Alastair Reynolds
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Reynolds.
Alastair Reynolds
Nom de naissance Alastair Preston Reynolds
Activités Romancier, nouvelliste
Naissance 13 mars 1966 (1966-03-13) (45 ans)
Barry, Drapeau du Pays de Galles Pays de Galles
Langue d'écriture Anglais britannique
Genres Science-fiction
Distinctions Prix British Science Fiction
Œuvres principales

Alastair Reynolds (né le 13 mars 1966 à Barry, Pays de Galles) est un auteur britannique de 'hard' science fiction et de space opera. Il a acquis une reconnaissance littéraire avec les romans qui constituent son Cycle des Inhibiteurs.

Sommaire

Biographie

Alastair Reynolds, né le 13 mars 1966 à Barry, passe son enfance entre Cornouailles et pays de Galles. Vers l'âge de 8 ans, il découvre le genre de la science-fiction avec des récits de Arthur C. Clarke et de Isaac Asimov, publiés dans la revue Speed & Power[1]. Alors qu’il est écolier, lors d'une eisteddfod, il gagne déjà un prix littéraire[2]. Le poster du système solaire accroché au mur de sa chambre lui a donné le goût des étoiles[1]. La série documentaire de Carl Sagan, Cosmos lui a soufflé le rêve de devenir un jour astronome[2]. Et les séries télévisées, les 'comics', les « Thunderbirds » ont développé chez lui un imaginaire « SF » qu’il exprime en écrivant des nouvelles, un premier roman à 13 ans et un second à 18, jamais publiés.

À 18 ans, il s'abonne à Interzone (magazine) (en), auquel il envoie ses récits, régulièrement refusés. Mais en 1990, le magazine de science-fiction finit par acheter et publier la nouvelle "Nunivak Snowflakes"[3],[4].

À 19 ans, il rejoint l’Université de Newcastle pour trois années d'études de physique et d’astronomie. En 1988, il entre à l'université de Saint-Andrews, en Écosse, pour poursuivre son doctorat d’astronomie. En 1991, Reynolds se rend aux Pays-Bas où il enseigne dans le monde universitaire et travaille pour l’Agence Spatiale Européenne sur des nouvelles optiques pour les télescopes[5]. Vivant à Noordwijk avec sa compagne d'origine française, il continue d'écrire beaucoup de nouvelles entre 1989 et 1999.

Alastair Reynolds a longtemps mené de front ses deux carrières, celle d’écrivain et d’astrophysicien. Mais en 2004, il décide de se consacrer entièrement à l’écriture, abandonnant son emploi à l'Agence Spatiale Européenne[6].

Le contrat qu'il signe avec la maison d'édition Victor Gollancz Ltd (en) en 2009 conforte la renommée de l'écrivain[7]. En contrepartie d'un million de livres, Alastair Reynolds s'engage à fournir dix œuvres en l'espace de dix ans.

Œuvre littéraire

Une partie des nouvelles qu'il écrit entre 1989 et 1999 dessinent un univers cohérent. De « A Spy in Europa »[8] (1997) et « Galactic North » (1999), publiés par Interzone, à « The Great Wall of Mars » (en 2000, chez Spectrum SF), ces histoires forment un socle pour l'univers du « Cycle des Inhibiteurs », que l’on retrouvera dans ses romans.

Son premier roman, L'Espace de la révélation, publié en 2000 en Grande-Bretagne, est un succès critique et public très rapide. Son space opera ne compte ni planète impériale, ni bataille galactique, ni faune extra-terrestre : au contraire, incapables de dépasser la vitesse de la lumière, les Humains se déplacent rarement et lentement dans un univers semé des traces d’anciens extra-terrestres disparus et de machines intelligentes destructrices. Le scénario est complexe, sombre et torturé. Les Inhibiteurs, ennemis de la race humaine, sont, comme les Bersekers de Fred Saberhagen, des machines programmées pour détruire toute forme de vie intelligente.

Quatre romans sont parus, qui forment le Cycle des Inhibiteurs, et plusieurs nouvelles participent du même ensemble, dont deux ont été traduites en français à ce jour.

En 2009, il souhaitait s'atteler à une trilogie de romans sur le thème de l'exploration de la galaxie par l'Homme, dans les 11 000 prochaines années. L'Afrique y serait notamment le foyer des futures technologies[7],[9]. Ce projet lui a été inspiré par sa visite du Centre spatial Kennedy et sa volonté de montrer l'exploration de l'espace, selon lui importante pour la survie de l'espèce humaine, sous un jour plus positif[10].

