Aimophila ruficeps

Bruant à calotte fauve

Comment lire une taxobox
Bruant à calotte fauve
 La sous-espèce A. ruficeps eremoeca,au Texas
La sous-espèce A. ruficeps eremoeca,
au Texas
Classification classique
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Classe Aves
Ordre Passeriformes
Famille Emberizidae
Genre Aimophila
Nom binominal
Aimophila ruficeps
(Cassin, 1852)
Synonymes
  • Ammodramus ruficeps[1]
  • Peucaea ruficeps[2]
Statut de conservation IUCN :

LC[3] : Préoccupation mineure
Schéma montrant le risque d'extinction sur le classement de l'IUCN.

Wikispecies-logo.svg Retrouvez ce taxon sur Wikispecies

Commons-logo.svg D'autres documents multimédia
sont disponibles sur Commons
Parcourez la biologie sur Wikipédia :
AlphaHelixSection (blue).svg
Symbole-faune.png
Salmobandeau.jpg
PCN-icone.png
Icone botanique01.png
P agriculture.png
Patates.jpg
Extracted pink rose.png

Le Bruant à calotte fauve (Aimophila ruficeps), aussi appelé Bruant à couronne fauve ou Bruant à couronne rousse[4] est une espèce de passereaux de la famille des Emberizidae. On trouve principalement cet oiseau dans le sud-ouest des États-Unis, ainsi que dans une grande partie du Mexique, jusqu'au sud-ouest de la cordillère néovolcanique. Les populations sont souvent isolées les unes des autres et douze sous-espèces, voire davantage, sont généralement reconnues. Ce bruant a le dos marron, avec des bandes plus sombres, et les parties inférieures grises. La calotte est rousse, la tête et le sourcil sont gris, avec une bande brune ou rousse s'étendant depuis chaque œil, et une épaisse bande noire sur chaque joue.

Comme la majorité des passereaux, les Bruants à calotte fauve se nourrissent principalement de graines pendant l'hiver et d'insectes au printemps et en été. Le vol est maladroit chez cette espèce, qui préfère sautiller à terre pour se déplacer. Ils adoptent un comportement territorial lors de la reproduction, mais parfois même tout le long de l'année, les mâles marquant leur territoire par leurs chants et leurs postures. Ce bruant est monogame, et se reproduit au printemps. Deux à cinq œufs sont pondus dans le nid cupulaire et bien caché. Les adultes peuvent être la proie des chats domestiques et de petits rapaces, alors que les jeunes sont la proie de nombreux mammifères ou reptiles. Le record de longévité de l'espèce est de trois ans et deux mois. Bien que l'espèce ait été classée par l'IUCN en LC (Préoccupation mineure), certaines sous-espèces sont menacées par la destruction de leur habitat, et l'une d'entre elles est peut-être déjà éteinte.

Sommaire

Description

Le Bruant à calotte fauve est un oiseau plutôt petit mesurant 13 cm de long, les mâles étant en moyenne plus grands que les femelles[1],[5],[6]. Il pèse de 15 à 23 g, pour un poids moyen de 19 g[5]. Les dos est brun, avec des stries plus foncées et les parties inférieures grises. Ses ailes sont courtes, arrondies, et brune et ne possède pas de barre alaire (ligne de plumes d'une couleur différente au milieu de l'aile de l'oiseau). La queue de ce bruant est longue, brune et arrondie. La face et le sourcil sont gris avec une épaisse bande noire, brune ou fauve s'étendant depuis l'œil vers la tempe et la joue[6]. La couleur de la calotte varie du fauve au châtain, ce qui lui a valu son nom vernaculaire, et certaines sous-espèces ont une strie grise parcourant le centre de cette calotte[7],[1]. Le bec est jaune et en forme de cône[6]. La gorge de cet oiseau est blanche, avec une raie foncée. Ses jambes et ses pattes sont gris-rosé[1]. Il n'y a pas de dimorphisme sexuel apparent. Le juvénile, par contre, a une couronne brune et de nombreuses stries sur la poitrine et les flancs au printemps et en automne[6].

Écologie et comportement

Locomotion

Le Bruant à calotte fauve a un vol maladroit, il se déplace donc principalement en sautillant à terre[5].

