Albin-Georges Terrien

Albin-Georges Terrien est un journaliste, écrivain et militant wallon de nationalité belge né à Engreux (Houffalize) en 1934. Il fut instituteur rural de 1956 à 1986. En 1981, il publia Le Verdict de la peur sur l'affaire Champennois qui connut un vif succès. C'est dans Le sillon belge qu'il a longtemps fait avloir ses idées sur la régionalisation de l'agriculture et les critiques qu'il fait aussi valoir dans ses œuvres de fiction à l'égard du Boerenbond.

La Glèbe

Dans La Glèbe, l’Ardenne vraie que l’on rencontre est celle précisément de la glèbe, le mot désignant autrefois la parcelle de ce demi-esclave qu’est le serf. Les paysans ardennais ne sont plus des serfs, mais, d’une certaine manière, ils en gardent la dépendance : vis-à-vis d’un sol pauvre, ingrat, des conditions de travail très dures. L’Ardenne vraie, c’est aussi celle de la violence de ce pays où, régulée, elle peut servir à résoudre des conflits de toutes sortes (professionnels, amoureux), sans devoir recourir aux autorités officielles (police, juge…). Une sorte de Corse. Voilà ce qui saute au visage dès les premières lignes du livre. On est loin de la merveilleuse terre de vacances. Le monde paysan mis sans cesse ici en scène est un peu celui, si l’on veut, du film Le Grand Paysage d'Alexis Droeven de Jean-Jacques Andrien, mais un monde paysan encore moins conforme à l’idée qu’on s’en fait. Et c’est à travers ce monde qu' Albin-Georges Terrien nous parle, sans jamais nous lasser (les 500 pages du roman se lisent d’un trait), de tous les événements qui concernent l’Ardenne depuis 30 années: lutte contre l’implantation du camp militaire à Marche, l’espèce de lynchage évité de justesse du ministre de l’agriculture en 1991 sur la Foire agricole de Libramont en passant par la grande manifestation agricole de 1972 à Bruxelles, la nomination de Mgr André-Mutien Léonard comme évêque de Namur, les quotas laitiers, la brucellose... Tout nous est dit aussi des luttes incessantes du monde agricole ardennais, plus largement wallon et européen, contre la PAC

Vive la Guerre !

Vive la Guerre ! est tout le temps écrit à la première personne. C'est un récit d'enfance, la manière d'appréhender les choses qui pouvaient être celle d'un enfant né en 1934: l'école primaire le français, la religion, l'organisation de jeux plus ou moins permis et aussi plus ou moins interdits, ce qu'était l'âpreté d'être un garçon à cette époque. Albin Terrien se concentre sans désemparer sur les quelques hectares du village d'Engreux lui-même déendant de Mabompré (entre Bastogne et Houffalize), et sur la période d’avril 1940 à juin 1945. Il s’agit ici d’un village d’Ardenne à l’heure allemande. Mais l’heure n’y est, d’une certaine manière, pas toujours très allemande. On apprend aussi bien des choses sur cette Ardenne bien plus énigmatique que « mystérieuse » au sens du cliché cent fois ressassé. Comme l’existence, pendant la guerre, parallèlement à la Résistance authentique, de vraies bandes de pillards osant prendre d’assaut des villages terrorisés, malgré les armes dont disposent ces villageois aptes à se défendre physiquement et combattus de manière déterminée par une armée allemande, efficace et brutale, mais dont ces entreprises de simple maintien de l’ordre, ne sont pas nécessairement toutes des succès. On retrouve ici l’odeur de la craie sur les tableaux noirs, les chants de l’école primaire (qui durait jusqu’à 16h le samedi). Mais aussi les affres de la première confession (listes de péchés mal identifiés, dont on doit faire le compte rigoureux au point que certains se munissent de carnets), les crécelles de la semaine sainte, les distributions d’eau bénite du lundi de Pâques, les braconniers dans l’Ourthe gelée, la nuit, toujours sur le qui-vive par crainte d’être appréhendés par les gendarmes, les terribles guerres entre gosses de villages ennemis allant jusqu’aux voies de fait parfois graves, les expressions d’une sexualité bien moins ignorée qu’on ne le pense et même parfois très clairement étalée en son libertinage, malgré les préjugés du temps. Les pauvres. Les riches. Les puissants. Les fraternités sans complaisance avec les soldats allemands, celles plus profondes avec les Américains. La bataille des Ardennes dans l’hiver le plus mortellement froid de la Deuxième Guerre mondiale… Et – chose plus rare -, le retour du prisonnier de guerre en mai/juin 1945, raconté de main de maître par quelqu’un qui a pris la mesure à la fois de ce drame wallon, mais aussi du caractère criminel du bombardement des villes allemandes. Vive la Guerre est bien sûr une antiphrase. Par son enracinement et sa ferveur cet écrivain fait songer à André Dhôtel et Guy Denis.