Bien qu'il soit souvent associé au courant de la 'hard' science fiction et qu'il considère son œuvre comme telle[11], Alastair Reynolds déclarait en 2009 « ne pas aimer beaucoup d'ouvrages publiés comme hard SF », ajoutant que « la plupart était des conneries réactionnaires et de droite »[7]. À cet égard, il a fustigé l'influence de l'Américain Robert Heinlein sur la science-fiction[5]. Toutefois, l'auteur britannique se défend de vouloir introduire des éléments politiques dans son œuvre, à la différence de son compatriote China Miéville[12].

Bibliographie

Romans

Recueil de nouvelles

Nouvelles

Notes et références

  1. a et b (en)[http://www.infinityplus.co.uk/nonfiction/intar.htm Deep Space, Deeper Revelations, an Interview with Alastair Reynolds by Nick Gevers], sur infinityplus.co.uk, consulté le 1er janvier 2011
  2. a et b (en)An Interview with Alastair Reynolds, sur homepage.ntlworld.com, consulté le 3 janvier 2011
  3. (en)An Interview with Alastair Reynolds conducted by John Berlyne in London - may 18th 2001, sur http://www.sfrevu.com, consulté le 1er janvier 2011
  4. (en)Interzone, #36 June 1990, sur http://www.isfdb.org, consulté le 1er janvier 2011
  5. a et b (fr)Alastair Reynolds Interview, sur cafardcosmique.com, consulté le 3 janvier 2011
  6. (fr)Once a physicist: Alastair Reynolds, sur iop.org, consulté le 3 janvier 2011
  7. a, b et c (en)'No one pointed a gun at my head and said, become a science fiction writer', sur guardian.co.uk, consulté le le 2 janvier 2011
  8. (en)A Spy in Europa, a short story by Alastair Reynolds, sur infinityplus.co.uk, consulté le 3 janvier 2011
  9. (en)On RaceFail, sur Teahouse on the Tracks (Alastair Reynolds), consulté le 2 janvier 2011
  10. (en)Spotlight on Alastair Reynolds, sur cosmosmagazine.com, consulté le 3 janvier 2011
  11. (en)Interview with Alastair Reynolds, sur sffworld.com, consulté le 3 janvier 2011
  12. (en)Alastair Reynolds: 'I've been called the high priest of gothic miserablism', sur guardian.co.uk, consulté le 3 janvier 2011

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Alastair Reynolds de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Alastair Reynolds — Alastair Preston Reynolds (* 1. April 1966 in Barry, Vereinigtes Königreich) ist ein walisischer Science Fiction Autor. Inhaltsverzeichnis 1 Biografie 2 Bibliografie 2.1 Revelation Space Zyklus …   Deutsch Wikipedia

  • Alastair Reynolds — Infobox Writer name = Alastair Reynolds imagesize = 200px caption = pseudonym = birthdate = 1966 birthplace = Barry, Wales, United Kingdom deathdate = deathplace = occupation = Novelist, former research astronomer with the European Space Agency… …   Wikipedia

  • Reynolds (homonymie) — Reynolds Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Sommaire 1 Prénom 2 Patronyme …   Wikipédia en Français

  • Reynolds (Familienname) — Reynolds ist ein Familienname. Er ist ursprünglich irischen und englischen Ursprungs. Bekannte Namensträger Inhaltsverzeichnis A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U …   Deutsch Wikipedia

  • Alastair — ist ein männlicher Vorname. Er stammt aus den schottischen Lowlands. Andere Formen sind Alasdair, Al(e)ister und Alistair. Es handelt sich dabei um die schottisch gälischen Varianten von Alexander. Bekannte Namensträger Alastair Cameron… …   Deutsch Wikipedia

  • Alastair — Infobox Given Name Revised name = Alastair imagesize= caption= pronunciation= gender = Male meaning = Protector region = origin = Greek related names = footnotes = Alastair is a common male first name. Meaning and origin Alastair has Greek… …   Wikipedia

  • Reynolds — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Sommaire 1 Prénom 2 Patronyme …   Wikipédia en Français

  • Reynolds (surname) — There are two major lineages of the Reynolds surname, Irish and English.Irish ReynoldsThe Irish Reynolds ancestral line is the most common of the Reynolds inhabitants in the United States. A Gaelic name, it s usually anglicized from the common… …   Wikipedia

  • Alasdair — Alastair ist ein männlicher Vorname. Er stammt aus den schottischen Lowlands. Andere Formen sind Alasdair und Alistair. Es handelt sich dabei um die schottisch gälischen Varianten von Alexander. Bekannte Namensträger Alastair Cameron (1925–2005) …   Deutsch Wikipedia

  • La Cite du gouffre — La Cité du gouffre La Cité du gouffre Auteur Alastair Reynolds Genre Science fiction, Roman Version originale Titre original Chasm City Éditeur original …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”