Alba Longa

Albe-la-Longue

Cité antique fortifiée du Latium, Albe-la-Longue (Alba Longa) est l'une des plus anciennes cités d'Italie. Elle est située à 20 km au sud-est de Rome.

Sommaire

Légende et origine d'Albe

Selon la légende, Albe-la-Longue (en italien Alba Lunga) est fondée par Ascagne (Iule), fils d’Énée, trente ans après la fondation de Lavinium. Chronologiquement, cela signifierait à peu près au milieu du XIIe siècle av. J.-C., peu de temps après la destruction de Troie (qui aurait eu lieu en 1184 av. J.-C. selon les Anciens).

Ascagne aurait fondé une dynastie de rois albains (Voir en:Latin kings of Alba Longa), dont nous ne connaissons que les noms de Procas et de ses fils Numitor et Amulius. L’héritier légitime de Procas était Numitor, mais il est chassé par son frère Amulius, qui usurpe le trône et contraint Rhéa Silvia, la fille de Numitor, à entrer dans les rangs des vestales pour lui ôter tout espoir d'avoir une progéniture qui pût venger son grand-père. Quand Rhéa Silvia donne naissance aux jumeaux Romulus et Rémus, engendrés par Mars, Amulius ordonne de les tuer. Mais les jumeaux sont abandonnés sur le Tibre et sauvés. Devenus hommes, et prenant conscience des droits de leur naissance, ils tuent Amulius et rendent le trône à Numitor. Ce dernier, en remerciement, leur permet de fonder une nouvelle cité, Rome : ainsi, les Romains regardent traditionnellement Albe-la-Longue comme leur cité-mère.

Alors que la puissance de Rome augmente, les deux cités entrent en conflit, et finalement sous le roi Tullus Hostilius (vers le milieu du VIIe siècle av. J.-C.), une guerre entre elles est conclue par le célèbre combat des Horaces et des Curiaces. Albe est détruite (665 av. J.-C.), pour ne jamais être reconstruite, et ses habitants sont déplacés à Rome, où la colline de Caelius leur est offerte.

Rois d’Albe-la-Longue

Selon Denys d'Halicarnasse, les rois d’Albe-la-Longue forment une chaîne de descendance directe entre Ascagne et Romulus. Grâce à Tite-Live, nous connaissons les deux derniers rois d’Albe-la-Longue qui ne font pas partie de cette séquence. Les deux ont régné sous Tullus Hostilius, un roi romain. Le premier fut Gaius Cluilius qui meurt lors d’une guerre contre les Romains. Mettius Fufetius, qui lui succède, est aussi exécuté par Tullus Hostilius pour traîtrise.

La liste des rois légendaires d'Albe-La-Longue est celle qui suit[1] :

  1. Ascagne (ou Iule), roi de Lavinium en -1155, puis roi d'Albe-La-Longue de -1155 à -1143 ;
  2. Silvius, roi de -1143 à -1114. Il donne son nom à la dynastie des Silvia ;
  3. Enée, roi de -1114 à -1078 ;
  4. Latinus II (ou Latrius), roi de -1078 à -1039 ;
  5. Alba, roi de -1039 à -1002 ;
  6. Lapétus (ou Atys), roi de -1002 à ? (fin règne inconnue) ;
  7. Capys, roi de ? (début règne inconnue) à -976 ;
  8. Calpétus (ou Capétus), roi de -976 à -905 ;
  9. Tibérinus, roi de -905 à -885 ;
  10. Agrippa, roi de -885 à -864,
  11. Alladès (ou Romulus), de -864 de -845 (meurt foudroyé) ;
  12. Aventinus, roi de -845 à -808 ;
  13. Procas, roi de -808 à -794 ;
  14. Numitor roi en -794 et de -754 à -735 (trône usurpé par Amulius entre -794 et -754) ;
  15. Lausus roi de -794 à -794 (meurt tué par Amulius dés son premier jour de règne) ;
  16. Gaius Cluilius roi de -735 à -665 ;
  17. Mettius Fufetius roi -665 à ? (fin règne inconnue).

Données archéologiques et interprétation historique

Localisation probable d’Alba Longa sur une carte du Latium antique, entre le lac albain et le mont albain
(1886, G. Droysens Allgemeiner Historischer Handatlas)

La localisation de la cité latine antique a fait l’objet de nombreux débats depuis le XVIe siècle. Le point de départ est l’histoire de la fondation chez Denys d'Halicarnasse qui parle d’un site entre Monte Cavo et le lac albain. Le site a été identifié à plusieurs reprises : au couvent de Saint Paul à Palazzola, près d’Albano, ou à Coste Caselle, près de Marino, ou enfin à Castel Gandolfo. Il est établi que c’est à Castel Gandolfo que se trouve la villa de Domitien, dont des sources antiques affirment qu’elle occupe l’emplacement de la citadelle d’Albe.

Les données archéologiques disponibles remontent à l’Âge de fer et établissent l’existence d’une série de villages, dont chacun possède sa propre nécropole, le long de la côte sud-ouest du lac albain. Quand Rome les détruit, ces villages devaient être en phase encore pré-urbaine, et commençaient à se regrouper autour d’un centre qui aurait bien pu être Castel Gandolfo. Cette hypothèse découle du fait que la nécropole qui s’y trouve est beaucoup plus grande, ce qui laisse penser à une plus grande ville.

