Francois Adrien Boieldieu

François Adrien Boieldieu

François Adrien Boieldieu, Peinture de Louis Léopold Boilly, exposition 1800, Musée de Rouen[1].
François Adrien Boieldieu, après Henri-François Riesener, Bibliothèque national de France.

François-Adrien Boieldieu, né le 16 décembre 1775 à Rouen et mort le 8 octobre 1834 à Varennes-Jarcy, est un compositeur français.

Artiste né sous l'Ancien Régime, Boieldieu fit ses armes pendant la Terreur, acquit la célébrité durant le Consulat et l'Empire, fut honoré par les Bourbons puis ruiné par la Révolution de Juillet. Il demeure le principal compositeur français d'opéras du premier quart du XIXe siècle.

Sommaire

Biographie

Boieldieu fut initié à la musique par le maître de chapelle puis par l'organiste de la cathédrale Notre-Dame de Rouen. La Révolution ne freina pas l'activité musicale du théâtre de Rouen, qui continua de présenter les œuvres de jeunes auteurs tels Étienne Nicolas Méhul. Pendant la Terreur, Rouen fut même une des rares villes à conserver une activité musicale importante et, en 1793, plusieurs concerts furent organisés avec les célèbres violoniste Rode et ténor Garat. Boieldieu composa alors ses premières œuvres sur des textes écrits par son père, La Fille coupable en 1793, puis Rosalie et Mirza en 1795, qui lui apportèrent un succès immédiat.

Durant la période révolutionnaire, Boieldieu partit pour Paris et, prudemment, s'y installa comme accordeur de pianos. Seul l'opéra-comique offrait alors des débouchés pour ces œuvres hybrides, proches de l'opéra classique mais comportant des dialogues parlés. L'œuvre la plus typique en est Médée de Cherubini (1797). L'opéra-comique, traditionnellement représenté à la Salle Favart, fut également joué au théâtre de Monsieur dès 1789 et, en 1791, s'installa dans un théâtre neuf, le Théâtre Feydeau, auparavant réservé à la troupe de l'opera buffa. Durant une dizaine d'années, les troupes de Favart et de Feydeau se concurrencèrent, Favart multipliant les spectacles patriotiques et présentant des œuvres plus légères de Méhul, Feydeau proposant plutôt des drames héroïques de Cherubini ou Lesueur. En 1797, Boieldieu proposa à Feydeau La Famille suisse et L'Heureuse Nouvelle. En 1798, il proposa à Favart Zoraime et Zulmare. Le succès fut foudroyant.

Fils spirituel de Grétry, Boieldieu privilégiait les mélodies sans ornements superflus qu'il mettait en valeur avec une instrumentation légère mais soignée et des dialogues spirituels. Berlioz attribuait à sa musique une « élégance parisienne de bon goût qui plaît ». En 1800, il remporta un véritable triomphe avec Le Calife de Bagdad.

En 1804, il partit pour Saint-Pétersbourg afin d'occuper le poste de compositeur de la cour du Tsar jusqu'en 1810 à l'invitation personnelle du tsar Alexandre. Il y composa neuf opéras dont Aline, reine de Golconde (1804) et Les voitures versées (1820). De retour en France, il reconquit le public parisien avec La jeune femme en colère (1811), Jean de Paris (1812), Le Nouveau Seigneur du village (1813) et une dizaine d'autres œuvres.

En 1825, il publia son chef-d'œuvre, La Dame Blanche, reprise salle Favart en 1997 et enregistrée sous la direction de Marc Minkowski. Basé sur un roman de Walter Scott — fait inhabituel à cette époque —, le livret est construit sur le thème de l'enfant perdu puis heureusement reconnu in extremis. Le style de cet opéra a été repris pour Lucia di Lammermoor, I Puritani et La jolie fille de Perth. Reconnu comme une des premières tentatives d'introduction du fantastique dans l'opéra, La Dame blanche a également été un modèle pour les opéras Robert le Diable ou Faust.

Boieldieu devint professeur de composition au Conservatoire de Paris et, en 1817, succéda à Méhul à l'Académie des Beaux-Arts de l'Institut de France. Il reçut la Légion d'honneur en 1820. Son opéra suivant, Les Deux Nuits (1829) fut admiré par Wagner qui loua « la vivacité et la grâce naturelle de l'esprit français » et qui s'inspira d'un des chœurs pour la « marche des fiançailles » de Lohengrin. Boieldieu perdit progressivement l'usage de la parole, sans doute du fait d'un cancer du larynx. La faillite de l'Opéra-Comique et la Révolution de 1830 ajoutèrent à son malheur. Afin de lui éviter la misère, Thiers lui assura une pension de l'État de 6000 francs. Le 25 septembre 1834, il fit sa dernière apparition publique pour la première du Chalet d'Adolphe Adam. Peu avant son décès, il eut ainsi l'élégance de passer le flambeau à son brillant élève.

Le 13 novembre 1834, son cœur fut déposé au cimetière monumental de Rouen dans un tombeau offert par la ville de Rouen.

