Alberto Contador Velasco

Alberto Contador

Pix.gif Alberto Javier Contador Velasco Icône cycliste
Alberto Contador Paris-Nice 2007.jpg
Informations
Nom Contador Velasco
Prénom Alberto Javier
Date de naissance 6 décembre 1982 (26 ans)
Pays Espagne Espagne
Équipe actuelle Astana
Type de coureur course à étapes
Équipe(s) pro
2003
2004-15/06/2006
16/06/2006-2006
2007
2008-2009
Once-Eroski
Liberty-Seguros
Astana-Würth
Discovery Channel
Astana
Principales victoires

4 grands tours
Jersey yellow.svg Tour de France 2007, 2009
Jersey pink.svg Tour d'Italie 2008
Jersey gold.svg Tour d'Espagne 2008
1 Championnat
Espagne Champion d'Espagne du contre-la-montre 2009
6 étapes dans les grands tours
Tour de France (4 étapes)
Tour d'Espagne (2 étapes)

3 courses par étapes
Paris-Nice 2007
Tour du Pays basque (2008, 2009)

Alberto Contador Velasco, né le 6 décembre 1982 à Madrid, est un coureur cycliste qui, en 2007, avec l'équipe américaine Discovery Channel, est devenu le plus jeune Espagnol à avoir gagné le Tour de France.

Alberto Contador débute sa carrière professionnelle en 2003, dans l'équipe Once-Eroski. Suite à ses victoires aux Tour d'Italie et Tour d'Espagne, il devient, en 2008, le premier coureur espagnol à avoir remporté les trois grands tours[1]. Le 26 juillet 2009, il gagne son deuxième Tour de France, en battant Andy Schleck et Lance Armstrong, septuple vainqueur de la « Grande boucle ».

Sommaire

Biographie

L'enfance

Alberto Contador est issu d'une famille modeste de Pinto, une ville d'environ 40 000 habitants située dans la grande banlieue de Madrid, plus précisément à 20 kilomètres au sud de la capitale espagnole.

Il grandit dans un contexte assez difficile. Son jeune frère, Raul, déficient mental, monopolise en effet l'attention de ses parents, lesquels n'ont pas les moyens nécessaires pour le placer dans un établissement spécialisé.

Il commence à pédaler pour s'amuser avec les copains du village, jusqu'au jour ou un éducateur le remarque et l'inscrit dans un club. Il dispute ses premières compétitions sur le vélo de son frère aîné, qu'il a vaguement retapé et repeint en bleu pour faire comme les "vrais" coureurs.

En 2002, il devient notamment champion d'Espagne espoirs du contre-la-montre [2].

Les premières années chez ONCE/Liberty Seguros

Alberto Contador passe professionnel en 2003 dans la célèbre équipe espagnole ONCE, dirigée par Manolo Saiz, qu'il considère comme un « second père »[3].

Il remporte sa première victoire professionnelle à seulement 20 ans. Il s'impose ce jour-là sur la dernière étape du Tour de Pologne, un contre-la-montre, devant le vainqueur final Cezary Zamana et des coureurs d'expérience comme Andrea Noè ou Jens Voigt[4].

En mai 2004, Contador est victime d'une grave chute dans le Tour des Asturies. Il est conduit à l'hôpital d'Oviedo, où les médecins diagnostiquent, outre une fracture de la mâchoire, un début de rupture d'anévrisme susceptible d'expliquer sa chute et les convulsions qui l'ont précédée [5].

Il sort de l'hôpital, mais sa santé se détériore rapidement ensuite. Transporté en urgence dans un hôpital de Madrid, il est opéré durant cinq heures pour retirer un œdème logé dans le crâne à un endroit particulièrement sensible où le risque d'un futur état végétatif est grand. Plongé dans le coma pendant trois semaines, il se réveille avec 70 points de suture d'une oreille à l'autre et deux plaques de titane dans le crâne mais avec toutes ses facultés initiales. Deux mois plus tard, il recommence à marcher et sept mois plus tard (en décembre), il remonte sur son vélo.

