Albe Royale

Székesfehérvár

Székesfehérvár
Megyeszékhely - Fejér megye - Székesfehérvár.jpg
Département Fejér
Superficie 170,89 km²
Population (2006)

Densité

  • 101 299
  • 592,8 hab./km²
Code postal 8000
Code de zone 22
Le palais épiscopal
Le château de Bory

Székesfehérvár Ecouter (Prononciation "Cékaichfairérvar") (anciennement Albe Royale) est une ville de Hongrie, au Nord-Est du lac Balaton. Sa population, en baisse constante, la classe comme septième ville de Hongrie. Fondée vers 977 par le prince Géza, Székesfehérvár était jusqu'au XVIe siècle la ville où les rois hongrois se faisaient couronner.

Le passé de la ville fait partie de l'histoire millénaire de la Hongrie. Fondée en 972 par le Prince Géza, après on accession au pouvoir, le château de Székesfehérvár était destiné à défendre les marches de l'Europe contre l'Orient. A partir du premier roi chrétien de la Hongrie, Étienne Ier, les couronnements furent associés au nom de Fehérvár (le château blanc). C'est ici qu'était conservée la célèbre couronne à la croix penchée, symbole du pouvoir royal ; c'est également ici que se réunissait la diète. Plus tard, des palais royaux furent érigés à Esztergom, à Buda (futur Budapest) et à Visegrád, mais jusqu'à la fin du Moyen Age, les couronnements (37 au total dans la ville) et les enterrements royaux (17) avaient lieu à Fehérvár. Après la période duu règne turc, durant laquelle la ville avait été pratiquement vidée de sa population, Székesfehérvár fut repeuplée, au XVIIIe siècle, de Hongrois, mais aussi d'Allemands et de Serbes. A l'époque baroque, de nombreuses et ambitieuses constructions furent entreprises à Fehérvár

Székesfehérvár est l’une des plus anciennes ville de Hongrie et l’une de celle qui a conservé le plus de traditions. La colonie romaine de Gorsium, située au sud du lac, était au début du Ier siècle le centre spirituel de la Pannonie. Árpád, chef de la tribu des Magyars qui s’installa dans le pays, bivouaqua en ces lieux après avoir traversé le Danube. Son arrière petit-fils, Étienne Ier (1000-1038), choisit cette ville pour y établir sa résidence et fit ériger la basilique royale en 1016. C’est là que durant près de 500 ans, eurent lieu toutes les cérémonies royales, couronnements et funérailles. Puis Buda (qui deviendra Budapest en 1873 en fusionnant avec Pest et Óbuda) prit de l’extension et finit par éclipser Székesfehérvár, mais celle-ci a gardé son aura quasi mythique : malgré les destructions et l’industrialisation, malgré l’accroissement de la circulation et du trafic de transit, elle est restée le centre de la royauté magyare. Bien que Székesfehérvár ne jouisse plus de la même considération qu’au Moyen Age, sa conformation générale n’a pas changé depuis cette époque. Ainsi, même si la plus grande partie des édifices anciens a été détruite sous l’occupation turque, les églises et les constructions de style rococo, les musées aménagés avec amour ainsi que les rues étroites donnent à la ville beaucoup de cachet.

Le centre de la ville, presque entièrement transformé de nos jours en zone piétonnière, est occupée par la place de la Liberté, Városháaz tér, jadis siège du palais royal et de la basilique d’Étienne Ier, et qui a toujours été la grand-place de Székesfehérvár. Une fontaine –symbole de la nation sculpté par Béla Ohmann-, occupe l’emplacement de l’ancienne tour sud-ouest de la basilique. Derrière la place, dans le jardin des Ruines, Romkert, on peut encore voir l’abside, plusieurs piliers et le tombeau d’Étienne Ier. Une vaste toiture en métal et en plexiglas couvre le jardin, d’où l’on profite d’un excellent point de vue. De l’autre côté, sous les voûtes, un petit bâtiment abrite une fresque des plus animées ; cette œuvre de Vilmos Aba Novák retrace l’histoire de la Hongrie de façon assez étonnante – on remarquera le visage des prêtres. Supposé avoir renfermé la dépouille du roi Étienne Ier, le sarcophage remonte à la période romaine.

Le côté sud est fermé aujourd’hui par l’hôtel de ville, avec les statues allégoriques de la Justice et de la Prudence au-dessus du portail principal. A quelques pas de là se trouve une église franciscaine baroque (1720-1742) et des bâtiments conventuels. Le côté de la place est occupé par le palais épiscopal (1800-1801), l’un des édifices rococo les plus marquants du pays. Au nord de la place s’élève Fő utca, l’église baroque des Cisterciens, avec ses deux tours et son monastère, édifiée par les jésuites de 1745 à 1751. La sacristie représente un décor remarquable, unique en Hongrie, de boiseries sculptées dans le chêne et le tilleul qui datent des années 1764 à 1767.

