Agrionia

Agrionies

Les Agrionies (Άγριώνια) sont des festivités dionysiaques de la Grèce antique qui se déroulaient dans plusieurs régions de Grèce. Néanmoins le foyer original serait la Béotie et en particulier Orchomène. La légende en faisait remonter l’origine au crime des Minyades, les trois filles du roi Minyas. Celles-ci, ayant refusé de rejoindre le cortège des suivantes de Dionysos, furent frappées de folie par le dieu et tuèrent puis démembrèrent le fils de l’une d’entre elles.

Lors des Agrionies d’Orchomène, les hommes prenaient le deuil et on les appelait les cendrés (ψολόεις / psoloeis / couverts de suie). Le prêtre de Dionysos muni d’une épée poursuivait les femmes, nommées les malfaisantes (όλοαι / oloai), et avait le droit de tuer (symboliquement[1]) celle qu’il pouvait capturer. Par la suite, les femmes faisaient semblant de chercher Dionysos et disaient qu’il s’était réfugié chez les Muses puis festoyaient ensemble en se lançant des devinettes.
Lors des Agrionies de Chéronée, c’est le prêtre de Dionysos qui prenait la fuite et qui était poursuivi par les femmes. On sait que des agrionies ou des fêtes similaires se déroulaient dans plusieurs régions de Grèce : Thèbes, Argos, Lesbos, Chios, Crète, etc. Dans tous les cas elles semblent s’être déroulées de nuit.

Les Agrionies évoquaient le caractère cruel et féroce du dieu Dionysos. On le qualifiait alors d’agrionios (άγριώνιος / le sauvage) ou d’omophagos (ώμοφάγος / le carnivore). Dans les mythes qui racontent sa vie, Dionysos nous est montré à plusieurs reprises comme particulièrement bestial avec ceux qui l’ont outragé ou ont repoussé son culte[2]. Des sacrifices humains auraient pu être effectués en son honneur dans les temps les plus anciens[3]. Dans le cadre des Agrionies, le sacrifice semble aussi avoir été substitué par l’arrachage violent de lierre. Quoi qu’il en soit c’est la transgression au monde ordonné qui était commémorée lors des Agrionies, Dionysos et sa barbarie symbolisent l’affranchissement aux lois et à la morale civilisées, la désorganisation de la société. Mais la pagaille –le scandale– induit par Dionysos est aussi salutaire, il permet une régénération. Tel est l’un des sens des Agrionies. On peut y voir aussi une fête avec inversion des rôles sexuelles, du moins dans son déroulement à Orchomène, les femmes dominent et le meurtre symbolique rétablit le «  bon ordre des choses  ».

Notes

  1. néanmoins Plutarque (Qu. grae. 299F) rapporte qu’à son époque le prêtre Zoïlos appliqua à la lettre le « permis de tuer »cf. note 3
  2. p.ex. Lycurgue qui tue son fils (Bib. III,5,1) ; Penthée dépecé par sa mère (Bib. III,5,2)…
  3. Néanmoins il y a peu d’évidence. Dans un passage célèbre Plutarque (Th.13) rapporte le sacrifice à Dionysos mangeur de chair crue de trois jeunes prisonniers de guerres afin d’assurer une victoire aux grecs. Cette histoire a probablement été inventé pour dans un premier temps pour nuire à Thémistocle et dans un deuxième temps elle a été recyclée par la propagande en faveur de l’homme d’état en montrant son humanité. Les textes nous montrent aussi que les grecs préfèraient la substitution par une victime animale (Pél.21-22), la légende d’Iphigénie…Dans le cas de Zoïlos cf. note 1 , la suite de l’histoire montre clairement l’aversion du dieu et du peuple pour cet acte puisque Z. et sa famille seront punis puis démis de leur charge sacerdotale, fait exceptionnel pour un acte extraordinaire

