Alahor in Granata
Alahor in Granata
Image décrite ci-après

Genre opera seria (dramma per musica)
Nb. d'actes 2 actes
Musique Gaetano Donizetti
Livret M.A.
Langue
originale
Italien
Sources
littéraires
Gonzalve de Cordoue,
ou Grenade reconquise
(1791)
de Jean-Pierre Claris de Florian
Dates de
composition
1825
Partition
autographe
Palerme, collection privée (partition autographe)
Création 7 janvier 1826
Teatro Carolino de Palerme
Représentations notables
Personnages
Airs
  • « Ombra del padre mio » (Alahor) (Acte I, Scène 1)
  • « Ah ! ti sento, mio povero cor » (Zobeida) (Acte I, Scène 3)
  • « De' miei splendori antichi » (Alahor, Zobeida) (Acte I, Scène 9)
  • « A te d'innante mira » (Hassem, Alahor) (Acte II, Scène 9)
  • « Confusa è l'alma mia » (Zobeida) (Acte II, Scène 12)

Alahor in Granata est un opera seria (dramma per musica) en 2 actes, musique de Gaetano Donizetti, créé au Teatro Carolino de Palerme le 7 janvier 1826.

Sommaire

Histoire

En avril 1825, Donizetti dut accepter le poste de directeur musical du Teatro Carolino de Palerme. En effet, la mort de Ferdinand Ier des Deux-Siciles le 4 janvier avait entraîné la fermeture de tous les théâtres de Naples en signe de deuil. Ceux de Rome étaient également fermés en raison de l'Année sainte et le succès mitigé remporté à Milan avec Chiara e Serafina en 1822 ne permettait de rien espérer de ce côté-là. Le compositeur accepta donc sans enthousiasme le poste qui lui était offert dans la capitale de la Sicile. Il s'agissait d'assurer la direction musicale de la saison 1825-1826[1] avec le titre officiel de « maître de chapelle, directeur de la musique et compositeur de nouveaux opéras » aux appointements de 45 ducats par mois[2]. « Salle prestigieuse inaugurée en 1809, le Teatro Carolino – ainsi nommé en l'honneur de la reine Marie-Caroline – était devenu quinze années plus tard une institution à la dérive principalement à cause de l'incompétence de son imprésario. »[3]

Donizetti arriva à Palerme le 6 avril 1825, mais la troupe de chanteurs, qui comprenait la soprano Elisabetta Ferron, le ténor Berardo Calvari Winter[4] et le baryton Antonio Tamburini, fut lente à se constituer si bien que le début de la saison dut être repoussé du 21 avril au 4 mai. Le soir de l'ouverture, l'orchestre joua de manière si calamiteuse que Donizetti, qui était responsable de la préparation musicale des spectacles, fut convoqué devant le duc de Serradifalco, Surintendant des Spectacles publics, à la suite de quoi trois musiciens de l'orchestre furent renvoyés et il fut décidé de modifier le capot de la boîte du souffleur qui empêchait les chanteurs de bien voir le chef d'orchestre[5]. L'arrivée de la prima donna Ferron, qui se remettait difficilement de la naissance d'un fils, fut particulièrement tardive si bien qu'on dut représenter sans elle L'italiana in Algeri et Il barbiere di Siviglia de Rossini. Tamburini fut le seul chanteur à trouver grâce aux yeux du public palermitain. Ferron finit par arriver et chanta dans Il trionfo della musica[6] de Simon Mayr sans susciter d'enthousiasme particulier. L’impresario Morabito fut arrêté vers la fin du mois d'août à la suite d'une plainte et passa un jour en prison. La deuxième basse, Antonio de Rosa, avec qui Donizetti perdit patience lors d'une répétition, fit un scandale et refusa de s'excuser après avoir insulté le compositeur ce qui lui valut de passer lui aussi un jour en prison[7].

