Guillaume Postel
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Postel.
Guillaume Postel

Guillaume Postel, né le 25 mars 1510 dans le village de la Dolerie à Barenton (Manche). Ses biographes disent qu'il s'est éteint le 6 septembre 1581 à Paris, mais il semblerait qu'il soit mort dans la ferme qu'il possédait à Trappes[1]. C'est un orientaliste, un philologue et un théosophe français de confession catholique. Esprit universel et cosmopolite, Postel est le représentant français le plus caractéristique de la kabbale chrétienne.

Sommaire

Sa vie

Professeur de langues orientales (il connaissait le grec, l'arabe, l'hébreu et le syriaque) au Collège de France en 1538 et se croyant élu de Dieu, il élabore un projet de concorde universelle et écrit dans cette intention De orbis terrae concordia, paru en 1544. Il essaye sans succès de rallier François Ier à son projet de réaliser la monarchie universelle. Entré dans la Compagnie de Jésus en mars 1544, à Rome (on ne sait s'il était déjà prêtre), il tente de convertir à ses idées Ignace de Loyola. Bien que de comportement humble et religieux, il est incapable de contrôler ses oracles prophétiques, ce qui est source d'embarras et de scandale. Il est renvoyé du noviciat un an et demi plus tard (9 décembre 1545). Il décide alors de s'initier au Livre d'Hénoch et à la Kabbale auprès d'Andreas Maes.

À Venise, il rencontre une vieille religieuse, mère Jeanne, qu'il n'hésite pas à appeler « la mère du monde » et « la nouvelle Ève ». Cette rencontre improbable est à l'origine d'un étrange messianisme, d'essence sophianique : spirituellement proche du grand kabbaliste juif Isaac Louria, Postel professait, en conformité avec le Zohar (qu'il avait traduit en 1547), qu'il y avait deux messies. L'esprit féminin de l'homme, qu'il nomme (le premier) anima, compromis par le pêché d'Ève et n'ayant pas fait l'objet de la rédemption du Christ, devait être sauvé par un messie femme, incarnation de l'âme du monde (la Sophia, identifiée à mère Jeanne). Convaincu, à la Noël 1553, que la pauvresse a pris possession de son « corps spirituel », il commence à divaguer, annonce la fin du monde, rencontre les anabaptistes et, déçu par François 1er, se met au service de l'empereur d'Autriche. Il finit par se tourner vers les Turcs, ultime espoir pour l'unification du monde, à moins que les ismaéliens... L'Inquisition s'inquiète et examine ses thèses. Suspecté d'hérésie et déclaré fou (il était probablement paranoïaque ou mégalomane), il est emprisonné pendant quatre ans. Libéré en 1559, il connaît une période d'errance, au terme de laquelle, en 1562, il est interné au cloître de Saint-Martin-des-Champs de Paris, l'actuel Conservatoire national des arts et métiers. Il meurt dans sa ferme à Trappes, oublié de tous.

Notes et références

  1. Source : "Trappes, Mémoires d'avenir" de Raymond Lavigne

Ouvrages

(par ordre chronologique)

Aujourd'hui introuvables, ses œuvres méritent néanmoins d'être citées. Leurs titres évoquent bien son itinéraire intellectuel et l'étendue de ses préoccupations :

  • De originibus seu de hebraicae lingua, 1538. Dans cet essai de philologie comparée, il fait dériver toutes les langues de l'hébreu. Avant Voltaire, il rapproche, par exemple, l'Abraham hébreu et le Brahman des hindous.
  • Les Magistratures athéniennes, 1540.
  • Description de la Syrie , 1540.
  • Les Raisons du Saint-Esprit , 1543.
  • De orbis terrae concordia, 1544. Son chef-d'œuvre. Dans cette utopie, il tente de réunir les conditions et les moyens de l'unification politique et religieuse du monde à partir du caractère rationnel des vérités religieuse et morales devant être approuvées par tous les peuples.
  • De nativitate Mediatoris, 1547.
  • Absconditorum clavis, ou La Clé des choses cachées et l'Exégèse du Candélabre mystique dans le tabernacle de Moyse, 1547. Il y applique les méthodes kabbalistiques à la mission du roi de France. Réédition : Absconditorum clavis ou Clef des choses cachées dans la constitution du monde de l'éternelle vérité, 1899. Texte en ligne : [1]
  • Livre des causes et des principes,1551.
  • Abrahami patriarchae liber Jezirah, 1552.
  • Liber mirabilium, 1552.
  • Raisons de la monarchie, 1552.
  • La Loi salique, 1552.
  • L'Histoire mémorable des expéditions depuis le déluge, 1552.
  • Les Très Merveilleuses Victoires des femmes du Nouveau monde, 1553.
  • Le Livre de la concorde entre le Coran et les Évangiles , 1553.
  • Cosmographie, 1559.
  • La République des Turcs, 1560.
  • De ce qui est premier pour reformer le monde, 1566.
  • La Vraye et Entière Description du royaume de France, 1570.
  • Des admirables secrets des nombres platoniciens. Édition, traduction, introduction et notes par Jean-Pierre Brach, Vrin, Paris, 2002.
  • Entrée solennelle faicte à Rome aux ambassadeurs du roi de Perse, le 5 avril 1601, Rouen, 1601[1]

