Gaston de France


Gaston de France
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gaston d'Orléans.

Gaston Jean Baptiste de France (né le 24 avril 1608 à Fontainebleau, mort le 2 février 1660 à Blois), duc d'Orléans, parfois nommé Gaston d'Orléans. Troisième fils d'Henri IV (1553-1610) et de Marie de Médicis, il est fils de France, prince du sang, de la branche des Bourbon (dynastie capétienne).

Sommaire

Biographie

Frère benjamin du roi Louis XIII, Gaston devient à la mort de Nicolas de France (1607-1611), deuxième fils d'Henri IV, deuxième dans l'ordre de succession au trône. Titré duc d'Anjou, comme plus proche héritier du trône, il est aussi appelé Monsieur (titre conféré au frère du Roi), puis (à partir de 1643) le Grand Monsieur par opposition au Petit Monsieur, Philippe, son neveu, frère de Louis XIV.

Cultivé et raffiné[1], mais velléitaire et inconstant[2], Gaston de France passa sa vie à conspirer, d'abord contre son frère et le cardinal de Richelieu (préférant à leur centralisation absolutiste une monarchie mixte avec représentation des corps sociaux à travers les assemblées d'États provinciaux ou généraux), puis contre sa belle-sœur Anne d'Autriche et le cardinal Mazarin. Ces conspirations échouèrent toujours, faute de réel projet politique. Gaston dénonça souvent ses complices, puis les vit périr (voir d'Ornano, Chalais, Montmorency, et Cinq-Mars). Pour se venger, il créa un « Conseil de vauriennerie », des courtisans et amis avec qui il mena une vie désordonnée (il est réputé joueur et amateur de femmes)[3].

En 1628, il eut le commandement de l'armée qui assiégea La Rochelle et de celle de Picardie en 1636. En 1630, il participe à la révolte du duc de Montmorency. À la tête d'une armée de mercenaires, il appelle le royaume à la révolte, avant de s'enfuir en Lorraine après la défaite de Montmorency à Castelnaudary. À l'instigation de son confesseur l'oratorien Charles de Condren, il se réconcilie avec le roi à Troyes, le 18 avril 1630. En 1631-32, il intrigue en Lorraine et publie un manifeste politique contre l'absolutisme. En 1634, il conclut un traité secret avec l'Espagne et complote contre Richelieu avec le comte de Soissons. En 1636, il participe au côté du roi au siège de Corbie.

Mais en 1638, la naissance inespérée d'un dauphin (le futur Louis XIV) le prive du rang de premier héritier de la couronne. Il perd son crédit financier, et ne peut poursuivre la reconstruction du château de Blois qu'il a entreprise. En 1642, la conjuration du marquis de Cinq-Mars, qui vise à faire de Gaston le lieutenant général du royaume, échoue. En 1642 il pousse en avant Cinq-Mars puis l'abandonne. Ce dernier sera exécuté.

Louis XIII mourant le nomme gouverneur et lieutenant-général du Languedoc. À la mort de Louis XIII, Gaston de France est nommé lieutenant-général du royaume et chef des conseils sous l'autorité de la reine, pendant la minorité de Louis XIV. Pourtant Anne d'Autriche s'impose au Parlement de Paris, et prend les rênes du pouvoir avec le soutien de Mazarin.

Chef de l'armée, Gaston mène contre les Espagnols une campagne victorieuse et rapide. Il conquiert une partie du Comté de Flandre, dont la ville de Gravelines le 28 juillet 1644 et Béthune, puis en 1645 Bourbourg, Armentières, Courtrai et Mardyck.

Gaston participe encore à la Fronde, et Mazarin le fait exiler dans son château de Blois en 1652, où il meurt en 1660. Il est inhumé à la basilique de Saint-Denis, ultime privilège attaché au sang royal. Louis XIV confère alors le titre de duc d'Orléans à son propre frère Philippe.

De sa naissance à sa mort, Gaston eut pour médecin le protestant Abel Brunier.

Mariage et descendance

Mariage de Marie de Bourbon et Gaston de France en 1626 , Estampe

En 1626, après une conspiration (la conspiration de Chalais) manquée, Gaston accepte à regret d'épouser la richissime Marie de Bourbon, duchesse de Montpensier[4] que lui impose Richelieu. Il reçoit alors en apanage les duchés d'Orléans et de Chartres, augmentés du comté de Blois.