C'est dans ce contexte, rendu plus chaotique encore par le manque permanent de fonds, que Donizetti commença vers la mi-décembre les répétitions du nouvel opéra qu'il s'était engagé à composer pour le Teatro Carolino. La situation de tension permanente mettait à rude épreuve les nerfs du compositeur qui se plaignit dans une lettre à son maître Simon Mayr du 21 décembre 1825[8]. Repoussée en raison d'une indisposition d'Elisabetta Ferron, la première d’Alahor in Granata eut finalement lieu le 7 janvier 1826.

Le critique de La Cerere note que l'indifférence du public palermitain cette saison fut mise en échec car le mérite véritable du nouvel ouvrage ne pouvait pas ne pas être applaudi ; selon lui, Donizetti « avait eu la prudence de tenir le milieu entre la beauté de la vieille école et l'énergie de la nouvelle »[9]. Les représentations s'interrompirent le 25 janvier en raison du départ d'Elisabetta Ferron le lendemain[10]. Donizetti lui-même quitta Palerme le 14 février alors même que la saison ne s'acheva que le 18, le pape ayant décidé de prolonger le Jubilé de 1825 jusqu'au Carême de 1826.

L'ouvrage fut repris six mois plus tard au Teatro San Carlo de Naples avec une distribution prestigieuse réunissant Henriette Méric-Lalande et Luigi Lablache. La première avait été prévue le 21 juin, mais les répétitions durent être suspendues dans l'attente de l'arrivée du ténor Berardo Calvari Winter, qui se trouvait à Milan et devait rejoindre Naples pour y faire ses débuts dans le rôle d'Alamor qu'il avait créé à Palerme[11]. La production napolitaine vint finalement à la scène le 19 juillet, peu après la création d’Elvida, et cette succession d'ouvrages à sujet mauresque peut contribuer à expliquer son peu de succès[12]. Une autre reprise eut lieu à Palerme en 1830 après quoi l'opéra disparut de la scène pendant un siècle et demi. Il ne fut repris qu'en 1998 à Séville.

La partition d’Alahor in Granata fut longtemps tenue pour perdue jusqu'à ce qu'une copie de la version révisée par le compositeur Andrea Monteleone pour la reprise de 1830 soit découverte en 1970 à Boston dans le grenier du Symphony Hall[13]. Plus récemment, le manuscrit autographe a été retrouvé à Palerme.

Le livret est uniquement signé des initiales non identifiées à ce jour « M.A. »[14]. C'est une adaptation du livret de Felice Romani pour L'esule di Granata de Giacomo Meyerbeer, créé le 12 mars 1822 à la Scala de Milan[15], qui était lui-même une transposition de celui d'Étienne de Jouy pour Les Abencérages, ou L'Étendard de Grenade (1813) de Luigi Cherubini[16]. C'est l'un des nombreux livrets qui dérivent du roman poétique de Jean-Pierre Claris de Florian Gonzalve de Cordoue, ou Grenade reconquise (1791), tout comme d'ailleurs Zoraida di Granata de Donizetti, celui-ci via le livret de Luigi Romanelli pour Abenamet e Zoraide (Milan, 1805) de Giuseppe Nicolini.

Distribution

Rôle Type de voix Interprètes lors de la première
le 7 janvier 1826
Zobeida, figlia di Mohamed, sorella d'Alahor
Zobaïde, fille de Mohamed, sœur d'Alahor
soprano Elisabetta Ferron
Alahor, figlio di Mohamed
Alahor, fils de Mohamed
baryton Antonio Tamburini
Muley-Hassem, re di Granata
Muley-Hassem, roi de Grenade
contralto Marietta Gioia-Tamburini
Sulima, schiava favorita di Zobeida
Zulma, esclave préférée de Zobaïde
mezzo-soprano Carlotta Tomasetti
Alamor, capo della tribù zegra
Alamor, chef de la tribu des Zégris
ténor Berardo Calvari Winter
Ismaele, finto confidente d'Alamar
Ismael, confident prétendu d'Alamar
ténor Salvatore Patti
Coro di Zegris. Abeneeraghi. Soldati, popolo.
Chœur de Zégris. Abencérages. Soldats, peuple.

