126e régiment d’infanterie

126e régiment d'infanterie de ligne

126e Régiment d'infanterie
126e RI bison bleu.jpg126e RI dernière insigne.jpg

Les insignes régimentaire du 126e R.I.
Période 1793
Pays France France
Branche armée de Terre
infanterie
Type Régiment d'infanterie
Rôle Infanterie
Fait partie de la 3e Brigade Mécanisée
Garnison Brive-la-Gaillarde
Devise FIER ET VAILLANT
Inscriptions sur l’emblème Bérézina 1812
Artois 1915
Auberive 1917
Italie 1918.
Anniversaire Saint-Maurice
Équipement Véhicules de l'avant blindé (VAB), véhicules blindés légers (VBL), pour la section reconnaissance, véhicules légers tout terrains Peugeot (P4), missiles antichars HOT, MILAN et Eryx, lance-roquettes AT4CS, (lance-grenade individuel LGI), fusil de tireur de précision (PGM), fusil d'assaut FAMAS, mitrailleuse lourde calibre 12,7mm et légère MINIMI calibre 5,56 NATO, mortier de 81 mm, pistolet automatique (PA.MAC50)
Guerres la Croix de guerre 1914-1918, la fourragère aux couleurs du ruban de la croix de guerre, 2 citations à l'ordre de l'armée.

Le 126e régiment d’infanterie de ligne (ou 126e RI) est un régiment constitué sous le Premier Empire.

Sommaire

Création et différentes dénominations

  • Août 1793 apparait officiellement le n° 126 dans l'histoire des régiment d'infanterie de l'armée Française, sous la dénomination de 126e demi-brigade de bataille, dans le cadre de la réorganisation des armées de la révolution.

Historique des garnisons, combats et bataille du 126e RI de ligne

Révolution et Empire

De 1815 à 1848

  • 1812, le régiment prend part à la campagne de Russie, couvre le passage du fleuve Bérézina et contribue au salut de la Grande Armée

Second Empire

  • campagnes d’Afrique du Nord et de Madagascard de 1881 à 1896.

De 1871 à 1914

Première Guerre mondiale

Affecté à la 24e Division d'Infanterie d'août 1914 à novembre 1918

1914

1915

  • Meuse et Argonne : Regniéville, Réménauville, Bois d'Ailly

1916

1917

1918

  • Front italien : offensive autrichienne du 15 juin, offensive du Piave

Entre-deux-guerres

Seconde Guerre mondiale

Il s’illustre encore en juin 1940 en participant avec opiniâtreté au freinage de l’offensive allemande, parcourant 350 km à pied en 2 semaines.

Il se reconstitue en 1944 à partir de maquis de la Corrèze et du Périgord, regroupés autour de son Drapeau préservé de l’occupant, et participe à la libération de l’Alsace, puis entre en forêt noire. En janvier 1945 le 126e est intégré aux unités de la 1re armée, d'abord mis à la disposition de la 2e brigade de la 1re division française libre le 126e renforce la 2e brigade sur la période de la défense de Strasbourg, la surveillance de la rive gauche du Rhin. Puis de la 2e division d'infanterie marocaine, il participe avec la 9e division d'infanterie coloniale à la campagne en Allemagne, combat de Karlsruhe, Ruppur, Rastadt avec le 23e R.I.C et le 6e R.I.C.

De 1945 à nos jours

Hommes du 126e RI sur les Champs Élysées le 14 juillet 2007.

Faits d'armes faisant particulièrement honneur au régiment

Drapeau

Fourragère aux couleurs du ruban de la croix de guerre 1914-1918

Il porte, cousues en lettres d'or dans ses plis, les inscriptions suivantes[2] :

Le 126e a perdu durant la grande guerre 2843 hommes.


Décorations

Le 4 décembre 1918, le régiment reçoit la Croix de guerre 1914-1918 avec 2 citations à l'ordre de l'armée, puis la fourragère aux couleurs du ruban de la croix de guerre.


Devise

La devise du régiment est « FIER ET VAILLANT » !

  • 1re compagnie : Toujours en Pointe !
  • 2e compagnie : Qui veut peut.
  • 3e compagnie : 1) Cherche et frappe 2) Sans peur, sans pitié.
  • 4e compagnie : Tambour battant.
  • Compagnie d'éclairage et d'appui (CEA) : Occulum scutumque legionis ("l'oeil et le bouclier des légions").

Insigne

Bison blanc depuis 1937, sur fond de Croix de Lorraine bleu depuis 1944.