Son fils, Adrien Boieldieu, fut aussi un grand compositeur français.

Reconnaissance

Son œuvre

Opéras :

  • La Fille coupable (1793)
  • Rosalie et Myrza (1795)
  • L'Heureuse Nouvelle (1797)
  • La Famille suisse (1797)
  • Le Pari ou Mombreuil et Merville (1797)
  • Zoraïme et Zulnare (1798)
  • La Dot de Suzette (1798)
  • Les Méprises espagnoles (1799)
  • Emma ou La Prisonnière (1799) avec Cherubini
  • Béniovski ou Les Exilés du Kamchattka (1800)
  • Le Calife de Bagdad (1800)
  • Ma tante Aurore ou Le Roman impromptu (1803)
  • Le Baiser et la Quittance ou Une Aventure de garnison (1803)
  • Aline, reine de Golconde (1804)
  • La Jeune Femme colère (1805)
  • Abderkan (1805)
  • Un tour de soubrette (1806)
  • Télémaque (1806)
  • Amour et mystère ou Lequel est mon cousin ? (1807)
  • La Dame invisible (1808)
  • L'Athalie (1808)
  • Rien de trop ou Les Deux Paravents (1811)
  • Jean de Paris (1812)
  • Le Nouveau Seigneur de village (1813)
  • Le Béarnais ou Henri IV en voyage (1814)
  • Angéla ou L'Atelier de Jean Cousin (1814)
  • La Fête du village voisin (1816)
  • Charles de France ou Amour et gloire (1816)
  • Le Petit Chaperon rouge (1818)
  • Les Voitures versées ou Le Séducteur en voyage (1820)
  • Les Arts rivaux (1821)
  • Blanche de Provence ou La Cour des fées (1821)
  • La France et l'Espagne (1823)
  • Les Trois Genres (1824) (en collaboration avec Auber)
  • Pharamond (1825)
  • La Dame blanche (1825)
  • Les Deux Nuits (1829)
  • La Marquise de Brinvilliers (1831) (en collaboration avec Auber, Cherubini et d'autres)

Concertos

  • Concerto pour harpe en ut majeur (1800)

Liens externes

Commons-logo.svg

  • Portail de la musique classique Portail de la musique classique
  • Portail de la France au XIXe siècle Portail de la France au XIXe siècle
  • Portail de l’opéra Portail de l’opéra
Ce document provient de « Fran%C3%A7ois Adrien Boieldieu ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Francois Adrien Boieldieu de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • François Adrien Boieldieu — François Adrien Boieldieu, d après Henri François Riesener, Bibliothèque nationale de France …   Wikipédia en Français

  • François-Adrien Boieldieu — François Adrien Boieldieu, Peinture de Louis Léopold Boilly, exposition 1800, Musée de Rouen[1] …   Wikipédia en Français

  • François-Adrien Boïeldieu — François Adrien Boieldieu François Adrien Boieldieu, Peinture de Louis Léopold Boilly, exposition 1800, Musée de Rouen[1] …   Wikipédia en Français

  • François-Adrien Boieldieu — Saltar a navegación, búsqueda François Adrien Boieldieu Nac …   Wikipedia Español

  • François-Adrien Boïeldieu — Saltar a navegación, búsqueda FRANÇOIS ADRIEN BOÏELDIEU Nac …   Wikipedia Español

  • François-Adrien Boïeldieu — François Adrien Boieldieu, Lithographie von Joseph Kriehuber 1829 François Adrien Boieldieu (* 16. Dezember 1775 in Rouen (Normandie); † 8. Oktober 1834 auf seinem Landsitz Jarcy bei Paris) war ein französischer Opernkomponist. Boieldieu erhie …   Deutsch Wikipedia

  • François Adrien Boieldieu — François Adrien Boieldieu, Lithographie von Joseph Kriehuber 1829 François Adrien Boieldieu (* 16. Dezember 1775 in Rouen (Normandie); † 8. Oktober 1834 auf seinem Landsitz Jarcy bei Paris) war ein französischer Opernkomponist. Boieldieu erhie …   Deutsch Wikipedia

  • François-Adrien Boieldieu — François Adrien Boieldieu, Lithographie von Joseph Kriehuber 1829 François Adrien Boieldieu (* 16. Dezember 1775 in Rouen (Normandie); † 8. Oktober 1834 auf seinem Landsitz Jarcy bei Paris) war ein französischer Opernkomponist …   Deutsch Wikipedia

  • François-Adrien Boieldieu — (December 16, 1775 in Rouen ndash; October 8, 1834 in Varennes Jarcy, Essonne) was a French composer, mainly of operas.BiographyBorn under the Ancien Régime in Rouen, Adrien Boieldieu received his musical education first from the choirmaster and… …   Wikipedia

  • François-Adrien Boïeldieu — Compositor francés nacido el 16 de diciembre de 1775 en Rouen y muerto el 8 de octubre de 1834 en Jarcy …   Enciclopedia Universal

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”