Argument

L'action se déroule à Grenade.

Acte I

Ali, chef de la tribu des Zégris, a massacré toute la famille du chef de la faction rivale des Abencérages, à l'exception d'Alahor et de Zobeida. Alahor s'est enfui en exil mais Zobeida est restée car elle est éprise du roi de Grenade (air : Ah ! ti sento, mio povero cor), Muley-Hassem qui a succédé à son frère Ali à la mort de celui-ci.

Hassem revient à Grenade, fier de ses succès (air : Ah ! si tanti affani) mais la paix honorable qu'il a conclue avec l'ennemi espagnol semble un acte de trahison aux Zégris. Leur chef, Alamor, furieux qu'Hassem ait refusé la main de sa fille, conspire pour renverser Hassem (air : Taci ancor[17]). Il affronte le roi et, éconduit une nouvelle fois par celui-ci, jure vengeance (duo : Perfido, io no).

Revenant sous couvert d'un déguisement pour venger le meurtre de son père (air : Ombra del padre mio), Alahor s'introduit dans le palais et fait des reproches à Zobeida (duo : De' miei splendori antichi).

Lors d'une cérémonie officielle où Hassem annonce leurs noces prochaines, Zobeida se sent obligée de repousser sa man.

Acte II

Hassem tente d'obtenir de Zobeida l'explication de sa conduite (duo : Ah ! che per tanto adoro). Celle-ci lui avoue qu'Alahor est son frère.

Pendant ce temps-là, Alahor rejoint la conjuration et se porte volontaire pour tuer Hassem (Hassem cadrà fra poco). Ismael, un des conjurés, révèle le projet à Hassem qui accuse Alahor mais, apprenant ses raisons, lui pardonne (duo : A te d'innante mira). Mais au moment où Alahor bénit l'union de sa sœur et du roi, les hommes d'Alamor attaquent. Alahor défend Hassem et Alamor est arrêté. Zobeida peut alors se réjouir de voir son frère et son bien-aimé réunis dans son rondo final Confusa è l'alma mia.

Analyse

L'ouverture est qualifiée par Piotr Kaminski de « particulièrement brillante »[16]. Selon le même auteur la construction dramatique de l'ouvrage « laisse à désirer : la première situation "conflictuelle" (le duo Hassem/Alamor) n'intervient qu'au trois-quarts du premier acte, le chemin menant à cet affrontement étant pavé de solos pour les quatre protagonistes et de scènes décoratives. Le défaut fut provoqué par le ténor qui exigea fermement une place pour lui dans ce défilé initial d'airs spectaculaires – il l'obtint… de la plume du compositeur local Andrea Monteleone. L'écriture vocale obéit toujours au style rossinien, brillant et orné, sans la touche mélancolique qui fera bientôt la marque de Donizetti. Les ressources théâtrales du jeune maître se manifestent cependant dès la première scène, dans le vaste accompagnato d'Alahor, ainsi que dans l'ampleur des ensembles. »[18]

« Si les quatre profils vocaux traditionnels de l’opera seria sont réunis, observe Philippe Thanh, la mezzo-soprano se taille ici la part du lion. Le rôle de Hassem s'inscrit dans la lignée des grands travestis du bel canto romantique, d'Arsace (Semiramide de Rossini) à Orsini (Lucrezia Borgia, que Donizetti composera sept ans plus tard). »[19]

Comme pour beaucoup de ses partitions, Donizetti recyclera certains passages dans des ouvrages ultérieurs. Alahor in Granata est notamment la source de la marche militaire qui accompagne l'entrée du Sergent Belcore à l'acte I de L'elisir d'amore[20]. Une partie du rondo final de Zobeida fut reprise dans la version de 1828 d’Emilia di Liverpool[21].