De retour dans le peloton professionnel en 2005, il se montre rapidement compétitif. En janvier, il gagne une des premières courses qu'il dispute, la cinquième étape du Tour Down Under, où l'équipe Liberty Seguros s'empare des quatre premières places avec Luis Léon Sanchez, Allan Davis et Javier Ramirez Abeja[6].

Deux mois plus tard, il signe un premier succès sur une course par étapes à la Semaine catalane, où il gagne l'étape de montagne et se classe quatrième du contre-la-montre final. En avril, il obtient des places d'honneur sur deux courses par étapes majeures, le Tour du Pays basque (3e) et le tour de Romandie (4e), après avoir remporté le contre-la-montre final du premier[7] et une étape de montagne du second[8].

Il participe en juillet à son premier tour de France. Avec plus d'une heure de retard sur le vainqueur Lance Armstrong, il prend la 31e place du classement général et la troisième place du classement des meilleurs jeunes. En fin d'année, il est opéré d'une hernie inguinale avant de poursuivre pour une saison supplémentaire avec Liberty Seguros[9].

Saison 2006 : l'affaire Puerto

En 2006, Contador se distingue en avril en se classant parmi les cinq premiers du tour du Pays basque (5e), du tour de Romandie (2e) et de la Klasika Primavera (4e). Il remporte également en juin une étape de montagne du tour de Suisse. À la fin du mois, il est cependant l'un des coureurs mis en cause dans le cadre de l'affaire Puerto[10]. Cette affaire de dopage impliquant une quarantaine de coureurs cyclistes touche particulièrement l'équipe Liberty Seguros : son propriétaire Manolo Saiz, arrêté, en est l'un des principaux protagonistes et treize de ses coureurs sont cités. Le sponsor Liberty Seguros met fin à son partenariat dès le mois de mai[11]. Malgré les nouveaux partenaires kazakhs attirés par le leader de l'équipe Alexandre Vinokourov, l'équipe est exclue du tour de France faute de pouvoir réunir suffisamment de coureurs[12]. En juillet, Alberto Contador est blanchi par la justice espagnole, de même que plusieurs de ses coéquipiers[13].

Saison 2007 : la victoire sur le tour de France

Alberto Contador est recruté pour 2007 par l'équipe américaine Discovery Channel, l'ancienne équipe de Lance Armstrong, qui a pris sa retraite après le Tour de France 2005, et dirigée par Johan Bruyneel, directeur sportif avec lequel Lance Armstrong a gagné ses sept Tours de France.

Contador gagne Paris-Nice, sa première victoire majeure, dans la dernière étape. Il profite de la qualité de son équipe, pour affaiblir son rival Davide Rebellin, ce qui lui permet de lancer une grosse attaque dans la dernière difficulté de l'étape. Il avait déjà essayé d'attaquer Rebellin les jours précédents mais n'était pas parvenu à le rattraper au classement général. Malgré la chasse menée par Rebellin qui doit attaquer seul sur la fin, Contador gagne l'étape et garde assez d'avance pour remporter le classement général.

Deux semaines plus tard, il s'impose à nouveau sur une course par étapes d'une semaine, le Tour de Castille et Léon. Il dispute également au mois de juin le Critérium du Dauphiné libéré où il se classe sixième.

Prenant le départ du Tour de France avec un rôle de coéquipier de Levi Leipheimer, il gagne la 14e étape au Plateau-de-Beille en montant cette dernière côte plus rapidement que Lance Armstrong (mais moins que le record de Marco Pantani), et conforte sa seconde place au classement général derrière Michael Rasmussen en prenant un peu de temps sur le troisième, Cadel Evans. Lors de la 16e étape, Contador n'est pas loin de décrocher Rasmussen mais il n'y parvient pas malgré deux attaques très sèches et une dernière montée du col de Peyresourde rapide, qui lui permet néanmoins d'accroître une nouvelle fois son avance sur ses autres poursuivants. Lors de la 17e étape, il est décroché par Rasmussen dans le dernier kilomètre et pense abandonner là tous ses espoirs de victoire finale. Mais le Danois Michael Rasmussen est exclu ce soir-là par son équipe Rabobank. Contador s'empare donc du maillot jaune lors de la 18e étape. Dans la 19e étape, courue contre-la-montre, il réussit à garder une marge de 22 secondes sur Evans et de 31 secondes sur son équipier Levi Leipheimer. Il remporte donc son premier Tour de France, dans l'ancienne équipe du septuple vainqueur Lance Armstrong.

