Alcatraz

Alcatraz

37°49′37″N 122°25′23″O / 37.82694, -122.42306

Alcatraz
L'île d'Alcatraz dans la baie de San Francisco
Nom Parc national
Emplacement Californie (États-Unis)
Ville la plus proche San Francisco
Latitude 37 49 37 N
Longitude 122 25 23 W
Superficie
Date de construction 1854
Date de protection 1972
Visiteurs plus d'un million par an
Administration
Site web http://www.nps.gov/alcatraz/

L'île d'Alcatraz est une île située au milieu de la baie de San Francisco, en Californie aux États-Unis. Elle fut nommée ainsi par les Espagnols car elle servait de refuge à de nombreux pélicans (alcatraz en espagnol). Cette île hébergea pendant quelques décennies une forteresse militaire (1850-1909), puis une prison militaire (1909-1933) et une prison fédérale de haute sécurité (1934-1963). Aujourd'hui, le complexe d'Alcatraz a été reconverti en un site historique, géré par le service des parcs nationaux des États-Unis.

Le phare d'Alcatraz est le plus vieux phare en activité de la côte Ouest des États-Unis. Il a d'ailleurs été le premier phare construit sur la côte Pacifique et fonctionne depuis 1854. Il n'a cessé d'éclairer qu'une seule fois, en 1970, lors de l'incendie qui détruisit la maison du gardien et coupa l'alimentation électrique.

Sommaire

Histoire

Le fort d'Alcatraz

L'île d'Alcatraz vue du ciel.

Le nom d'Alcatraz est dérivé de l'espagnol Alcatraces qui signifie « pélicans » ou « étranges oiseaux ». En 1775, l'explorateur espagnol Juan Manuel de Ayala est le premier européen à naviguer dans ce qui correspond aujourd'hui à la baie de San Francisco ; au cours de son exploration, il nomme l'une des trois îles de la baie Alcatraces. Au fil du temps, le nom de l'île s'anglicise pour devenir Alcatraz.

Avec la Californie, l'île d'Alcatraz est à l'origine une colonie espagnole puis fait partie du Mexique lors de son indépendance avant d’être annexée par les États-Unis en 1850. C'est alors qu'un ordre présidentiel est lancé avec pour projet l'établissement sur l'île d'une réserve militaire pour l'armée américaine. Cependant, l'épisode de la ruée vers l'or qui entraîna un boom de la population de San Francisco et le besoin de plus en plus pressant de protéger la baie de San Francisco amene l'US Army à y construire une forteresse au début des années 1850. L'armée compte installer une centaine de canons sur l'île afin d'en faire le lieu le mieux fortifié de la Côte Ouest des États-Unis. Avec le Fort Point et le Lime Point, Alcatraz forme un triangle de défense protégeant la baie de San Francisco. L'île est également le premier site opérationnel de l'Ouest des États-Unis à accueillir un phare maritime.

Dans les années qui suivent l'île accueille ses premiers prisonniers militaires. Tandis que l'utilité purement défensive d'Alcatraz diminue avec le temps (jamais l'île n'eut à faire feu de ses canons en bataille), son rôle de prison se confirme durant le siècle qui suit. En 1909, l'US Army quitte la citadelle comme base afin qu'Alcatraz devienne officiellement une prison militaire. De 1909 à 1911, les prisonniers militaires de l’île sont employés à construire la nouvelle prison qui sert alors à héberger la branche occidentale du corps disciplinaire de l'armée américaine. C'est ce bâtiment qui deviendra célèbre avec le surnom de The Rock (le rocher).

De l'ouverture d'Alcatraz...

Couloirs de la prison d'Alcatraz.

L'US Army a mis l'île à sa disposition entre 1850 et 1933, date à laquelle la propriété d'Alcatraz est transférée à la justice américaine afin d'en céder l'usage au Bureau fédéral des prisons.