Le musée du roi Étienne Ier, István Királu Múzeum, abrite une collection de pierres romaines sculptées et des objets d’artisanat celtes, avares et slaves.

De la place de la Liberté, on atteint par des petites rues montantes la partie la plus ancienne de la ville, ce qui fut le cœur de la cité au Moyen Age, la place du Prince Géza, Géza nagyfejedelem tér. C’est là que se trouve la chapelle Sainte-Anne, Szent Anna kápolna, édifice gothique datant de 1470. À proximité se dresse la cathédrale Saint-Étienne, Szent István székesegyház, fondée par Béla IV. On voit encore des vestiges de fenêtres gothiques sur les deux tours. Au centre de la place, les pavés ont conservé les contours d’une église byzantine, mais il faut faire un effort d’attention pour les distinguer.

Jumelage

Célébrités liées à la commune

  • Menyhért Gyország (* 1967), écrivain
  • Lajos Rácz (* 1952), lutteur
  • Viktor Orbán (* 1963), politicien
  • Miklós Ybl (1814–1891), architecte
  • Cornelius Lanczos (1893–1974), physicien

Liens externes

  • Portail de la Hongrie Portail de la Hongrie
Ce document provient de « Sz%C3%A9kesfeh%C3%A9rv%C3%A1r ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Albe Royale de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Albe — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Pour les autres significations, voir Alba. Sommaire 1 T …   Wikipédia en Français

  • Cathédrale Sainte-Élisabeth de Košice — Pour les articles homonymes, voir Église Sainte Élisabeth et Sainte Élisabeth. Cathédrale Sainte Élisabeth de Košice …   Wikipédia en Français

  • Histoire de la Hongrie — La Hongrie est un pays d Europe centrale, dont l histoire sous ce nom remonte au haut Moyen Âge, lorsque la plaine de Pannonie est colonisée par les Magyars, un peuple nomade venu du centre nord de la Russie actuelle. En 896 est fondée une… …   Wikipédia en Français

  • Philippe-Emmanuel de Lorraine — Portrait extrait de l Atrium heroicum Caesarum, 1600–1602 Philippe Emmanuel de Lorraine, duc de Mercœur et de Penthièvre, marquis de Nomeny, Baron d Ancenis, gouverneur de Bretagne, né à Nomeny (Lorraine …   Wikipédia en Français

  • Philippe-Emmanuel de Lorraine, duc de Mercoeur et de Penthièvre (1558-1602) — Philippe Emmanuel de Lorraine Portrait extrait de l Atrium heroicum Caesarum, 1600–1602 Philippe Emmanuel de Lorraine, duc de Mercœur et de Penthièvre, marquis de Nomeny, Baron d Ancenis, gouverneur de Bretagne, né à N …   Wikipédia en Français

  • Philippe-emmanuel de lorraine — Portrait extrait de l Atrium heroicum Caesarum, 1600–1602 Philippe Emmanuel de Lorraine, duc de Mercœur et de Penthièvre, marquis de Nomeny, Baron d Ancenis, gouverneur de Bretagne, né à N …   Wikipédia en Français

  • Philippe Emmanuel de Lorraine — Portrait extrait de l Atrium heroicum Caesarum, 1600–1602 Philippe Emmanuel de Lorraine, duc de Mercœur et de Penthièvre, marquis de Nomeny, Baron d Ancenis, gouverneur de Bretagne, né à N …   Wikipédia en Français

  • Philippe Emmanuel de Mercoeur — Philippe Emmanuel de Lorraine Portrait extrait de l Atrium heroicum Caesarum, 1600–1602 Philippe Emmanuel de Lorraine, duc de Mercœur et de Penthièvre, marquis de Nomeny, Baron d Ancenis, gouverneur de Bretagne, né à N …   Wikipédia en Français

  • Philippe Emmanuel de Mercœur — Philippe Emmanuel de Lorraine Portrait extrait de l Atrium heroicum Caesarum, 1600–1602 Philippe Emmanuel de Lorraine, duc de Mercœur et de Penthièvre, marquis de Nomeny, Baron d Ancenis, gouverneur de Bretagne, né à N …   Wikipédia en Français

  • Deuxieme guerre austro-turque — Deuxième guerre austro turque La deuxième guerre austro turque se déroula de 1683 à 1699. Elle opposa l Empire ottoman à la Monarchie des Habsbourg, alliée des Etats pontificaux, de la Pologne, de Venise, de la Toscane, de Gênes, de l Espagne, du …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”