Bibliographie

  • Claude Postel, Les Ecrits de Guillaume Postel publiés en France et leurs éditeurs : 1538-1579, Librairie Droz, Genève, 1993
  • François Secret :
    • Guillaume Postel (1510 -1581) et son interprétation du candélabre de Moyse en hébreu, latin, italien et français, Nieuwkoop (Pays-Bas), 1966.
    • Guillaume Postel : apologies et rétractations. Manuscrits inédits publiés avec une introduction et des notes, Nieuwkoop (Pays-Bas), 1972.
    • Postelliana, Nieuwkoop (Pays-Bas), 1981.
    • Vie et caractère de Guillaume Postel, Archè, Milano, 1987.
    • Postel revisité. Nouvelle recherche sur Guillaume Postel et son milieu, Chrysopoeia, Paris, 1998.
  • Père des Billons, Nouveaux éclaircissements sur la vie et les ouvrages de Guillaume Postel, Liège, 1773.
  • Josée Balagna Coustou, Arabe et humanisme dans la France des derniers Valois , Paris, 1989.
  • Marion Kuntz, Guillaume Postel: Prophet of the Restitution of All Things, His Life and Thought, Martinus Nijhoff, La Haye, 1981.
  • Collectif, Actes du colloque Guillaume Postel, 1581-1981, Guy Trédaniel - Éditions de la Maisnie, Paris, 1985.
  • S. Matton (éd.), Documents oubliés sur l'alchimie, la kabbale et Guillaume Postel offerts à François Secret, Droz, Genève, 2001.
  • Yvonne Petry, Gender, Kabbalah and the Reformation: The Mystical Theology of Guillaume Postel (1510-1581), Brill, Leyde, 2004.
  • Bernard-Maître, H. Le passage de Guillaume Postel chez les premiers jésuites de Rome, in Mélanges d'histoire littéraire..., Paris, 1951, pp. 227-243.

Voir aussi

sa traduction en latin du Zohar (peu connue) ms sloane 1410, f. 8v°

Articles connexes

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références

  1. Jeanne Chaybany Les voyages en Perse et la pensée française au XVIIIe siècle université de Paris, 1971, pp.44, 362
  • Portail des religions et croyances Portail des religions et croyances

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Guillaume Postel de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Guillaume Postel — (* 25. März 1510 in Dolerie, bei Barenton (Manche) in der Diözese Avranches, Basse Normandie; † 6. September 1581 in Paris) war ein französischer Humanist und Universalgelehrter (Mathematiker, Kartograph, Linguist …   Deutsch Wikipedia

  • Guillaume Postel — Postel en Les vrais pourtraits et vies des hommes illustres grecz, latins et payens (1584) de André Thevet. Guillaume Postel (Barenton, 25 3 1510 – 6 9 1581) fue un lingüista francés, astrónomo, cabalista, diplomático y erudito famoso en el siglo …   Wikipedia Español

  • Guillaume Postel — (March 25 1510 September 6 1581), was a French linguist, astronomer, Cabbalist, diplomat, professor, and religious universalist. Born in the village of Barenton in Basse Normandie, Postel made his home in the vicinity of Paris.Adept at Arabic,… …   Wikipedia

  • POSTEL, GUILLAUME° — (1510–1581), French Orientalist and philosopher, and an outstanding exponent of the Christian kabbalah . A self taught prodigy, Postel was appointed in 1538 professor of mathematics and philology at the College   of the Three Languages in Paris… …   Encyclopedia of Judaism

  • Postel-Vinay — Postel Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Sommaire 1 Toponymie 2 Patronyme 2.1 Famille Pos …   Wikipédia en Français

  • Postel — bezeichnet: Postel (Mol), ein Ortsteil der Gemeinde Mol in Belgien Abtei Postel, eine Prämonstratenserabtei in Mol Postel, Belgien Postel (Käse), eine belgische Käsesorte Postel (Bier), ein belgisches Abteibier Postel ist der Familienname… …   Deutsch Wikipedia

  • Postel — is a surname, and may refer to:* Georg Wilhelm Postel * Gert Postel * Guillaume Postel * Jon Postel * Kaitlynne Postel * Sandra Postel …   Wikipedia

  • Postel — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Sommaire 1 Toponymie 2 Patronyme 2.1 …   Wikipédia en Français

  • Guillaume — Infobox Given Name Revised name = Guillaume imagesize= caption= pronunciation= gender = Male meaning = region = origin = related names = William footnotes = Guillaume, French for William, may refer to:As a given nameA*Guillaume Amontons… …   Wikipedia

  • POSTEL (G.) — POSTEL GUILLAUME (1510 1581) Un des principaux représentants de la Renaissance, dont il vécut le mythe en se proclamant le «premier né de la restitution». Celui qui signe d’abord G. P. Barentonius Doleriensis (il est né d’une humble famille de… …   Encyclopédie Universelle

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”