Régime alimentaire

Ces passereaux se nourrissent principalement des graines de plantes à fleurs herbacées et de petites graminées, de tiges d'herbe fraîche, et de pousses tendres en automne et en hiver[8]. Durant ces deux saisons, les araignées et les insectes tels que fourmis, sauterelles, carabes ou cochenilles ne composent qu'une petite partie de leur régime alimentaire. Au printemps et en été, le régime de l'oiseau inclut de plus grandes quantités et variétés d'insectes[9].

Le Bruant à calotte fauve cherche sa nourriture au sol sans hâte, en marchant ou en sautillant, le plus souvent sous le couvert des arbustes ou des herbes denses[8]. Il va de temps en temps chercher sa nourriture dans des secteurs boisés, mais il ne chasse par contre presque jamais en terrain découvert. Il a été occasionnellement observé chassant dans les branches ou dans les petits buissons, mais toujours près du sol[9]. Durant la saison nuptiale, il récolte sa nourriture dans les herbes et des arbustes bas[8]. Cependant, cette espèce obtient généralement sa nourriture en picorant (ou parfois en grattant) les feuilles mortes. Cet oiseau a tendance à chasser en petits groupes familiaux, et dans une zone bien définie[9].

On ne sait pas si ces oiseaux puisent toute l'eau dont ils ont besoin de leur alimentation, ou s'ils doivent également boire ; cependant, on a observé ces bruants boire et se baigner dans les flaques d'eau après les orages[8].

Relations inter et intraspécifiques

Prédateurs

Les adultes peuvent être la proie des chats domestiques et de petits rapaces comme l'Épervier de Cooper, l'Épervier brun, le Crécerelle d'Amérique ou l'Élanion à queue blanche[10]. Les nids peuvent être dévastés par certains mammifères et reptiles tels que les serpents, bien que l'on n'ait pas encore directement observé la prédation des nids.

Les adultes nicheurs ont trois comportements particuliers visant à distraire les prédateurs potentiels : the rodent run que l'on pourrait traduire par la course de rongeur, the broken wing (l’aile cassée) et the tumbling off the bush (la chute du buisson)[8]. Lors de la course de rongeur, dans le but de distraire les prédateurs, le Bruant à calotte fauve abaisse la tête, le cou et la queue, se tient ailes dépliées et plumes ébourriffées, tout en s'enfuyant à toute vitesse et en émettant des cris d'alarme continus[11],[12]. Lorsqu'il pratique la diversion de l'aile cassée, l'oiseau fait semblant d'avoir une aile blessée en laissant traîner une de ses ailes à terre et sautille en s'éloignant du nid, entraînant ainsi le prédateur au loin avant de lui échapper[13]. Le troisième moyen qu'utilise l'oiseau pour s'attirer l'attention du prédateur, consiste à se laisser tomber du sommet d'un buisson[14]. Le prédateur délaisse alors le nid pour s'intéresser à l'adulte.

Deux espèces de tiques, Amblyomma americanum et Ixodes pacificus peuvent parasiter l'oiseau[5].

Territorialité

La taille moyenne de son territoire dans le chaparral de Californie est comprise entre 1 et 2 hectares[8]. Le nombre de territoires par hectare varie selon l'habitat ; il varie de 2,5 à 5,8 territoires pour 40 hectares de chaparral ayant subi un incendie trois ou cinq ans auparavant jusqu'à 3,9 à 6,9 territoires pour la même surface de maquis côtier[8]. On dénombre un couple par territoire, bien que certains individus célibataires aient été vus partageant le territoire d'un couple[8].

Ces passereaux partent se nourrir en couple à la saison nuptiale, et en famille entre la fin de l'été et le début de l'automne. Durant l'hiver, ils se nourrissent parfois en compagnie d'individus appartenant à d'autres espèces[8]. Les mâles surveillent leur territoire tout au long de l'année[8].

Chant

Le chant est émis par le mâle pendant la saison de nidification (printemps et été, généralement absence de chant en automne et en hiver), généralement à partir d’un perchoir bien en vue ou, plus rarement, en vol. Le mâle chante afin d’attirer les faveurs d’une femelle et pour défendre le territoire[14]. Le chant, qui rappelle celui du Troglodyte familier, est un babil court et rapide, constitué de tchip au rythme un peu saccadé[15] (Écouter chant et appels sur xeno-canto.org). Il peut chanter tout au long de la journée, mais il est plus actif tôt le matin et en fin d’après-midi[14].

