français

  • Falguière (Métro De Paris) — Falguière …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”