La citation temporaire de Contador dans l'affaire Puerto a été rappelée dans les médias durant ce Tour. Contador a bénéficié du soutien de Patrice Clerc, le patron du Tour, qui a affirmé que Contador était uniquement cité « dans le cadre de conversations téléphoniques pour des résultats de courses » et qu'« en aucun cas le nom de Contador ne pouvait être lié à la clientèle de M. Fuentes[14] ». Le 30 juillet 2007, un expert allemand de la lutte antidopage, Werner Franke, a qualifié la victoire de Contador dans le Tour de France 2007 de « plus grande escroquerie de l'histoire du sport », et qu'il aurait été bénéficiaire d'un « protocole de dopage » qu'il détaille lui-même[15]. Il affirme avoir les preuves et les avoir envoyées à l'AMA[16]. Contador a cependant nié à plusieurs reprises tout fait de dopage, et s'est dit prêt à se soumettre à des tests ADN pour démontrer son innocence[17],[16].

Saison 2008 : Astana, le Giro et la Vuelta

Contador lors de la 21e étape du Tour d'Italie.
Au Tour d'Espagne 2008, vêtu du maillot or

L'équipe Discovery Channel disparaissant à la fin de la saison, il signe pour l'année 2008 avec l'équipe Astana, y rejoignant le directeur sportif de Discovery Johan Bruyneel, en compagnie de plusieurs autres coureurs de la Discovery. Bien qu'ayant changé d'encadrement et renouvelé son effectif, le nom d'Astana reste associé aux affaires de dopage qui l'ont secouée en 2007, dont notamment les contrôles antidopage positifs d'Alexandre Vinokourov et Andrey Kashechkin. L'équipe de 2008 en subit les conséquences : elle n'est pas invitée sur les épreuves organisées par Amaury Sport Organisation et par RCS Sport. Ainsi, Contador ne peut pas défendre ses titres sur Paris-Nice et au Tour de France. Sa saison est par conséquent centrée sur d'autres objectifs : les Jeux Olympiques et le Tour d'Espagne[18].

Faute de pouvoir prendre part à Paris-Nice, il est au départ du Tour de Murcie au début du mois de mars. Septième de l'étape de montagne remportée à Totana par son coéquipier José Luis Rubiera[19] et troisième du contre-la-montre au parcours vallonné derrière Alejandro Valverde et Stefano Garzelli[20], il termine troisième du classement général derrière ces deux coureurs. À la fin du mois, il domine comme en 2007 le Tour de Castille-et-León : il signe un doublé pour Astana avec Levi Leipheimer sur le contre-la-montre d'ouverture, puis distance ses adversaires dans l'étape de montagne à la Montaña Palentina pour s'imposer au final devant Mauricio Soler et Thomas Dekker.

Après cette seconde victoire consécutive, Alberto Contador prend part au Tour du Pays basque, épreuve majeure du calendrier espagnol et figurant au ProTour. Comme au Tour de Castille-et-León, il s'impose dès la première étape à Legazpi après avoir distancé tous ses adversaires dans l'ultime difficulté, l'Alto de Descarga, à moins de dix kilomètres de l'arrivée. Seul l'Espagnol Ezequiel Mosquera demeure un temps en sa compagnie. Il reste systématiquement au contact de ses adversaires durant les quatre étapes suivantes, sur des parcours difficiles, souvent disputées sous la pluie. Lors de la dernière étape, disputée contre la montre, il s'impose une nouvelle fois en dominant d'une vingtaine de secondes son adversaire direct de la fin du Tour de France 2007, l'Australien Cadel Evans. Alberto Contador ajoute donc une nouvelle course importante à son palmarès en s'imposant au classement final devant Cadel Evans et Thomas Dekker. Dès lors, il a l'intention de faire une pause, puis de préparer son futur grand rendez-vous, le Critérium du Dauphiné Libéré, couru en juin. Après avoir soigné une infection dentaire, il prend quelques jours de repos.

