Ferromagnetisme

Ferromagnétisme

Le ferromagnétisme est la propriété qu'ont certains corps de s'aimanter très fortement sous l'effet d'un champ magnétique extérieur, et pour certains (les aimants, matériaux magnétiques durs) de garder une aimantation importante même après la disparition du champ extérieur. Cette propriété résulte du couplage collectif des spins entre centres métalliques d'un matériau ou d'un complexe de métaux de transition, les moments de tous les spins étant orientés de la même façon au sein d'un même domaine de Weiss.

Sommaire

Susceptibilité magnétique et champ magnétique

Un matériau ferromagnétique plongé dans un champ magnétique génère un nouveau champ magnétique au sein de celui-ci. Ce phénomène est plus communément appelé aimantation.

Le champ généré par l'aimantation s'ajoute au champ initial, et c'est la somme des deux qui est observée. Dans un tel cas, le terme de champ magnétique désigne le champ total, et le champ initial prend le nom d'excitation magnétique.

En d'autres termes, on est parfois amené à distinguer le champ initial, l'excitation magnétique, notée H, du champ total, noté B, reliés l'un à l'autre par :

\boldsymbol B = \mu_0 \left( \boldsymbol H + \boldsymbol M \right)

avec μ0 la perméabilité magnétique du vide et M l'aimantation du milieu.

Pour un matériau ferromagnétique, la susceptibilité magnétique χ, donnée par la formule

\chi = \lim_{\boldsymbol{B} \to 0} \frac {\partial \boldsymbol{M}}{\partial \boldsymbol{H}},

est très élevée.

L'aimantation est une fonction dépendant de nombreux paramètres, comme la température, le champ magnétique, et même des champs magnétiques appliqués précédemment (cycle d'hystérésis, voir ci-dessous).

Représentation très schématique de l'évolution des domaines de Weiss avec un champ magnétique extérieur croissant

Influence de la température

Article détaillé : Loi de Curie.

D'une manière générale, quand la température augmente, les moments magnétiques deviennent de moins en moins liés au réseau cristallin et s'orientent plus facilement sous l'effet d'un champ extérieur. La susceptibilité magnétique augmente ainsi rapidement à l'approche de la température de Curie, notée TC. Elle atteint sa plus grande valeur à TC, puis s'annule brutalement: c'est le pic d'Hopkinson ou effet Hopkinson, signe d'une transition de phase du second ordre.

Au-delà de sa température de Curie, le matériau (re)devient paramagnétique et l'aimantation spontanée est nulle. Sa susceptibilité suit alors la loi de Curie-Weiss,

\chi = \frac {C_m}{T-T_{\rm C}}.

À T = TC, la suceptibilité tend vers l'infini, ce qui est conforme à l'expérience.

Courbe de première aimantation

Lorsqu'un corps est aimanté pour la première fois, son aimantation croît selon sa courbe de première saturation jusqu'à sa valeur de saturation.

1ere aimantation.jpg

Pour les faibles valeurs de l'aimantation M la courbe d'aimantation suit une fonction de la forme :

\boldsymbol M = \chi \boldsymbol H + \xi |\boldsymbol{H}^2| ,

connue sous le nom de loi de Rayleigh[1], où χ H et ξ |H|2décrivent respectivement les variations réversible et irreversible de l'aimantation.

Cycles d'hystérésis

  • Lorsque l'on a magnétisé un échantillon de matériau jusqu'à la saturation et que l'on fait décroître l'excitation H, on constate que B décroît également mais en suivant une courbe différente qui se situe au-dessus de la courbe de première aimantation. Ceci est le fait d'un retard à la désaimantation. On dit qu'il y a hystérésis
  • Lorsque H est ramené à 0, il subsiste un champ magnétique Br appelé champ rémanent[2]. Pour annuler ce champ rémanent, il est nécessaire d'inverser le courant dans le solénoïde, c’est-à-dire d'imposer à H une valeur négative. Le champ magnétique s'annule alors pour une valeur de l'excitation Hc appelée excitation coercitive.

Matériaux magnétiques doux

Cycle matériaux doux.jpg

Ce sont en général des matériaux doux mécaniquement. Ces matériaux ont des cycles très étroits : l'excitation coercitive ne dépasse pas 100A·m-1. Ils possèdent une grande perméabilité. Quelques exemples :

  • SuperMalloy (fer, nickel, molybdène, etc.) : Hc = 0.16A.m-1, Br = 1,2 T (l'un des plus doux).
  • Fer + 3 % de Silicium, grains orientés : Hc = 8A·m-1, Br = 1,0 T.
  • Certains alliages métalliques amorphes à base de fer.

Les matériaux magnétiques doux sont utilisés pour réaliser des électroaimants (leur aimantation doit pouvoir facilement être annulée) ou des circuits magnétiques fonctionnant en régime alternatif (machines électriques, transformateurs), car ce phénomène d'hystérésis est responsable de pertes d'énergie.

Matériaux magnétiques durs

Contrairement aux précédents, les cycles sont extrêmement larges : plusieurs centaines de kA·m-1. Il est impossible de les dessiner dans un même repère que les précédents.