Le gouvernement fédéral décide de faire d'Alcatraz une prison modèle, offrant un maximum de sécurité vis-à-vis des évasions et n'accordant que peu de privilèges aux détenus qui ne pouvaient négocier leurs conditions d'incarcération. Il était ainsi question de montrer au public à l'époque que le gouvernement fédéral était résolu à enrayer la hausse de la criminalité des années 1930. La prison, officiellement devenue USP Alcatraz (USP pour United States Prison) ne fut pas l'« America's Devil's Island » (l'île du diable de l'Amérique) comme beaucoup de films et de livres la qualifiaient. Sa population moyenne est d'environ 260-275 détenus et ne dépasse jamais les 336 prisonniers. Alcatraz ne représenta jamais plus d'1 % de la population carcérale des États-Unis. Des témoignages d'ex-prisonniers racontent que les conditions d'incarcération à Alcatraz étaient meilleures que dans les autres prisons fédérales et que beaucoup de détenus y demandaient leur transfert.

...à sa fermeture

Vue satellite d'Alcatraz

Le 21 mars 1963, la prison d'Alcatraz ferme définitivement ses portes après vingt-neuf années de service. On estime en effet que la poursuite de l'activité de la prison nécessiterait un investissement de trois à cinq millions de dollars rien que pour sa restauration et sa maintenance.

Or cet investissement n'inclut même pas les frais journaliers de fonctionnement d'Alcatraz, qui sont près de trois fois supérieurs à ceux des autres prisons fédérales. Ce surcoût exorbitant est en grande partie dû à l'isolement total de l'île qui implique que toutes les personnes et les marchandises soient acheminées par bateau. Il s'agit non seulement des denrées alimentaires, des vêtements et du courrier, mais surtout de l'eau douce puisque Alcatraz n'a aucune source. Ainsi chaque semaine, trois millions de litres d'eau doivent être apportés. Le gouvernement fédéral estime finalement qu'il est plus économique de construire une prison plus moderne que de rénover Alcatraz pour la garder en service.

La reconversion en site historique

Tour de garde d'Alcatraz

Après la fermeture de la prison, plusieurs idées sont examinées afin de transformer l'île d'Alcatraz : il est tour à tour question de construire un monument pour les Nations unies, d'ériger une statue de la liberté pour la Côte Ouest ou encore d'aménager un complexe hôtelier.

En 1970, un feu se déclare dans la prison et dans la maison du phare. En juin 1971, les occupants sont évacués sur ordre du gouvernement fédéral. En 1972, le Congrès américain crée le Golden Gate National Recreation Area (Zone nationale de loisirs du Golden Gate) dans lequel l'ensemble d'Alcatraz est intégré. L'île est ouverte au public dès 1973 et devient rapidement un des lieux touristiques les plus fréquentés de la région de San Francisco. Chaque année, plus d'un million de touristes visitent l'île et la prison d'Alcatraz.

L'occupation amérindienne de 1969

Article détaillé : American Indian Movement.

Le 9 novembre 1969, un événement spectaculaire attire l'attention sur les Indiens et Alcatraz. Avant l'aube, 78 Amérindiens débarquent sur l'île (en 1964 déjà, une poignée d'étudiants avaient fait de même pour proclamer une université indienne mais ils avaient été rapidement expulsés et cette tentative était passée inaperçue). Le groupe est mené par Richard Oakes, un Indien Mohawk, directeur du département des études indiennes au collège d'État de Chicago et Grace Thorpe, Indienne Sac et fox fille de Jim Thorpe, footballeur et athlète olympique indien.

Ce groupe est rejoint par d'autres Indiens et en moins d'un mois, ils sont environ six cents qui représentent cinquante tribus différentes. Ils se désignent « Indiens de toutes les tribus » et rédigent une déclaration intitulée Nous tenons le Rocher dans laquelle ils proposent d'acheter Alcatraz avec des perles de verre et des chiffons de toile, comme les Blancs l'avaient fait pour Manhattan trois cents ans auparavant. Ils exigent, en outre, la création d'un centre culturel et universitaire à Alcatraz, où ils pourraient recevoir dans leur langue une éducation conforme à leur culture, à leurs pratiques cérémonielles, à leurs croyances et où ils apprendraient à vivre en accord avec leur propre philosophie de la nature. Il fallut un an et demi avant que la police ne réussisse à déloger les Indiens de l'île ; au cours de cette période, ceux-ci avaient attiré l'attention de millions d'Américains et d'étrangers sur leurs difficultés[1].