Le cri, émis par les deux sexes et les jeunes, sert de signal de localisation entre les individus ou de signal d’alarme lorsqu’il y a un danger[14]. Le cri peut être un div nasillard et assez fort, souvent répété nerveusement, ou un tsi ténu[15]. Le div nasillard est habituellement le cri qui trahit la présence de l’oiseau lorsqu’on entre dans son territoire. Les cris peuvent s’entendre à n'importe quel moment de l’année[14].

Reproduction

Un couple en Californie.

Le Bruant à calotte fauve niche dans les maquis à la végétation éparse. Les mâles attirent une partenaire en chantant à des endroits bien précis situés au bord de leur territoire, puis continuent les chants tout au long de la saison nuptiale. Ces oiseaux sont monogames, et les couples restent souvent unis plusieurs années durant[8]. Si deux mâles chanteurs se trouvent en contact l'un avec l'autre, ils commencent par exposer fièrement leurs couronnes rousses, la face tournée vers le sol ; si cela ne suffit pas à faire partir l'autre oiseau, ils raidissent leur corps, laissent tomber leurs ailes, soulèvent leur queue, et tendent le cou, dressant leur tête[8].

Bien que l'on ne sache pas avec précision quand la saison nuptiale commence, le plus tôt qu'un Bruant à calotte fauve ait été observé transportant du matériel pour son nid était un 2 mars, au sud de la Californie[8]. La femelle construit un nid cupulaire volumineux, aux parois épaisses, généralement sur le sol ou quelquefois dans le bas d'un buisson, jusqu'à 50 cm du sol. Ce nid est constitué d'herbes sèches et des petites racines, parfois de morceaux d'écorce, de petites brindilles, et de brins d'herbes[5],[8]. Les nids sont bien cachés, puisqu'ils sont établis au pied de buissons, de hautes herbes ou de surplombs rocheux, sous le couvert de la végétation[8]. Une fois son site de reproduction choisi, l'oiseau y reviendra pendant plusieurs années[8]. Il y a entre deux et cinq œufs par nichée, et en général seulement une couvée par an, bien que certains couples en Californie aient été observés élevant deux voire trois couvées en une seule année[8],[6]. En cas de perte de la couvée, une nouvelle couvée peut être pondue[8]. Les œufs sont unis, de couleur pâle, blanc-bleuté[9]. Les nids de cet oiseau peuvent être parasités par le Vacher à tête brune, bien que cela ait été rarement observé[8],[16].

La femelle couve seule ses œufs durant 11 à 13 jours. Les oisillons naissent nus et les pennes ne commencent à pousser qu'au bout de 3 jours. Les femelles s'occupent seules de leur nichée, bien que le mâle puisse apporter des insectes pour les juvéniles. Quand un jeunes Bruant à calotte fauve quitte le nid au bout de huit ou neuf jours, il est encore incapable de voler, bien qu'il puisse se déplacer dans les broussailles ; il est alors toujours alimenté par ses parents. Les juvéniles quittent généralement le territoire de leurs parents en automne, ou au début de l'hiver. Le taux de réussite des nichées varie fortement avec les précipitations annuelles ; il est maximal les années rendues humides par El Niño, puisque le temps pluvieux et frais réduit l'activité des serpents, le prédateur principal des nids de l'oiseau[17].

Le record de longévité enregistré chez l'espèce est de 3 ans et deux mois[18].

Répartition et habitat

Distribution géographique

Répartition géographique du Bruant à calotte fauve.

Cet oiseau vit dans le sud des États-Unis et au Mexique, du niveau de la mer jusqu'à près de 3 000 m d'altitude, bien qu'on le trouve plus communément entre 900 m et 1 800 m[1],[8]. Il est présent en Californie, au sud de l'Arizona, au sud du Nouveau Mexique, au Texas, et au centre de l'Oklahoma, et vers le sud, le long de la Basse-Californie et du Mexique occidental, jusque dans le sud des états de Puebla d'Oaxaca. Dans le Middle West, l'aire de répartition de ce bruant s'étend vers l'est jusqu'à l'ouest de l'Arkansas et le nord-est du Kansas. La distribution de cette espèce est discontinue, et est composé de nombreuses petites populations isolées[8]. Le Bruant à calotte fauve est une espèce non migratrice, bien que l'on sache que les sous-espèces de montagne descendent à des altitudes plus basses lors des hivers les plus rudes (migration altitudinale)[8].

Habitat

Le chaparral, lieu de nidification, ici en Californie.

