Gyantse

Gyantsé

Gyantsé avec la forteresse ou dzong dans le fond. 1995.

Gyantsé (rGyal rtse) aussi écrit Gyantse, Gyangtse, Gyangdzê; (tibétain : རྒྱལ་རྩེ་ ; sinogramme : 江孜镇; Wylie : rgyal rtse;) est une ville localisée dans le comté de Gyantsé, préfecture de Shigatsé. Elle a été historiquement considérée comme la 3e plus grande ville du Tibet, (après Lhassa, et Shigatsé, mais il y a maintenant au moins dix plus grandes villes.[1]

Lors de l'occupation chinoise en 1952, Gyantsé avait une population d'environ 8000 habitants,[2] presque comme aujourd'hui.[3] La ville est à 3977 mètres au-dessus du niveau de la mer, et est localisée à 254 km au sud-ouest de Lhassa dans la plaine fertile de la vallée de Nyang Chu et sur la Route de l'Amitié, qui relie Katmandou, Népal à Lhasa, Tibet.

La ville est stratégiquement localisée dans la vallée de rivière Nyang sur les anciennes routes de commerce de la vallée de Chumbi, de Yatung et du Sikkim, qui se rencontre ici. De Gyantsé, les routes menent à Shigatsé en aval et aussi du col de Karo La au Tibet central.[4]

La fortresse (construite en 1390)[5] gardait par le sud l'entrée de la ville par la rivière Tsangpo et par Lhassa.[6]. La ville était entourée d'un mur 3 km de long.[7]

Gyantse était la troisième plus grande ville du Tibet avant d'être dépassée par Chamdo.

La ville est également appelée la « ville héroïque » car en 1904, 500 soldats tibétains ont tenu le fort plusieurs jours avant d'être battus par les forces britanniques lors de l’invasion du Tibet par l'armée de l'Inde britannique menée par Younghusband.

Gyantsé est remarquable pour son magnifique Kumbum (littéralement, 100.000 images) en gradins , appartenant au monastère de Palcho, le plus grand chörten du Tibet. Le Kumbum a été commandé par un prince de Gyantse en 1427 et était un centre important de l'école Sakya du bouddhisme tibétain. Cette structure religieuse contient 77 chapelles sur 6 étages, et est décorée de plus de 10 000 peintures murales, nombre d'entre elles démontrant une forte influence népalaise sont restés relativement intactes. Elles sont les dernières de ce type au Tibet. De nombreuses statues d'argile restaurées sont de moindre qualité artistique que les originaux détruits - mais ils sont encore spectaculaire.[8][9]

La ville a faillie être détruite par une inondation en 1954. Après le soulèvement tibétain de 1959, les industries locales ont été démantelées et des artisans ont fui tandis que les autres ont été placés en camp de travaux forcés. Environ 400 moines et laïcs ont été emprisonnés dans le monastère.[10] Pendant la révolution culturelle le fort, le monastère et le Kumbum a été mis à sac. Les objets précieux ont été détruits ou ont été envoyé en Chine. Heureusement, le chorten fut épargné.[11]

Le bâtiment principal du Pelkor Chode ou monastère de Palcho et le Kumbum ont été restaurés de façon importante mais le dzong de Gyantsé est toujours en ruines mais il y a un « musée Anti-impérialisme britannique » sur place qui donne la version chinoise de invasion britannique de 1904.[12]

Un documentaire de BBC Four "A Year in Tibet" s'est focalisé sur les vies des Tibétains ordinaires habitant cette ville.[13]

Notes

  1. Dorje (1999), p. 254.
  2. Richardson (1984), p. 7.
  3. "Tibet: Transformation and tradition." BBC News 5 March, 2008.
  4. Dowman (1988), p. 269
  5. Vitali (1990), p. 30.
  6. Allen (2004), p. 30.
  7. Buckley, Michael and Strauss, Robert (1986), p. 158.
  8. Dowman (1988), p. 270.
  9. Mayhew (2005), p. 167.
  10. Buckley, Michael and Strauss, Robert (1986), p. 158.
  11. Buckley, Michael and Strauss, Robert (1986), p. 158.
  12. Mayhew (2005), p. 168.
  13. A Year in Tibet, youtube.com