Ils ajoutent :

« Nous pensons que cette île que vous appelez Alcatraz est idéale pour recevoir une réserve indienne telle que les Blancs la conçoivent. En fait nous pensons que cet endroit présente déjà toutes les caractéristiques des réserves indiennes :
  1. Elle est éloignée de tous les services et n'est desservie par aucun moyen de transport adéquat.
  2. Il n'y a pas d'eau courante.
  3. Les services sanitaires sont défectueux.
  4. Pas de pétrole ou de minerai.
  5. Pas d'industrie et donc un chômage très élevé.
  6. Aucun service de santé.
  7. Le sol est rocheux, impropre à toute culture et il n'y a pas de gibier.
  8. Pas d'équipements scolaires.
  9. Il y a toujours eu surpopulation dans cette île.
  10. La population a toujours été considérée comme prisonnière et tenue dans une totale dépendance des autres. »

Le groupe d'occupation annonce son intention de faire de l'île un centre d'études indiennes pour l'écologie : « Nous nous consacrerons à dépolluer les eaux et l'atmosphère de la baie de San Francisco... et à restaurer la faune aquatique. »

Le gouvernement fait finalement couper l'eau, l'électricité et le téléphone sur l'île. Certains sont contraints de partir mais un an plus tard ceux qui restent déclarent :

« Nous continuons de tenir l'île d'Alcatraz au nom de la liberté, de la justice et de l'égalité parce que vous, frères et sœurs de cette terre, nous avez soutenus dans notre juste cause. Nous tendons nos mains et notre cœur et adressons à chacun d'entre vous des messages par l'esprit. Nous tenons le Rocher. Nous savons que la violence engendre plus de violence encore. C'est pour cela que notre occupation d'Alcatraz est pacifiste et que nous espérons que le gouvernement américain se conduira pacifiquement avec nous...

Nous sommes un peuple fier !
Nous sommes les Indiens !
Nous avons observé puis rejeté la plupart de ce que peut offrir la soi-disant civilisation.
Nous sommes les Indiens !
Nous préserverons notre mode de vie et nos traditions en les communiquant à nos propres enfants.
Nous sommes les Indiens !
Nous joindrons nos mains en une union inconnue jusqu'alors.
Nous sommes les Indiens !
Notre mère la Terre attend que nous parlions. Nous sommes les Indiens de toutes les tribus !

Nous tenons le Rocher ! »

Six mois après cette déclaration les forces fédérales prennent l'île d'assaut et expulsent les Indiens qui y demeurent encore.

Vie de la prison

Les conditions d'incarcération

Reconstitution d'une cellule

Alcatraz a accueilli les détenus les plus dangereux du pays. Al Capone, George « Machine-Gun » Kelly, Alvin Karpis (ennemi public n°1), et Arthur « Doc » Barker y ont purgé leur peine.

Beaucoup des 1 576 prisonniers qui passèrent par Alcatraz y étaient détenus non pour leurs crimes, mais parce qu'ils refusaient de se conformer aux règles dans les autres prisons fédérales, étaient considérés comme violents ou présentaient de forts risques d'évasion. La vie à Alcatraz était très structurée, ce qui obligeait les détenus à suivre scrupuleusement les règles édictées. Ces derniers ne jouissaient que de quatre droits : avoir à manger, être habillés, être abrités et recevoir une assistance médicale en cas de nécessité. Cependant, les prisonniers disposaient de certains privilèges comme la possibilité de travailler, correspondre avec l'extérieur et recevoir des visites. Al Capone travailla par exemple à l'usine de textile et confectionna des uniformes. La prison possédait une bibliothèque et organisait des activités ludiques comme la peinture et la musique. Il était proposé aux détenus au comportement exemplaire de finir leur peine dans une autre prison fédérale du pays.

