Al-Qalasadi

Al-Qalasadi, de son nom complet Abou Al Hassan ibn Ali ibn Muhammad al-Qalasadi, né en 1412 à Bastah (al-Andalus) et décédé en 1486 à Béja (Tunisie), est un mathématicien berbère.

En usant de lettres pour désigner la racine carrée, l'égalité ou encore l'inconnue dans une équation, al-Qalasadi agit comme les algébristes modernes. Al-Qalasadi utilisait ainsi la première lettre du mot arabe chay (chose) en notant l'inconnue x, 12x s'écrivant 12 « ch ». Cette appellation sera reprise par Adam Ries et fut nommée cosa en italien et notée R (du latin res). Le carré de l'inconnue est symbolisé par un « m », première lettre du mot arabe mourabbaa signifiant « carré ». 6 « M » signifie donc 6x². La racine carrée est quant à elle symbolisée par « j », première lettre du mot arabe jêdr signifiant « racine ». La racine de 7 s'écrit alors: 7 « j ». L'égalité est symbolisée par la lettre « L », une égalité comme la racine de 9 = 3, s'écrit alors, de droite à gauche : 3 « l » √ de 9.

Ses contributions au symbolisme algébrique consistaient à utiliser de courts mots arabes, ou seulement leurs lettres initiales, comme symboles mathématiques. En particulier, il a utilisé :

  • wa voulant dire « et » pour +
  • illa voulant dire « moins » pour -
  • fi voulant dire « fois » pour ×
  • ala voulant dire « sur » pour la division (/)
  • « j » de jêdr voulant dire « racine »
  • « ch » de chayvoulant dire « chose » (x, l'inconnue)
  • « m » de mal pour x à la puissance 2
  • « k » de kab pour x à la puissance 3
  • « l » de yadilou pour =

Al-Qalasadi a écrit plusieurs livres sur l'arithmétique et un sur l'algèbre. Quelques-uns sont des commentaires comme son commentaire sur le Talkhis amal al-hisab (Résumé d'opérations arithmétiques) d'Ibn al-Banna, un mathématicien marocain mort un siècle auparavant. Son important traité s'appelle Al-Tabsira fi'lm al-hisab (Éclaircissement de la science de l'arithmétique). Il en écrit une version simplifiée, le Dévoilement de la science de l'arithmétique, et une troisième version, le Dévoilement des secrets de l'usage des lettres tumultes.

Bibliographie

  • J. Samsó, Las ciencias de los antiguos en al-Andalus, Madrid, 1992
  • Mohamed Souissi, La langue des mathématiques en arabe, éd. Publications de l'Université de Tunis, Tunis, 1968
  • Mohamed Souissi, « L'école mathématique maghrébine : quelques exemples de ses travaux et certaines de ses particularités », Histoire des mathématiques arabes, Alger, 1986, pp. 9-23
  • F. Woepcke, Études sur les mathematiques arabo-islamiques, deux vol., Frankfurt am Main, 1986
  • Adolf P. Youschkevitch, Les mathématiques arabes. Du VIIIe au XVe siècle, éd. Vrin / CNRS, Paris, 1976

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Al-Qalasadi de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Al-Qalasadi — Abu al Hasan Ali bin Mohammed bin Ali al Qurashi al Basti (أبو الحسن علي بن محمد بن علي القرشي البسطي; Baza, Granada, 1412 Béja, actual Túnez, 1486), fue uno de los más importantes matemáticos granadís. Contenido 1 Biografía 2 Su trabajo …   Wikipedia Español

  • Abu`l Hasan Ibn Ali al-Qalasadi — Saltar a navegación, búsqueda Al Qalasadi Obtenido de Abu%60l Hasan Ibn Ali al Qalasadi …   Wikipedia Español

  • Abū al-Hasan ibn Alī al-Qalasādī — ] Symbolic algebra In Islamic mathematics, al Qalasadi made the first attempt at creating an algebraic notation since Ibn al Banna two centuries earlier, who was himself the first to make such an attempt since Diophantus and Brahmagupta in… …   Wikipedia

  • Al-Marrakushi ibn Al-Banna — (1256 1321), también conocido como Abu l Abbas Ahmad ibn Muhammad ibn Uthman al Azdi, fue un matemático y astrónomo marroquí. Nació en la región de Marrakesh donde se inició en el estudio de la geometría a través de los textos de Euclides y de la …   Enciclopedia Universal

  • Al-Nayrizi — Abū’l ‘Abbās al Faḍl ibn Ḥātim al Nairīzī (Arabic: أبو العباس الفضل بن حاتم النيريزي‎, Latin: Anaritius, Nazirius, 865–922) was a 9th 10th century Persian mathematician and astronomer from Nayriz, Fars, Iran. He flourished under al Mu tadid,… …   Wikipedia

  • Al-Marrakushi ibn Al-Banna — Ibn Al Banna al Murrakushi (c. 1256, Marruecos – c. 1321, Marruecos) fue un matemático y astrónomo marroquí. Al Banna (árabe: ابن البنّا), hijo de un arquitecto, fue llevado a Marrakesh, donde aprendió habilidades matemáticas y geométricas… …   Wikipedia Español

  • Muḥammad ibn Mūsā al-Khwārizmī — al Khwārizmī redirects here. For other uses, see al Khwārizmī (disambiguation). Muḥammad ibn Mūsā al Khwārizmī …   Wikipedia

  • Abū Rayḥān al-Bīrūnī — Al Biruni redirects here. For the lunar crater, see Al Biruni (crater). For the university, see Al Beroni University. Al Birunī (البیرونی) Alberonius An imaginary rendition of Al Biruni on a 1973 Afghan post stamp Full name Abū Rayḥān Muḥammad… …   Wikipedia

  • Abū Ishāq Ibrāhīm al-Zarqālī — Arzachel redirects here. For other uses, see Arzachel (disambiguation). Abū Isḥāq Ibrāhīm ibn Yaḥyā al Naqqāsh al Zarqālī, Al Zarqali, Ibn Zarqala (1029–1087), Latinized as Arzachel, was an instrument maker and one of the leading theoretical and… …   Wikipedia

  • Nasir al-Din al-Tusi — Persian Muslim scholar Naṣīr al Dīn al Ṭūsī The Astronomical Observatory of Nasir al Din al Tusi Title Khawaja Nasir …   Wikipedia

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”