Ambox notice.png Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Le Lt colonel Godefroy chef de corps dote l'insigne du régiment des ruines Oradour, pour évoquer le 134e R.I qui fut intégrés au 126e ri en octobre 1945. Roger lescure, qui est nommé commandant du bataillon de sécurité de la région, aide à la création a Périgeux, du 134e R.I « Oradour » effectivement pour la ville Oradour sur Glane ville martyre brulée par la division SS Das Reich (Les attaques des maquis sont si nombreuses que les allemands surnomment le Limousin « la petite Russie »). Le 134e était composé d'ex maquisard du limousin de l'Indre et de la Dordogne, il ne fut pas amené à combattre sur le front de l'est cette unité portait un nom trop vengeur.

Organisation

Régiment d'infanterie motorisée, le 126e régiment d'infanterie dispose de capacités d'investigation et de renseignement. Souple, mobile, aérotransportable et héliportable, il donne toute sa mesure dans les opérations de contrôle de milieu et de combat rapproché. Il est entraîné aux opérations de maintien de la paix.

Insigne de la 3e brigade mécanisée

Composition :

  • 1 compagnie de commandement et de logistique (CCL) ;
  • 1 compagnie d'administration et de soutien (CAS) ;
  • 4 compagnies de combat ;
  • 1 compagnie d'éclairage et d'appui (CEA) avec une section anti-char (Milan), une section de reconnaissance régimentaire (SRR) et une section de tireurs d'élite (STE) longues distances ;
  • 1 unité de réserve de régiment professionnel (URRP).

soit un total de 1 100 hommes et femmes.

Matériel : Véhicules de l'avant blindé (VAB), Véhicules blindés légers (VBL), pour la section reconnaissance, véhicules légers tout terrains Peugeot (P4), missiles antichars HOT, MILAN et Eryx, lance-roquettes AT4CS, (lance-grenade individuel LGI), fusil de tireur de précision (PGM), fusil d'assaut FAMAS, mitrailleuse lourde calibre 12,7mm et légère MINIMI calibre 5,56 NATO, mortier de 81 mm, pistolet automatique (PA.MAC50)

Commandants du 126ème RI

Insigne de béret d'infanterie
  • Chef de brigade Marillac
  • 1810-1813 : colonel Dumoulin
  • 1870 : colonel Neltner
  • 1870-1871 : lieutenant-colonel Duban
  • 1871-1873 : colonel Voynant
  • 1873-1877 : colonel Denuc
  • 1877-1878 : colonel Bergeron
  • 1878 : colonel Poilloue de Saint-Mars
  • 1878-1881 : colonel Doumenjou
  • 1881-1885 : colonel Bournenfou
  • 1885-1887 : colonel Desfrancois de Ponchalon
  • 1887-1894 : colonel Montagne
  • 1894-1997 : colonel Roget
  • 1897-1906 : colonel de la Brousse de Veyrazet
  • 1906-1908 : colonel Roustan
  • 1908-1913 : colonel Chandezon
  • 1913-1914 : colonel Dubois
  • 1914-1915 : lieutenant-colonel Laporte
  • 1915 : lieutenant-colonel Bressan
  • 1915-1918 : lieutenant-colonel Labourdette
  • 1918 : lieutenant-colonel Bontemps
  • 1918-1919 : lieutenant-colonel Cholet
  • 1919-1926 : lieutenant-colonel Larrieu
  • 1926-1928 : colonel Tixier
  • 1928-1930 : lieutenant-colonel Foures
  • 1930-1931 : colonel Sonnerat
  • 1931-1934 : colonel Baille
  • 1934-1936 : colonel Vital
  • 1936-1938 : colonel Papillon
  • 1938-1940 : colonel Duche
  • 1940 : colonel Donnat
  • 1944-1945 : commandant Passemard
  • 1945-1946 : colonel Godefroy
  • 1946-1947 : chef de Bataillon Lagasquie
  • 1947-1948 : chef de Bataillon Basseres
  • 1948-1950 : chef de Bataillon Dumas
  • 1950-1952 : chef de Bataillon Habert
  • 1952-1954 : lieutenant-colonel de Martin du Tyrac de Marcellus
  • 1954-1956 : lieutenant-colonel Helme-Guizon
  • 1956-1958 : colonel Henry
  • 1958 : colonel Parisot
  • 1958-1961 : colonel Gueneau
  • 1961-1963 : colonel Galle
  • 1963 : chef de bataillon Toulouse
  • 1964 : chef de bataillon Pellabeuf
  • 1964-1965 : colonel Audibert
  • 1965-1967 : colonel du bois de Gaudusson
  • 1967-1969 : colonel Lacoste
  • 1969-1971 : lieutenant-colonel Blanquefort
  • 1971-1973 : colonel Burgard
  • 1973-1975 : colonel Goerger
  • 1975-1977 : colonel Fregiere
  • 1977-1979 : colonel De la Moriniere
  • 1979-1981 : colonel Mestelan
  • 1981-1983 : colonel Castagne
  • 1983-1985 : colonel Langlois
  • 1984-1985 : colonel Anglade
  • 1985-1987 : colonel Rozec
  • 1987-1989 : colonel Brousse
  • 1989-1991 : colonel Renault
  • 1991-1993 : colonel Bresse
  • 1993-1995 : colonel Seguret
  • 1995-1997 : colonel Beauval
  • 1997-1999 : colonel Martin
  • 1999-2001 : colonel Herbert
  • 2001-2003 : colonel Lesimple
  • 2003-2005 : colonel Didier
  • 2005-2007 : colonel Barnay

