Alazanite

Marcassite

Marcassite
Catégorie II : sulfures et sulfosels
MarcassiteII.jpg

Marcassite à macles en fer de lance (sperkise), cap Blanc-Nez, Pas-de-Calais, France
Général
Catégorie Minéral
Formule brute FeS2
Identification
Masse moléculaire 119,98 g/mol
Couleur jaune de bronze pâle
Classe cristalline et groupe d'espace Dipyramidal - Pnnm
Système cristallin orthorhombique
Clivage médiocre à {010}
Habitus masses microcristallines
Fracture irrégulière
Échelle de Mohs 6 - 6,5
Éclat métallique
Propriétés optiques
Dispersion 2vz ~ °
Polychroïsme blanc crémeux {100}, jaune pâle {010}, blanc rosé {001}
Trait gris, marron foncé
Transparence opaque
Autres propriétés
Densité 4,8 - 4,9
Fusibilité Assez facilement
Solubilité Difficile dans l'acide nitrique
Caractères distinctifs
Magnétisme magnétique après chauffage
Radioactivité aucune
Principales variétés

La marcassite est un minéral composé de sulfure de fer, très courant dans la nature. C'est le polymorphe orthorhombique de la pyrite. Extérieurement légèrement plus claire que la pyrite, sa cassure fraîche est blanc d'étain, ce qui lui vaut le surnom de pyrite blanche.

Sommaire

Inventeur et étymologie

Elle a été distinguée de la pyrite, avec laquelle on la confondait, en 1814 grâce aux recherches du minéralogiste français René Just Haüy. Elle fut décrite ensuite par Wilhelm Karl Ritter von Haidinger en 1845. Son nom dérive de l'ancien arabe "marqachita”, devenu marchasita en latin médiéval qui désignait la pyrite et les minéraux semblables.

Cristallographie

Elle cristallise dans le groupe d'espace Pnnm. Le groupe S2 forme un empilement idéalement hexagonal dans la marcassite, cubique dans la pyrite. La disposition du fer dans les octaèdres formés par le soufre, ainsi que la déformation de ces octaèdres, réduit la symétrie à orthorhombique. La structure de la marcassite est reliée à celle de la pyrrhotite comme la structure de la pyrite est reliée à celle de la galène.

Groupe de la Marcassite

Elle forme un groupe dans lequel on trouve :

  • Anduoite,Ferroselite,Frohbergite,Hastite,Iridarsenite, Kullerudite, Mattagamite, Omeiite, Löllingite.

Gîtologie

La marcassite donne normalement des masses micro-cristallines. Elle se forme dans la zone de réduction, à partir de solutions acides contenant des ions fer et sulfure. On la trouve dans les roches carbonatées, carbonées mais aussi les roches métamorphiques d'origine sédimentaire, souvent associée à la pyrite.

La marcassite peut se former aussi par dépôt hydrothermal de basse température. Elle est un minéral commun quoique beaucoup moins que la pyrite, mais elle n'a aucune importance économique.

Histoire

La marcassite est connue dès le Paléolithique supérieur, mais aussi au Mésolithique et au Néolithique, où elle servait, comme la pyrite, à produire du feu par percussion. En effet, la faible énergie d'activation due au choc d'une pierre dure sur la marcassite suffit à déclencher la réaction d'oxydation exothermique (combustion) des particules de soufre arrachées. Les particules de soufre incandescentes (étincelle chaude) sont immédiatement réceptionnées sur une matière végétale très fine et aérée, de type amadou, pour former une braise.

Article détaillé : Techniques de production de feu.

Gisements

On trouve de nombreux gisements de marcassite dans les terrains calcaires du Crétacé supérieur : craies de Folkestone et de Douvres dans le sud de l'Angleterre, craies de Normandie, de Champagne et de Picardie, argiles de décomposition des carbonates des environs de Paris, dans la région de Freiberg en Allemagne. On en trouve aussi dans le lignite des environs de Sokolov au pied des monts Métallifères (Pologne et République tchèque).

en Belgique

en France

en Tchéquie

Conservation

La marcassite est très sensible à une trop forte hygrométrie. En environnement trop humide, elle se décompose en formant de petits cristaux d'un sulfate de fer hydraté, la mélantérite, de formule FeSO4 7H2O, et de l'acide sulfurique H2SO4. Elle peut aussi s'oxyder en produisant des oxydes de fer tels que limonite et hématite et toujours de l'acide sulfurique. Les collectionneurs sont familiers de ces phénomènes d'oxydation : il est fréquent de retrouver à l'ancien emplacement d'un échantillon de marcassite un petit amas grisâtre d'oxydes de fer pulvérulents sur une tache jaunâtre d'acide sulfurique. Une parade à cette décomposition consiste à laquer ou vernir l'échantillon.