Le 4 mai, la société RCS Mediagroup crée la surprise en annonçant l'invitation au Tour d'Italie de l'équipe Astana qu'elle avait exclue dans une premier temps. Exclue du Tour, Astana envoie au Giro, qui démarre six jours plus tard, ses leaders Levi Leipheimer, Andreas Klöden, et Contador[21]. Durant la première semaine, Contador peine à suivre ses principaux rivaux : 18e à Agrigente (2e étape), il cède 10 secondes à six coureurs dont le vainqueur d'étape Riccardo Ricco et le tenant du titre Danilo Di Luca[22]. À Pescocostanzo (7e étape), il peine à nouveau à suivre les deux coureurs dans le final[23]. Il demeure cependant meilleur que ses rivaux italiens en contre-la-montre : il se classe second à Urbino (10e étape) derrière le spécialiste Marzio Bruseghin. Quatrième du classement général, il est désormais le mieux classé des favoris pour la course au maillot rose, malgré une blessure au poignet sans grandes conséquences. Les Dolomites permettent à Riccardo Ricco et Emanuele Sella de passer à l'offensive, mais les écarts restent réduits. Au sommet de la Marmolada (15e étape), Contador endosse son premier maillot rose, après avoir été en difficulté mais limité les écarts à l'arrivée[24]. Le lendemain, le contre-la-montre de Plan de Corones lui permet d'accroître légèrement son avance sur Ricco, Di Luca et Denis Menchov, sans parvenir à créer un écart définitif : tous ont moins de 3 minutes de retard. L'ultime arrivée au sommet, au Monte Pora (19e étape), est mouvementée : Di Luca lance une offensive de longue haleine et Ricco distance Contador dans les derniers kilomètres, de sorte que ce dernier sauve son maillot pour quatre secondes[25]. La dernière étape de montagne, comprenant le redouté Passo del Mortirolo ne change pas la situation : Di Luca flanche et Ricco ne parvient pas à attaquer Contador[26]. Le dernier contre-la-montre, dans les rues milanaises, ne fait qu'accroître l'écart entre Contador et Ricco, peu à son avantage sur ce terrain. Contador remporte donc le Tour d'Italie dès sa première participation et sans avoir pu le préparer dans les conditions optimales.


Lors de la 13e étape du Tour de France 2007
Lors de la 19e étape du Tour de France 2007
Contador Lors de la 21e étape du Tour de France 2009.

En septembre, Alberto Contador remporte le Tour d'Espagne devant son coéquipier Levi Leipheimer et le dernier vainqueur du Tour de France, Carlos Sastre. Lors de cette Vuelta, Contador part comme grand favori après ses victoires dans le Tour et le Giro, avec Sastre et Valverde. Lors de l'étape menant à l'Alto de l'Angliru, Astana contrôle la course et impose le rythme en faisant rouler Klöden, Rubiera et Leipheimer, arrivant à distancer les principaux favoris. Après avoir été le seul avec Joaquin Rodriguez à suivre une accélération de Valverde, Contador lâche ses compagnons d'échappée pour remporter cette étape et s'emparer du maillot de leader. Le lendemain, il récidive et remporte l'étape de Fuentes de Inverno en profitant d'un excellent travail de Mosquera et conforte ainsi sa place de leader. Lors de la dernière semaine, malgré une chute sans gravité, il contrôle la course avec son équipe jusqu'au dernier contre-la-montre en côte sur les pentes du Navacerrada où il ne concède qu'une trentaine de secondes à son coéquipier Leipheimer et reprend du temps à tous ses rivaux. Il remporte le lendemain sa première Vuelta avec 46 secondes d'avance sur Leipheimer et plus de quatre minutes sur Sastre. Il remporte également le classement du combiné. Il devient le cinquième coureur à remporter les trois grands Tour après Jacques Anquetil, Felice Gimondi, Eddy Merckx et Bernard Hinault. Il est avec Eddy Merckx en 1973 et Giovanni Battaglin en 1981 l'un des trois coureurs à avoir fait le doublé Vuelta-Giro la même année.

