Ahmed brahim

Ahmed Brahim

Ahmed Brahim
Brahim Ettajdid.jpg
Portrait d'Ahmed Brahim
Premier secrétaire du mouvement Ettajdid
Actuellement en fonction
Depuis le 29 juillet 2007
Prédécesseur(s) Mohamed Harmel
Biographie
Date de naissance 14 juin 1946 (63 ans)
Nationalité tunisienne
Parti politique Mouvement Ettajdid
Profession Universitaire

Ahmed Brahim, né le 14 juin 1946 dans la presqu'île de Zarzis, est un homme politique, universitaire et syndicaliste tunisien.

Premier secrétaire du mouvement Ettajdid, il est le candidat de son mouvement à l'élection présidentielle tunisienne de 2009, sous la bannière de l'Initiative nationale pour la démocratie et le progrès (INDP).

Professeur de français à l'Université de Tunis I à la retraite[1], spécialiste de linguistique comparée[2], il est marié et père de deux filles.

Sommaire

Biographie

Activités politiques

Du militant au cadre politique

Au milieu des années 1960, il adhère au Parti communiste tunisien (PCT), dont il est élu membre du comité central en 1981 puis membre du bureau politique en 1987. Dans les années 1980 et au début des années 1990, il occupe le poste de directeur de la rédaction de l'hebdomadaire du parti, Attariq Al Jadid.

En 1993, au dixième congrès du PCT, il figure parmi les fondateurs du mouvement Ettajdid, rassemblement de militants progressistes aux orientations intellectuelles et politiques diverses. Il est élu membre du comité exécutif du mouvement à l'occasion de ce congrès constitutif. Au congrès suivant, en 2001, il joue un rôle de premier plan dans son repositionnement au sein de l'opposition et se voit élu secrétaire général adjoint.

Direction du mouvement

Il joue alors un rôle important dans la mise en œuvre du congrès tenu en juillet 2007 et considéré comme l'aboutissement d'un processus unitaire ayant regroupé sur une base paritaire les cadres du mouvement et des militants démocrates et progressistes indépendants. Lors de ce congrès, étant le seul candidat[1], il est élu premier secrétaire du mouvement Ettajdid[3], succédant ainsi à Mohamed Harmel, le chef historique du parti[4].

Brahim prenant la parole durant un meeting

À ce poste, il participe aux consultations aboutissant, en juin 2008, à la fondation de l'INDP, une coalition se considérant comme un prolongement et un développement de l'expérience de l'Initiative démocratique ayant participé à l'élection de 2004 ainsi que de celle de l'Initiative/Coalition après 2005. L'INDP regroupe, outre le mouvement Ettajdid et des personnalités et militants indépendants, le Parti socialiste de gauche et le Parti du travail patriotique et progressiste[5], qui revendiquent tous deux la reconnaissance de leur droit à une activité politique légale. Le journaliste Mahdi Mohsen l'a critiqué pour cela, lui reprochant le fait d'« engager des alliances avec des groupuscules qui s'activent en marge de la loi »[6].

Candidature présidentielle

Ahmed Brahim après son investiture comme candidat à la présidence

En vue de l'élection présidentielle de 2009, il est officiellement investi candidat le 22 mars 2009[5] lors d'un meeting de l'INDP. Il affirme alors s'engager « dans une véritable compétition pour s'opposer fermement, d'égal à égal, au candidat du pouvoir »[7],[8]. Il affirme voir en ces élections « un nouveau départ pour le changement dans [la] vie démocratique ».

Abderrazek Hammami, du Parti du travail patriotique et démocratique, voit pour sa part en Brahim « le candidat de l'opposition le plus crédible »[2].

Idées politiques

Brahim se dit favorable à l'émergence d'un « État démocratique moderne et laïque », en rupture avec l'opposition radicale, proche des islamistes, tout comme avec l'opposition parlementaire modérée, considérée comme proche du président Zine el-Abidine Ben Ali. Il exige une réforme « radicale » du système électoral, qui assainirait le climat politique en garantissant les libertés de réunion, d'organisation et de la presse, et qui annulerait un projet de loi instaurant, selon lui, un contrôle préalable des discours publics des candidats[3].

Il réclame également la libération de « tous ceux qui ont été jugés pour leurs opinions », faisant référence aux militants condamnés suite aux troubles sociaux qui ont eu lieu en 2008 dans la région minière de Gafsa[3].

Activités syndicales

Ahmed Brahim a milité au sein du mouvement étudiant tunisien. Dans les années 1960, il assume des responsabilités dans les structures de l'Union générale des étudiants de Tunisie (UGET) et de l'Association des étudiants musulmans nord-africains en France. Il participe par ailleurs au congrès de l'UGET à Korba en 1971.