Synonymie

Le nom international, qu'il faudrait retenir, est Marcasite[6].

  • alasanite,
  • alazanite,
  • binarite,
  • binarkies,
  • capillose (terme commun avec la millérite)
  • hydropyrite (Georgius Agricola),
  • poliopyrites,
  • pyrite blanche, fer sulfuré blanc (François Sulpice Beudant, 1830).
  • pyrite crêtée, appellation ancienne
  • pyrite rhomboïdale, appellation ancienne
  • pyrite lamelleuse, appellation ancienne
  • sperkise, désigne une marcassite présentant, sur {101}, des macles en fer de lance (dites macles de la sperkise). Sperkise dérive de l'allemand Speerkies (Speer signifiant lance et Kies gravier ou caillou). Cette macle est très courante dans les marcassites d'origine crayeuse, particulièrement celles du cap Blanc-Nez (Haut-Boulonnais, crétacé).

Galerie

Ambox notice.png Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références

  1. Les mineraux de Belgique and Geonieuws nr.2-1983.
  2. Le Roc'h P., Bocianowski M. (2001). La carrière de la Lande, Plumelin (Morbihan). Le Cahier des Micromonteurs: 7-10.
  3. Minerralogical Record (1976) 7:179-181
  4. P.G. Pélisson : "Etude Minéralogique et Métallogénique du District Filonien Polytype de Paulhaguet (Haute-Loire, Massif Central Français)", Doctorate Thesis, Orléans, France, 1989
  5. Beran, P., Rojík, P.: Mineralogie a geologie lomu Lomnice v sokolovské hnědouhelné pánvi. Bulletin mineralogicko-petrografického oddělení Národního muzea v Praze, 1997, roč. 4-5, s. 77-83.
  6. « Index alphabétique de nomenclature minéralogique » BRGM

Wiktprintable without text.svg

Voir « marcassite » sur le Wiktionnaire.

Commons-logo.svg

  • Portail des minéraux et roches Portail des minéraux et roches
Ce document provient de « Marcassite ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Alazanite de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Alasanite — Marcassite Marcassite Catégorie II : sulfures et sulfosels Marcassite à macles en fer de lance (sperkise), cap Blanc Nez, Pas de Calais, France …   Wikipédia en Français

  • Binarite — Marcassite Marcassite Catégorie II : sulfures et sulfosels Marcassite à macles en fer de lance (sperkise), cap Blanc Nez, Pas de Calais, France …   Wikipédia en Français

  • Binarkies — Marcassite Marcassite Catégorie II : sulfures et sulfosels Marcassite à macles en fer de lance (sperkise), cap Blanc Nez, Pas de Calais, France …   Wikipédia en Français

  • Fer sulfuré blanc — Marcassite Marcassite Catégorie II : sulfures et sulfosels Marcassite à macles en fer de lance (sperkise), cap Blanc Nez, Pas de Calais, France …   Wikipédia en Français

  • Hydropyrite — Marcassite Marcassite Catégorie II : sulfures et sulfosels Marcassite à macles en fer de lance (sperkise), cap Blanc Nez, Pas de Calais, France …   Wikipédia en Français

  • Marcasite — Marcassite Marcassite Catégorie II : sulfures et sulfosels Marcassite à macles en fer de lance (sperkise), cap Blanc Nez, Pas de Calais, France …   Wikipédia en Français

  • Marcassite — Catégorie II : sulfures et sulfosels[1] Marcassite à macles en fer de lance (sperkise), cap Blanc Nez, Pas de C …   Wikipédia en Français

  • Poliopyrites — Marcassite Marcassite Catégorie II : sulfures et sulfosels Marcassite à macles en fer de lance (sperkise), cap Blanc Nez, Pas de Calais, France …   Wikipédia en Français

  • Pyrite blanche — Marcassite Marcassite Catégorie II : sulfures et sulfosels Marcassite à macles en fer de lance (sperkise), cap Blanc Nez, Pas de Calais, France …   Wikipédia en Français

  • Pyrite crêtée — Marcassite Marcassite Catégorie II : sulfures et sulfosels Marcassite à macles en fer de lance (sperkise), cap Blanc Nez, Pas de Calais, France …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”