Saison 2009 : la seconde victoire sur le tour de France

Alberto Contador aborde l'année 2009 avec en point de mire le Tour de France, dont il doit être un des principaux favoris. Lance Armstrong, son coéquipier sur le retour, est annoncé comme son grand rival. Dès le début de saison, Contador montre sa suprématie en remportant le tour de l'Algarve au Portugal. Il prend le départ de Paris-Nice en grand favori, et remporte successivement la première étape contre la montre et l'étape reine au sommet de la montagne de Lure. Cependant, victime d'une défaillance dans la 7e étape, il perd la course au profit de Luis León Sánchez et termine quatrième.

Il se rassure pourtant très vite en prenant dès la semaine suivante la deuxième place du Tour de Castille-et-León puis en remportant le Tour du Pays basque avec deux étapes à la clé. Il finit troisième du Critérium du Dauphiné Libéré en juin, puis remporte le championnat d'Espagne du contre-la-montre.

Arborant de ce fait les couleurs de son pays au départ de la première étape du Tour de France à Monaco, Contador termine 2e du contre-la-montre, derrière le spécialiste, Fabian Cancellara. Après avoir terminé en tête du pointage intermédiaire de la côte de Beausoleil, Contador est maillot à pois provisoire. Il perd 40 secondes dans la bordure de La Grande-Motte, comme tous les autres favoris excepté son coéquipier Lance Armstrong. Son équipe Astana remporte le contre-la-montre par équipe. À Arcalis, pour la 1re étape de montagne, Contador attaque à 2 km de l'arrivée et passe deuxième du classement général, 2 secondes devant Armstrong. Il gagne en solitaire la 15e étape reliant Pontarlier à Verbier et s'empare du maillot jaune, avant de dominer la 18e étape contre-la-montre autour du lac d'Annecy, augmentant encore les écarts sur ses poursuivants, Andy Schleck et Lance Armstrong. Dans la montée du Mont Ventoux, il répond aux nombreuses attaques d'Andy Schleck et finit dans le groupe des favoris, assuré d'être maillot jaune à Paris.

Palmarès

Synthèse des résultats dans les grands tours

Tour de France

  • 2005 : 31e
  • 2007 : Jersey yellow.svg Vainqueur du classement général, Maillot blanc vainqueur du classement du meilleur jeune et de la 14e étape
  • 2009 : Jersey yellow.svg Vainqueur du classement général, vainqueur des 4e (contre-la-montre par équipes), 15e et 18e étapes

Tour d'Italie

  • 2008 : Jersey pink.svg Vainqueur du classement général

Tour d'Espagne

  • 2008 : Jersey gold.svg Vainqueur du classement général, vainqueur des 13e et 14e étapes, Jersey white.svg vainqueur du classement du combiné.