Les évasions

Durant les 29 ans d'opération de la prison de 1934 à 1963, 36 détenus ont essayé de s'évader lors de 14 tentatives séparées. De ces 36 évadés, 23 furent rattrapés, 6 furent tués par balle et 2 se sont noyés. Deux prisonniers furent exécutés dans une chambre à gaz de la prison d'État de San Quentin (Californie) pour leur rôle dans la mort d'un gardien durant leur tentative d'évasion d'Alcatraz du 2 au 4 mai 1946, ce que l'on appela plus tard la bataille d'Alcatraz. Officiellement, aucun détenu n'est jamais parvenu à s'évader totalement d'Alcatraz en rejoignant le continent. Cependant, cinq prisonniers échappés ne furent jamais retrouvés, ils ont été considérés comme disparus et présumés noyés.

Les « quatorze tentatives »

Plaque de pénitencier d'un détenu d'Alcatraz.

Les quatorze évasions d'Alcatraz entre 1934 à 1963 sont des épisodes souvent rocambolesques :

  • 27 avril 1936 : tandis qu'il brûle des détritus dans l'incinérateur de l'île, Joe Bowers commence à forcer les grillages au bord de la rive. Après avoir refusé de se rendre et de faire demi-tour, il est abattu par un gardien depuis la tour de garde de la route ouest. Le détenu fait alors une chute de 15 à 30 mètres dans le rivage. Il meurt de ses blessures.
  • 16 décembre 1937 : pendant qu'ils travaillaient, Theodore Cole et Ralph Roe réussissent à s'évader de leur cellule et disparaissent dans la baie. Même si une tempête fait rage ce jour-là et que les courants sont forts, certaines personnes pensent qu'ils ont pu s'en sortir. Jamais retrouvés, ils sont officiellement portés disparus et présumés noyés.
  • 23 mai 1938 : James Limerick, Jimmy Lucas et Rufus Franklin attaquent un garde non armé qu'ils tuent à l'aide d'un marteau. Les fuyards sont rapidement stoppés par les tirs des gardiens. Limerick meurt tandis que Lucas et Franklin sont condamnés à des peines de prison à perpétuité.
  • 13 janvier 1939 : Arthur « Doc » Barker (l'un des quatre fils de Kate Barker), Dale Stamphill, William Martin, Henry Young et Rufus McCain s'échappent de leur cellule en unité d'isolement. Ils sont interceptés sur le rivage ouest. Martin, Young et McCain se rendent tandis que Barker et Stamphill sont neutralisés par balle. Plus tard, Arthur Barker meurt de ses blessures.

Le film Meurtre à Alcatraz est basé sur ces faits.