Cycle matériaux durs.jpg

Certains de ces matériaux à base de terres rares (alliages samarium-cobalt ou néodyme-fer-bore), ne se désaimantent pas, même lorsqu'on annule le champ magnétique interne (l'excitation vaut alors HcB). Pour annuler (en fait inverser) l'aimantation, il est nécessaire de fournir une excitation magnétique que l'on appelle excitation de désaimantation irréversible, notée HcM.

L'application des propriétés de ces matériaux est la réalisation d'aimants permanents de très forte puissance.

Corps ferromagnétiques

Pour l'usage industriel, seul le fer, le cobalt et le nickel sont ferromagnétiques. Certaines terres rares (Lanthanides dans la classification périodique) sont également ferromagnétiques à basse température. En ce qui concerne les alliages, la situation est très complexe : Certains alliages de fer et de nickel ne le sont pas alors que l'alliage d'Heusler, constitué uniquement de métaux non ferromagnétiques (61% Cu, 24% Mn, 15% Al), est ferromagnétique. Enfin, il faut ajouter les ferrites dont la composition est de la forme (MO ; Fe2O3) ou M est un métal divalent et dont le représentant le plus ancien est la magnétite Fe3O4 (FeO ; Fe2O3) du nom de la ville de Magnésie, en Asie Mineure.

Voir aussi

Références

  • Charles Kittel (trad. Nathalie Bardou, Évelyne Kolb), Physique de l’état solide [« Solid state physics »], 1998 [détail des éditions] 
  • L. P. Lévy, Magnétisme et Supraconductivité (EDP Sciences)
  • Lev Landau et Evguéni Lifchitz, Physique théorique, tome 8 : Électrodynamique des milieux continus, éd. MIR, Moscou [détail des éditions]
  • Neil W. Ashcroft, N. David Mermin, Physique des solides [détail des éditions]

Notes

  1. Phyl. Mag. 23 (1887) pp. 225-245
  2. du latin remanere, rester.
  • Portail de la physique Portail de la physique
Ce document provient de « Ferromagn%C3%A9tisme ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Ferromagnetisme de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • ferromagnétisme — [ feromaɲetism ] n. m. • 1900; de ferro et magnétisme, d apr. l angl. ferromagnetism (1851) ♦ Phys. Propriété de certains métaux (fer, cobalt, nickel) et alliages qui sont fortement magnétiques. Adj. FERROMAGNÉTIQUE , 1881 . ● ferromagnétisme nom …   Encyclopédie Universelle

  • Ferromagnétisme — Le ferromagnétisme est la propriété qu ont certains corps de s aimanter très fortement sous l effet d un champ magnétique extérieur, et pour certains (les aimants, matériaux magnétiques durs) de garder une aimantation importante même après la… …   Wikipédia en Français

  • ferromagnétisme — feromagnetizmas statusas T sritis automatika atitikmenys: angl. ferromagnetism vok. Ferromagnetismus, m rus. ферромагнетизм, m pranc. ferromagnétisme, m …   Automatikos terminų žodynas

  • ferromagnétisme — feromagnetizmas statusas T sritis fizika atitikmenys: angl. ferromagnetism vok. Ferromagnetismus, m rus. ферромагнетизм, m pranc. ferromagnétisme, m …   Fizikos terminų žodynas

  • ferromagnetisme — fer|ro|mag|ne|tis|me Mot Pla Nom masculí …   Diccionari Català-Català

  • théorie des domaines du ferromagnétisme — domeninė feromagnetizmo teorija statusas T sritis fizika atitikmenys: angl. domain theory of ferromagnetism vok. Domänentheorie des Ferromagnetismus, f rus. доменная теория ферромагнетизма, f pranc. théorie des domaines du ferromagnétisme, f …   Fizikos terminų žodynas

  • théorie du ferromagnétisme de Heisenberg — Heizenbergo feromagnetizmo teorija statusas T sritis fizika atitikmenys: angl. Heisenberg’s theory of ferromagnetism vok. Heisenbergsche Theorie des Ferromagnetismus, f rus. теория ферромагнетизма Гейзенберга, f pranc. théorie du ferromagnétisme… …   Fizikos terminų žodynas

  • théorie quantique du ferromagnétisme — kvantinė feromagnetizmo teorija statusas T sritis fizika atitikmenys: angl. quantum theory of ferromagnetism vok. Quantentheorie des Ferromagnetismus, f rus. квантовая теория ферромагнетизма, f pranc. théorie quantique du ferromagnétisme, f …   Fizikos terminų žodynas

  • théorie de ferromagnétisme — feromagnetizmo teorija statusas T sritis fizika atitikmenys: angl. theory of ferromagnetism vok. Theorie des Ferromagnetismus, f rus. теория ферромагнетизма, f pranc. théorie de ferromagnétisme, f …   Fizikos terminų žodynas

  • théorie du ferromagnétisme de Weiss — Veiso feromagnetizmo teorija statusas T sritis fizika atitikmenys: angl. Weiss theory of ferromagnetism vok. Weisssche Theorie des Ferromagnetismus, f rus. теория ферромагнетизма Вейсса, f pranc. théorie du ferromagnétisme de Weiss, f …   Fizikos terminų žodynas

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”