Al atlal

Al Atlal

Al Atlal, (en arabe الاطلال), traduit généralement par "Les ruines" est un poème du poète égyptien Ibrahim Naji et chanté par Oum Kalthoum sur une musique de Riad Sunbati en 1966.

Le poème est écrit en arabe classique et reprend un des thèmes majeurs de la poésie arabe : les ruines ou traces laissées par l'amante après son départ.

On prête aussi au texte une dimension patriotique, liée principalement au contexte politique de l'époque.

Al Atlal est considérée comme l'une des plus belles chansons du répertoire de la Diva Oum Kalthoum.

Paroles

Ô mon cœur, ne demande pas où est passé l’amour,
Il n’était qu’une vision de mirages qui s’en est allée.
Sers-moi et bois en souvenir de ses ruines
Et raconte-moi tant que mes larmes couleront,
Comment cet amour est devenu une légende
Et la plus belle des idylles.
Je ne peux t’oublier, toi qui m’as séduite
Par ta bouche aux appels doux et suaves
Comme une main qui se tendait vers moi, telle la main
Tendue à un noyé à travers les vagues,
Ou une lueur qui redonne espoir au voyageur solitaire.
Pourquoi tes yeux ont-ils perdu cette lueur ?
Ô amant dont j’ai un jour visité le nid,
L’oiseau du désir ardent chante ma douleur.
Tu as la nonchalance du bienfaiteur généreux
Et la cruauté du puissant omnipotent.
Pourtant ma tendresse pour toi me brûle les côtes
Et les secondes sont comme des braises dans mes veines.
Donne-moi ma liberté et délie mes mains,
J’ai tout donné et il ne me reste plus rien.
Ah ! Ton lien fait saigner mon poignet,
Pourquoi le préserver puisqu’il ne m’a pas épargné.
Moi qui ai respecté les serments que tu as brisé,
Pourquoi resterai-je captive alors que le monde est mien ?
Y a-t-il pareil à mes yeux que mon amoureux qui envoute,
En lui il y a grandeur majesté et pudeur
Il s'avance comme un ange d’un pas assuré
Injuste envers la bonté et s’inclinant devant les orgueilleux
Embaumant comme la brise venant des prairies
Et aux regards charmeurs tels les rêves du soir.
Qu’il est loin ce banquet où tu étais,
L’ultime splendeur brillant et lumineux.
Et moi qui n’étais qu’amour et cœur errant
Et corps tourmenté se languissant
Le désir ardent était notre messager,
Et un échanson qui nous abreuvait.
A-t-on connu une ivresse pareil à la nôtre ?
Combien de mirages avons-nous construit autour de nous
Et nous avons marché sur un chemin éclairé par la Lune,
Où la joie nous y précédait
Et nous y avons ri ensemble comme deux enfants
Et nous y avons couru pour devancer nos ombres.
Mais nous nous sommes ressaisis quand le nectar s’est dissipé,
Et nous nous sommes réveillés, ah! si l’on pouvait ne pas se réveiller
Un réveil qui nous a sorti de nos rêves éthérés
Et la nuit s’en est allée alors que la nuit était une amie
Alors la lumière s’est levée comme un appel
Et l’aurore pointa comme un brasier
Et la vie reprit son cours
Et chaque amant reprit sa route
Ô toi qui veilles et t’assoupis,
Tu te rappelles le serment et tu t’éveilles.
A chaque plaie qui se ferme,
Le souvenir ravive une blessure.
Alors apprends à oublier
Et apprends surtout à effacer.
Ô mon amour, toute chose est liée au destin,
Ce n'est pas de notre faute si nous avons été créés maudits.
Peut-être que nos destinées nous réuniront-elles,
Un jour, après qu'on ait perdu tout espoir.
Alors si les amants se renient l’un l’autre
Et que nous nous rencontrons tels des étrangers
Et que toute chose s’en soit allée selon son cours,
Ne dis pas que nous l’avons voulu c’est le destin qui en aura décidé.


Voir aussi

Ce document provient de « Al Atlal ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Al atlal de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Al Atlal — Al Atlal, (en arabe الأطلال), traduit généralement par Les Ruines est un poème du poète égyptien Ibrahim Naji et chanté par Oum Kalthoum sur une musique de Riad Sunbati en 1966. Le poème est écrit en arabe classique et reprend un des thèmes… …   Wikipédia en Français

  • Umm Kulthum — This article is about Egyptian singer. For other uses, see Umm Kulthum (name). Oum Kalthoum Background information Birth name Umm Kulthum Ebrahim Elbeltagi …   Wikipedia

  • Ibrahim Nagi — (إبراهيم ناجى) né en 1898 et mort en 1953[1], est un poète égyptien de langue arabe. Ses plus célèbres poèmes, El Atlal (Les Ruines) furent chantés par Oum Kalsoum et L Automne par Mohammed Abdel Wahab[1]. El Atlal est considéré par les critiques …   Wikipédia en Français

  • Emad Hamdy — ( ar. عماد حمدى, ArTranslit|‘Imād Ḥamdī) (November 25 1909 in Suhaj, Egypt ndash; January 28 1983 in Cairo, Egypt) was an Egyptian actor. He was married to the Egyptian actress Shadia.He was married for many years to a lady from outside the film… …   Wikipedia

  • Oum Kalthoum — Cet article concerne la chanteuse. Pour la fille du prophète Mahomet, voir Oumm Koulthoum bint Mouhammed. Oum Kalthoum أم كلثوم Nom …   Wikipédia en Français

  • List of Faten Hamama's awards and nominations — This is a list of Faten Hamama s awards and nominations: Awards won Throughout Hamama s career, she has won many awards for her acting roles: [http://www.fatenhamama.com/Highlights.html Hamama s Awards] , Official site. Retrieved on 21 November… …   Wikipedia

  • Fouad el-Mohandes — Infobox actor name = Fuad el Mohandes فؤاد المهندس imagesize = caption = birthdate = birth date|1924|9|6|mf=y location = Cairo, Egypt deathdate = death date and age|2006|9|16|1924|9|6|mf=y deathplace = Cairo, Egypt height = birthname = othername …   Wikipedia

  • Умм Кульсум — أم كلثوم Во время концерта …   Википедия

  • Walid Khalidi — (né en 1925 à Jérusalem) est un historien palestinien. Biographie Walid Khalidi a fait ses études dans les universités de Londres et d Oxford. Il a enseigné à Oxford, à l Université américaine de Beyrouth et à Harvard. Il est co fondateur à Amman …   Wikipédia en Français

  • Fouad El Mouhandes — Foad El Muhandes (* 6. September 1924 in Kairo, Ägypten; † 16. September 2006 ebenda) (arabisch ‏فؤاد المهندس‎) war einer der bekanntesten ägyptischen Schauspieler und Komödianten. Muhandes war ein Pionier des ägyptischen Kinos. Einige der… …   Deutsch Wikipedia

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”