Le Bruant à calotte fauve vit dans les régions boisées de chênes, et sur les reliefs au climat sec à la végétation constituée d'herbe et de buissons. On le trouve souvent près des affleurements rocheux. L'espèce est également familière des maquis côtiers, et des secteurs de chaparral[1]. Elle prospère également dans les terrains dévastés par les incendies[8].

Systématique

Cette espèce appartient à la famille des Emberizidae qui regroupe les bruants américains et eurasiens. Tous les bruants américains ont un régime alimentaire de base granivore, un bec conique et un plumage brun ou gris avec des marques spécifiques sur le tête. Ceux du genre Aimophila sont généralement de taille moyenne (13 to 20 cm de longueur), vivent au sein d'une végétation buissonnante aride, ont un bec relativement long, une queue de longueur moyenne, des ailes courtes et arrondies, et construisent des nids en forme de coupe[7],[5].

Étymologie

Le nom du genre, Aimophila, a été construit à partir de deux racines de grec ancien, d'une part ἀιμος/aimos signifiant épine, et d'autre part -φιλος/philos signifiant aimer[19]. Le nom spécifique est simplement dérivé du nom vernaculaire anglais, à partir du latin rufus signifiant "roux", ou "fauve", et de -ceps, dérivé de caput, la tête[20]. En anglais, l'oiseau peut également être familièrement désigné sous le nom de Rock Sparrow, signifiant "Bruant des roches", en raison de sa préférence pour les pentes rocheuses[8].

Historique

Le Bruant à calotte fauve a été décrit en 1852 par l'ornithologiste américain John Cassin comme Ammodramus ruficeps[1]. Il a été également décrit comme appartenant au genre Peucaea, qui regroupait plusieurs espèces du genre Aimophila partageant certaines caractéristiques : un gros bec, une touche de jaune sous la courbure de l'aile, que les autres espèces du genre n'ont pas[2]. Cependant, la séparation des bruants du genre Peucaea dans un genre séparé n'est généralement pas reconnue[1],[21]. Une analyse phylogénétique de 2008 du genre Aimophila l'a divisé en quatre genres, mais le Bruant à calotte fauve et ses deux parents les plus proches, le Bruant d'Oaxaca (A. notosticta) et le Bruant roussâtre (A. rufescens) ont été maintenus dans le genre Aimophila[22]. De plus, cette étude a suggéré que le Bruant à calotte fauve pourrait être plus étroitement lié aux tohis bruns du genre Pipilo que les autres membres du genre Aimophila (dans son acceptation originale)[22].

Synonymes

Ce taxon admet les deux synonymes latins suivants, considérés non valides :

  • Ammodramus ruficeps[1]
  • Peucaea ruficeps[2]

Sous-espèces

Douze sous-espèces sont généralement reconnues[1], mais certains auteurs en nomment jusqu'à 18[21].