Distinctions

Notes et références

  1. Cet exploit a été réalisé seulement par les Français Jacques Anquetil et Bernard Hinault, l'Italien Felice Gimondi et le Belge Eddy Merckx
  2. (en) « Day 2 - June 28: Junior Women's Road Race, Elite/U23 Men's ITT », Cyclingnews.com, 28 juin 2002
  3. « Alberto Contador, maillot jaune miraculé de l'“opération Puerto” », Le Monde, 28 juillet 2007
  4. (en) « Zamana in full control in Orlinek », Cyclingnews.com, 14 septembre 2003
  5. (en) « Contador suffered aneurysm », Cyclingnews.com, 16 mai 2004
  6. (en) « Contador and Sanchez lead Liberty quartet to victory », Cyclingnews.com, 22 janvier 2005
  7. (en) « Rain Proof Txapelas for Contador and Di Luca », Cyclingnews.com, 8 avril 2005
  8. (en) « Alberto's year », Cyclingnews.com, 30 avril 2005
  9. (en) « Contador and Osa recovering », Cyclingnews.com, 8 décembre 2005
  10. « Opération Puerto : Prise de position de l'UCI », communiqué de presse de l'Union cycliste internationale, 30 juin 2006
  11. Liberty lâche Manolo Saiz, L'Équipe/AFP, 25 mai 2006
  12. (en) « Astana-Würth leaves the Tour », Cyclingnews.com, 30 juin 2006
  13. (es) « Beloki, Nozal, Davis, Contador y Paulinho, exculpados », El Diario Vasco, 26 juillet 2006
  14. « Contador sauve son maillot jaune alors qu'il est mis en cause par la presse », Le Nouvel Observateur, 28 juillet 2007
  15. « Contador, la plus grosse escroquerie », RDS/AFP, 30 juillet 2007
  16. a  et b « Alberto Contador assure ne jamais s'être dopé », Yahoo sports/Associated Press, 10 août 2007
  17. « Tour de France: Alberto Contador proche du sacre », Yahoo sports, 28 juillet 2007
  18. (en) « Contador re-focuses on Olympics and Vuelta », cyclingnews.com, 6 mars 2008
  19. (en) « Rubiera takes snow-capped queen stage », cyclingnews.com, 5 mars 2008
  20. (en) « Valverde squeaks out a win », cyclingnews.com, 7 mars 2008
  21. (en) « Astana officially in the Giro », Cyclingnews.com, 5 mai 2008
  22. (en) « Riccò strikes to win, Pellizotti pips Vande Velde in maglia rosa fight », Cyclingnews.com, 11 mai 2008
  23. (en) « Good day for LPR as Bosisio triumphs and Di Luca shows form », Cyclingnews.com, 16 mai 2008
  24. (en) « Dolomite delight: Italy's Sella doubles, Contador in maglia rosa », Cyclingnews.com, 25 mai 2008
  25. (en) « Contador proves tough under Di Luca's pressure », Cyclingnews.com, 30 mai 2008
  26. (en) « Contador one step closer to pink dream », Cyclingnews.com, 31 mai 2008

Liens externes


  • Portail du cyclisme Portail du cyclisme
  • Portail de l’Espagne Portail de l’Espagne


Ce document provient de « Alberto Contador ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Alberto Contador Velasco de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Alberto Contador Velasco — Alberto Contador Alberto Contador bei Paris–Nizza 2007 Personendaten Geburtsdatum 6. Dezember 1982 Nation …   Deutsch Wikipedia

  • Alberto Contador — Contador redirects here. For the actress and TV host, see Javiera Contador. This name uses Spanish naming customs; the first or paternal family name is Contador and the second or maternal family name is Velasco …   Wikipedia

  • CONTADOR VELASCO Alberto — Alberto Contador Alberto Javier Contador Velasco …   Wikipédia en Français

  • Alberto Contador — Información personal Nombre completo Alberto Contador Velasco Fecha de nacimiento 6 de diciembre de 1982 (28 años) Lugar de nacimiento …   Wikipedia Español

  • Alberto Contador — bei der Tour de France 2010 Personendaten Geburtsdatum 6. Dezember 19 …   Deutsch Wikipedia

  • Alberto Contador — Contador Velasco est un nom espagnol ; le premier nom de famille est Contador et le second (d usage facultatif) est Velasco. Alberto Javier Contador Velasco …   Wikipédia en Français

  • Contador — Alberto Contador Alberto Javier Contador Velasco …   Wikipédia en Français

  • Contador — Alberto Contador Alberto Contador bei Paris–Nizza 2007 Personendaten Geburtsdatum 6. Dezember 1982 Nation …   Deutsch Wikipedia

  • Cácota de Velasco — Saltar a navegación, búsqueda Cácota (oficialmente Cácota de Velasco ) es un municipio colombiano ubicado en el departamento Norte de Santander. Típico de la montaña y al estilo colonial con un parque y una iglesia católica en él, construida por… …   Wikipedia Español

  • Jerónimo de Cáncer y Velasco — (Barbastro, ¿1599? Madrid, 1655) fue un dramaturgo y poeta español del Siglo de Oro. Vida y obra Fue de noble familia y cercano pariente del célebre jurisconsulto don Jaime Cáncer. Sirvió al Conde de Luna como contador, pero éste le echó con… …   Wikipedia Español

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”