Sources

  • Apollodore, Bibliothèque [détail des éditions] [lire en ligne]
  • Plutarque, Vies parallèles [détail des éditions] [lire en ligne] (Thémistocle)
  • Plutarque, Pélopidas, (grc)(en)(it) en ligne
  • Plutarque, Œuvres morales [détail des éditions] [lire en ligne] (IV-18 :Quaestiones graecae, 299F/38), (IV-18 :Quaestiones romanae, 291A/112), (VIII-46:Quaestiones convivales, 717A/112)
  • (en) Human Sacrifice in Ancient Greece, D.D. Hughes (1991)
  • Dictionnaire des antiquités grecques et romaines, C. Daremberg, E. Saglio ; article: Agrionia
  • Portail de la Grèce antique Portail de la Grèce antique
Ce document provient de « Agrionies ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Agrionia de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Agrionia — was an ancient Greek religious festival in honor of Dionysus Agrionius. It was celebrated annually, especially at Orchomenus in Boeotia.According to Plutarch, agrionia was celebrated at night with only women accompanied by the priests of Dionysus …   Wikipedia

  • Agrionĭa — (gr. Ant.), Fest des Agrionios (Beinamedes Bakchos), in Orchomenos, an dem ein Priester des Gottes (aus dem Geschlecht der Psotoeis) mit dem Schwerte eine Jungfrau (aus dem Geschlecht der Priesterfrauen Oleiä) verfolgte u. die er tödten durfte,… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Agriōnia — (griech.), von Frauen gefeiertes Nachtfest des Dionysos in Orchomenos. Die Weiber suchten den Gott, bis es hieß, er sei zu den Musen entflohen; dann folgte ein Mahl, bei dem man sich durch Rätsel unterhielt. Einen andern Brauch, daß der… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Agrionia — Agrionia, nächtliches Bachusfest der orchomenischen Frauen; beim Festmahl gaben sie sich allerlei Räthsel auf, daher Agrionien der Titel einer modernen Räthselsammlung ist …   Herders Conversations-Lexikon

  • AGRIONIA — festa erant apud Boestios, quae in honorem Bacchi quotannis celebrabantur. Varia autem Baccho cognomenta veteres tribuerunt; atque, ut omittam quae nihil ad institutum praesens faciunt, eorum duo sunt, benignitatis; Μειλίχιος i. e. Mitis, et… …   Hofmann J. Lexicon universale

  • Agrionia — ▪ Greek religious festival       (from Greek agrios, “wild,” or “savage”), Greek religious festival celebrated annually at Orchomenus in Boeotia and elsewhere in honour of the wine god Dionysus. The Greek tradition is that the daughters of Minyas …   Universalium

  • АГРИОНИЯ —    • Agrionia,          Άγριώνια, тристерическое празднество в Орхомене в Беотии в честь Диониса Агриония, состоявшее преимущественно в ночных оргиях женщин. На этом празднестве существовал такой обычай: жрец бога Диониса преследовал с мечом в… …   Реальный словарь классических древностей

  • Bacchvs — BACCHVS, i, Gr. Βάκχος, ου, (⇒ Tab. X. & ⇒ XVI.) 1 §. Namen. Diesen soll er, nach einigen, von βαχέω, ich heule, ich kreische, haben; Eustath. ap. Ludov Vivem ad Augustin. de C. D. lib. VI. c. 9. wogegen ihn andere von ἴακχος, und dieses wieder… …   Gründliches mythologisches Lexikon

  • Maenad — Bacchae redirects here. For the tragedy by Euripides, see The Bacchae. Bassarids redirects here. For the opera by Hans Werner Henze, see The Bassarids. Furious Maenad,carrying a thyrsus and a panther,with a snake rolled up over her head.Tondo of… …   Wikipedia

  • Orchomenus (Boeotia) — For other uses of Orchomenus or Orchomenos, see Orchomenus (disambiguation). Orchomenos Ορχομενός Loca …   Wikipedia

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”