Références

  • Allen, Charles. (2004). Duel in the Snows: The True Story of the Younghusband Mission to Lhasa. John Murray (publishers), London. ISBN 0-7195-5427 6.
  • Buckley, Michael and Strauss, Robert. 1986. Tibet: a travel survival kit. Lonely Planet Publications, South Yarra, Australia. (ISBN 0908086881)
  • Das, Sarat Chandra. 1902. Lhasa and Central Tibet. Reprint: Mehra Offset Press, Delhi. 1988. ISBN 81-86230-17-3
  • Dorje, Gyurme. 1999. Footprint Tibet Handbook. 2nd Edition. Bath, England. ISBN 1 900949 33 4. Also published in Chicago, U.S.A. ISBN 0 8442-2190-2.
  • Dowman, Keith. 1988. The Power-places of Central Tibet: The Pilgrim's Guide. Routledge & Kegan Paul, London and New York. ISBN 0-7102-1370-0
  • Dowman, Keith. 1988. The Power-Places of Central Tibet: The Pilgrim's Guide, p. 59. Routledge & Kegan Paul. London. ISBN 0-7102-1370-0 (ppk).
  • Mayhew, Bradley and Kohn, Michael. (2005). Tibet. Lonely Planet Publications. ISBN 1-74059-523-8.
  • Hugh E. Richardson (1984). Tibet and its History. Second Edition, Revised and Updated. Shambhala Publications, Boston. ISBN 0-87773-376-7.
  • Vitali, Roberto. Early Temples of Central Tibet. (1990). Serindia Publications. London. ISBN 0-906026-25-3.

Galery

28°57′N 89°38′E / 28.95, 89.633

  • Portail du Tibet Portail du Tibet
Ce document provient de « Gyants%C3%A9 ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Gyantse de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Gyantse — (rGyal rtse) also spelled Gyangtse, Gyangdzê; (Chinese: 江孜镇; Wylie: rgyal rtse ; Tibetan: རྒྱལ་རྩེ་) is a town located in Gyangzê County, Shigatse Prefecture. It is the fourth largest city in Tibet (after Lhasa, Shigatse and Chamdo). It is 3,977… …   Wikipedia

  • Gyantsé — Demande de traduction Gyantse → Gyantsé (+ …   Wikipédia en Français

  • Gyantse — Tibetische Bezeichnung Tibetische Schrift: རྒྱལ་རྩེ་ Wylie Transliteration: rgyal rtse Aussprache in IPA: [caŋtse] …   Deutsch Wikipedia

  • Gyantse (Gantse) (China) — Hotels: Gyangtse Hotel Gyangtse (Centre) …   International hotels

  • Gyantse Guesthouse — Jiangzi Zhen Di Yi Zhaodaisuo Guesthouse or Gyantse Guesthouse is a truck stop hotel located about 250 metres on the left beyond the crossroads on the road reaching the Tibetan town of Gyantse from Lhasa in western Tibet. The guesthouse is… …   Wikipedia

  • Dzong de Gyantsé — Le dzong de Gyantsé en 1938 Type Fort Dzong du Tibet Propriétaire initial Gouvernement tibétain …   Wikipédia en Français

  • Festung von Gyantse — (1994) Die Festung von Gyantse, in China bekannt unter dem Namen Ruine der Verteidigung gegen die britischen Aggressoren am Zongshan Berg bzw. Ruine der Festung zum Widerstand gegen die britischen Aggressoren am Zongshan Berg (江孜宗山抗英遗址 Jiangzi… …   Deutsch Wikipedia

  • Gyangtse Hotel Gyangtse (Gyantse (Gantse)) — Gyangtse Hotel Gyangtse country: China, city: Gyantse (Gantse) (Centre) Gyangtse Hotel Gyangtse Location Hotel is situated in the central area of the city, located at the riverside of Nianchu river, which is the branch of Brahmaputra.Rooms Guest… …   International hotels

  • Influence britannique au Tibet (1904-1950) — Le Tibet n a jamais été un pays isolé ou étanche aux influences extérieures. Dans le passé, la culture indienne, la culture chinoise ont modifié la contrée[1]. Les interventions armées britanniques au Tibet politique à la fin du XIXe siècle… …   Wikipédia en Français

  • Comte de Gyangze — Xian de Gyangzê Jiāngzī Xiàn · 江孜县 Localisation du …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”