Al Khansa

Al-H̠ansā’

Al-H̠ansā’ vue par le poète et peintre libanais Khalil Gibran (1917)


Al-H̠ansā’ (en arabe: الخَنْساء) est le surnom de Tumād̩ir bint ʿAmr (تُماضِر بنت عمرو), poétesse arabe semi-légendaire qui serait née dans l'antéislam (avant 610) et serait morte sous le califat de ʿUmar b. al-H̠at̩t̩āb, entre 634 et 644. L'adjectif H̠ansā’ signifie "qui a le nez écrasé" et désigne par extension la gazelle [1].


Sommaire

Eléments biographiques

Les anecdotes, largement légendaires, relatives à la vie d'al-H̠ansā’, nous sont connues grâce aux grands ouvrages des IXème et Xème siècles consacrés à la vie des poètes, tels T̩abaqāt Fuh̩ūl al-Šuʿarā’ d’Ibn Sallām al-Ǧumah̩ī, al-Šiʿr wa-l-šuʿarā’ d’Ibn Qutayba, le Livre des chansons d’Abū al-Faraǧ al-Is̩fahānī.

D'après Ibn Qutayba, elle aurait été demandée en mariage par le poète Durayd b. al-S̩imma, de la tribu de Ǧušam, qu'elle aurait rejeté sans ménagement, refusant de se marier hors de sa tribu des Banū Sulaym[2]. Selon une autre tradition, elle se serait rendue au marché de ʿUkāz̩ où les poètes venaient rencontrer leur aîné al-Nābiġa al-D̠ubyānī et lui présenter leurs vers. Al-Aʿšā et H̩assān b. T̠ābit seraient entre autres venus entendre l'avis de leur maître sur leurs vers. Entendant la poésie d'al-H̠ansā’, venue après eux, al-Nābiġa al-D̠ubyānī s'exclame: "Par Dieu, si Abū Bas̩īr [= al-Aʿšā] ne m'avait pas déjà récité [ses vers], je t'aurais déclaré la meilleure poétesse d'entre les djinns et les hommes!"[3].

D'autres anecdotes, toujours chez Ibn Qutayba, insistent sur l'attachement d'al-H̠ansā’ pour son frère S̩aḫr. Ce dernier partage par deux fois sa fortune en deux et en donne la meilleure part à al-H̠ansā’ pour renflouer son mari qui s'était ruiné à force de dons[3].

A la mort de S̩aḫr, sa sœur le pleure jusqu'à en devenir aveugle[3]. Elle se convertit à l'Islam après sa rencontre avec le prophète Mahomet.

Œuvre poétique

Elle doit sa célébrité à ses élégies funèbres (marāt̠ī) à la mémoire de ses deux frères S̩aḫr et Muʿāwiya tués dans des combats entre leur tribu, les Banū Sulaym, et des tribus rivales.

Les élégies d'al-H̠ansā’ ont été rassemblées dans un recueil (dīwān) de plus de 1000 vers à l'époque abbasside, probablement par le philologue Ibn al-Sikkīt (mort en 858). Une édition critique a été réalisée par Louis Cheikho en 1888.

Notes et références

  1. A. de B. Kazimirski, Dictionnaire arabe-Français, 1860 ; réédition Librairie du Liban, tome I, p.640 (racine خنس)
  2. Ibn Qutayba, al-Šiʿr wa-l-šuʿarā’, p.68
  3. a , b  et c Ibn Qutayba, al-Šiʿr wa-l-šuʿarā’, p.69


Bibliographie


  • Portail de la poésie Portail de la poésie
Ce document provient de « Al-H%CC%A0ans%C4%81%E2%80%99 ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Al Khansa de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Al-Khansa — Tumadir bint Amru al Harith bint al Sharid, usually simply referred to as Al Khansa (Arabic translated as either gazelle or short nosed ) was a 7th century Arabic poet. She was a contemporary of Muhammad, and eventually converted to Islam. In her …   Wikipedia

  • Al-Hansa' — Al H̠ansā’ Al H̠ansā’ vue par le poète et peintre libanais Khalil Gibran (1917) Al H̠ansā’ (en arabe: الخَنْساء) est le surnom de Tumād̩ir bint ʿAmr (تُماضِر بنت عمرو), poétesse arabe semi légendaire qui serait née dans l antéislam (avant 610) et …   Wikipédia en Français

  • Al-H̠ansā' — Al H̠ansā’ Al H̠ansā’ vue par le poète et peintre libanais Khalil Gibran (1917) Al H̠ansā’ (en arabe: الخَنْساء) est le surnom de Tumād̩ir bint ʿAmr (تُماضِر بنت عمرو), poétesse arabe semi légendaire qui serait née dans l antéislam (avant 610) et …   Wikipédia en Français

  • Al-H̠ansā’ — vue par le poète et peintre libanais Khalil Gibran (1917) Al H̠ansā’ (en arabe: الخَنْساء) est le surnom de Tumād̩ir bint ʿAmr (تُماضِر بنت عمرو), poétesse arabe semi légendaire qui serait née dans l antéislam (avant 610) et serait morte sous le… …   Wikipédia en Français

  • Khansāʾ, al- — ▪ Arab poet Arabic“The Snub Nosed”byname of  Tumāḍir bint ʿAmr ibn al Ḥārith ibn al Sharīd   died after 630       one of the greatest Arab poets, famous for her elegies.       The deaths of two of her kinsmen her brother Muʿāwiyah and her half… …   Universalium

  • Layla al-Akhyaliyya — Layla Bint Abullah Bin Shaddad Bin Ka’b Al Akheeliyya, or simply Layla Al Akheeliyya (Ar. ليلى الأخيليّة) was a famous seventh century Arab poet who was renowned for her poetry, eloquence, strong personality as well as her beauty.LifeShe was born …   Wikipedia

  • Arabic literature — Introduction       the body of written works produced in the Arabic language.       The tradition of Arabic literature stretches back some 16 centuries to unrecorded beginnings in the Arabian Peninsula. At certain points in the development of… …   Universalium

  • Literatura árabe — La literatura árabe (en árabe ,الأدب العربي; Al Adab Al Arabi) es el conjunto de textos literarios escritos en lengua árabe; no es habitual, por tanto, incluir las obras que están escritas usando el alfabeto árabe pero no el idioma, como es el… …   Wikipedia Español

  • literature — /lit euhr euh cheuhr, choor , li treuh /, n. 1. writings in which expression and form, in connection with ideas of permanent and universal interest, are characteristic or essential features, as poetry, novels, history, biography, and essays. 2.… …   Universalium

  • Islamic arts — Visual, literary, and performing arts of the populations that adopted Islam from the 7th century. Islamic visual arts are decorative, colourful, and, in religious art, nonrepresentational; the characteristic Islamic decoration is the arabesque.… …   Universalium

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”