Plus tard, durant la période républicaine, le territoire d’Alba (l’Ager Albanus) voit la construction de nombreuses villas résidentielles, qui sont mentionnées dans la littérature antique et dont des vestiges sont toujours visibles.

Le sanctuaire de Jupiter latiaris

Au sommet du Mons Albanus se trouve un sanctuaire très ancien consacré à Jupiter Latiaris. Florus, l’historien romain du IIe siècle, rapporte que le lieu aurait été choisi par Ascagne, le fondateur d’Albe-la-Longue, qui après la fondation de la cité aurait invité les Latins à y célébrer des sacrifices en l’honneur de Jupiter.

Dans le sanctuaire, on célébre chaque année les Feriae Latinae, au cours desquelles toutes les cités appartenant à la confédération des peuples latins se réunissent pour sacrifier au dieu un taureau blanc, dont la chair est distribuée aux participants. Il s'agit donc d'un culte fedéral et sa situation proche d'Albe-la-Longue témoigne de l'hégémonie qu'il devait exercer sur les autres lieux de culte de la région, parmi lesquels devait figurer Rome.

Après la destruction d’Albe-la-Longue et la substitution de Rome comme centre hégémonique, la tradition rappelle l'édification d'un véritable temple dédié à Jupiter Latiaris sur le mont Albain sous le règne de Tarquin le Superbe. Ce temple de Jupiter sur le Capitole, inauguré traditionnellement en 509 av. J.-C., est destiné à remplir les fonctions du sanctuaire fédéral latin, établissant le centre religieux à Rome.

Il ne subsiste aujourd’hui du sanctuaire antique que quelques vestiges du mur d’enceinte, qui ont été déplacés du site, et des restes importants de la route pavée qui en permette l’accès et qui rejoint la Voie Appienne près d’Aricie.

Notes et références

Voir aussi

  • Portail de la Rome antique Portail de la Rome antique
Ce document provient de « Albe-la-Longue ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Alba Longa de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Alba Longa — (en fuentes italianas ocasionalmente escrito Albalonga) fue una antigua ciudad del Lacio, situada en los montes Albanos, fundadora y cabeza de la Liga Latina; fue destruida por Roma alrededor de la mitad del siglo VII a. C. Contenido 1… …   Wikipedia Español

  • Alba Longa — (in Italian sources occasionally written Albalonga ) was an ancient city of LatiumGuralnik, David B., Editor in Chief. “Alba Longa.” Webster’s New World Dictionary of the American Language . Second College Edition. New York, NY: Prentice Hall… …   Wikipedia

  • ALBA Longa — urbs in Latio, ab Ascanio Aeneae fil. condita. Tibull. l. 2. Eleg. 5. Albaque ab Ascanio condita Longa duce. Dicta autem Alba ab alba sue, ibidem ab aenea inventa. Propert. l. 4. Eleg. 1. Et stetit Alba potens albae suis omine dicta. Virg. Aen. l …   Hofmann J. Lexicon universale

  • Alba Longa — (a. Geogr. u. Gesch.), Stadt in Latium, zwischen dem Albanus mons u. dem Albanus lacus, 31/2 Meile von Rom. A. wurde, nach der Sage, von Ascanius, dem Sohn des Äneas gegründet; nach ihm herrschten bis zu Roms Erbauung in Alba 14 Könige; Silvius,… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Alba longa — Alba longa, die Mutterstadt aller latinischen Städte und auch Roms, lag auf einer sich »lang« hin erstreckenden Terrasse über dem Albanersee, wie man gewöhnlich annahm, am Abhang des heutigen Monte Cavo am Ostufer des Sees, während die neueste… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Alba Longa — [al′bə lôŋ′gə] city in ancient Latium, near where Rome is today: legendary birthplace of Romulus and Remus …   English World dictionary

  • Alba Longa — Umgebung um Rom mit Alba Longa Alba Longa war eine Stadt im antiken Latium (Italien), etwa 20 Kilometer süd östlich von Rom, am Westufer des Albaner Sees (Albanosee), auf dem felsigen Hügelkamm der Albaner Berge. Man vermutet, dass das heutige… …   Deutsch Wikipedia

  • Alba Longa — Sp Álba Lònga Ap Alba Longa lotyniškai L ist. mst. C Italijoje …   Pasaulio vietovardžiai. Internetinė duomenų bazė

  • Alba Longa — /al beuh lawng geuh, long / a city of ancient Latium, SE of Rome: legendary birthplace of Romulus and Remus. * * * ▪ ancient city, Italy       ancient city of Latium, Italy, in the Alban Hills about 12 miles (19 km) southeast of Rome, near… …   Universalium

  • Alba Longa — De acuerdo con la leyenda, Alba Longa fue una ciudad erigida por Ascanio, hijo de Eneas, y floreció a partir de ella un reino pequeño. Después de unos dos siglos reyes de poca importancia, se disputaron el trono los hermanos Amulio y Numitor, de… …   Enciclopedia Universal

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”