Il milite également au sein de l'Union générale tunisienne du travail, dans le secteur de l'enseignement secondaire, puis dans celui de l'enseignement supérieur. Au début des années 1980, il est élu membre du Bureau national du syndicat de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique.

Activités académiques

En tant que professeur et chercheur, Ahmed Brahim dirige des dizaines de thèses de doctorat et de mémoires de master. Il assume également des responsabilités au sein du conseil scientifique de la faculté des lettres de la Manouba et du conseil de l'Université de la Manouba, ainsi que dans d'autres instances académiques.

Il fonde et dirige à partir des années 1990 une unité de recherche baptisée « Langage et métalangage » qui regroupe des dizaines de chercheurs de diverses universités et spécialités linguistiques. Il a également publié divers ouvrages, études et articles en linguistique française, arabe et générale ainsi qu'en linguistique comparée.

Références

Commons-logo.svg

  1. a  et b Walid Khéfifi, « Ettajdid : Ahmed Brahim succède à Harmel », Le Quotidien, date inconnue
  2. a  et b (fr) Jamel Arfaoui, « Un candidat de gauche rejoint les adversaires de Ben Ali », Magharebia, 26 mars 2009
  3. a , b  et c (fr) « Ahmed Brahim troisième candidat de l'opposition à la présidence », Jeune Afrique, 24 mars 2009
  4. Walid Khéfifi, « Politique : Mohamed Bouchiha et Ahmed Brahim officiellement candidats à la présidentielle de 2009 », Le Quotidien, date inconnue
  5. a  et b (fr) Néjib Sassi, « Personne n'a intérêt à ce que les élections de 2009 soient une réédition des élections précédentes avec leur cortège d'arbitraire, de pressions et d'abus », Le Temps, 16 mars 2009
  6. Mahdi Mohsen, « Alliances contre-nature ! », Le Quotidien, date inconnue
  7. (fr) « Ahmed Brahim, candidat de gauche pour une vraie compétition à la présidence », Agence France-Presse, 22 mars 2009
  8. (fr) Traduction du discours d'Ahmed Brahim à l'espace El-Hamra de Tunis (Ettajdid.org)
  • Portail de la Tunisie Portail de la Tunisie
  • Portail de la politique Portail de la politique
  • Portail du syndicalisme Portail du syndicalisme
  • Portail de l’éducation Portail de l’éducation
Ce document provient de « Ahmed Brahim ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Ahmed brahim de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Ahmed Brahim — Portrait d Ahmed Brahim Mandats Constituant de la circonscription de Tunis 2 …   Wikipédia en Français

  • Ahmed Brahim — (born 1945) is a convicted Al Qaeda member from Algeria. Spanish authorities arrested him in 2002 on charges that he was a chief financer for al Qaeda in Spain. He is also alleged to have been a planner in the bombing of two US embassies in Kenya …   Wikipedia

  • Ahmed Adhoum — Mandats Ministre des Domaines de l État tunisien Actuellement en fonction …   Wikipédia en Français

  • Ahmed Friaâ — أحمد فريعة Mandats 26e ministre de l Intérieur et du Développement local tunisien 12 janvier 2011 – 27 janvier  …   Wikipédia en Français

  • Ahmed Ounaies — Mandats Ministre des Affaires étrangères tunisien 27 janvier 2011 – 21 février 2011 Président Fouad Mebazaa (par intérim) Prem …   Wikipédia en Français

  • Ahmed Ressam — Born May 9, 1967 (1967 05 09) (age 44)[1][2] Bou Ismaïl, Algeria[3] …   Wikipedia

  • Ahmed Néjib Chebbi — Pour les articles homonymes, voir Chebbi. Ahmed Néjib Chebbi Ahmed Néjib Chebbi lors d un meeting du Parti démocrate progressiste …   Wikipédia en Français

  • Brahim Haggiag — Brahim Haggiag[1](1934 1996) est un acteur algérien. Brillant interprète dans le film La Bataille d Alger de Gillo Pontecorvo où il avait incarné le personnage d Ali la Pointe, un combattant FLN au cœur de la Casbah d Alger. D autres cinéastes… …   Wikipédia en Français

  • Ahmed Zabana — Ahmed Zahana, plus connu sous le nom de Zabana, est un indépendantiste algérien ayant participé à l insurrection de novembre 1954 dans la région d Oran. Condamné à mort à la suite de l assassinat dans la nuit du 31 octobre au 1er novembre 1954 du …   Wikipédia en Français

  • AHMED BOUKOUS — est un linguiste et un sociologue amazigh du Maroc. Biographie Né à Mirght à Lakhssas dans les environs de Tiznit en 1946, il a effectué ses études primaires non loin de là, à Agadir plus exactement où il a d’ailleurs échappé à la mort lors du… …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”