  • 21 mai 1941 : Joe Cretzer, Sam Shockley, Arnold Kyle et Lloyd Barkdoll prennent plusieurs gardiens en otage. Cependant, ils renoncent à leur tentative d'évasion après qu'on les eut persuadés qu'il était impossible de s'échapper d'Alcatraz.
  • 15 septembre 1941 : pendant sa session de travail au centre des déchets de l'île, John Bayless tente de s'échapper. Peu après s'être introduit dans l'eau froide, il renonce. Au cours de son jugement, il réessaye de s'évader, sans succès.
  • 14 avril 1943 : James Boarman, Harold Brest, Floyd Hamilton et Fred Hunter prennent deux gardiens en otage et en profitent pour s'échapper ; mais un des otages réussit à prévenir les autres gardiens. Le feu est ouvert sur les fuyards qui nagent au large. Tandis que Hunter et Brest sont tous deux appréhendés sans problème, Boarman est tué par balle (son corps a instantanément coulé et n'a pu être repêché) et Hamilton est présumé noyé... avant qu'il ne soit retrouvé par des gardiens à Alcatraz où il avait fait demi-tour.
  • 7 août 1943 : Huron « Ted » Walters disparaît de la laverie. Il est capturé sur le rivage avant qu'il ne puisse tenter de rejoindre la baie de San Francisco.
  • 31 juillet 1945 : dans une des tentatives d'évasion les plus ingénieuses, John Giles tire avantage de sa fonction de déchargeur de bateaux aux docks de l'île. Ce jour-là, il déchargea du matériel militaire envoyé à Alcatraz pour être nettoyé par les détenus. Giles en profite pour subtiliser un uniforme militaire et grâce à cet accoutrement repartir avec le bateau. Malheureusement, le bateau fait route vers Angel Island et non San Francisco comme il l'espérait. Tout de suite déclaré manquant, il est rattrapé à Angel Island faute de pouvoir en sortir.
  • 2-4 mai 1946 : durant cet incident connu sous le nom de « Bataille d'Alcatraz », six prisonniers tentent de prendre la fuite en maîtrisant les gardiens et en prenant possession des armes et des clés de la prison. Durant le combat, dix-huit gardiens sont blessés et deux sont tués. L'armée intervint le 4 mai et les corps de trois des prisonniers sont retrouvés dans la prison. Deux preneurs d'otages sont condamnés à la peine de mort (ils sont gazés à San Quentin en 1948), et le troisième âgé de 19 ans, à une seconde peine à perpétuité.
  • 23 juillet 1956 : Floyd Wilson disparaît de son travail aux docks. Après plusieurs heures de recherche au bord du rivage, il est retrouvé et réincarcéré.
  • 29 septembre 1958 - Durant leur session de travail, Aaron Burgett et Clyde Johnson s'évadent en neutralisant un gardien et s'échappent de l'île à la nage. Clyde Johnson est capturé ; mais après de longues recherches son compagnon d'échappée n'est pas retrouvé. Ce n'est que deux semaines plus tard que le corps d'Aaron Burgett est repéré en mer.
Photo aérienne du complexe
  • 11 juin 1962 - Rendue célèbre par le film L'Évadé d'Alcatraz avec Clint Eastwood, l'évasion de Frank Morris et des frères John et Clarence Anglin reste un mystère. Disparus dans la nuit de leur cellule et de la prison via les bouches d'aération, on ne put jamais les retrouver. C'est seulement au petit matin que les gardes s'aperçoivent de leur évasion ; leurs cellules sont vides et leur absence dissimulée par des mannequins fabriqués en papier maché. Le FBI lance alors l'une des plus grandes chasses à l'homme jamais entreprise — sans succès. Des effets personnels (vestes, lettres et photos) sont par la suite retrouvés dans la baie de San Francisco et plusieurs semaines plus tard, un corps en tenue bleue comme celui des détenus d'Alcatraz est repêché. Mais son état de détérioration est tel qu'il ne put jamais être identifié. Frank Morris, John et Clarence Anglin ont été officiellement portés disparus et présumés noyés.
  • 16 décembre 1962 - John Paul Scott et Darl Parker scient les barreaux de leur cellule et sautent à l'eau. Parker est par la suite retrouvé sur un rocher près de l'île tandis que Scott qui a tenté de nager jusqu'à San Francisco est déporté vers le large avant d'être lui aussi retrouvé vers Fort Point par des adolescents. Souffrant d'hypothermie, il est transféré dans un hôpital militaire avant de retourner à la prison d'Alcatraz.

L'évasion impossible ?

Une des légendes d'Alcatraz raconte qu'il est impossible de s'évader de l'île par la nage à cause des requins. En réalité, il y a bien des requins dans la baie de San Francisco, mais aucune espèce mangeuse d'homme. Le principal obstacle pour les fuyards est la température de l'eau — basse (environ 10-12 degrés) —, les forts courants qui entraînent vers le large et la distance au continent (deux kilomètres). En 1934, une jeune fille a réussi la traversée pour prouver aux autorités fédérales que celle-ci était possible. Plusieurs nageurs ont depuis réussi à rejoindre la ville depuis l'île, notamment un garçon âgé de sept ans, le 22 mai 2006, qui a accompli la traversée en quarante-sept minutes. Une personne entraînée et conditionnée peut sans doute survivre à l'eau froide et parcourir la distance de la traversée tout en remontant les courants. En revanche, pour les prisonniers, qui n'ont aucun entraînement, aucun contrôle sur leur régime alimentaire et pas de conditions de vie optimales, les chances de succès sont faibles. De plus l'administration pénitentiaire faisait prendre systématiquement des douches chaudes aux détenus afin qu'aucun d'entre eux ne puissent s'accoutumer à l'eau froide[2]. À ce jour, aucun détenu n'a d'ailleurs jamais réussi officiellement à rallier San Francisco.