Caractéristiques générales du Bruant à calotte fauve.
  • A. r. ruficeps, la sous-espèce type, a été décrite par Cassin en 1852[6]. On la trouve dans les chaînes de montagnes des côtes californiennes et sur les pentes ouest de la Sierra Nevada[23]. Cette sous-espèce est plus foncée et sensiblement plus petite que A. r. eremoeca et a une strie distinctive brun-roux sur ses parties supérieures[1].
  • A. r. canescens, décrite par l'ornithologiste américain W.E. Clyde Tod en 1922[6], se trouve au sud-ouest de la Californie, ainsi qu'au nord-est de la Basse-Californie (jusqu'à, en direction de l'est, la base de la Sierra San Pedro Mártir)[23]. Bien que l'espèce elle-même soit classée en Préoccupation mineure par l'IUCN, cette sous-espèce est listée comme "special concern" par le Département de la pêche et du gibier de Californie (CDFG). Cela signifie qu'elle est menacée d'extinction[8]. Elle semble en tout point semblable à A. r. ruficeps, mais est plus foncée[1].
  • A. r. obscura a été décrite par Donald R. Dickey et Adriaan van Rossem en 1923[6]. On trouve cette sous-espèce dans les plusieurs îles des Channel Islands : l'Île Santa Cruz, l'Île Anacapa, et autrefois sur l'Île Santa Catalina[23],[8]. Alors que la population de Santa Catalina n'a plus été observée depuis 1863, la sous-espèce semble avoir colonisé l'île d'Anacapa[8], où il n'existe pas d'observations de cette sous-espèce avant 1940[24]. Elle est d'apparence similaire à A. r. canescens mais est plus foncée[1].
  • A. r. sanctorum a été décrite par van Rossem en 1947[6]. Elle fut découverte sur une île des Todos Santos, au large des côtes du nord-ouest de la Basse-Californie[23],[25]. Cette sous-espèce est susceptible d'être éteinte[26],[8]. Elle est la plus foncée des sous-espèces côtières, particulièrement au niveau de son abdomen[1].
  • A. r. sororia, décrite par Robert Ridgway en 1898[6], et que l'on trouve dans les montagnes au sud de la Basse-Californie, plus particulièrement dans la Sierra de la Laguna[23]. Elle est la plus pâle des sous-espèces côtières[1].
  • A. r. scottii, décrite par George Sennett en 1888[6], vit du nord de l'Arizona au Nouveau-Mexique, et au sud depuis le nord-est du Sonora jusqu'au nord-ouest du Coahuila[23]. Elle est d'un gris plus foncé que A. r. eremoeca et a des bandes rousses plus étroites et plus foncées sur sa poitrine[1].
  • A. r. rupicola, décrite par van Rossem en 1946[6], vit dans les montagnes au sud-ouest de l'Arizona[23]. Elle est d'apparence similaire à A. r. scottii mais son dos est plus foncé et plus gris[1].
  • A. r. simulans, décrite par van Rossem en 1934[6], se trouve au nord-ouest du Mexique, du sud-est du Sonora et du sud-ouest du Chihuahua jusqu'au Nayarit et au nord du Jalisco[23]. Elle a une coloration plus rousse sur son dos et son abdomen est plus pâle que A. r. scottii[1].
  • A. r. eremoeca a été décrite par Nathan Brown en 1882[6]. On la trouve du sud-est du Colorado jusqu'au Nouveau Mexique, au Texas, au nord du Chihuahua, et au centre du Coahuila[23]. Ses parties supérieures sont grisâtres et son poitrail est sombre[1].
  • A. r. fusca, décrite par Edward William Nelson en 1897[6], se trouve à l'est du Mexique, du sud du Nayarit au sud-ouest du Jalisco, au nord du Colima, et au Michoacan[23]. Cette sous-espèce est plus foncée et plus rousse sur ses parties supérieures que A. r. australis. Elle possède également une couronne rousse plus foncée et sans raie grise au milieu[1].
  • A. r. boucardi, décrite par Philip Sclater en 1867[6], vit à l'est du Mexique, du sud du Coahuila au San Luis Potosi, au nord du Puebla, et au sud de l'Oaxaca[23]. Cette sous-espèce est plus foncée que l'A. r. eremoeca et a la poitrine striée de brun mat, et non pas de roux[1].
  • A. r. australis, décrite par Edward William Nelson en 1897[6], se trouve au sud du Mexique, du Guerrero jusqu'au au sud du Puebla et de l'Oaxaca[23]. Elle est d'apparence similaire à A. r. scottii mais est plus petite, avec un bec plus court[1].

Les six sous-espèces occasionnellement reconnues sont A. r. extima et A. r. pallidissima, décrites par A. R. Phillips en 1966, A. r. phillipsi, décrite par J.P. Hubbard & Crossin en 1974, et A. r. duponti, A. r. laybournae et A. r. suttoni, décrites par J.P. Hubbard en 1975[21].

Menaces et conservation

Aimophila ruficeps est classée par l'IUCN en LC (Préoccupation mineure) et non menacée d'extinction par BirdLife International, en raison de sa grande répartition géographique d'environ 1 200 000 km2, une population estimée à 2,4 millions d'individus, et un déclin de cette population inférieur à 30% de baisse au cours de ces dix dernières années[27]. Dans les années où les pluies ne sont pas suffisantes, de nombreux oiseaux ne se reproduisent pas, et ceux qui le font ont de plus petites nichées[28],[29]. Certaines des populations locales de cette espèce sont menacées et sont en déclin[8].

Les sous-espèces et les populations insulaires ont diminué dans certains cas : On pense par exemple que A. r. sanctorum, de l'île de Todos Santos est déjà éteinte[26], et on n'a pas observé les populations de l'île de San Martin et de l'île Santa Catalinade en Basse-Californie depuis le début ds années 1900[8]. Les populations des espèces de Californie du sud sont également en déclin, en raison de l'urbanisation et du développement agricole de la région.