Œuvres

  • Le verdict de la peur, Editions de l'essai, 1981
  • La prison aux murs de verre, Editions Petits Pas
  • La Glèbe, Memory Press, Érezée, 1999
  • Vive la Guerre, Memory Press, Érezée, 2003.
  • La soutane , Memory Press, Érezée, 2007.



Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Albin-Georges Terrien de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Prix Georges Garnir — Le prix George Garnir est un prix littéraire de Belgique institué en 1945, décerné par l ARLLFB (Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique). Ce prix est décerné tous les trois ans à l auteur belge de langue française d un …   Wikipédia en Français

  • Prix George Garnir — Prix Georges Garnir Le prix George Garnir est un prix littéraire de Belgique institué en 1945, décerné par l ARLLFB (Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique). Ce prix est décerné tous les trois ans à l auteur belge de… …   Wikipédia en Français

  • Histoire Du Cinéma Wallon — Il ne s’agit nullement d’évoquer l’histoire de la création cinématographique en Wallonie depuis l’invention des frères Lumière jusqu’aux prix reçus au Cannes par les frères Jean Pierre et Luc Dardenne. Dans cette histoire du cinéma wallon il… …   Wikipédia en Français

  • Histoire du cinema wallon — Histoire du cinéma wallon Il ne s’agit nullement d’évoquer l’histoire de la création cinématographique en Wallonie depuis l’invention des frères Lumière jusqu’aux prix reçus au Cannes par les frères Jean Pierre et Luc Dardenne. Dans cette… …   Wikipédia en Français

  • Histoire du cinéma wallon — Il ne s’agit nullement d’évoquer l’histoire de la création cinématographique en Wallonie depuis l’invention des frères Lumière jusqu’aux prix reçus au Cannes par les frères Jean Pierre et Luc Dardenne. Dans cette histoire du cinéma wallon il… …   Wikipédia en Français

  • Liste D'écrivains Wallons — Sommaire 1 En français 2 En allemand 3 En wallon : Sicrijheus e walon 4 En picard 5 …   Wikipédia en Français

  • Liste d'ecrivains wallons — Liste d écrivains wallons Sommaire 1 En français 2 En allemand 3 En wallon : Sicrijheus e walon 4 En picard 5 …   Wikipédia en Français

  • Liste d'écrivains wallons — Cette liste est incomplète ou mal ordonnée. Votre aide est la bienvenue ! Sommaire 1 En français 2 En allemand 3 En wallon …   Wikipédia en Français

  • Liste des écrivains wallons — Liste d écrivains wallons Sommaire 1 En français 2 En allemand 3 En wallon : Sicrijheus e walon 4 En picard 5 …   Wikipédia en Français

  • Adamek — André Marcel Adamek André Marcel Adamek, de son vrai nom Dammekens, (Gourdinne, le 3 mai 1946) est un écrivain belge d expression française. Sommaire 1 Biographie 2 Œuvres 2.1 Œuvres principales …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”