Voir aussi

Liens externes

Notes et références

  1. Ministère de la défense Adresse 14, rue Saint-Dominique 75007 Paris, février 2008.
  2. Décision n°12350/SGA/DPMA/SHD/DAT du 14 septembre 2007 relative aux inscriptions de noms de batailles sur les drapeaux et étendards des corps de troupe de l'armée de terre, du service de santé des armées et du service des essences des armées, Bulletin officiel des armées, n°27, 9 novembre 2007


  • Portail de la France Portail de la France
  • Portail de l’histoire militaire Portail de l’histoire militaire
  • Portail de la Première Guerre mondiale Portail de la Première Guerre mondiale
  • Portail de la Seconde Guerre mondiale Portail de la Seconde Guerre mondiale
Ce document provient de « 126e r%C3%A9giment d%27infanterie de ligne ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article 126e régiment d’infanterie de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • 126e régiment d'infanterie — de ligne 126e Régiment d infanterie Les insignes régimentaire du 126e R.I …   Wikipédia en Français

  • 126e régiment d'infanterie de ligne — 126e Régiment d infanterie Les insignes régimentaire du 126e R.I. Période 1793 Pays …   Wikipédia en Français

  • 126e regiment d'infanterie de ligne — 126e régiment d infanterie de ligne 126e Régiment d infanterie Les insignes régimentaire du 126e R.I …   Wikipédia en Français

  • 126e régiment d'infanterie territoriale — Pays  France Branche Armée de Terre Type Régiment d infanterie Rôle Infanterie Garnison …   Wikipédia en Français

  • Regiment d'infanterie francais — Régiment d infanterie français Les régiments d infanterie sont les unités les plus anciennes de l armée française. Sommaire 1 Historique 2 Liste 2.1 Goumiers et tabors 2.2 Infanterie de ligne …   Wikipédia en Français

  • Régiment d'infanterie — français Les régiments d infanterie sont les unités les plus anciennes de l armée française. Sommaire 1 Historique 2 Liste 2.1 Goumiers et tabors 2.2 Infanterie de ligne …   Wikipédia en Français

  • Régiment d’infanterie français — Régiment d infanterie français Les régiments d infanterie sont les unités les plus anciennes de l armée française. Sommaire 1 Historique 2 Liste 2.1 Goumiers et tabors 2.2 Infanterie de ligne …   Wikipédia en Français

  • Régiment d'Infanterie Territoriale — Pendant la Grande Guerre, le régiment d’infanterie territoriale, ou RIT, était une formation militaire composée des hommes âgés de 34 à 49 ans, considérés comme trop âgés et plus assez entraînés pour intégrer un régiment de première ligne… …   Wikipédia en Français

  • Régiment d’Infanterie Territoriale — Régiment d infanterie territoriale Pendant la Grande Guerre, le régiment d’infanterie territoriale, ou RIT, était une formation militaire composée des hommes âgés de 34 à 49 ans, considérés comme trop âgés et plus assez entraînés pour intégrer un …   Wikipédia en Français

  • Régiment d’infanterie territoriale — Régiment d infanterie territoriale Pendant la Grande Guerre, le régiment d’infanterie territoriale, ou RIT, était une formation militaire composée des hommes âgés de 34 à 49 ans, considérés comme trop âgés et plus assez entraînés pour intégrer un …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”