On sait aussi que cet oiseau a subi un empoisonnement lié à l'usage de coumaphène, un rodenticide, bien que des recherches plus poussées soient nécessaires pour déterminer les effets des pesticides sur le Bruant à calotte fauve[8].

Notes et références

  1. a , b , c , d , e , f , g , h , i , j , k , l , m , n , o , p , q , r , s , t , u  et v (en) Clive Byers, Jon Curson et Urban Olsson, Sparrows and Buntings : A Guide to the Sparrows and Buntings of North America and the World, Houghton Mifflin, 1995, 334 p. (ISBN 978-0395738733), p. 296-297 
  2. a , b  et c (en) Robert W. Storer, « A preliminary survey of the sparrows of the genus Aimophila. », dans The Condor, vol. 57, no 4, p. 193–201 [[pdf] texte intégral lien DOI] 
  3. Référence IUCN : espèce Aimophila ruficeps (Cassin, 1852) (en)
  4. (fr) Liste des espèces de la sous-famille des Emberizinae, avec noms scientifiques, normalisés et vernaculaires
  5. a , b , c , d , e  et f (en) Référence Animal Diversity Web : Aimophila ruficeps (en)
  6. a , b , c , d , e , f , g , h , i , j , k , l , m , n , o , p  et q (en) Gregory Gough, « Rufous-crowned sparrow Aimophila ruficeps », 2000, USGS Patuxent Wildlife Research Center
  7. a  et b (en) Steve N.G. Howell et Sophie Webb, A Guide to the Birds of Mexico and Northern Central America, Oxford University Press, New York, 1995 (ISBN 0-19-854012-4) 
  8. a , b , c , d , e , f , g , h , i , j , k , l , m , n , o , p , q , r , s , t , u , v , w , x , y , z , aa , ab , ac , ad  et ae (en) Nellie Thorngate, Monika Parsons, « California partners in flight coastal scrub and chaparral bird conservation plan Rufous-crowned Sparrow (Aimophila ruficeps) », 2005, California Partners in Flight. Consulté le 8 août 2009
  9. a , b , c  et d (en) Kenn Kaufman, Lives of North American Birds, Houghton Mifflin, Boston, 1996, 583 p. (ISBN 0-618-15988-6) 
  10. (en) Scott A. Morrison, « Annual survivorship of the sedentary rufous-crowned sparrow (Aimophila ruficeps) : no detectable effects of edge or rainfall in southern California », dans The Auk, vol. 121, no 3, 2004, p. 904–916 
  11. (en) Ian Rowley, « 'Rodent-run' distraction display by a passerine, the Superb Blue Wren Malurus cyaneus (L.) », dans Behaviour, vol. 19, 1962, p. 170–76 [lien DOI] 
  12. (en) Edward M. Barrows, Animal behavior desk reference, CRC press, 2001 (ISBN 0849320054), p. 177 
  13. (en) Marc D. Hauser, The evolution of communication, MIT Press, Cambridge, MA, 1997, 588 p. (ISBN 0262581558) 
  14. a , b , c , d  et e (en) Paul W. Collins, Rufous-crowned Sparrow (Aimophila ruficeps), Cornell Lab of Ornithology, coll. « The Birds of North America Online », Ithaca, NY, 1999 
  15. a  et b (fr) Sibley, David (trad. Normand David et Serge Gagné), Le guide Sibley des oiseaux de l'est de l'Amérique du Nord, Editions M. Quintin, Waterloo, Québec, 2006, 433 p. (OCLC 62346783) 
  16. (en) Miles DB, « A record of Brown-headed Cowbird Molothrus ater nest parasitism of Rufous-crowned Sparrows Aimophila ruficeps », dans Southwestern Naturalist, vol. 31, no 2, 1986, p. 253–254 [lien DOI] 
  17. (en) Scott A. Morrison et Bolger, Douglas T., « Variation in a sparrow's reproductive success with rainfall : food and predator-mediated processes », dans Oecologia, vol. 133, no 3, Novembre 2002, p. 315–324 [lien DOI] 
  18. (en) M.K. Klimkiewicz et A.G. Futcher, « Longevity records of North American birds : Coerbinae through Estrildidae », dans Journal of Field Ornithology, no 58, 1987, p. 318-333 
  19. (en) Holloway JE, Dictionary of Birds of the United States : Scientific and Common Names, Timber Press, Portland, Oregon, 2003 (ISBN 0881926000), p. 17 
  20. (en) D.P. Simpson, Cassell's Latin Dictionary, Cassell Ltd., London, 1979 (ISBN 0-304-52257-0), p. 883 
  21. a , b  et c Référence ITIS : Aimophila ruficeps (Cassin, 1852) (fr) (+version (en))
  22. a  et b (en) Jeffrey M. DaCosta, Garth M. Spellman, Patricia Escalante et John Klicka, « A molecular systematic review of two historically problematic songbird clades: Aimophila and Pipilo », dans Journal of Avian Biology, Munksgaard International, Copenhagen, vol. 40, no 2, 2009, p. 206-216 [lien DOI] 
  23. a , b , c , d , e , f , g , h , i , j , k  et l (en) James F Clements, The Clements Checklist of Birds of the World Sixth Edition, Comstock Publishing Associates, 2007 (ISBN 978-0-8014-4501-9), p. 681–682 
  24. (en) Ned K. Johnson, « Origin and differentiation of the avifauna of the Channel Islands, California. », dans Condor, vol. 74, 1972 [[pdf] texte intégral lien DOI (pages consultées le 8 août 2009)] 
  25. (en) Alfred Brazier Howell, « Birds of the islands off the coast of southern California », dans Pacific Coast Avifauna, vol. 12, juin 1917, p. 80 [texte intégral] 
  26. a  et b (en) CJ Donlan, Tershy, B. R.; Keitt, B. S.; Wood, B.; Sanchez, J. A.; Weinstein, A.; Croll, D. A. and Alguilar, J. L., « Island conservation action in northwest Mexico. In Browne, D. H.; Chaney, H. and Mitchell, K. (eds.). Proceedings of the Fifth California Islands Symposium », 2000, Santa Barbara Museum of Natural History, Santa Barbara, California, USA.
  27. (en) Species factsheet : Aimophila ruficeps, 2007, BirdLife International. Consulté le 12 août 2009
  28. (en) Douglas T. Bolger, « Avian reproductive failure in response to an extreme climatic event. », dans Oecologia, vol. 142, 2005, p. 398–406 [[pdf] texte intégral lien DOI (pages consultées le 12 août 2009)] 
  29. (en) « Annual survivorship of the sedentary rufous-crowned sparrow (Aimophila ruficeps) : No detectable effects of edge or rainfall in southern California. », dans The Auk, vol. 121, no 3, 2004, p. 904–916 [[pdf] texte intégral lien DOI (pages consultées le 12 août 2009)] 