Les célèbres prisonniers

Grand personnage du crime organisé de Chicago. Emprisonné de 1934 à 1939 à Alcatraz.
Connu pour son évasion de l'île. Emprisonné de 1960 à 1962 à Alcatraz.
Connu pour le meurtre de Rufus McCain, et le film Meurtre à Alcatraz. Emprisonné de 1935 à 1948 à Alcatraz.
Surnommé « l'homme aux canaris d'Alcatraz », il disait élever et vendre des oiseaux. Emprisonné de 1933 à 1937 à Alcatraz.

Inspirations

La prison d'Alcatraz a inspiré plusieurs films, notamment :

En musique :

  • Rick Wakeman (claviériste de Yes) sort l'album solo Criminal Record en 1977, sur lequel figure le morceau Birdman of Alcatraz
  • Alcatrazz, groupe de heavy-metal de Los Angeles fondé en 1983, dont les guitaristes furent - entre autres - les célèbres Yngwie Malmsteen et Steve Vai, tire son nom de la prison. Plusieurs morceaux ou albums font référence à la légende de la prison d'Alcatraz, ou plus largement au monde carcéral (Live Sentence, Island in the sun...)

Et aussi un livre :

  • Mon étrange petite sœur et les prisonniers d'Alcatraz de Gennifer Choldenko

Voir aussi

Sources

  1. Herman Wouters, Peuples et coutumes en voie de disparition, éditions Famot-Genêve, p. 30-31
  2. Bay City Guide : City Sights

Liens externes

Commons-logo.svg

  • Portail de la Californie Portail de la Californie
  • Portail des États-Unis Portail des États-Unis
  • Portail du droit Portail du droit
  • Portail du monde maritime Portail du monde maritime


Ce document provient de « Alcatraz ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Alcatraz de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Alcatraz — Gewässer Bucht von San Francisco Geographische Lage …   Deutsch Wikipedia

  • Alcatraz — hace referencia a varios artículos: Contenido 1 Aves 2 Plantas 3 Prisión 4 Música Aves A las aves marinas de la familia de los …   Wikipedia Español

  • alcatraz — île des È. U., dans la baie de San Francisco. Anc. prison féd. ⇒ALCATRAZ(E), (ALCATRAZ, ALCATRAZE) subst. masc. ORNITH., vx, inus. ,,Nom donné par les voyageurs à plusieurs oiseaux des mers d Amérique et des Indes, qui paraissent être des… …   Encyclopédie Universelle

  • Alcatraz — (Gustavsfors,Швеция) Категория отеля: Адрес: Bruksvägen 10, 666 93 Gustavsfors, Швеция …   Каталог отелей

  • Alcatraz — see ALBATROSS (Cf. albatross) …   Etymology dictionary

  • alcatraz — s. m. 1.  [Ornitologia] Ave palmípede a que alguns chamam albatroz. 2. Nome de várias espécies de pelicano. 3.  [Informal] Aquele que conserta ossos deslocados.   ‣ Etimologia: árabe al gattas, mergulhador, mergulhão …   Dicionário da Língua Portuguesa

  • alcatraz — sustantivo masculino 1. (macho y hembra) Sula bassana. Ave palmípeda marina, generalmente blanca con manchas negras en el borde de sus largas alas y en la base del pico, que se lanza al agua desde gran altura para capturar peces …   Diccionario Salamanca de la Lengua Española

  • Alcatraz — [al′kə traz΄] [after Sp Isla de Alcatraces, Island of Pelicans] small island in San Francisco Bay: site of a federal prison (1934 63) …   English World dictionary

  • Alcatraz — I Alcatraz   [ælkə træz], kleine Felseninsel in der San Francisco Bay, Kalifornien (USA). Von Spaniern entdeckt und Pelikaninsel (Isla de los Alcatraces) genannt; im 19. Jahrhundert errichtete die US Armee ein Fort, das zeitweilig als… …   Universal-Lexikon

  • Alcatraz — ► sustantivo masculino 1 ZOOLOGÍA Ave marina grande, del grupo de los pelícanos que cría en islas rocosas y acantilados, y se lanza en picado sumergiéndose en busca de peces. (Sula bassana.) IRREG. plural alcatraces 2 Papel, cartón o barquillo… …   Enciclopedia Universal

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”