De ce mariage naquit l'année suivante  :

En 1629, Gaston projeta en vain d'épouser Marie de Gonzague, fille du duc de Mantoue. En 1632, il tomba amoureux et épousa la jeune Marguerite, sœur du duc de Lorraine et de Bar, un prince aussi fantasque que lui, alors en guerre contre la France et dont il fréquente alors la cour car il y est en exil politique. Il surnomme sa seconde épouse, auparavant coadjutrice de l'abbesse du chapitre noble de Remiremont "l'Ange". Il l'épousa secrètement dans un couvent de Nancy le 2 janvier 1632 mais le Parlement de Paris déclara ce mariage nul. Il fit célébrer son mariage une deuxième fois par l'archevêque de Malines dans les Pays Bas espagnols, là encore l'assemblée du clergé de France, poussée par Richelieu, annule ce mariage. Les fiancés purent, à la mort de Richelieu, se retrouver à la cour de France et se marier en mai 1643. Ils eurent cinq enfants :

de Louise Roger de la Marbelière

  • Louis bâtard d'Orléans dit le comte de Charny (1638-1692)

Il eut aussi une fille naturelle :

  • Marie bâtarde d'Orléans (1631-?)

Collectionneur et mécène

Le département des cartes et plans de la Bibliothèque nationale de France conserve dix-huit recueils de cartes provenant de la collection cartographique de Gaston d'Orléans sous la cote Rés. Ge BB 246[5].

Notes et références

  1. Amoureux des sciences et des arts (protecteur de la troupe de Molière), mécène, collectionneur, musicien, etc.
  2. « Il pensait à tout mais il ne voulait rien » dit de lui le Cardinal de Retz.
  3. Henri Sacchi , La guerre de trente ans: L'Empire supplicié, Editions L'Harmattan, 2003, p. 159.
  4. La duchesse de Montpensier mourut en couches, laissant sa fortune non à Gaston mais à leur fille.
  5. Charles Du Bus, Gaston d’Orléans et ses collections topographiques, Paris, Impr. nationale, 1941.

Bibliographie

  • Georges Dethan, Gaston d'Orléans : conspirateur et prince charmant, Paris : A. Fayard, 1959, 501 p.
  • Georges Dethan, La vie de Gaston d'Orléans, Paris : Éd. de Fallois, 1992, 429 p. Contient un choix de textes extraits de diverses revues et publications, 1959-1989.
  • Gaston d'Orléans 1608-1660, exposition du tricentenaire, château de Blois, juin-juillet 1960, préface de Georges Dethan, Tours : impr. Gibert-Clarey, 1960, 62 p.
  • Charles Du Bus, Gaston d’Orléans et ses collections topographiques, Paris, Impr. nationale, 1941 (extrait du Bulletin de la Section de géographie du Comité des travaux historiques et scientifiques, t. 55, 1940)



Précédé par Gaston de France Suivi par
Nicolas de France
Blason duche fr Orleans (moderne).svg
duc d'Orléans
(apanage)
Philippe de France
(apanage)



Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Gaston de France de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Gaston de France (1608-1660) — Gaston de France Pour les articles homonymes, voir Gaston d Orléans. Gaston de France, peint en 1634 par Antoine Van Dyck …   Wikipédia en Français

  • Portrait de Gaston de France — Portrait de Gaston de France, duc d Orléans Artiste Antoine van Dyck (1599 1641) Année 1632 ou 1634 Type Huile sur toile Dimensions (H …   Wikipédia en Français

  • Gaston, Duke of Orléans — Gaston of France Duke of Orléans Gaston in 1634 Spouse Marie de Bourbon Marguerite de Lorraine …   Wikipedia

  • Gaston-Jean-Baptiste de France — Gaston de France Pour les articles homonymes, voir Gaston d Orléans. Gaston de France, peint en 1634 par Antoine Van Dyck …   Wikipédia en Français

  • Gaston d'Orleans — Gaston d Orléans Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Plusieurs membres de la dynastie capétienne ont été nommés ou surnommés Gaston d Orléans : Gaston de France (1608 1660), duc d… …   Wikipédia en Français

  • Gaston d'Orléans —  Cette page d’homonymie répertorie différentes personnes partageant un même nom. Plusieurs membres de la dynastie capétienne ont été nommés ou surnommés Gaston d Orléans : Gaston de France (1608 1660), duc d Orléans, parfois surnommé… …   Wikipédia en Français

  • FRANCE - Analyse institutionnelle et politique (1945-1970) — À partir du mois de mai 1947, moins de trois ans après la Libération, deux ans après la capitulation allemande, la France commence à retrouver ses structures et ses habitudes politiques antérieures à la Seconde Guerre mondiale. Née dans les… …   Encyclopédie Universelle

  • France aux Jeux olympiques d'été de 1920 — France aux Jeux olympiques France aux Jeux olympiques d été de 1920 Code CIO  …   Wikipédia en Français

  • France Aux Jeux Olympiques D'été De 1920 — Code CIO  …   Wikipédia en Français

  • France aux jeux Olympiques d'ete de 1920 — France aux Jeux olympiques d été de 1920 France aux Jeux olympiques d été de 1920 Code CIO  …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.