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Source

  • (en) Cet article est partiellement ou en totalité issu d’une traduction de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Rufous-crowned Sparrow ».

Références taxinomiques

Liens externes

  • Portail de l’ornithologie Portail de l’ornithologie

Ce document provient de « Bruant %C3%A0 calotte fauve ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Aimophila ruficeps de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Aimophila ruficeps —   Gorrión bigotudo coronirrufo …   Wikipedia Español

  • Aimophila ruficeps — rausvavainikė aimofila statusas T sritis zoologija | vardynas atitikmenys: lot. Aimophila ruficeps angl. rufous crowned sparrow vok. Roslscheitelammer, f rus. рыжешапочная аимофила, f pranc. bruant à calotte fauve, m ryšiai: platesnis terminas –… …   Paukščių pavadinimų žodynas

  • Aimophila — Aimophila …   Wikipédia en Français

  • Aimophila — Aimophila …   Wikipédia en Français

  • Aimophila —   Gorriones del Nuevo Mundo Gorrión big …   Wikipedia Español

  • Aimophila — Taxobox name = Aimophila image width = 200px image caption = Aimophila aestivalis regnum = Animalia phylum = Chordata classis = Aves ordo = Passeriformes familia = Emberizidae genus = Aimophila genus authority = Swainson, 1837 subdivision ranks …   Wikipedia

  • Ammodramus ruficeps — Bruant à calotte fauve Bruant à calotte fauve …   Wikipédia en Français

  • Peucaea ruficeps — Bruant à calotte fauve Bruant à calotte fauve …   Wikipédia en Français

  • Bruant a calotte fauve — Bruant à calotte fauve Bruant à calotte fauve …   Wikipédia en Français

  • Bruant a couronne fauve — Bruant à calotte fauve Bruant à calotte fauve …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”