Aharon Barak
Aharon Barak.

Aharon Barak (hébreu: אהרן ברק) né Harry Kubrick[1] le 16 septembre 1936 à Kaunas en Lituanie est un juriste qui a marqué le droit israélien. Il a été président de la Cour Suprême d'Israël de 1995 à 2006. Il est aussi professeur à l'Université hébraïque de Jérusalem.

Au cours de l'occupation nazie consécutive à l'Opération Barbarossa, Aharon Barak est enfermé en 1941 dans le ghetto de Kaunas. Il s'en échappe en 1944 caché dans un sac destiné à contenir des uniformes nazis confectionnés par des habitants du ghetto embauchés dans des ateliers (parmi lesquels son père). Le jeune fugitif est abrité tout au long de la guerre par des paysans[2].

Installé en Palestine mandataire en 1947, il obtient à l'Université hébraïque de Jérusalem une maîtrise en droit en 1958 avant d'y étudier l'économie et les relations internationales. Aharon Barak enseigne le droit comme assistant dans cette université de 1960 à 1963. C'est cette année-là qu'il y décroche un doctorat en droit puis y occupe une charge de professeur en 1968 avant d'être nommé doyen en 1974.

Il est conseiller juridique (Procureur général) du gouvernement entre 1975 et 1978. C'est à cette époque qu'Aharon Barak met en jugement des personnalités politiques dans des affaires de corruption. L'une de ces affaires conduit à la démission du Premier ministre Yitzhak Rabin.

En 1978, il est nommé à la Cour Suprême d'Israël. A ce titre, il participe à la négociation des Accords de Camp David[3].

Nommé président de la Cour en 1995, Aharon Barak fait figure de libéral voire de "juge activiste", du moins du point de vue d'Israël car cette position est difficile à tenir en ce qui concerne les Territoires occupés.

Il a notamment statué, en 1999, sur l'utilisation de la torture par le Shin Bet, lors d'une plainte déposée, entre autres, par le Comité public contre la torture en Israël. Barak renforce le contrôle juridictionnel de la Cour durant sa présidence, y compris le contrôle de constitutionnalité, et s'oppose à la discrimination concernant les Arabes israéliens dans les questions foncières (arrêt Kaadan, 2000) [4]. Il a aussi eu à connaître de la légalité de la politique des « assassinats ciblés », ainsi que de l'affaire Salah Shehadeh.

Toutefois, tentant d'atteindre un équilibre entre la sécurité de l'Etat d'Israël et les droits individuels des Palestiniens sujets à l'occupation, il a aussi pu être critiqué par certains auteurs, dont l'historien Tom Segev[5], comme fournissant le vernis de légitimité nécessaire à l'occupation [6].


Précédé par
Meir Shamgar
Président de la Cour suprême d'Israël
1995 - 2006
Suivi par
Dorit Beinisch

Références

  1. http://www.veroniquechemla.info/2011/11/aharon-barak-de-ram-landes-et-ami-teer.html, consulté le 13/11/11
  2. Film "The Judge", réalisé par Ram Lendes et Ami Teer, 2009, diffusé par Arte le 06/11/11
  3. Carter, James Earl, Jr., Palestine: Peace Not Apartheid. New York: Simon and Shuster, 2006; p. 46.
  4. Yuval Yoaz, Beinisch praises Barak's activism in legislative rulings, Haaretz, 14 septembre 2006
  5. Tom Segev, What Aharon Barak leaves behind, Haaretz, 14 septembre 2006
  6. Nimer Sultany, "The Legacy of Justice Aharon Barak: A Critical Review", 48 Harvard International Law Journal Online 83 (2007).

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Aharon Barak de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Aharon Barak — ( he. אהרֹן ברק, birth name Arik Brick, born September 16, 1936) is a professor of law at the Interdisciplinary Center Herzliya and a lecturer in law at the Hebrew University of Jerusalem and a lecturer in law at the Yale Law School and the… …   Wikipedia

  • Aharon Barak — (2008) Aharon Barak (hebräisch ‏אהרן ברק‎; * 16. September 1936 in Kaunas, Litauen) ist ein Jurist und ein israelischer Professor an der Hebräischen Universi …   Deutsch Wikipedia

  • BARAK, AHARON — (1936– ), Israeli jurist. Barak was born as Arik Brik in Kaunas (Kovno), Lithuania, where he was raised as a child and survived the horrors of World War II. During the war the Brik family lived in the ghetto. In 1943 his parents arranged for the… …   Encyclopedia of Judaism

  • Barak (disambiguation) — Barak was a military general in the Book of Judges in the Bible.Barak may also refer to:* Barak River, a river in India and Bangladesh ** Barak Valley, the valley through which it flows * Barak, Afghanistan * Barak, Israel, a moshav in Israel *… …   Wikipedia

  • Barak — bezeichnet: einen Zufluss des Meghna, siehe Barak (Fluss) Barak (Kirgisistan), eine kirgisische Exklave eine Hunderasse, siehe Bosanski Oštrodlaki Gonič Barak (Stichelhaariger Bosnischer Laufhund – Barak) Barak ist der Name folgender Personen:… …   Deutsch Wikipedia

  • Aharon (given name) — Infobox Given Name Revised name = Aharon imagesize= caption= pronunciation= gender =Masculine meaning = mountaineer , or mount of strength . region =Hebrew origin = related names =Aaron, Ahron, Aron footnotes = Aharon is masculine given name… …   Wikipedia

  • Barak, Aharon — (1936 )    Born in Lithuania, he immigrated to Palestine in 1947. He studied law, economics, and international relations at the Hebrew University of Jerusalem, receiving an M.A. in law in 1958 and a doctorate in law in 1963. Appointed professor… …   Historical Dictionary of Israel

  • Barrak — Barak bezeichnet: einen Fluss in Ostindien, siehe Meghna eine kirgisische Enklave, siehe Barak (Kirgisien) eine Hunderasse, siehe Bosanski Oštrodlaki Gonič Barak (Stichelhaariger Bosnischer Laufhund – Barak) Barak ist der Name folgender Personen …   Deutsch Wikipedia

  • POLITICAL LIFE AND PARTIES — Introduction It was largely due to the existence of the pre state political parties, which had conducted intensive political activities for almost half a century within the framework of the yishuv , under the British Mandate for Palestine, that… …   Encyclopedia of Judaism

  • HISTORICAL SURVEY: THE STATE AND ITS ANTECEDENTS (1880–2006) — Introduction It took the new Jewish nation about 70 years to emerge as the State of Israel. The immediate stimulus that initiated the modern return to Zion was the disappointment, in the last quarter of the 19th century, of the expectation that… …   Encyclopedia of Judaism

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”