Discographie

Année Distribution
(Zobeida, Alahor, Alamor, Hassem)
Chef d'orchestre,
orchestre et chœur
Label
1999 Patrizia Pace
Simone Alaimo
Juan Diego Florez
Vivica Genaux
Josep Pons
Orchestre de la Ville de Grenade
Chœur du Théâtre de la Maestranza
CD Audio : Almaviva
Réf. : DS 0125 (2 CD)
enregistrement live

Notes et références

  1. Le contrat courait du 15 mars 1825 au 15 mars 1826 (Ashbrook, p. 33).
  2. Thanh, p. 32. Ashbrook rapporte le salaire du compositeur à celui de la prima donna Elisabetta Ferron, qui recevait alors 517 ½ ducats par mois. Donizetti se voyait toutefois allouer, en sus de son salaire, la recette d'une soirée et avait la possibilité de prendre un mois de vacances (Ashbrook, p. 33).
  3. Thanh, p. 32
  4. créateur du rôle d'Alamar dans L'esule di Granata de Meyerbeer
  5. Ashbrook, p. 608, note 85. À l'époque, le chef d'orchestre se tenait au fond de la fosse d'orchestre, face au public, et non à l'avant de celle-ci et le dos au public comme aujourd'hui.
  6. plus connu sous le titre Che originali !
  7. Ashbrook, p. 34
  8. Donizetti commence par citer le proverbe allemand Die Vergebung ist die beste Rache (le pardon est la meilleure vengeance) et assure son maître qu'il comprend la maxime et la met en pratique, puis il poursuit : « Je sais que le bon Mayr m'aime. Je l'ai constaté en d'innombrables occasions. Recevoir une de vos lettres de temps à autre soulage toujours mon agitation, et il était bien temps que vous m'en envoyez une […] Je suis entièrement convaincu que nous partirons d'ici avec des têtes brisées, c'est-à-dire avec plusieurs mois de salaire dus. En ce qui me concerne, c'est certain, mais, patience, c'est le moindre de mes soucis. Mon vrai déplaisir est de me voir oublié de tout le monde et d'arriver au bout de mon contrat sans espoir d'en obtenir un autre […] Je ne passe pas mon temps à flatter les gens dans leur dos d'ailleurs ici cela ne vaudrait pas la peine. Ils regardent les gens de théâtre comme infâmes, et en conséquence ne nous prêtent aucune attention […] J'ai compris depuis le début que rien n'est plus triste que le sort du malheureux compositeur d'opéras, et seul le besoin m'y attache mais je vous assure, cher Maître, que je souffre beaucoup du fait de ces bêtes dont nous avons besoin pour l'exécution de nos travaux […] Seuls vous et moi avons attiré le public durant tout l'été, avec votre Che originali ! et avec L'ajo nell'imbarazzo […] J'aurais dû avoir déjà donné mon nouvel opéra mais à cause de l'indisposition de Ferron je viendrai sur scène vers le début de l'année. Je suis plus qu'inquiet […] Ils ne veulent pas entendre Ferron ; la femme de Tamburini (la fille de Gioia) est une chienne, le ténor Winter aussi, etc., etc. Et au milieu de tout ça, j'ai composé une musique qui requiert un peu d'intelligence. » (G. Zavadini (éd.), Donizetti : Vita - Musiche - Epistolario, Bergame, 1948, n° 25, pp. 243-245)
  9. cité par Ashbrook, p. 35
  10. Ashbrook, p. 37
  11. Le rôle avait initialement été donné à Bertazzi, mais il lui fut retiré et les répétitions suspendues jusqu'à l'arrivée de Winter. Donizetti écrivit à ce propos : « Les gens de théâtre sont bizarres ; à Palerme, Winter ne cessait de me faire des reproches au sujet de son rôle, qui n'est, à la vérité, que peu de choses, et maintenant il le réclame pour ses débuts [napolitains]. Et il fait bien, puisque l'air de l'acte II lui convient parfaitement, ayant été écrit pour sa voix. » (lettre du 15 juin 1826, Zavadini, Op. cit., n° 27, pp. 246-247)
  12. Ashbrook, pp. 38 et 296 ; Kaminski, p. 342. Donizetti écrivit à son père au sujet de cette production : « Elle n'a pas fait pas grande impression. Seuls l'ouverture, la cavatine de la prima donna, l'air du ténor et le rondo final ont plu, mais pour Naples ce n'est pas assez ; ici, ils veulent que tout soit excellent. » (Zavadini, Op. cit., n° 27, p. 247)
  13. Cette partition est aujourd'hui conservée par le département des collections spéciales de la Mugar Memorial Library de l'Université de Boston (Ashbrook, note 90, p. 608).
  14. identifié par Philippe Thanh (p. 33) à Andrea Monteleone.
  15. James Freeman, art. cit.
  16. a et b Kaminski, p. 342
  17. Cet air, assez spectaculaire, a été ajouté à l'occasion de la reprise de 1830 à Palerme.
  18. ibidem
  19. Thanh, p. 34
  20. Ashbrook, p. 35
  21. Ashbrook, p. 296 ; Kaminski, p. 342

Voir aussi

Sources

Liens externes

Bibliographie

  • (en) James Freeman, « Donizetti in Palermo and Alahor in Granata », Journal of the American Musicological Society, vol. 25 (1972), p. 240-250
  • (it) Ottavio Tiby, Une stagione lirica di 125 anni fa : Gaetano Donizetti a Palermo, Rome, 1951



Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Alahor in Granata de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Alahor in Granata — is an opera in two acts by Gaetano Donizetti to an anonymous Italian libretto (indicated only with the initials M.A. ) after Jean Pierre Claris de Florian s text Gonzalve de Cordoue , ou Granade reconquise (1793). It premiered on January 7, 1826… …   Wikipedia

  • Alahor in Granata — Gaetano Donizetti Alahor in Granata es una ópera en dos actos de Gaetano Donizetti de un libreto anónimo italiano (firmado únicamente con las iniciales M.A. ) basado en la novela Gonzalve de Cordoue, ou Granade reconquise de 1793 de Jean Pierre… …   Wikipedia Español

  • Zoraida di Granata — Francisco Pradilla y Ortiz, Boabdil face à Ferdinand et Isabelle après la chute de Grenade. 1492 …   Wikipédia en Français

  • Otto mesi in due ore — Gaetano Donizetti …   Wikipedia

  • Le nozze in villa — I provinciali ossia Le nozze in villa Genre Dramma buffo Nb. d actes 2 Musique Gaetano Donizetti Livret Bartolomeo Merelli Langue originale Italien Sources …   Wikipédia en Français

  • Otto mesi in due ore — ossia Gli esiliati in Siberia Pasquale Canna (1771 1830), Décor de l acte I de la production napolitaine de 1827 …   Wikipédia en Français

  • 1825 in music — Events * First performance of Ludwig van Beethoven s Ninth Symphony in England * François Adrien Boïeldieu s opera La dame blanche premieres in Paris. *Maria Malibran makes her operatic debut as Rosina in The Barber of Seville . *Friedrich Kuhlau …   Wikipedia

  • 1826 in music — Events Published Popular Music * The Old Oaken Bucket w. Samuel Woodworth m. George F. Kiallmark. Words written in 1817. * Shenandoah (Across The Wide Missouri) traditional, US.Opera* John Barnett Before Breakfast * Gaetano Donizetti Alahor in… …   Wikipedia

  • Elvida — La Reconquista : une armée chrétienne, avec ses mercenaires berbères à droite. Genre Melodramma …   Wikipédia en Français

  • Dom Sébastien, roi de Portugal — Gaetano Donizetti Gaetano Donizetti Naissance 29 novembre 1797 Bergame …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”